Découvrez nos partenaires

logo-festins-de-bourgogne.jpg
logo-puissaye-forterre.png
logo-edf-site.jpg
logo-cifa-89-auxerre.png
logo13q-1.jpg
logo-iseal-salon-coiffure-auxerre.jpg

Découvrez nos partenaires

logo-festins-de-bourgogne.jpg
logo-puissaye-forterre.png
logo13q-1.jpg
logo-edf-site.jpg
logo-cifa-89-auxerre.png
logo-iseal-salon-coiffure-auxerre.jpg

Dans le cadre des XXIXèmes Entretiens de Champignelles, une délégation d’élus, composée d’une soixantaine de maires et conseillers municipaux de l’Yonne, à forte majorité de Puisaye-Forterre, a séjourné en Roumanie lors d’un voyage d’étude début novembre. La thématique de ce déplacement concernait surtout la décentralisation et ses multiples effets applicatifs. A travers une analyse comparative et pertinente de cette méthode de gouvernance qui a été observée dans un autre pays de l’Union européenne. Lors d’une réception donnée à l’ambassade de France à Bucarest, les élus icaunais purent réaffirmer leur foi profonde en la construction européenne et en apprécier la richesse des relations humaines…

BUCAREST (Roumanie) : C’est sous les ors du cossu immeuble de l’ambassade de France à Bucarest que la délégation des élus de Puisaye-Forterre a pu se réapproprier le temps d’une soirée solennelle une petite partie de notre territoire en terre étrangère. Avec ses fastes de préséance et ses traditions protocolaires. Les hôtes de Bourgogne Franche-Comté devaient profiter de l’accueil chaleureux de ressortissants français, expatriés loin de chez eux et servant les intérêts et le bien-fondé de la nation.

Reçus dans les salons d’honneur de son Excellence l’ambassadrice, Michèle RAMIS, les élus de l’Yonne ont pu apprécier le degré de relation existant avec les autorités roumaines. La présence d’une secrétaire d’Etat et de plusieurs dignitaires de l’état-major gouvernemental conférèrent un crédit supplémentaire à cette initiative annuelle, à savoir une immersion dans l’un des pays européens afin de découvrir lors d’un court séjour les rouages fonctionnels du territoire d’accueil.

D’ailleurs, le choix de la Roumanie n’a finalement pas été laissé au hasard pour l’accomplissement de ce énième voyage automnal hors des frontières de la Bourgogne septentrionale. Sans doute, l’observance du calendrier a dû inciter les concepteurs de ces Entretiens de Champignelles à biffer sur leur agenda la destination de Bucarest. Par pure logique, en somme.

Une méconnaissance de ce territoire vue de France…

En effet, le vaste pays des Balkans accèdera à la présidence de l’Union européenne au 01er janvier 2019. Une présidence de six mois, avant de passer le relais à un autre membre de l’Union, mais qui permettra d’apporter un éclairage supplémentaire sur ce pays, bordé par l’Ukraine, la Hongrie, la Moldavie, la Serbie et la Bulgarie. Sa partie orientale étant largement baignée par les eaux chaudes de la Mer Noire.

Mais depuis notre jardin, que sait-on réellement de ce pays des Carpates, et du comte Dracula, pour l’évocation mystique à la limite de la légende ? Bien peu de choses, en vérité.

milieu articles

Les récentes phases évolutives de cet état, placé il y a encore une quarantaine d’années sous le joug de la dictature totalitaire imprimée par Nicolae CEAUCESCU et sa muse, ne sont peut-être pas si éloignées que cela. Si ces références idéologiques ne figurent plus dans les esprits d’une large frange de la population, les stigmates de la sanglante révolution de 1989 sont, elles, bien visibles parmi les artères principales d’une capitale, parfois défigurée par l’imposante cohorte de bâtiments à la grandiloquence soviétique. Les impacts de balles sur les murs des immeubles et autres habitations rappellent qu’ici, dans ses rues, des femmes et des hommes se sont battus pour recouvrer leur envie de vivre. En toute liberté.

