Découvrez nos partenaires

logo-festins-de-bourgogne.jpg
logo-puissaye-forterre.png
logo-edf-site.jpg
logo-cifa-89-auxerre.png
logo13q-1.jpg
logo-iseal-salon-coiffure-auxerre.jpg

Découvrez nos partenaires

logo-festins-de-bourgogne.jpg
logo-puissaye-forterre.png
logo13q-1.jpg
logo-edf-site.jpg
logo-cifa-89-auxerre.png
logo-iseal-salon-coiffure-auxerre.jpg

Présente en Syrie depuis 2008, l’association « Action contre la Faim » déploie des programmes en eau et assainissement, mais aussi de l’aide alimentaire et des soutiens aux moyens de subsistance pour améliorer le quotidien de ces personnes victimes de cet odieux conflit. Aujourd’hui, ils sont plus de 800 000 sinistrés à bénéficier de ces opérations caritatives, y compris dans des zones difficiles d’accès et perturbés par d’intenses combats dont l’opinion publique ne mesure pas l’ampleur de ce désastre humanitaire.  

PARIS : Directeur du plaidoyer et des relations institutionnelles de l’organisation au Moyen-Orient, Manuel SANCHEZ-MONTERO, s’est insurgé contre le manquement des pays occidentaux en faveur de la Syrie. Même si, en cette fin de mois d’octobre, et à l’initiative de quelques-uns dont la France et l’Allemagne, aux côtés de la Russie et de la Turquie, des conciliabules ont eu lieu pour examiner un énième et hypothétique plan de paix, afin de sortir ce pays du Moyen-Orient de l’immuable crise dans laquelle il se morfond depuis près d’une décennie.

Or, le constat est simple. Bon nombre d’états s’étaient congratulés d’avoir déboursé de gros montants destinés à subvenir à une crise humanitaire sans pareil, soit 6 000 millions de dollars. Cela se déroulait lors de la fameuse Conférence de Londres.

Mais, à peine la moitié de cette enveloppe budgétaire aura été in fine mobilisé. Démontrant que les promesses tenues n’étaient pas légion parmi les hautes sphères de l’intelligentsia étatique.

milieu articles

Aujourd’hui, ce sont 13,5 millions de personnes, dont près de 50 % d’enfants qui ont un cruel besoin de ces assistances humanitaires, indispensables à leur survie. Près de 6 millions de personnes ne peuvent plus répondre à leurs besoins vitaux : eau, nourriture, assainissement, abri, soins. Même si elle n’occupe la une de l’actualité, cette guerre sournoise entre factions rivales et militaires se poursuit. Elle a engendré l’exode de cinq millions de Syriens en quête d’un ailleurs plus serein. Las, les survivants de ce conflit s’entassent par milliers dans des camps de fortune, aux frontières turques, jordaniennes et libanaises, sans entrevoir le bout du tunnel de cette situation stérile.

Les donateurs doivent activer le décaissement des fonds pour la Syrie…

Dès lors, les bailleurs de fonds peinent à couvrir les besoins des ONG encore présentes sur le terrain. Les années se suivent et malheureusement se ressemblent. En 2015, 56 % du montant de l’appel de l’ONU avait été couvert. Deux ans plus tard, alors que la crise ne cesse de s’enliser et que les besoins augmentent, seulement 3,1 % du Plan d’intervention humanitaire développé par les Nations Unies pour la Syrie sont financés. Il s’élève à 3 400 millions de dollars. Alors que tous les moyens de renforcer les financements nécessaires pour aider le pays à se sortir de l’ornière sont envisagés, les ONG qui travaillent sur place, à l’instar d’ « Action contre la Faim » réclame de la part des donateurs un déblocage de leurs fonds. Et éradiquer une fois pour toute ces sempiternels retards qui bloquent les bonnes volontés et pénalisent les populations en manque.

 

 

Le marché chilien représente une réelle opportunité pour les chefs d’entreprises de Bourgogne Franche-Comté. Porte d’entrée de l’Amérique latine, le pays andin, facile d’accès pour l’exportation, offre l’avantage d’un marché sécurisé. Ce qui est loin d’être le cas de certaines nations sud-américaines à l’heure actuelle. Normal que la Région y consacre un thème de réflexion, en présence de l’ambassadeur de France au Chili et le directeur de Business France Chili…

DIJON  (Côte d’Or) : Une trentaine d’acteurs du territoire (chefs d’entreprises, représentants de pôles de compétitivité, d’établissements d’enseignement supérieur et d’enseignement professionnel agricole…) participaient à une explication de texte intéressante le 10 octobre dernier sur les potentialités économiques offertes par ce pays étiré tout le long de la Cordillère des Andes.

