Découvrez nos partenaires

bloc-marque-culture-couleur1.jpg
logo-festins-de-bourgogne.jpg
logo-credit-agricole-90x90.jpg
logo-cifa-89-auxerre-2020.png
groupama_small.png
logo-cerfrance-bfc-accueil.png
capeb-logo.png
banque_populaire_bfc.png
logo-cm.jpg
logo-edf-site.jpg
ccj-logo-petit-1.jpg
ordre-des-experts-comptables-de-bourgogne-franche-comte.jpg
Région Bourgogne France-Comté
Lycée Saint-Joseph de la Salle
Caisse d'épargne Bourgogne Franche-Comté
logo-atelier-de-l-immo-auxerre-2.jpg
logo-atelier-de-l-immo-auxerre-1.jpg
Groupe La Poste

Nos partenaires

bloc-marque-culture-couleur1.jpg
logo-festins-de-bourgogne.jpg
banque_populaire_bfc.png
capeb-logo.png
Lycée Saint-Joseph de la Salle
Caisse d'épagne Bourgogne Franche-Comté
cerfrance bfc
Communauté de Communes du Jovinien
logo-edf-site.jpg
logo-cifa-89-auxerre-2020.png
logo-cm.jpg
groupama_medium.png
logo-credit-agricole-90x90.jpg
région Bourgogne Franche-Comté
logo-atelier-de-l-immo-auxerre-2.jpg
logo-atelier-de-l-immo-auxerre-1.jpg
Ordre des experts comptables de Bourgogne Franche-Comté
20211006_lpg_logo_cmjn-616fec3863034.png

Illustré par de magnifiques aquarelles du talentueux Roger HIRSCH, l’un de ses derniers opus, consacrés aux « Vins de l’Yonne », trônait en bonne position sur le stand de l’auteur de ce FESTILIVRES trente-et-unième du nom. Aux côtés de ses ouvrages, réalisés au gré de ses envies épistolaires sur les personnages clés de la Bourgogne ou d’ailleurs. A 88 ans, le quintuple ex-ministre et ancien édile d’Auxerre n’a rien perdu de sa verve ni de son empathie auprès du public. Un public qui lui rend bien,  d’ailleurs…

 

MONETEAU : Que serait Auxerre sans ses deux icônes de référence que sont Guy ROUX, pour le côté sportif des choses, et Jean-Pierre SOISSON, l’une des personnalités politiques marquantes que compte l’Hexagone depuis ses premiers pas dans le sérail de la sphère publique en…1967 !

La présence de ce personnage atypique – et toujours aussi sympathique envers son prochain – au 31ème salon du livre et de la bande dessinée concoctée par l’association ANICOM aura été remarquée ce dimanche, dans l’enceinte du SKENET’EAU.

Un Jean-Pierre SOISSON très amoureux de son territoire et de ses terroirs qui a consacré un ouvrage en 2020 à sa passion des vins de l’Yonne dont il fit assurément la promotion auprès de ses camarades parlementaires et gouvernementaux à chaque déplacement dans la capitale de l’Hexagone.

Un écrivain, féru d’histoire aussi, puisque sa plume a narré dans de somptueuses biographies les existences de Charles-Quint, Charles le Téméraire, la princesse de Bourgogne Marguerite ou encore de Jacques AMYOT.

L’ancien président du Conseil régional de Bourgogne possède une incontestable cote auprès d’un lectorat qui aime découvrir le fil de l’histoire à travers ses livres. Disponible et accessible, Jean-Pierre SOISSON a pu discuter longuement avec ses fidèles admirateurs, qui apprécient également l’homme de lettres dans sa quête épistolaire…

 

Thierry BRET

 

 

 

Par ici la bonne soupe ! La période, automnale, l’autorise même si les températures ambiantes incitent davantage à déguster des entrées froides, à base de crudités, plutôt que de chauds et savoureux veloutés encore tout fumant d’onctuosité. Mais que les épicuriens et personnes altruistes de tout poil se rassurent : la météo prévue le dimanche 06 novembre devrait être bien moins clémente côté chaleur le jour de la Foire Saint-Martin, date de la 4ème « Soupe des Chefs », concoctée par le Lions Club Auxerre Phoenix au profit de l’association « Cap Saint-Martin »…

 

AUXERRE : On s’en pourlèche déjà les babines par avance ! D’autant que l’évènement mêle agréablement le geste solidaire servi dans une bouteille de cinquante centilitres achetée pour la bonne cause à la découverte épicurienne et goûteuse de plusieurs recettes de potages élaborées par des « toques » dont la renommée dépasse aujourd’hui le cadre strictement local.