Les échéances européennes en toile de fond…

Nul ne pouvait ignorer parmi l’assistance que l’année 2019 renverrait les peuples d’Europe vers le chemin des urnes. Un scrutin majeur dans la construction et le renforcement de ces liens indéfectibles qui créent le sentiment de fraternité et de paix retrouvés. Afin de contrer tous les populismes qui s’éveillent de part et d’autre du Vieux Continent. Des faits troublants, comme devaient le signaler plusieurs intervenants lors de la prise de parole.

Certes, les propos officiels, exprimés par les uns, et tenus par les autres, traduisirent tour à tour ce besoin d’unité et de cohésion inéluctable. Révélant ainsi que cette amitié franco-roumaine est plus sous-jacente que jamais.

Ayant rejoint l’Union européenne en 2007, la Roumanie veut y jouer un rôle prépondérant. A l’identique d’autres nations de l’ex-bloc de l’Est, autrefois sous influence nocive du communisme : la Pologne, la République tchèque, la Hongrie.

Prêter vie à une reconnaissance universelle par le biais de ces échanges constructifs aura été l’un des leitmotivs entendus et partagés au cours de cette soirée si particulière au charme suranné.

Dans le respect et l’écoute de l’autre. Dans l’échange des présents et de souvenirs immuables. Avant que le groupe d’élus ne se prête au jeu de l’immortalisation de leur image, séance photographique à l’appui.

Début avril, un nouvel épisode de cette amitié franco-roumaine s’organisera dans l’ancienne capitale des Gaules, à Lyon. Via la coopération entre les organismes institutionnels et politiques de ces deux états qui se retrouveront lors d’assises internationales visant à optimiser des liens déjà très ténus.

Quant aux élus de Puisaye-Forterre, ils auront eu, eux-aussi, grâce à ces rencontres opportunes et réussies le sentiment d’avoir pu contribuer à leur manière, par leur écoute attentive et l’intérêt accordé à ces échanges à caractère officiel, au renforcement de ces liens de coopération si utiles et tangibles que rien ne viendra altérer.

Alors que le Département finance chaque année 1,6 million de repas dans les cantines des collèges de l’Yonne, le président de la Communauté de communes du JOVINIEN, Nicolas SORET, aimerait améliorer de manière très significative la qualité des produits servis dans les assiettes des scolaires.

JOIGNY : Introduire le bio dans les restaurants scolaires des établissements du second degré de notre territoire ne semble pas être une utopie pour le président de la Communauté de communes du JOVINIEN. En effet, Nicolas SORET souhaiterait précisément provoquer un débat constructif articulé autour de cette thématique, lors d’une future session du Conseil départemental  dont il est l’un des représentants.

L’idée qu’il préconise est de proposer, une fois par semaine, un menu composé de produits issus des circuits courts. Même s’il est vrai, les gestionnaires des établissements possèdent toute la légitimité dans le choix des menus.

Intervenant il y a peu lors d’une séance plénière du Département, le président de la Communauté de Communes du JOVINIEN interpella l’ensemble de ses collègues de la classe politique sur ce point.

« On devrait miser davantage sur la commande publique pour optimiser les repas des collégiens, avait-il suggéré, introduire plus de produits bio dans la restauration scolaire, c’est aussi encourager la transformation du monde agricole en proie à de sérieuses difficultés à l’heure actuelle… ».

milieu articles

Engranger une véritable réflexion avec la préfecture…

Et citer, l’exemple des lentilles bio de l’Yonne qui connaissent un net regain d’intérêt auprès des agriculteurs.

« En diversifiant leurs cultures, ajouta Nicolas SORET, ils ont pu assurer la transformation de leur terrain d’exploitation. D’ailleurs, cette conversion en bio de nos professionnels agricoles permet aux arrondissements de Paris (le XIème et le Xème) d’être approvisionnés en lentilles et en pois chiche bio… ».

Alors, finalement, pourquoi ne pas envisager de réaliser la même chose dans l’Yonne ? Notamment, à destination des scolaires, côté alimentation.

Désireux d’engager une véritable réflexion à ce sujet, Nicolas SORET voudrait solliciter un échange constructif avec le préfet de l’Yonne, Patrice LATRON, pour qu’il y ait un prorata de la commande publique qui soit destiné au bio. Une initiative susceptible de susciter de futures vocations auprès des jeunes agriculteurs, voire de conversions parmi les plus anciens.

