Découvrez nos partenaires

logo-festins-de-bourgogne.jpg
logo-puissaye-forterre.png
logo-edf-site.jpg
logo-cifa-89-auxerre.png
logo13q-1.jpg
logo-iseal-salon-coiffure-auxerre.jpg

Découvrez nos partenaires

logo-festins-de-bourgogne.jpg
logo-puissaye-forterre.png
logo13q-1.jpg
logo-edf-site.jpg
logo-cifa-89-auxerre.png
logo-iseal-salon-coiffure-auxerre.jpg

Opération s’inscrivant dans le cadre du plan de cohésion sociale de la Ville d’Auxerre, le programme de construction de douze logements, Rive droite, donnera naissance à la résidence LAMBARENE. D’ici décembre 2019, trois bâtiments distincts accueilleront des appartements modernes et fonctionnels, compris entre le T2 et le T5…

AUXERRE : La pose de la première pierre d’un nouvel édifice demeure toujours un instant privilégié. Au-delà de l’aspect solennel de ce geste de constructeur ô combien symbolique, il concrétise le démarrage d’un projet. En l’occurrence, celui de la future résidence LAMBARENE, un ensemble architectural de trois petits bâtiments qui devraient être livrés pour le mois de décembre 2019. Et élargir l’offre de logements émise par l’Office Auxerrois de l’Habitat, dans le quartier Rive droite du chef-lieu de l’Yonne.

D’un montant prévisionnel d’1,9 million d’euros, ce chantier sera assuré par une quinzaine de prestataires du cru. Si le maître d’ouvrage en est fort logiquement l’Office Auxerrois de l’Habitat, la conception architecturale est revenue au cabinet UBIK Architectures. Les cabinets 3IA (ingénierie du bâtiment) et Expression Verte ont apporté leurs sciences en réalisant les études de conceptualisation nécessaires à ce projet.

Le particularisme de ces nouvelles habitations se situe dans l’obtention du label NF Habitat, délivré par CERQUAL. Les édifices respecteront la règlementation thermique, RT 2012, moins 10 %.

milieu articles

Un financement du projet multipartite…

Quant à la typologie de ces douze logements, elle se répartira de la manière suivante : deux T2 de 46 mètres carrés de surface utile, quatre T3 de 60 mètres carrés, cinq T4 de 76 mètres carrés et un T5 de 92 mètres carrés. La mise en location de ces appartements est prévue à l’orée de février 2020.

Côté financement, ce projet de construction a bénéficié de l’aide de plusieurs partenaires institutionnels. A commencer par l’Etat, à hauteur de 22 140 euros. Action Logement (45 000 euros) et la Communauté de l’Auxerrois ont apporté également leurs précieux subsides. Tandis que la Caisse des Dépôts injectait 889 494 euros dans le projet.

Enfin, comme devait le préciser le président de l’Office Auxerrois de l’Habitat, Jacques HOJLO, lors de son intervention, des fonds propres de l’organisme local furent aussi débloqués. Ils représentent une enveloppe globale de 219 181 euros.

 

  

 

  

 

 

Entouré de spécialistes exerçant dans l’Yonne, des praticiens mais aussi des structures associatives et professionnelles, le leader national de la distribution d’équipement médical et paramédical veut mettre l’accent sur la prise en charge et le suivi des femmes opérées du cancer du sein. L’entreprise propose donc une soirée conférence ce mardi 13 novembre à 18 heures à Sens. Un prolongement altruiste et solidaire qui complète sa démarche participative déjà orchestrée lors de l’opération nationale, « Octobre Rose »…

SENS : Accueillie salle de la Poterne, dès 18h00 et ouverte au grand public, la soirée d’information consacrée aux femmes opérées du sein répond à une initiative louable de l’un des acteurs principaux du milieu médical/paramédical en France.

Spécialiste de la distribution en équipements et matériels de soins, CAP VITAL SANTE poursuit une démarche de transparence informative en déclinant cette animation.

Le but est avant tout de sécuriser les personnes atteintes de ces pathologies difficiles, à l’instar d’un cancer du sein.

Il y a quelques semaines, l’enseigne, dirigée par Régis NAULIN, s’était engagée de manière très significative en soutenant « Octobre Rose » et ses manifestations diverses réalisées dans le département de l’Yonne.