Cette rencontre proposée par Patrick AYACHE, vice-président du Conseil régional en charge de l’action européenne et internationale, aura permis à Roland DUBERTRAND, ambassadeur en poste à Santiago du Chili, de pouvoir évoquer les caractéristiques de cet état, notamment au plan de son volet économique.

Depuis 2009, la Bourgogne Franche-Comté entretient des liens privilégiés avec la région du Maule. Bruno TESSIER, directeur de Business France Chili, livra également ses précieux commentaires sur l’activité de ce pays.

Patrick AYACHE profita de cette séance de travail pour exprimer son souhait d’amplifier le partenariat de la Région avec la contrée andine.

« Nous soutiendrons les entreprises et les pôles de compétitivité intéressés par ce marché, devait-il déclarer, en lien avec la Chambre de Commerce et d’Industrie régionale… ».

L’année prochaine, une mission de prospection est par ailleurs prévue. Elle concernerait en priorité le secteur de l’agro-alimentaire.

 

Amoureux de ses confiseries, de ses chocolats et de ses succulentes pâtisseries dont il a le secret, le Meilleur ouvrier de France, catégorie pâtisserie, a trouvé sur l’Empire du Soleil levant une terre de prédilection propice pour mettre à profit sa dextérité professionnelle et sublimer le made in France de l’artisanat haut de gamme dont il est un ambassadeur…

TROYES (Aube) : Depuis 2004, le Japon a offert au digne héritier de Lydie et Bernard, ses parents, l’opportunité de pouvoir optimiser le nom familial vers des contrées plus exotiques. Là-bas, le champion du monde des métiers du dessert a ouvert une boutique dans la capitale, Tokyo. Un point de rendez-vous incontournable pour de nombreux amateurs de produits français. En particulier, les confiseries et les chocolats.

Ayant fait ses gammes chez LENOTRE et chez PELLETIER, Pascal a pris la relève en 1983 au sein de la maison familiale, fondée en 1954. De boulangère et pâtissière, l’enseigne est devenue petit à petit l’un des fers de lance de la confiserie et surtout de la chocolaterie en France.

Les consommateurs hyper perfectionnistes que sont les Nippons ne s’y sont point trompés en lui accordant leur confiance. Une prouesse, en vérité, car, il n’est pas si simple que de satisfaire la clientèle asiatique en quête perpétuelle de qualité.

Une maison qui pèse 8 millions d’euros de chiffre d’affaires…

Employant près de soixante-dix collaborateurs, la Maison Pascal CAFFET est articulée aujourd’hui autour de trois marques. La « Maison » éponyme propose des recettes spécifiques auprès des professionnels des arts de vivre et de la gastronomie tels que FAUCHON. « Atelier CAFFET » est une entité qui se positionne sous couvert de marques blanches pour le secteur professionnel, notamment sur des offres de service en pâtisserie et chocolaterie. Enfin, « Signature CAFFET » gère les aspects VIP et les cadeaux d’entreprise qui s’écoulent en nombre au rythme du calendrier et des saisons.

Centre pédagogique idéal pour parfaire ses connaissances professionnelles avant de se présenter aux concours de Meilleur ouvrier de France (certains, issus de la maison familiale, opèrent dorénavant parmi les plus grands palaces parisiens), l’entreprise de Pascal CAFFET embauche régulièrement des jeunes gens qui viennent grossir les rangs des pâtissiers et des chocolatiers.

En octobre 2016, l’entrepreneur aubois s’est également distingué de manière livresque en éditant un volumineux opus consacré au praliné et à ses recettes, relativement accessibles, destinées aux cordons bleus. Les émissions de télévision consacrées à la pâtisserie lui ont également fait les yeux doux en qualité de jury averti.

Depuis le mois d’août, le président de la société commissionnaire de transport et développeur du port fluvial de GRON a choisi de se fondre à Ho Chi Minh aux côtés de son épouse et de ses enfants. Une décision pleinement assumée par l’entrepreneur, qui vit au cœur de la dimension économique pour laquelle il déploie toute son énergie en favorisant l’exportation vers l’Asie du savoir-faire et des produits français…

GRON : Le rayonnement du savoir-faire français demande parfois quelques sacrifices de taille. Et surtout une bonne dose d’adaptabilité ! Président de LOGIYONNE, Didier MERCEY, figure emblématique de la réussite entrepreneuriale en Bourgogne Franche-Comté, vient d’endosser une nouvelle responsabilité en devenant directeur du développement de la nouvelle succursale de la société de l’Yonne, née en 2010, au Vietnam.

Ouverte depuis le mois d’août, la structure asiatique ne pouvait trouver un meilleur développeur que Didier MERCEY lui-même. Après avoir longuement mûri sa décision, Didier MERCEY a opté pour l’installation pure et simple de sa fratrie sur place.

