Si les marchés boursiers devraient encore tanguer cette année, cela ne signifie pas pour autant qu’il faut arrêter d’investir. L’important est de conserver une vision de long terme et surtout de ne pas paniquer, nous l’avions évoqué dans le premier volet de cette analyse. Pour se protéger, les investisseurs peuvent recourir aussi à certaines techniques, comme le « Dollar Cost Averaging » (DCA). Elle consiste à investir sur un même actif (action, matière première, or, Bitcoin, etc.) un montant fixe à intervalles réguliers. Explications…

 

TRIBUNE : Ces intervalles peuvent être hebdomadaires, mensuels, trimestriels ou annuels. Le résultat est simple. La technique du « DCA » permet de réaliser des gains tout en lissant les risques sur la durée.

Dans les périodes baissières, en effet, seule une partie de l’investissement est affectée par la baisse des marchés, à savoir les derniers achats. À moins d’un krach boursier, le reste est protégé de la volatilité. Cela ne signifie pas, bien sûr, que l’investissement sera nécessairement rentable, mais les risques seront ainsi plus limités. 

Par ailleurs, les investisseurs peuvent, s’ils souhaitent profiter de la croissance des marchés sur la durée, miser sur des tendances émergentes et prometteuses comme la domotique ou la « cyber sécurité ».

Personne ne peut prédire l’avenir en matière boursière, c’est une évidence. DE même, personne ne peut annoncer que nous serons exonérés de krachs futurs. Pour celles et ceux qui ne sont pas prêts à prendre trop de risques, pour ceux qui veulent un placement sûr et disponible à tout moment il reste… le traditionnel Livret A !

 

 

« Le temps des cerises » où le client encaissait ses dividendes…

 

La rentrée sera sûrement chaude, compte tenu du climat social et économique. Le temps des petits boursicoteurs est donc révolu. Se mettre à une terrasse et lire son journal boursier en sirotant un café afin d’envisager les futurs arbitrages… : ne rêvons plus !

Les ordres de bourse passent à la nanoseconde ; les grands gestionnaires de l’investissement analysent l’évolution des comportements des investisseurs potentiels et arbitrent en conséquence… La finance comportementale et le BIG DATA (des systèmes capables d’intégrer des milliards de données en quelques secondes) gouvernent aujourd’hui la « planète boursière ».

Que dire de ces temps héroïques où les agents de change échangeaient les ordres de bourse à la criée au Palais Brongniart, en balançant leurs mégots de Havane au centre de la corbeille…

Que dire encore de ces touchantes mamies qui venaient à la banque, gants et voilette, pour encaisser, en espèces, le coupon de dividendes ou d’intérêts d’emprunts d’Etat… Ah j’oubliais : « elle avait des cerises sur son chapeau… » !

Enfin, à méditer pour celles et ceux qui veulent tenter l’aventure : « Règle numéro 1 : ne perdez jamais d’argent. Règle numéro 2 : n’oubliez jamais la règle numéro 1. » Warren BUFFETT, la huitième fortune mondiale par ses investissements en bourse !

 

Jean-Paul ALLOU

 

C’est presque une manne financière qui tombe du ciel en ces instants de forte mobilisation solidaire ! En tout cas, les responsables de l’association SITCH (Sénonaise Internationale Toute Cause Humanitaire), étonnés en recevant la somme, ne s’y attendaient pas ! Leur structure a été choisie par l’assureur mutualiste GROUPAMA Paris Val-de-Loire, généreux donateur d’une obole de mille euros, fruits d’une collecte participative des sociétaires lors des assemblées des dix caisses locales de la fédération de l’Yonne…

 

SENS : Le fac-similé du chèque est imposant de par sa taille. La somme qui est indiquée dessus l’est tout autant pour les deux membres de la structure associative, SITCH.

