On ne parle plus de COVID. Ce qui est proprement salutaire de l’avis de Sébastien FUENTES, directeur du parc des expositions d’Auxerre, une structure sous la tutelle de Centre France Evénements. Par conséquent, la programmation de ce nouvel exercice 2022/2023 ne devrait pas connaître les affres de cette pandémie qui aura perturbé les loisirs de l’Auxerrois. La foire exposition en est une singulière illustration. Elle va se dérouler dans un esprit joyeux et serein. Qu’on se le dise…

 

AUXERRE : Il retrouve enfin le sourire, le responsable du parc des expositions auxerrois. Après moult péripéties qui sont venues impacter le schéma organisationnel de ses évènements au fil des vingt-quatre derniers mois. Exit la COVID ! Place aux réjouissances et à la légèreté. Il était temps car la morosité prenait le pas sur l’allégresse. La reprise des activités, dans le domaine de l’évènementiel, ne semble pas être un épiphénomène. Sébastien FUENTES aborde la 92ème édition de la traditionnelle grand-messe commerciale avec davantage de sérénité qu’au cours des deux saisons précédentes. Personne ne s’en plaindra parmi la fine équipe d’AUXERREXPO qui phosphore depuis plusieurs mois pour peaufiner le meilleur des programmes.

 

 

Le « made in Yonne » mis à l’honneur sur 1 000 m2…

 

Ces retrouvailles avec les aficionados de la manifestation s’effectueront sous le sceau de la nouveauté. Cette année, l’organisation a décidé de faire la part belle à la richesse éclectique du territoire icaunais, créant ainsi un nouveau pavillon, baptisé explicitement « 100 % Yonne » !

De quoi s’agit-il ? De réunir sur un espace de mille mètres carrés, un mix de producteurs, d’artisans, de collectivités, de spécialistes du tourisme mais aussi de sports et de culture originaires de notre terroir. En jouant sur l’identification territoriale à la façon d’un « made in France » !

Bref, comme le précise Sébastien FUENTES, la découverte de pépites locales – elles sont légion dans bon nombre de domaines ! – présentant des projets favorables au développement du territoire.

Un grand coup de booster sur les milieux institutionnels et économiques, en vérité. Logique, car la foire exposition reste avant tout une vitrine appréciable d’un savoir-faire, celui des artisans, commerçants et autres professionnels qui ont des choses à montrer, et surtout à vendre !

Au-delà de ce pavillon, fleurant bon le terroir icaunais, les visiteurs – on en attend plus de 20 000 durant lors de ces quatre jours de manifestation – auront la faculté de déguster les variantes culinaires de la gastronomie hexagonale ; de s’immerger au cœur de la problématique énergétique liée à l’habitat et à son isolation ; de rencontrer une multitude de concessionnaires dans le village de l’automobile ; de profiter des aires de jeux devant accueillir les enfants dans le parc géant de structures gonflables ; de voyager au gré des recettes exotiques issues des départements et territoires d’Outre-Mer bien représentés avec leurs spécialités savoureuses…

 

 

L’Amicale des Cuisiniers de l’Yonne : une valeur sûre de la tradition culinaire…

 

Les habitués ne manqueront pas de se poser sur le stand de l’Amicale des Cuisiniers de l’Yonne. Une association de chefs, aujourd’hui présidée par Jean-Marie LAMOUREUX qui a succédé à l’excellent Daniel AUBLANC en début d’année.

Fidèles à leurs habitudes, les toques de l’Yonne mettront les petits plats dans les grands avec démonstrations et ateliers à l’appui : de quoi faire saliver les épicuriens de passage sur leur espace.

Signalons également la présence de l’exposition de photographies aériennes, sous l’égide de la Communauté de l’Auxerrois, qui est consacrée à des prises de vues de ce bassin géographique depuis le ciel. Elle sera inaugurée par les autorités officielles le vendredi à 13h30.

 

 

 

En savoir plus :

 

Foire d’Auxerre

Plaines de l’Yonne AUXERREXPO

Du 16 au 19 septembre 2022

De 10h à 19 h sauf le lundi de 10 à 18h

Entrée gratuite,

Parking gratuit,

Animations gratuites.

Renseignements

Auxerrexpo.com/

Facebook.com/auxerrexpo/

https://www.instagram.com/auxerrexpo.89:?hl=fr

 

Thierry BRET

 

Ils ne sont pas contents les usagers de la ligne ferroviaire LR 807. Celle qui relie Tonnerre à Avallon. Onze arrêts, précédemment desservis, ont ainsi purement et simplement disparu de la circulation à la suite d’une décision prise par le Conseil régional. L’organe institutionnel en a modifié le parcours le 01er septembre 2022. Un état de fait qui provoque depuis l’ire du collectif de la NUPES de la seconde circonscription…

 

TONNERRE: Et pan, le couperet est tombé sur le bec des utilisateurs habituels de la ligne de transport ferroviaire établie Tonnerre et Avallon ! A compter du 01er septembre, la desserte a été très sérieusement modifiée, entraînant grogne et insatisfaction parmi les usagers.