 

 

 

Le sinistre ayant entièrement ravagé les infrastructures de la Maison Pascal CAFFET au mois d’octobre provoque des répercussions en cascade. Au-delà de ce que l’on pouvait imaginer. Parrain de la 4ème édition du traditionnel concours des Talents Gourmands, porté par le Crédit agricole Champagne Bourgogne, le champion du monde des desserts et Meilleur ouvrier de France de Troyes a dû jeter son tablier, provisoirement, dans l’optique de pouvoir soutenir l’évènementiel de manière optimale. Le report de la manifestation est devenu une priorité pour les organisateurs de cet encouragement aux valeurs sûres de l’artisanat.

DIJON (Côte d’Or) : Il faudra attendre le premier trimestre 2019 pour connaître enfin le verdict des Talents Gourmands,…édition 2018 !

Un incendie a totalement détruit les structures professionnelles dont le laboratoire technique, du parrain de la future manifestation, Pascal CAFFET. Et compte tenu du caractère délicat de la situation, le Crédit agricole Champagne Bourgogne a préféré décaler l’évènementiel à une date ultérieure.

milieu articles

Celle-ci n’est pas encore connue. Mais, selon la direction de la Communication de l’établissement bancaire, tout porte à croire que la remise des prix devrait être effective, et en présence de l’intéressé au milieu du premier trimestre 2019.

Entre-temps, Pascal CAFFET aura retrouvé le dynamisme dont il a le secret pour illuminer de sa présence cette manifestation très prisée des représentants des milieux économiques de la région.

 

Profitant de l’affiche footballistique de Ligue 2 qui opposera l’AJ Auxerre aux Chamois Niortais, le distributeur indépendant de matériels d’équipement destinés aux professionnels de l’artisanat et du bâtiment proposera une table ronde sur les évolutions techniques de la couverture et de l’isolation. Celle-ci sera accueillie dans les salons d’honneurs ce vendredi à l’Abbé Deschamps. Il y sera question d’un secteur d’activité en pleine effervescence grâce aux nouveaux produits qui inondent depuis quelques mois les vitrines commerciales de BIGMAT GOURMAND…

AUXERRE : Laine de roche, tuiles à fortes potentialités de résistance thermique, laine de verre, fenêtres de toit. C’est tout un ensemble de nouveaux produits, affectés au domaine de la couverture et à l’isolation, qui seront mis en vedette lors de cet évènementiel concocté par BIGMAT GOURMAND. L’enseigne, spécialiste de la distribution d’équipements destinés aux artisans de la construction et de la rénovation, réitère une expérience de communication directe qu’elle avait déjà menée à pareille époque l’année dernière, avec brio, auprès de ses partenaires et de sa clientèle.

Pour cette seconde édition, organisée sous un mode opératoire similaire à 2017, avec la complicité logistique de l’AJ Auxerre, la direction commerciale de BIGMAT GOURMAND a jeté son dévolu thématique sur le marché de la couverture et de l’isolation. Un sujet dont on ne parle pas souvent malgré les innombrables apports techniques offerts par ce secteur.

milieu articles

Une kyrielle de spécialistes de la couverture et de l’isolation…

Directeur de la fonction commerciale et des achats chez BIGMAT GOURMAND, Lionel MION aura le plaisir de poser les jalons introductifs de cette soirée. En présentant les différentes enseignes, assorties à la réussite de ce rendez-vous.

Découpée en trois parties, la manifestation fera la part belle aux tuiliers, aux références de l’isolation et à ceux de la couverture. Une segmentation affinée qui prend toute sa dimension sur ce secteur d’activité malgré sa complémentarité.

Les sociétés participantes à cette séance d’échanges constructifs seront les suivantes : SIPLAST, spécialiste étanchéité toits et terrasses, TERREAL, tuilerie, KORAMIC, marque de la tuilerie WINERBERGER qui préside à la destinée de la fameuse structure de l’Yonne, ALEONARD, MONIER tuilerie, IMERYS, ROTO FRANK, fenêtre de toits, ISO 2000 qui évoquera les caractéristiques d’un produit multi couche thermo-réflecteur, ISOVER, isolation laine de verre, ISONAT, isolation à base de laine de bois et ROCKWOOL, isolation à base laine de roche.