D’ailleurs, les deux récipiendaires de ce document sont encore un peu ébahis de recevoir ce précieux subside qui vont leur permettre de poursuivre leur mission d’entraide envers les réfugiés ukrainiens.

Mille euros ! Le chiffre résonne bien dans leurs têtes ! De quoi mettre du beurre dans les épinards de cette entité associative, bien connue dans le sérail icaunais, pour sa mobilisation tous azimuts depuis le mois de février dernier, en faveur du peuple d’Ukraine.

En temps normal, les interventions de cet organisme apparu en 1995 se concentrent plus spécifiquement sur l’achat et l’acheminement d’implants à vocation médicale. Des tiges en titane fort coûteuses – plus de 4 000 euros à l’unité-, conçues en Grande-Bretagne et que les chirurgiens de Kiev placent ensuite avec moult précautions près de la colonne vertébrale de leurs patients afin de les soulager de troubles musculaires du squelette.  

Oui, mais voilà, l’association a dû changer son fusil d’épaule, rendant son aide encore plus altruiste et adaptée aux besoins de la population depuis le 24 février. Date de l’invasion des forces russes chez leurs voisins…

 

 

SITCH, l’association qui passe de l’ombre à la lumière…

 

Soutenue par la plupart des clubs services de Sens (Lions, Rotary, Inner Wheel, Table Ronde…), l’association SITCH mobilise l’ensemble de ses bénévoles sur ce dossier, facilitant ainsi l’accueil de familles de réfugiés dans le nord de l’Yonne, expédiant vers l’est de l’Europe le fruit de nombreuses collectes alimentaires.

Sans omettre des choses plus terre à terre avec les travaux entrepris dans une maison à Thorigny-sur-Oreuse pour rendre plus confortable le séjour de ces personnes qui fuient la guerre et le totalitarisme.

Bref, c’est le reflet du quotidien de trente années de services rendus aux plus déshérités et aux oubliés de l’existence, le sacerdoce de cette structure peu habituée à briller dans la lumière, dixit ses deux représentants, Monique MATHEY, la vice-présidente et Dominique SNAUWAERT, le trésorier.

 

Le don symbolique d’un euro par participant aux assemblées des caisses locales…

 

Il n’en fallait pas davantage pour que le conseil d’administration de la Fédération départementale des Caisses locales de l’Yonne, à l’enseigne de l’assureur mutualiste GROUPAMA Paris Val-de-Loire, ne vienne bouleverser la donne, offrant un sérieux coup de projecteur à la structure.

Comment ? En la choisissant comme bénéficiaire de son challenge participatif né des rencontres avec ses sociétaires, inhérentes à la tenue des dix assemblées générales des caisses locales que compte le département.

Sur le principe d’un don basique d’un euro effectué par participant à ces réunions statutaires, GROUPAMA a obtenu un pactole de mille euros au terme de son tour des caisses de l’Yonne, suffisant pour satisfaire les heureux bénéficiaires de l’action, les dirigeants de SITCH.

Un choix opportun à plus d’un titre puisque le conseil d’administration de la fédération des caisses de l’Yonne avait jeté son dévolu cette année sur une intervention favorisant le soutien à l’Ukraine.

« On nous a recommandé cette structure de Sens, confirme le président Pascal MAUPOIS, un nom que notre responsable d’agence de Sens nous avait aussi glissé aux oreilles ! ».

SITCH devrait employer cette somme à l’acquisition de garrots – une commande est en cours – devant être expédiés ensuite vers Kiev.

Quant au spécialiste de l’assurance, il a fait acheminer dès le début du conflit deux hôpitaux de campagne vers l’Ukraine pour y accueillir des réfugiés fuyant le pays.

 

Thierry BRET

 

Bon ! Soyons clairs et ne versons pas dans une forme de modestie aussi vaine que fausse ! La REF, soit la « Rencontre des Entrepreneurs de France » millésime 2022, aura une fois encore été l’évènement majeur de cette rentrée. Outre le succès « populaire » qu’elle aura rencontré avec plus de 10 000 participants sur les deux journées, elle aura vu se succéder aux différentes tribunes ouvertes sur les pelouses de l’hippodrome de Longchamp, une pléiade de personnalités de tous horizons, de tous bords et de tous pays !