En effet, onze communes, jusque-là desservies, ne disposent plus dorénavant du moindre arrêt ! Des localités qui ont pour nom : Môlay, Annay-sur-Serein, Grimault, Massangis, Coutarnoux, Dissangis, L’Isle-sur-Serein, Sainte-Colombe, Provency, Sauvigny-le-Bois, auxquelles il faut ajouter Nitry, Joux-la-Ville et Lucy-le-Bois. Même la capitale de la truffe bourguignonne, Noyers-sur-Serein, est passée à la trappe !

 

Une remise en cause du transport collectif à la baisse…

 

C’est l’indignation pour les représentants de la NUPES de ce territoire, François MEYROUNE et Julien GAUTIER ! Ces derniers déplorent la nouvelle réorganisation du transport public de l’Yonne, une remise en cause orientée à la baisse.

Elle fait suite à la réduction drastique de l’offre de trains, partiellement compensée par les lignes de car.

« Nous demandons le rétablissement de l’ensemble des dessertes de cette ligne », écrivent-ils dans un communiqué.

 

 

Une décision prise sans aucune concertation ?

 

Les deux porte-étendards de la NUPES viennent d’adresser une lettre aux élus du secteur afin de les informer de la situation. Les incitants à donner leurs avis mais aussi à se mobiliser contre cette nouvelle réduction de l’offre de service.

En parallèle, la Commission Transports de la Région a été destinataire d’un courrier, à l’instar de l’ensemble des élus siégeant dans l’hémicycle de Dijon, afin de les interroger sur le bien-fondé de cette décision.

« Une décision qui a été prise sans concertation, semble-t-il…ajoutent les signataires.

Le rétablissement de la ligne avec ses onze arrêts originels est donc réclamé avec grande insistance. Au nom du service public pour tous ! La réclamation sera-t-elle entendue en haut lieu ?

 

Thierry BRET

 

Etat des lieux jugé « satisfaisant » pour le conseiller départemental-maire de la commune. Sur le registre de la rentrée des classes, tout semble s’être déroulé dans le meilleur des mondes, d’après l’analyse de l’édile de l’Auxerrois. « L’école se porte bien » ! Tant pour les quatre classes que compte la maternelle que les huit de l’école primaire. Avec une moyenne de 23,5 enfants par classe en maternelle et 21,75 élèves dans les niveaux élémentaires…

 

APPOIGNY : Avec l’inscription de quatre-vingt-quatorze bambins, l’école maternelle de la localité présente un bilan plus que correct, selon le maire Magloire SIOPATHIS. La petite section en accueille vingt-huit. Il y en a trente-sept qui continuent leur progression en moyenne section tandis que celle qui est réservée aux plus grands est représentative de vingt-neuf têtes blondes ou…brunes ! De quoi réjouir monsieur le maire qui fait de l’éducation l’une de ses priorités importantes au cours de ce mandat.

 

 

Pas de fermeture de classes à déplorer…

 

Son cloche à l’identique du côté de l’école primaire où les effectifs remplissent allègrement le cours préparatoire (40 élèves), le CE1 (23), le CE2 (34), le cours moyen première année avec 36 apprenants. La palme de la fréquentation revenant au CM2 avec 41 jeunes parés à rejoindre le collège au terme de la saison.

Premier constat de Magloire SIOPATHIS : « le bilan est plus que positif, notre commune n’a pas connu de fermeture de classes… ».

Preuve que la localité attire de nouveaux habitants qui renouvellent ainsi avec leur progéniture les effectifs de jeunes à scolariser.

Quant aux activités périscolaires, même si elles présentaient à date de la conférence de presse un léger déficit de 13 jeunes par rapport à l’exercice de l’année dernière, elles concernaient toutefois 206 gamins prêts à vivre de nouvelles aventures en découvrant de multiples loisirs aux côtés de leurs animateurs.

 

 

Encore un point à éclaircir : quelle énergie pour la nouvelle chaudière ?

  

Evoquer la rentrée scolaire supposait également aborder les travaux consentis par la municipalité pour améliorer les infrastructures. Une enveloppe de dix mille euros a été lâchée pour doter d’un mobilier neuf et de moyens visant à renforcer l’isolation sur les vitres de l’école maternelle. La pose d’étagères complétait ce dispositif de relooking de l’endroit.