Cette fois-ci, c’est un autre vecteur de communication qui est employé : la soirée d’information grand public.

milieu articles

Un défilé de mode pour clore la manifestation…

Bénéficiant de la présence de plusieurs conférenciers professionnels, issus du corps médical du Sénonais (gynécologue, oncologue, psychologue, mais aussi sophrologue et kinésithérapeute), CAP VITAL SANTE mettra en exergue les possibilités existantes d’un suivi rigoureux et humain des malades sur ce territoire géographique.

Co-animée par les orthopédistes et orthésistes de l’antenne locale du groupe, Vanessa DIEUXYSSIES et Mélanie GERBEAU, cette rencontre se clôturera sur une note plutôt insolite.

En effet, un défilé de mode y mettra en prévalence la lingerie féminine qui habille les femmes opérées. Cela ponctuera ce moment de vives émotions. Auparavant, une professionnelle de la coiffure et perruquerie viendra présenter les dernières nouveautés en matière de postiches et accessoires.

La conférence est libre et gratuite.

 

La culture polymorphe du Continent Noir mérite de l’intérêt pour celles et ceux qui sont férus de découvertes artistiques sans frontières. Jusqu’au 24 novembre, le département de l’Yonne accueille la seconde mouture de ce festival, conçu de manière bisannuelle. Portée par trois structures associatives solidaires de notre territoire, GRAINE d’ESPOIR, GROUPE BAOBAB 89 et YSIA, la manifestation fera la part belle à l’amitié entre les peuples, à l’universalité et au mondialisme tout en révélant d’extraordinaires artistes qui ne demandent qu’à être placés sous le feu nourri des projecteurs…

AUXERRE : En 1971, Jean FERRAT contribuait à sa manière à élargir notre champ intellectuel en incitant ses aficionados à s’ouvrir vers la culture de ce continent. Sur l’un de ses albums, le chanteur interprétera « A moi l’Afrique ». Un morceau de sa composition qui sera largement auréolé de sonorités et références musicales africaines.

Depuis, des générations d’artistes de l’Hexagone n’ont eu de cesse d’y faire mention et de tisser des liens ténus avec les milieux culturels du Continent Noir. Bon nombre de ces talentueux musiciens ont été invités à venir s’exprimer sur les scènes françaises. Conviant dans leur sillage des artistes de tout poil, peintres, sculpteurs, auteurs, écrivains, cinéastes, comédiens à en faire de même.

Le département de l’Yonne s’est appuyé sur la convergence d’idées de trois structures associatives locales (GRAINE d’ESPOIR, GROUPE BAOBAB 89 et YSIA) en 2016. Objectif : construire un évènementiel à vocation artistique, qui sera voué à l’art africain.

Assurant des missions humanitaires vers l’Afrique et dans l’archipel des Comores, les trois partenaires ont insufflé ainsi un regain d’optimisme autour de leurs actions altruistes. Tout en y apportant un autre regard. Celui, universel et fraternel, offert par le monde de l’art.

De la curiosité, du respect et de l’amitié…

Devant la réussite de l’édition initiale, les organisateurs de ce festival bigarré et exotique, dans le sens noble du terme, ne sont plus les seuls à promouvoir la richesse culturelle de l’Afrique. Ils ont été rejoints depuis par pléthore d’associations et institutions départementales. Un élan fédérateur de belles énergies au service du rapprochement des peuples qui repose sur les valeurs d’ouverture, de curiosité et de respect.

Le deuxième festival, très attendu par de nombreux fidèles, aura pour marraine l’humoriste Roukiata OUEDRAOGO.

Onze expositions à l’ossature éclectique (peinture, sculpture, photographie…) y seront proposées. Des rencontres littéraires favoriseront les échanges avec des écrivains à la plume alerte. Même les auteurs de bandes dessinées y trouveront leur part. Quant au septième art, sa présence sera tangible. Puisque le cinéma « Ciné Casino CGR » recevra plusieurs cinéastes et acteurs lors de projections.

Côté musique, on biffera sur son agenda le concert de l’excellent Ba CISSOKO. L’humour distillera ses finesses et ses subtilités grâce à la marraine de la manifestation au cours d’un one-woman-show décapant.