 

TRIBUNE : Rien que du beau monde, garanti « authentique et sincère » - on n’est pas naïfs non plus ! - avec des chefs d’Etats, des chefs de gouvernements, des ministres (presque tous !), des parlementaires, des universitaires, des scientifiques, des philosophes, des sportifs, des gens qui ont des choses à dire et même d’autres parfois qui n’ont rien à dire du tout mais qui le disent quand même ! Bref, tous les ingrédients nécessaires à faire de ce rendez-vous un incontournable que beaucoup, disais-je, n’auront pas contourné ! Et moi le premier !

Vous me direz que j’y étais pour faire le job et qu’à ce titre je n’ai pas vraiment de mérite ! Pas tout à fait faux, en soi. Mais, permettez-moi tout de même de vous dire que, bien que j’y fut pour participer à la représentation de notre cher MEDEF Yonne, ce n’est pas pour autant que je me suis interdit d’ouvrir mes yeux et mes oreilles en grand et de demander à ma cervelle, un minimum d’effort de compréhension et d’analyse.

Car si le lieu est vraiment très agréable, que les gens ont bonne mine au retour des vacances et que tout ceci fleure bon l’envie de flâner de stand en stand à un rythme de sénateur, les échanges et débats sont d’un niveau exceptionnel et ils font du bien à l’intellect ! Allez, on plonge dans la REF 22 pour quelques morceaux choisis, avec pour commencer la séquence émotion !

 

 

Une ouverture de poids avec le discours de Volodymir ZELENSKI…

 

 

Avant même l’ouverture officielle par Geoffroy ROUX DE BEZIEUX, la première journée a vu apparaître sur les écrans géants, le Président de la République d’Ukraine, Volodymir ZELENSKY himself, en direct de Kiev !

Dès le début des réjouissances, c’était donc du très lourd ! Bien sûr, il n’aura pas manqué de rappeler combien la situation de son pays est dramatique et combien il en appelle aux démocraties de l’Occident et d’ailleurs, de lui venir en aide, voire d’œuvrer pour que cesse cette guerre d’un autre temps, aussi stupide qu’injuste.

Mais le message qu’il souhaitait avant tout faire passer aux patrons Français, c’est bien celui des perspectives d’une reconstruction de son pays, qui finira bien par arriver et dont il souhaite qu’ils soient des acteurs majeurs ! Et si jamais ses accents de sincérité ne suffisaient pas à les convaincre, il n’aura pas manqué l’occasion de rappeler que l’évaluation faite aujourd’hui du coût de cette reconstruction, atteint des niveaux astronomiques de l’ordre de 600 à 800 milliards de dollars !

 

 

De l’anxiogène, de la sobriété et du superfétatoire : bonjour, l’angoisse !

 

Et puis, il y eut le grand discours d’ouverture du Président du MEDEF. Lancé tous haut-parleurs hurlants sur les accords et les paroles de la chanson du groupe Téléphone «  Un autre monde », tout un symbole, Geoffroy ROUX DE BEZIEUX s’est livré à l’exercice consistant à dresser le panorama quasi exhaustif d’une actualité pour le moins riche, tout autant que complexe et dramatique à bien des égards.

Et dans le domaine, il faut noter qu’il aura réussi le tour de force de ne jamais verser dans quelque forme de pessimisme, de défaitisme ou d’abattement que ce soit. Il y aurait pourtant eu de quoi, lorsque l’on songe que parmi les sujets abordés, on trouve pêle-mêle : la sobriété énergétique, la souveraineté énergétique et industrielle, la sobriété budgétaire (rien que du « sobre » !).