L’école primaire n’était pas en reste. La réfection de la salle informatique, la pose de films anti-chaleur sur le vitrage, un peu de peinture sur les revêtements eurent tôt fait de redonner une nouvelle cure de jouvence à l’établissement.

Cependant, au-delà de ces travaux de second œuvre, il demeure encore un point essentiel à débattre au sein du conseil municipal : le remplacement de la chaudière thermique par un système nettement moins gourmand en énergie alors que le prix du gaz s’envole !

« Plusieurs pistes se présentent à nous, explique le conseiller communautaire de l’Auxerrois en charge de la mobilité et des transports, doit-on valoriser la filière bois ou celle de la géothermie ? ».

Pour l’heure, la question ne semble pas avoir été encore tranchée. D’autant que le système bois si l’on raisonne à base de granulés connaît quelques ratés à l’heure actuelle côté approvisionnement.

Là, où il y a eu convergence d’opinions entre les élus municipaux, c’est bel et bien sur l’aménagement de l’aire de jeux de l’école maternelle : cinq mille euros ont ainsi été déboursés pour favoriser l’installation de structures ludiques pour que s’ébattent avec leurs rires de l’insouciance les jeunes pousses du cru ! Cela mérite bien un petit effort sur la ligne budgétaire, non ?!

 

Thierry BRET

 

 

 

La COVID et la fermeture du Phare à Auxerre auraient pu avoir raison de la viabilité de la structure associative. Mais, il n’en fut rien ! Toutefois, un sérieux dilemme se présentait également à l’entité pour assurer sa survie. Permettre son développement par le prisme de services supplémentaires. Via, la création d’un GPS, soit un « garage pédagogique et solidaire ». Fonctionnel depuis peu, ce dernier vient d’être inauguré à Gurgy en présence des autorités…

 

GURGY : En voilà une qui revient de loin dans le paysage des associations icaunaises qui évoluent pourtant dans le domaine de l’économie sociale et solidaire. Ex-Club MOB, MOBILITES 89 a su affronter les crises avec beaucoup de bonheur et de réussite pour repartir de plus belle du côté de…la commune périphérique d’Auxerre. Là, où elle est désormais accueillie dans des locaux ergonomiques et où elle bénéficie de la bienveillance de son maire, le toujours très actif Jean-Luc LIVERNEAUX.

 

Avec l’aide précieuse de ses partenaires…

 

Sans les soutiens de ses partenaires, MOBILITES 89 serait peut-être passée dans la case des pertes et profits sans crier gare après ces deux années complexes qui furent chamboulées avec la période de la crise sanitaire à répétition. Plongeant la structure dans des difficultés financières presque irréversibles. Des partenaires à l’instar du Crédit Municipal d’Auxerre qui a financé l’aide à l’installation dans les nouveaux locaux mais aussi France Relance.

Alors que la moitié des adhérents qui profitaient jusqu’ici des services altruistes de l’association disparaissaient de la circulation à cause de la crise sanitaire et des confinements successifs, Alain BERNIER et Jessica COUSIN, pygmalions de MOBILITES 89, décidaient de revendre des véhicules afin de créer un apport vital de trésorerie. Histoire de subsister.

Le salut va venir de l’Etat et du Fonds national d’aménagement du territoire. Plus connu sous l’acronyme suivant, le FNADT !

 

 

 

La Région entre en lice pour soutenir le concept…

 

Dans le cadre de son installation dans ses nouveaux locaux, l’association sollicite une subvention de fonctionnement auprès des services étatiques, via ce dispositif. Bonne pioche, en vérité, puisque MOBILITES 89 se voit octroyer la coquette somme de 26 050 euros qui lui sera accordée pour assurer la prise en charge des frais de rémunération des personnels.

Mais, comme une surprise ne vient jamais seule, la Région Bourgogne Franche-Comté emboîte le pas et injecte l’équivalent de 100 000 euros dans le projet pour aider à l’aménagement du « garage pédagogique et solidaire » - le fameux « GPS » - concept à destination des personnes en situation de précarité, proposant un garage en libre-service et un service de vente de véhicules d’occasion avec garantie et à tarifs réduits !

 

 

Réfléchir déjà à la suite du modèle économique…

 

Du pain bénit pour Alain BERNIER qui évoquera avec moult détails les péripéties menant à ces soutiens fondamentaux lors de sa prise de parole inaugurale. Il n’en oubliera pas de remercier les représentants de la Fondation MACIF qui aura elle aussi apporter sa contribution dans le financement de ce dispositif.

Même un généreux donateur, un particulier qui suit de près et avec enthousiasme le quotidien de l’association, ajoutera un véhicule de mieux dans l’escarcelle de plus en plus garnie de MOBILITES 89 !