Théâtre, contes, animations dans les quartiers dont celui du centre-ville d’Auxerre et en milieu scolaire, conférences complèteront ce copieux programme qui n’a rien d’indigeste tant la qualité et l’éclectisme de bon aloi sont au rendez-vous.

milieu articles

Le programme officiel de la manifestation…

Onze expositions d'artistes peintres, sculpteurs et photographes, du 12 au 24 novembre à Auxerre et au Skeneteau à Monéteau :

Evans Mbugua, Bruce Clarke, Saïdou Dicko, Olga Yameogo, Issiaka Savadogo, Alain

Ngann, Bobette Ngiedi Lelo, Obeye Fall, Pierre Segoh, Atsoupé, Moké fils, Jacob Diboum, Eddy Ekete, Claudio Kunakey, Amour Saré, Baudoin Muanda, Ibrahim Chahamata.

Festival de cinéma africain du 13 au 23 novembre: au ciné CGR d'Auxerre suivies d'un échange entre un intervenant et le public (+ séances scolaires).

Au programme : Frontières, de Apolline Traoré (Mardi 13/11 à 20h) ; Soleils, de Olivier DelahayeDani Kouyaté (Jeudi 15/11 à 20h) ;  Wallay, de Berni Goldblat (Lundi 19/11 à 18h) ; L'oeil du cyclone, de Sekou Traore (Mercredi 21/11 à 20h) ; Wulu, de Daouda Coulibaly (Vendredi 23/11 à 20h).

Participation au Mois du film documentaire avec la Bibliothèque départementale et les médiathèques de l'Yonne, du 9 au 30 novembre : 9/11 Fuocoammare à Toucy, Maman Colonelle à Gron ; 10/11 Ouaga Girls à Pourrain ; 16/11 Ouaga girls à Véron ; 17/11 Un paese di Calabria à Héry ; 23/11 L'arbre sans fruit à Courson les Carrières ; 30/11 Maman Colonelle à Bléneau

Mercredi 14 novembre à 19h30) à la Librairie Oblique à Auxerre :  Rencontre avec Mbarek Ould Beyrouk et soirée lecture.

Vendredi 16 novembre : L'humoriste Roukiata Ouedraogo, marraine du festival, donne son spectacle à 21 heures dans la salle du Skeneteau à Monéteau ; spectacle précédé d'un défilé de mode d'une créatrice africaine, et de l'inauguration du festival à la MJC d'Auxerre à 18 heures.

Vendredi 16 et samedi 17 novembre, sur les marchés et dans les rues d'Auxerre : Performance de rue avec les « Hommes canettes » d'Eddy Ekete.

Samedi 17 novembre à 14 heures: Rencontres littéraires au Pôle Rive Droite à Auxerre, avec Charline Effah, Sami Tchak, Max Lobe, et Marc Alexandre Oho Bambe; dédicaces avec 16 dessinateurs de BD (*).

Samedi 17 novembre à partir de 10 heures à la MJC d'Auxerre :  Conférence sur la BD africaine, ateliers BD pour les jeunes.

Samedi 17 novembre à 15 h 30 à la MJC d'Auxerre : Contes avec Patrice Toton, Rogo Koffi Fiangor et Layba Kourouma.

Samedi 17 novembre au Pôle rive droite à Auxerre à 21 h 30 : Soirée Afro vinyles avec Black Voices.

Dimanche 18 novembre à 17 heures au studio du théâtre d'Auxerre : Représentation théâtrale : Le fabuleux destin d'Amadou Hampatê Bâ, pièce de Bernard Magnier mise en scène par Hassane Kassi Kouyaté, Compagnie Deux temps, trois mouvements.

Samedi 24 novembre à 21 heures au Silex à Auxerre : Concert de Ba Cissoko (Guinée), avec en 1ère partie Ibrahim Keita & Nankama.

Mais aussi, des conférences, contes, interventions en milieu scolaire et animations dans les maisons de quartier...

Conférence au Phare sur l'albinisme en Afrique, et sur le moringa (jeudi 22/11/18 de 18 à 20 heures).

Spectacle de contes avec Malika Halbaoui à L'Atelier Bleu, à Fontaines (vendredi

23/11/2018, à 20h)

Spectacle contes africains à la Bibliothèque Municipale d'Auxerre : Compagnie Damuthée, « Autour du marigot » (samedi 24/11/18 à 15h).

Interventions en milieu scolaire d'écrivains, conteurs, dessinateurs BD et artistes les 15, 16 et 19 novembre.