Mais aussi, la guerre en Ukraine, le coût de l’énergie, l’inflation, la situation économique de la France, la décarbonation (rien que de l’anxiogène !).

Sans oublier : assurance chômage, retraites et fiscalité, (rien que du qui fâche !). Et puis, comme s’il en fallait encore un peu : les superprofits, les jets privés et même le barbecue (rien que du symbole superfétatoire !).

Chapeau l’artiste ! De la belle ouvrage en somme et il faut bien le souligner, un talent certain d’orateur qui aura considérablement contrasté avec la performance, disons moins flamboyante, en tout cas sur la forme, de celle qu’il l’aura suivi à la tribune, je veux bien sûr parler d’Elisabeth BORNE, notre Première Ministre.

 

La sobriété des entreprises : de la menace ou de l’incitation ?

 

Alors évacuons tout de suite la question de la prouesse oratoire. Pour paraphraser une réplique célèbre, disons qu’elle n’a pas intérêt à tout miser dessus !

Mais, occupons-nous plutôt du fond, parce que là, on relève des sujets qui nous intéressent et nous touchent bigrement. Des sujets qu’elle aura abordés en prenant bien soin de ne pas uniquement caresser le patronat dans le sens du poil !

Car après avoir salué tout le monde, remercier aimablement le Président du MEDEF pour son invitation et rappelé le soutien indéfectible de la France envers l’Ukraine, elle n’aura pas mis longtemps à mettre sur la table la question ultrasensible de l’énergie et des perspectives de pénurie qui guettent notre pays.

Et là, soyons clairs, les entreprises ont intérêt à se mettre en coupe rangée, derrière le plan de sobriété énergétique préparé par le gouvernement, sinon gare à elles ! Et difficile de dire si tout ceci a été prononcé sur le ton de la menace, ou bien sur celui de l’incitation forte, le phrasé monocorde omniprésent permettant difficilement de trancher !

 

 

« En cas de coupures, les entreprises seraient les premières touchées ! »…

 

Frissons et émoi dans les gradins ! Les nuques se sont raidies et les poils se sont dressés sur les échines lorsque la maîtresse d’école a parlé !

Car certes, si elle a bien pris le soin de faire la démonstration avec force pédagogie des raisons multifactorielles qui pourraient nous amener à une situation de pénurie de gaz et d’électricité cet hiver, la phrase a claqué comme une porte dans un courant d’air : « si on devait arriver aux coupures, les entreprises seraient les premières touchées ! ».

Et puis, un peu plus tard, après avoir expliqué que les entreprises devaient faire le maximum d’économies : « il faut préférer les économies choisies plutôt que les coupures subies ! ».

Menace ou incitation forte, vous disais-je ? « That is the question » et chacun se fera son idée. Mais quoi qu’il en soit tout ceci nous interpelle. Alors bien sûr, Bruno LE MAIRE, dès le lendemain, aura tenu des propos beaucoup plus nuancés sur le sujet. Mais, nous le savons bien. Il n’y a pas de fumée sans feu et nous devons rester sur nos gardes. Prenons juste ici un peu de temps pour décortiquer tout ça.

 

 

Un recyclage évident avec les « ambassadeurs de la sobriété en entreprise »…

 

Tout d’abord, les chefs d’entreprises n’ont pas attendu Madame BORNE pour faire des économies ! Et oui, ils prendront toute leur part dans le plan de sobriété voulu par le Président de la République.

Reste encore à en connaître toutes les modalités et pour ça, il faudra sans doute attendre le 01er octobre. Tout bon patron qui se respecte regarde son compte d’exploitation et sait bien sur quels leviers il doit et peut agir lorsqu’il constate de la dérive budgétaire !

En matière de coût de l’énergie, nous avons atteint de tels niveaux au cours de ces derniers mois (et ce n’est pas fini, hélas !), que des mesures drastiques ont déjà été mises en place partout où c’était possible afin de réduire les consommations, faute de pouvoir jouer sur les prix.