« De là, confie-t-il, je vais pouvoir consolider les options stratégiques et managériales qui vont nous permettre de préparer l’ouverture d’une navette fluviale et maritime régulière permettant d’écouler l’orge de brasserie produit dans l’Aube et l’Yonne… ».

Proposant un service logistique construit sur mesure, LOGIYONNE, du fait de son appartenance au réseau HAROPA (Le Havre, Rouen et Paris) dispose avec le site portuaire de GRON d’un élément stratégique qui est au service de bon nombre d’entreprises de la région Ile de France, Champagne, Centre et Bourgogne Franche-Comté. Aujourd’hui, le terrain de jeu de la structure qui réalise 8 millions d’euros de chiffre d’affaires à l’année est planétaire.

« 98 % de ce chiffre est le fruit du grand export, ajoute Didier MERCEY, autant dire que notre présence physique à l’aide de bureaux commerciaux dans ces zones géographiques où nous réalisons des affaires ne semble pas décalé en soi… ».

L’incroyable croissance du Vietnam, à plus de 14 %...

Surpris par la vivacité économique de sa nouvelle terre d’accueil (14 % de croissance !), Didier MERCEY consacre son énergie à préparer la mise en fonctionnalité de ce trafic entre les deux sites, français et vietnamien, devant s’opérer dès novembre. Importée en quantités importantes, l’orge de brasserie irait enrichir les malteries du pays afin de servir à la confection de bières.

« La présence de la France est légitime, explique Didier MERCEY, non seulement, les habitants de ce pays possèdent une excellente image de notre nation ; mais en outre, ils désirent diversifier leurs partenaires économiques. Il est vrai que notre faible représentativité se retrouve coincée entre celle plus conséquente de l’Allemagne, l’Australie et du Japon… ».

Depuis avril 2011, l’orge de Bourgogne et de l’Aube s’exporte en conteneur vers les lointaines contrées asiatiques. La consommation constante de bière en Chine mais aussi dans les états voisins dont le Vietnam a offert de nouvelles opportunités pour les professionnels de l’agriculture régionale. Une manne qui devrait profiter  également au spécialiste logistique…

Disponible en versions cinq portes à hayon, break et quatre portes sur certains marchés, la gamme Focus demeure la plus complète de tous les temps chez le constructeur américain. Elle est proposée avec des caractéristiques exclusives qui viennent enrichir la diversité des aspirations des clients de voitures de taille moyenne. Dont les élégantes Focus Trend et Titanium, la sympathique sportive Focus ST-Line et la Focus Vignale, positionnée vers le  haut de gamme. Quant au rapport qualité/prix, il demeure très appréciable sur le marché…

PARIS : Eclose avec la chaleur caniculaire de l’été, la toute nouvelle Ford Focus reste fidèle à son héritage, un patrimoine vieux de vingt ans, grâce à une dynamique de conduite de premier ordre. Enrichie grâce à la première application sur une Focus de la technologie d’amortissement contrôlé continu (le fameux CCD cher à l’ingénierie de la marque) destinée aux systèmes de suspension avant et arrière, elle propose de nouveaux modes de conduite.

La quatrième génération de Focus évolue toute en douceur contenue. Mais, elle ne se prive pas de la technologie de dernier cri qui lui garantit une optimisation en matière de sécurité sur la route et de confort dans l’habitacle. Ainsi, les passagers bénéficient d’une amélioration intéressante avec l’apport d’équipements de confort et de commodité dont le modem intégré « FordPass Connect ». Ce système offre une connectivité embarquée, ainsi qu’une nouvelle station de recharge sans fil pour les smartphones compatibles.

La prouesse énergétique de la motorisation…

Côté motorisation, la petite dernière de la glorieuse famille comprend une version optimisée du moteur à essence, récompensé « EcoBoost 1,0 litre » et le nouveau moteur à essence « EcoBoost 1,5 litre ». Tous deux sont dotés du dispositif de désactivation des cylindres exclusif de Ford pour les moteurs à trois cylindres.

Mention particulière pour les nouveaux moteurs Diesel « EcoBlue 1,5 litre » et « 2,0 litres ». Ceux-ci apportent une efficacité énergétique optimale, tandis qu'une nouvelle boîte de vitesses automatique intelligente à huit rapports adapte les changements de vitesse en fonction du style de conduite.

Autre particularisme : la boîte de vitesse, agréable à manier sous tous les rapports, se contrôle à l’aide d’un sélecteur rotatif élégant et ergonomique. Une option de motorisation hybride légère devrait même être introduite dès 2020 pour la Focus. Ce modèle mérite que l’on s’y intéresse : il reste l’un des préférés des aficionados de la marque aux origines américaines en France mais pas seulement.

FORD a enregistré la saison dernière d’excellentes performances commerciales grâce aux précédentes générations de ce véhicule, distribué à travers les cinq continents.

Page 1 sur 9
Bannière droite accueil