Animations jeunesse dans les six Maisons de Quartier d'Auxerre (stage percu, expositions artistiques, danse, peinture, musique, gastronomie, jeux de stratégie...), entre les 12 et 23/11/18.

Participation au Salon du Commerce Équitable organisé par l'Association pour la Promotion du Commerce Equitable et Artisans du Monde de Sens. Animation musique et danse.

Dessinateurs BD invités :

Adjim Danngar ; Al'Mata ; Alix Fuilu ; Barly Baruti ; Christophe Cassiau Haurie ; Christophe

Ngalle Edimo ; Fati Kabuika ; Fifi Mukuna ; Gaspard Njock ; Jean François Chanson ;

Koutouanya Haled Presley (Khp) ; Léon Tshibemba ; Simon Pierre Mbumbo ; Albert Tshisuaka ; Didiv ; Serge Diantantu.

 

 

La Journée mondiale consacrée au diabète se déroulera le 14 novembre. Deux jours auparavant, le bilan des Etats généraux 2017 sera rendu public lors d’une intervention à l’Assemblée nationale. La Bourgogne Franche-Comté, quant à elle, ne restera pas en retrait. Elle organise ce samedi à CHARNAY-LES-MACON son congrès annuel. Celui-ci devrait rassembler près de trois cents adhérents issus des comités départementaux de ce territoire. Plus que jamais, la menace sournoise qui plane avec les effets pernicieux de cette pathologie doit être dénoncée. Par le biais de la sensibilisation et de l’information à outrance…

CHARNAY-LES-MACON (Saône-et-Loire) : La dix-huitième opération « Vivre bien avec son diabète » n’a d’autre vocation, à l’instar des précédentes éditions, d’apporter son lot de renseignements pratiques et d’informations scientifiques utiles sur la maladie.

Alors que certains départements connaissent une forte hausse de la désertification médicale, la région Bourgogne Franche-Comté enregistre plus de 121 000 cas de malades déclarés. Or, beaucoup de personnes ne savent pas qu’ils sont diabétiques aujourd’hui. Pourtant, les programmes préventifs existent. Ceux déclinés par la Caisse primaire d’assurance maladie (CPAM), avec le concept « Sophia », en sont un juste exemple.  

L’AFD : un rôle précieux pour accompagner les malades…

Analysée au niveau de l’Hexagone, la pathologie fait des ravages. De manière insidieuse. 800 000 individus en seraient atteints sans même le savoir, faute de dépistage. La CPAM, par ailleurs, ne cesse de tirer la sonnette d’alarme depuis longtemps. Première cause de cécité et d’amputation en France, 19 milliards d’euros sont ainsi dépensés chaque année pour tenter d’en soigner les effets néfastes.

L’Association française des diabétiques (AFD) ne demeure pas silencieuse face à la hausse du nombre de cas. Elle contribue à la propagation de cette information qui concerne toutes les strates de la société. En développant un partenariat avec l’Agence régionale de Santé depuis 2017, des actions ont pu être programmées à travers le territoire, sous le sceau de la communication et de la prévention.

Tests, diffusion de documents, accompagnement des familles, défense des intérêts des malades…, l’AFD Bourgogne Franche-Comté, présidée de manière intérimaire par Philippe RACLET, jusqu’au prochain conseil d’administration prévu au printemps 2019, profite de ces rendez-vous grand public pour informer.

milieu articles

De l’éclectisme et de la réflexion durant ce congrès

Ce 10 novembre, en Saône-et-Loire, et sous l’impulsion de la structure départementale dirigée par Martine SIGNORET, quatre conférences médicales de belle envergure s’égrèneront durant la journée. Animée par le président du Conseil territorial de santé, Rémi REBEYROTTE, député de la troisième circonscription de Saône-et-Loire, l’intervention abordera le quotidien de l’institution médicale et le parcours diabète mis en place par l’Agence régionale de santé. La Bourgogne Franche-Comté demeure à ce jour le seul territoire à l’avoir adopté.

Une seconde conférence, présentée par un diabétologue hospitalier, mettra l’accent sur les innovations en termes de traitement via l’emploi de l’insuline et du matériel adéquat (pompes, capteurs, etc.). La chirurgie vasculaire, traduisant les complications du diabétique, sera le terreau du troisième volet de ces rendez-vous avec le public. L’ultime séance explicative se rapportera aux affections bucco-dentaires.