Mais, il reste cependant bien évident que lorsque qu’il s’agit de faire fonctionner l’outil de production, il est rarement possible d’imaginer, du jour au lendemain, une situation alternative au gaz ou à l’électricité. Et ce n’est pas la création des « ambassadeurs de la sobriété en entreprise », forme de recyclage, des ambassadeurs COVID (et même si le recyclage, c’est dans l’air du temps !) qui changera fondamentalement la donne, aussi généreuse que soit l’idée.

Soyons lucides ! La Première Ministre l’a d’ailleurs rappelé : « nous avons besoin d’une transition énergétique radicale pour sortir des énergies fossiles ». Mais, une telle transformation, pour ne pas dire révolution, va demander des moyens considérables et une temporalité incompatible avec le court terme !

En outre, une récente analyse montre que pour faire aboutir la décarbonation de l’économie, nous aurons un besoin massif de capital. D’ici à 2030, les entreprises devront investir au bas mot 40 milliards d’euros par an pour réduire les émissions de CO2 de moitié. Cela représente 20 % d’investissements supplémentaires par an. C’est dire si nous avons besoin qu’elles soient performantes et profitables pour atteindre de tels niveaux.

Alors de grâce, Madame BORNE, ne commençons pas par leur couper les pattes en leur coupant le gaz et l’électricité !

 

Il faudra compter sur les entrepreneurs de France qui ne sont pas des parasites !

 

Il est cependant rassurant de constater que dans son esprit, «  radical » ne veut pas dire violent, subi ou décroissant, car dixit : « la décroissance n’est pas la solution. Elle attaquerait notre niveau de vie, elle mettrait en péril le financement de notre modèle social, elle braquerait nos concitoyens et nous empêcherait d’avancer ».

Et d’ajouter que : « la solution viendra d’une croissance nouvelle, réorientée, car la transition écologique est une opportunité qui permettra d’innover, de transformer les filières existantes, d’en créer des nouvelles, de renforcer notre souveraineté et de créer de nouveaux emplois ».

Alors là, nous disons chiche, Madame BORNE ! Et si quelqu’un en doute encore, tout ceci ne pourra se faire qu’avec les entrepreneurs de France qui ne sont pas, malgré les thèses de certains, que des parasites, n’est-ce pas ?!

Bien au contraire, ils sont la solution et ils détiennent, notamment par leur capacité d’innovation, leur prise de risque et leur engagement, les clés qui permettront au pays d’aller vers cette transition dont nous savons qu’elle est incontournable !

C’est aussi de cela dont on parle dans les allées de la REF ! Quiconque s’y est rendu l’aura constaté et en sera ressorti convaincu. Car le MEDEF est un formidable catalyseur qui sait comme personne donner l’élan nécessaire et mettre en ordre de marche les énergies et les bonnes volontés indispensables à une telle ambition.

Alors pour conclure, Geoffroy ROUX DE BEZIEUX a indiqué qu’il regrettait que notre monde, en cette rentrée 2022, « ne soit pas au regard des circonstances, celui dont nous avions pu rêver en 1984 avec le groupe Téléphone ».

Et force est de constater que, si tous ignorent si c’est la fin de l’insouciance, les patrons n’ont jamais vraiment été insouciants. En tout cas, ils savent que ceci les oblige et ils ont bien conscience qu’ils devront apporter des réponses et trouver des solutions.

C’est aussi pour ça qu’ils étaient à la REF et c’est pour ça qu’ils y seront de nouveau en 2023 et au-delà ! Alors à l’année prochaine pour la REF 23 ! Et vive le MEDEF et vive les entrepreneurs de France !