Réunir lors d’un évènement à vocation 100 % altruiste six chefs aux talents affirmés de l’Auxerrois nous invitant à partager le fruit de leur imaginaire débridé obtenu derrière les fourneaux est on ne peut plus savoureux sur le principe.

Si on y ajoute à cela le zeste subtil de l’achat utile au profit d’une œuvre sociale soutenue par un club service – le Lions Club Auxerre Phoenix –, l’objectif est donc parfaitement atteint.

 

 

Une quantité de soupe plus importante à emporter et à déguster !

 

Un but que perpétue avec ce quatrième rendez-vous la structure associative auxerroise renouant ainsi avec cette habitude culinaire solidaire qui fut occultée presque trois ans durant du fait de la crise sanitaire.

Même si les consommateurs ne retrouveront pas tout à fait encore dimanche prochain les modalités opératoires habituelles établies lors des éditions précédentes. Exit donc le bol de soupe à déguster sur place afin de se réchauffer entre amis avant de vaquer à la découverte des stands de la Foire Saint-Martin, place au seul achat possible de la bouteille de 50 cl des fameux breuvages qui sera permis.

Qu’à cela ne tienne : la quantité de soupe à déguster n’en sera que plus importante à emporter grâce au conditionnement et à la pasteurisation offerts par l’un des partenaires historiques de la manifestation,  FESTINS de Bourgogne.

Sachant que six variétés de potages seront proposées à l’achat sur le point rencontre du Lions Club Auxerre Phoenix, place de l’Arquebuse à Auxerre, sous le marché couvert.

 

 

Potirons, châtaignes, champignons, carottes…les légumes de saison en mode culinaire !

 

Pour vous mettre l’eau à la bouche, citons-les afin de titiller d’ores et déjà les papilles des gourmets : le velouté de carottes à l’orange du chef Eric GALLET (Le Bourgogne), le velouté de champignons à l’estampille du chef Vincent GRASSIN (La Renaissance), le velouté de chou-vert aux poires signé François LIEBAERT (Le Noyo), le véritable « Dubarry » à la mode de Pascal LOULMET, le chef du « Chaumois » - le restaurant accueilli au sein du Mercure-, la soupe de châtaignes concoctée par Eddy PLANCHARD, des FESTINS, et la soupe de potiron au miel qu’aura préparé avec sa griffe spécifique le propriétaire du « Moulin de la Coudre », Jean-Pierre VAURY. Bref que du lourd et du fort bon dans le landerneau de la gastronomie locale !

Vendues à des prix fort attractifs, ces soupes permettront au club service de collecter un maximum de fonds au profit de l’association « Cap Saint-Martin », une structure ayant en charge la gestion de « La Maison d’Hélène » à Saint-Martin-sur-Ouanne. Ce concept favorise l’accueil, l’espoir et la joie de vivre qui sont réservés aux personnes atteintes du cancer et à leurs familles en leur proposant des séjours de détente, des soins de confort et des ateliers gratuits.

Joindre le savoureux à l’agréable se présente sous d’excellents auspices le 06 novembre prochain avec cette vente de soupe si particulière où la régalade ne s’effectuera pas uniquement dans l’assiette…

 

 

En savoir plus :

 

Foire Saint-Martin à Auxerre

Le dimanche 06 novembre 2022

A partir de 10 heures, sur le stand du Lions Club Auxerre Phoenix.

Espace « Agricole » sous le marché couvert.

Vente de bouteilles de 50 cl de soupes cuisinées par des six chefs de l’Auxerrois.

Une tombola avec carte-cadeau d’un repas pour deux personnes offert par les chefs sera organisée.

Dégustation d’un verre de vin par un viticulteur de Chablis sur place.