De nombreux ateliers, tenus par des praticiens (podologues, diététiciens, nutritionnistes, éducateurs sportifs…) fonctionneront en parallèle de ces conférences. Signalons la présence du camion de dépistage de la rétinopathie qui suit depuis seize ans la manifestation régionale.

Enfin, les partenaires des services et des milieux industriels de la santé occuperont des stands favorisant l’échange de savoir et de démonstrations.

Le gouvernement veut aider les entreprises à se développer et à innover. C’est la loi Pacte. Tant mieux ! Ce n’est pas nouveau. Il y a plus de trois siècles, Colbert avait la même intention : il voulait aider les entreprises et a même créé une idéologie économique que l’on appelle le colbertisme.

LYON (Rhône) : Donc, le gouvernement veut aider les entreprises. Ainsi, avec la loi Pacte, il veut, entre autres, « simplifier les seuils des entreprises », (…) « simplifier et assurer la portabilité des produits d’épargne-retraite… » etc.

On voit que le gouvernement veut « simplifier ». Effectivement, il y a grand besoin de « simplifier ». Savez-vous, par exemple, combien il y en France d’impôts et de charges ?  266 !  Ecrivons-le en toutes lettres : deux cent soixante-six impôts et charges !

Et comme il n’y en a pas assez, on va donc créer une 267ème charge supplémentaire pour les entreprises : celle de collecter l’impôt à la source. C’est une façon un peu particulière de « simplifier » la vie des entreprises.

Certains diront : c’est l’Enarchie. Ils se trompent, « bon sang ne saurait mentir ». Lisez Montaigne : il y a cinq siècles, il écrivait déjà : « Il y a autant de lois en France que dans toute l’Europe réunie ».

Ce qui est valable pour les lois est valable pour les impôts et charges des entreprises et des particuliers. Revenons-en à Colbert ! Il avait créé les grandes manufactures royales dont l’historien Marc Ferro a décrit le fonctionnement : elles avaient en moyenne un règlement avec plus de 300 articles. « Restons Français », comme disait l’humoriste Fernand Reynaud.

milieu articles

Une contradiction interne en guise de simplification…

Donc, il faut « simplifier » la vie des entreprises. Ce qui consiste non pas à lancer un vaste audit des 266 impôts et charges pour en supprimer au moins la moitié sinon les trois-quarts mais à créer une 267ème charge.

Voilà pourquoi la formule de Lénine est toujours valable : « une contradiction interne », « simplifier » en créant une charge nouvelle !

Bien entendu, on se doute que ce ne sera pas si « simple » pour les PME, les TPE, les artisans et les professions libérales. Notre ministre et ses collaborateurs y ont pensé, naturellement. On a imaginé un système « simple » pour les aider : c’est l’URSSAF qui va s’occuper de cela. Néanmoins, selon Alain Griset, président de l’U2P (Union des entreprises de Proximité), certains secteurs ne pourront pas bénéficier de ce dispositif. C’est-à-dire soit 70 % des entreprises de proximité.

Laissons-lui la responsabilité de cette affirmation. Enfin, le gouvernement a édité un livret pour expliquer cela aux chefs d’entreprise concernés afin qu’ils comprennent bien la manœuvre : ce livret n’a que dix pages. « On simplifie ».

A propos, savez-vous quel est le poids des PME de moins de 50 salariés et des TPE dans l’économie française ? Elles emploient 9 millions de salariés du secteur marchand soit la moitié des salariés de toutes les entreprises françaises.

Et les TPE seules ? 4,3 millions de salariés soit près du quart des salariés du secteur marchand. A ces 9 millions de salariés des PME/TPE s’ajoutent 4 millions d’artisans et de personnes travaillant sous le statut de profession libérale. Nous les invitons à prendre très vite contact avec l’URSSAF et à lire le petit livre édité par le gouvernement.

Terminons par cette phrase éloquente que vous trouverez sur Internet : « Le dispositif est conçu pour que le logiciel de paie intègre automatiquement le fichier des taux de prélèvement transmis par la DGFiP via le flux retour de la DSN… ».

Maintenant, au boulot, Mesdames, Messieurs les chefs d’entreprise des TPE, les artisans et les professions libérales. Et restons français, depuis Montaigne en passant par Colbert… et Lénine !

Emmanuel RACINE

Page 1 sur 23
Bannière droite accueil