 

Claude VAUCOULOUX

 

Délégué général du MEDEF de l’Yonne 

 

On prend les mêmes et on recommence dans ce jeu de dupes qui se nomme notre existence ! Une fois encore, les citoyens de ce beau pays qu’est la France, championne du monde de l’abondance technocratique inadaptée, de la fiscalité à tout crin, des retards légendaires et multiples à répétition et des incohérences administratives les plus discutables, deviennent les otages de situations ubuesques dont ils ne possèdent ni la connaissance exacte ni la parfaite maîtrise pour s’en sortir.

Subir encore et toujours tels des « moutons de Panurge » que l’on mène à l’abattoir en permanence à grands coups de bâton sur le flanc est donc devenu notre destin sur ce territoire que plus personne nous envie. Triste sort, en vérité !

Le dernier épisode en date de cette longue saga estivale faite de privations de liberté et d’atteintes récurrentes à nos consciences – crise énergétique, alimentaire, sanitaire - concerne l’univers fumeux et obscur de la télévision.

Un marigot obscur où le parisianisme est impérial, et où s’exerce le pouvoir des puissants et des lobbys, sous le sceau de l’argent roi qui dégouline dans toute sa splendeur comme principe de fonctionnement basique.

 

 

 

Le bon vieux temps de l’ORTF, de ses grèves et de sa mire le 01er mai !

 

 

Contre toute attente, les adeptes du petit écran – quoi qu’on en dise et quoi qu’on en pense malgré les potentialités offertes par la technologie du numérique demeurent en très grand nombre dans notre pays – ont eu la très désagréable surprise de constater l’absence d’images sur certains de leurs canaux habituels (à savoir l’ensemble des chaînes émises par le groupe TF1) une fois rentrés à la maison après leur journée de travail ou de loisirs pour celles et ceux des retraités qui peuvent encore se les payer, ce vendredi.

A la place des programmes coutumiers et attendus, figurait sur l’écran du téléviseur un sobre panneau figé en guise de mire, évoquant le bon vieux temps où l’ORTF se mettait en grève à dose répétitive au moindre soubresaut social ou suspendait sa programmation quotidienne tout de go le jour du sacro-saint 01er mai.

Privant ainsi des millions de téléspectateurs de leur seul moyen de distraction et de communication, des personnes parfois âgées, malades et handicapées, le plus souvent ancrée dans leur solitude dont on se moquait éperdument…C’était la « télé » à la « papa » ! La grande époque…

 

 

 

Des téléspectateurs qui se sentent cocufiés par ces décisions…

 

Aujourd’hui, rien n’a vraiment changé dans le très cher paysage audiovisuel français, le fameux « PAF » qui vient de nous bourrer le pif d’un coup brutal asséné ce vendredi, en ne respectant ni ses téléspectateurs, leurs clients, qui leur sont néanmoins encore fidèles – même si la tendance est nettement baissière depuis plusieurs années au niveau de la fréquentation – ni les annonceurs, ces acteurs de l’économie qui font vivre en partie tout le système avec de coquettes enveloppes publicitaires à la clé.

 

Ecran noir pour nuits blanches pour les férus de LCI !

 

A la seule différence près, que les abonnés des chaînes cryptées telles que CANAL + ou d’autres paient au prix fort les accès à ces bouquets télévisuels privilégiés et se sentent depuis vingt-quatre heures, et pour combien de temps encore, cocufiés par des décisions arbitraires dont ils ont à subir au bout du compte les foudres. N’y-at-il pas une règle d’or applicable dans les pratiques commerciales qui s’entendent d’ordinaire pour affirmer que les clients ont toujours raison ?

Dans un communiqué de presse, CANAL + fait savoir que « dans le cadre du renouvellement du contrat de distribution de ses chaînes, le groupe TF1 a manifesté sa volonté de revoir profondément ses exigences commerciales à compter du 31 août 2022… ».

En terme clair, les négociations entre les deux parties en présence ne se sont pas bien déroulées. En cause, les « exigences infondées » de la première chaîne jugées déraisonnables pour CANAL +, le distributeur via sa plateforme, qui rappelle que ces chaînes sont accessibles gratuitement et doivent le rester.