  

Thierry BRET

 

 

Un tiers des entrepreneurs exerçant leur savoir-faire en Bourgogne Franche-Comté sont en réalité des entrepreneuses. Un argument de poids que ne peuvent plus ignorer les acteurs de l’économie. Les responsables du Crédit Agricole Champagne-Bourgogne eux l’ont parfaitement compris en soutenant le PAREF, le Plan d’actions régional pour la promotion et le développement de l’entrepreneuriat des femmes…

 

DIJON (Côte d’Or) : C’est une signature forte en symbole pour l’établissement bancaire. En paraphant la charte du PAREF, Plan d’actions régionales pour la promotion et le développement de l’entrepreneuriat des femmes, l’entreprise conforte sa position en faveur des porteuses de projets, fortement implantées en Bourgogne Franche-Comté puisqu’elles sont au nombre de 47 000 dirigeantes de société.

Une analyse de l’INSEE le précise, un tiers de ces femmes exercent leur statut de cheffe d’entreprise dans le domaine des services (coiffure, restauration…), dans celui de la santé et du bien-être (infirmières, esthéticiennes…), dans l’agriculture (20 % des exploitantes) et bien évidemment dans le commerce pour 14 % d’entre elles.

 

 

 

Commentaires de Laurent HARO, directeur général adjoint au Crédit Agricole Champagne Bourgogne : « la parité hommes/femmes constitue une priorité pour façonner durablement le territoire. Avec cet engagement au sein du PAREF, c’est de faire mieux, de faire plus, en faveur des entrepreneuses de la région qu’elles soient commerçantes, agricultrices, infirmières libérales, médecins ou encore restauratrices… ».

Dix-neuf partenaires composent désormais le PAREF de Bourgogne Franche-Comté dans lequel on retrouvera les réseaux d’accompagnement à la création/reprise d’entreprise (ADIE, BGE, CCI, France Active, Réseau Entreprendre, Initiative France…), le MEDEF, la CPME, l’Ordre des Experts-comptables ainsi que l’association 100 000 Entrepreneurs. La « banque verte » rejoint ainsi ce réseau de poids en faveur de l’entrepreneuriat au féminin…

 

Thierry BRET

 

 

 

Il y a le feu dans la maison, c’est sûr, pour bon nombre de TPE et de PME hexagonales depuis plusieurs semaines sur la question de l’énergie. Dernière structure à tirer le signal d’alarme pour mettre un ola à cette dérive inflationniste exacerbée qui est appliquée par certains fournisseurs, l’U2P ! L’organisme demande de revoir de toute urgence les conditions proposées par les offres contractuelles, jugées trop abusives…

 

DIJON (Côte d’Or) : Rien ne va plus pour le monde de l’entrepreneuriat, côté factures énergétiques ! Surtout pour les TPE (Toutes petites entreprises) exclues du bouclier tarifaire mis en place par l’Etat, du fait de leur niveau de consommation.

Ces entités se retrouvent aujourd’hui confrontées à un mur, avec un prix de l’énergie qui a été multiplié par dix, voire par quinze, dans le cadre du renouvellement de leur contrat.

Malgré les initiatives prises par le gouvernement pour endiguer ce flux de mauvaises nouvelles – la signature avec les principaux fournisseurs d’énergie il y a quelques semaines -, ces structures professionnelles ne sont pas éligibles au dispositif de soutien « ENERGO » qui vise à compenser les coûts énergétiques des entreprises consommant beaucoup de gaz et d’électricité.

 

 

Revoir les modalités d’application du bouclier tarifaire…

 

C’est là qu’entre dans la danse l’Union des Entreprises de Proximité de Bourgogne Franche-Comté (U2P) qui réclame en toute urgence de revoir les conditions et l’articulation de ces différents outils dont ne profitent guère les TPE régionales.

Secrétaire général de l’organisme, Jean-Marc THIRION est on ne peut plus clair sur les intentions de l’U2P, même si l’organisme reconnaît à sa juste valeur les mesures gouvernementales qui visent à limiter l’impact de la hausse des tarifs du gaz et de l’électricité, au nom de la sobriété énergétique.

« Le bouclier tarifaire doit être ouvert aux entreprises de moins de vingt salariés, explique-t-il, et accessible aux entreprises qui, en raison de leur activité fortement consommatrice d’énergie dépassent aujourd’hui la puissance maximale autorisée pour être éligible à ce bouclier tarifaire (36KVa). Je pense notamment à celles qui utilisent des fours ou des chambres froides… ».