L’avenir de MOBILITES 89 prend la forme d’une autre stratégie, avec le lancement d’un DLA (Dispositif local d’accompagnement) avec l’aide d’experts qui vont plancher à la réussite et à l’amélioration de cet outil qui n’a pas fini de nous surprendre.

En 2021, la structure associative avait obtenu une subvention de 71 000 euros pour l’élargissement de l’activité de location de véhicules aux personnes en situation précaire et demandeurs d’emploi vers le Tonnerrois, l’Avallonnais et la Puisaye.

Secrétaire générale, sous-préfète de l’arrondissement d’Auxerre, Pauline GIRARDOT se félicita en la découvrant le jour de l’inauguration cette très belle pépite qui favorise l’aide à l’insertion sociale et professionnelle, en compagnie de Nicolas SORET, vice-président de la Région en charge des finances, du développement économique et de l’emploi et de Jean-Luc LIVERNEAUX, élu communautaire et maire de la localité qui a eu la bonne idée d’accueillir sur son sol cette très belle initiative de « garage pédagogique et solidaire ».

Comme quoi, s’en remettre à son « GPS » peut avoir du bon !

 

Thierry BRET

 

 

Somme toute, la date du déménagement est déjà inscrite à l’agenda des personnels de la chambre consulaire de l’Yonne. Ce sera le 27 octobre 2022. Ce jour-là, les services généraux de la CCI quitteront définitivement l’emblématique bâtiment de la rue Etienne Dolet qui leur faisait office de siège, situé au bord de l’Yonne. Direction le boulevard Vauban dans les locaux qu’occupaient jusque-là Action Logement et l’ADIL 89.

 

AUXERRE : Du mouvement en perspective pour la Chambre de Commerce et d’Industrie de l’Yonne en ce début de cette saison, c’est sûr ! Avec au programme, l’installation des services généraux sur le lieu de leur nouvelle affectation qui est située boulevard Vauban près du rond-point de la rue de Paris, et ce, à compter du 27 octobre.

Voilà ce qui se profile, en partie, sur l’agenda chargé du président de l’honorable institution, Thierry CADEVILLE, qui a fait un point ces jours-ci avec la presse sur ces différentes opérations, devant chambouler les emplois du temps de chacun.

Si le pôle formation – il occupe l’une des ailes de l’actuelle CCI – ne devrait quitter l’édifice qu’au printemps 2023, il n’en est plus de même pour le service d’appui aux entreprises qui a intégré ses nouveaux bureaux à la pépinière d’entreprises il y a peu. Le pôle formation le rejoindra ultérieurement une fois les espaces d’accueil aménagés pour le recevoir.

 

 

L’UMIH et l’AER suivront le même mouvement…

 

En revanche, les services généraux et la direction de la chambre consulaire vont migrer vers un autre secteur de la ville, beaucoup plus proche du centre, boulevard Vauban.

Quant à la pépinière qui accueille de nombreuses entreprises, pour certaines, en phase d’envol, elle va subir un sérieux lifting en termes de travaux au vu de la vétusté de la plupart des bâtiments.

Le prévisionnel budgétaire concernant la première tranche – il y en aura d’autres – s’élève à 5 millions d’euros.

 

 

Dans sa besace, lors de ce déménagement prévu à la fin octobre, la CCI emmènera avec elle par effet gigogne deux structures qui étaient accueillies jusqu’alors dans ses murs, l’antenne icaunaise de l’UMIH (Union des métiers de l’industrie hôtelière) tenue par Corinne ROGUIER et celle de l’Agence Economique Régionale (AER), incarnée dans l’Yonne par Angélique FAVIER.

Pour l’heure, la CPME de l’Yonne, autre entité institutionnelle qui bénéficiait de bureaux au siège social de la rue Etienne Dolet réfléchit encore à son positionnement quant à son futur emplacement géographique.

 

Des anciens locaux destinés à la dynamisation du port de plaisance ?

 

Du côté d’Action Logement – la structure a cédé son bien immobilier à la CCI avant de s’implanter dans un nouvel espace -, son personnel restera encore quelques temps sur place avant de déménager.

Les services de l’ADIL (Agence départementale d’Information sur le Logement) se sont déjà installés eux depuis le mois de mars, rue du Moulin-du-Président sur la rive droite.

L’ancien siège social de la Chambre de Commerce et d’Industrie de l’Yonne de 3 500 mètres carrés a été racheté par l’entité régionale d’EPF (Etablissements Publics Fonciers) au profit de l’Agglomération de l’Auxerrois.

Un choix immobilier qui peut s’avérer éminemment stratégique pour la collectivité en vue de la dynamisation du port de plaisance, qui est implanté à quelques encablures de là…

 

Thierry BRET

 

 

Articles

Bannière droite accueil