Outre TF1, c’est aussi TMC, TFX, TF1 Séries Films et la chaîne d’information LCI qui disparaissent donc des radars ! Un écran noir pour nuits blanches pour les férus de l’information en boucle !

 

 

A quand la ristourne sur les tarifs pour être amputé de plusieurs chaînes ?

 

Une affaire pour laquelle l’Etat était déjà intervenu il y a quatre ans après plusieurs mois de conflit, pour les mêmes raisons, lors de la renégociation du contrat de l’époque.

Mais, au-delà de ces tergiversations épisodiques liées à des histoires de gros sous et de querelles intestines où la rentabilité reste le maître mot, quid de la véritable relation clientèle qui lie tous ces groupes avec les téléspectateurs, leurs clients ?

Voire de leurs annonceurs qui doivent quand même l’avoir très mauvaise au vu de la tournure des évènements !

D’autant qu’il n’est pas prévu visiblement pour les abonnés de CANAL +, du moins à l’instant « t », une ristourne conséquente, côté tarification, alors qu’ils se voient amputés de plusieurs chaînes stratégiques importantes de leur bouquet !  

Avant que les choses ne se solutionnent tôt ou tard – croisons les doigts ! -, il serait grand temps au vu du contexte sociétal actuel, soit la succession ininterrompue de mauvaises nouvelles aux conséquences répressives pour le commun des mortels qui vont devoir se serrer la ceinture sur à peu près tout et son contraire, que tous ces acteurs économiques soit disant responsables ne prennent plus d’initiatives aussi honteuses et hasardeuses à l’avenir, en coupant systématiquement le robinet sur tous nos moyens consuméristes.

Faisant des Français de véritables « otages » dans leur propre pays, eux qui subissent déjà de plein fouet comme un boomerang les affres des sanctions économiques de la géopolitique de l’instant…

 

Thierry BRET

 

 

Forcément, l’ambiance sera au rendez-vous de ce match au sommet pour tous les Auxerrois. Après avoir longtemps espérés renverser la vapeur face à l’autre « olympique » de la semaine (Lyon) ce mercredi, ne cédant finalement que d’un but d’écart avec les honneurs (2-1), les protégés de Jean-Marc FURLAN rêvent de réaliser un grand coup après leurs brillants débuts en Ligue 1…

 

AUXERRE : Côté sécurité, la préfecture de l’Yonne n’a pas ergoté sur les moyens afin de contenir tout débordement intempestif des supporters marseillais au tempérament de feu ! Pas de loin de 500 représentants des forces de l’ordre pour encadrer tout ce petit monde ! Les méridionaux aiment se déplacer : ils viendront nombreux encourager leur équipe fétiche, pilotée par le charismatique Igor TUDOR.

Qu’à cela ne tienne, les Marseillais trouveront du répondant en face. Tant sur la pelouse que dans les tribunes ; celles-ci accueillant 18 500 supporters ! Un stade de l’Abbé Deschamps complet comme un œuf, cela ne s’était pas vu depuis très longtemps et cela ne pourra qu’aiguiser les ardeurs offensives de la bande à Mathias AUTRET et à Hamza SAKHI, ce dernier venant de proroger son contrat jusqu’en juin 2025.

 

 

Face aux velléités offensives du troisième du championnat, qui retrouvera d’ici quelques semaines l’atmosphère envoûtante de la Ligue des Champions, les joueurs de l’AJ Auxerre, bon neuvièmes, devraient se sentir pousser des ailes dans le dos pour contrer les attaques phocéennes, de plus en plus véloces au fil des rencontres.

Il manquera pourtant un sacré atout à l’OM pour être à l’aise dans ses baskets : la présence du douzième homme ! A la solde, en masse, des Bourguignons !

 

Thierry BRET

 

Articles

Bannière droite accueil