Un plateau débat auquel les partenaires du distributeur auxerrois seront conviés à poser toutes les questions qui leur passent par la tête.

 

 

 

Le gouvernement veut aider les entreprises à se développer et à innover. C’est la loi Pacte. Tant mieux ! Ce n’est pas nouveau. Il y a plus de trois siècles, Colbert avait la même intention : il voulait aider les entreprises et a même créé une idéologie économique que l’on appelle le colbertisme.

LYON (Rhône) : Donc, le gouvernement veut aider les entreprises. Ainsi, avec la loi Pacte, il veut, entre autres, « simplifier les seuils des entreprises », (…) « simplifier et assurer la portabilité des produits d’épargne-retraite… » etc.

On voit que le gouvernement veut « simplifier ». Effectivement, il y a grand besoin de « simplifier ». Savez-vous, par exemple, combien il y en France d’impôts et de charges ?  266 !  Ecrivons-le en toutes lettres : deux cent soixante-six impôts et charges !

Et comme il n’y en a pas assez, on va donc créer une 267ème charge supplémentaire pour les entreprises : celle de collecter l’impôt à la source. C’est une façon un peu particulière de « simplifier » la vie des entreprises.

Certains diront : c’est l’Enarchie. Ils se trompent, « bon sang ne saurait mentir ». Lisez Montaigne : il y a cinq siècles, il écrivait déjà : « Il y a autant de lois en France que dans toute l’Europe réunie ».

Ce qui est valable pour les lois est valable pour les impôts et charges des entreprises et des particuliers. Revenons-en à Colbert ! Il avait créé les grandes manufactures royales dont l’historien Marc Ferro a décrit le fonctionnement : elles avaient en moyenne un règlement avec plus de 300 articles. « Restons Français », comme disait l’humoriste Fernand Reynaud.

milieu articles

Une contradiction interne en guise de simplification…

Donc, il faut « simplifier » la vie des entreprises. Ce qui consiste non pas à lancer un vaste audit des 266 impôts et charges pour en supprimer au moins la moitié sinon les trois-quarts mais à créer une 267ème charge.

Voilà pourquoi la formule de Lénine est toujours valable : « une contradiction interne », « simplifier » en créant une charge nouvelle !

Bien entendu, on se doute que ce ne sera pas si « simple » pour les PME, les TPE, les artisans et les professions libérales. Notre ministre et ses collaborateurs y ont pensé, naturellement. On a imaginé un système « simple » pour les aider : c’est l’URSSAF qui va s’occuper de cela. Néanmoins, selon Alain Griset, président de l’U2P (Union des entreprises de Proximité), certains secteurs ne pourront pas bénéficier de ce dispositif. C’est-à-dire soit 70 % des entreprises de proximité.

Laissons-lui la responsabilité de cette affirmation. Enfin, le gouvernement a édité un livret pour expliquer cela aux chefs d’entreprise concernés afin qu’ils comprennent bien la manœuvre : ce livret n’a que dix pages. « On simplifie ».

A propos, savez-vous quel est le poids des PME de moins de 50 salariés et des TPE dans l’économie française ? Elles emploient 9 millions de salariés du secteur marchand soit la moitié des salariés de toutes les entreprises françaises.

Et les TPE seules ? 4,3 millions de salariés soit près du quart des salariés du secteur marchand. A ces 9 millions de salariés des PME/TPE s’ajoutent 4 millions d’artisans et de personnes travaillant sous le statut de profession libérale. Nous les invitons à prendre très vite contact avec l’URSSAF et à lire le petit livre édité par le gouvernement.

Terminons par cette phrase éloquente que vous trouverez sur Internet : « Le dispositif est conçu pour que le logiciel de paie intègre automatiquement le fichier des taux de prélèvement transmis par la DGFiP via le flux retour de la DSN… ».

Maintenant, au boulot, Mesdames, Messieurs les chefs d’entreprise des TPE, les artisans et les professions libérales. Et restons français, depuis Montaigne en passant par Colbert… et Lénine !

Emmanuel RACINE

Page 1 sur 83
Bannière droite accueil