En second lieu, il estime que « les aides « ENERGO » doivent prendre le relais et être simplifiées ». Rappel : il existe un simulateur (https://www.impots.gouv.fr/simulateur-aide-gaz-electricite) permettant d’obtenir un aperçu de ce dispositif.

Inquiet, le secrétaire général de l’U2P Bourgogne Franche-Comté se demande ce qu’il adviendra de nombreux chefs d’entreprise de proximité si la situation n’évolue pas. Sans doute, seront-ils contraints de réduire leur activité, voire de l’arrêter de manière définitive car la clientèle ne sera plus en mesure de supporter les hausses successives de tarifs permettant de préserver la rentabilité de leur activité.

L’U2P appelle au dialogue afin d’optimiser et de simplifier les dispositifs de compensation ou de protection des entreprises, avant qu’il ne soit trop tard…

 

Thierry BRET

 

Objectifs prioritaires du dispositif novateur qui a été porté sur les fonts baptismaux ce lundi 24 octobre à la préfecture de l’Yonne : l’amélioration du partage de l’information et le renforcement de la coordination de l’ensemble des administrations compétentes qui interviennent en matière de lutte contre la délinquance environnementale. Un vaste programme d’interactions entre l’Etat et la justice qui ne part pas d’une feuille vierge. Mais, dont il faudra élargir le cadre à partir d’un cahier des charges construit, faisant office de véritable stratégie…

 

AUXERRE : D’ores et déjà, il faut se remémorer ce nouvel acronyme : le COLDEN pour « Comité opérationnel de lutte contre la délinquance environnementale ». Un nouveau dispositif de vigilance se voulant fédérateur entre les services ad hoc qui aura pour mission de fixer les objectifs en matière de lutte contre les atteintes à l’environnement.

Celles-ci prennent visiblement de plus en plus d’importance dans le landerneau même si aucune statistique officielle n’aura été communiquée lors de la conférence de presse, accueillie dans l’une des salles de travail de la préfecture de l’Yonne ce lundi après-midi, visant à définir les contours.

Une chose est sûre : entre l’Etat et son représentant, le préfet Pascal JAN, et la justice, Hugues de PHILY, procureur de la République près le tribunal judiciaire d’Auxerre, on est au diapason à propos de la formalisation de ce projet. Un concept dont la réunion liminaire aura vu en début d’après-midi la présence de différents acteurs liés à cette lutte contre la délinquance environnementale, la Gendarmerie nationale, la police, la DREAL, la DTT, les douanes, la DSPT, l’ONF, l’Agence régionale de Santé, etc.

 

 

Un comité qui aura toute son utilité pour assurer la protection de l’environnement…

 

A l’instar de bon nombre de départements de l’Hexagone qui en sont aujourd’hui pourvus, le territoire de l’Yonne va donc pouvoir s’appuyer sur ce comité qui n’a rien de « Théodule » comme le précisait jadis avec malice le Général de Gaulle qui s’insurgeait contre la prolifération exponentielle de ces commissions qui parfois tournaient quelque peu en rond !

Le COLDEN aura toute son utilité au service de la politique pénale exercée par la justice en matière environnementale comme il le sera aussi pour sensibiliser les citoyens mais également les professionnels sur la préservation nécessaire de la nature et à son respect.

En cela, on peut penser aux infractions commises sur les zones naturelles, les milieux aquatiques et l’eau, l’augmentation des déchetteries sauvages, les nuisances dont font l’objet régulièrement les espèces animales et végétales protégées : la liste est loin d’être exhaustive.

Comme le précise la Charte de l’Environnement, adoptée le 24 juin 2004 – elle fut promulguée dès l’année suivante – « la préservation de l’environnement doit être recherchée au même titre que les intérêts fondamentaux de la nation… ».   

Le COLDEN apparaît donc comme une réponse appropriée de l’Etat et de la justice pour lutter efficacement contre cette délinquance environnementale qui s’appuie aussi sur de la sensibilisation et de la pédagogie, orientée tant au niveau des citoyens que des acteurs du monde économique.

 

Thierry BRET

 

 

 

Articles

Bannière droite accueil