L’histoire qui suit est une nouvelle issue de l’imagination très fertile de son auteure. Que des romanciers comme Georges ORWELL ou René BARJAVEL n’auraient pas renié de leurs œuvres personnelles. Devenir propre par décrets et textes législatifs imposés pourrait peut-être un jour nous conduire à ce contexte scabreux où l’humanité y perdrait, à défaut de son latin, son âme toute entière. De la politique fiction à contre-pied de la bien-pensance environnementale qui suppose quelques nuances dans son mode applicatif. Une réflexion où l’interdit d’interdire peut amener parfois à des profondes déviances…

NOUVELLE : « Elle s’était fâchée avec sa fille car celle-ci ne respectait pas le tri des déchets. La naissance d’un enfant n’avait rien arrangé. Elle s’obstinait à acheter des couches jetables, encore en vente malgré l’opprobre générale, et leurs visites, d’une par semaine, étaient passées à une par mois.

On vivait une époque susceptible, où la survie des uns passait par la surveillance des autres. Elle avait pourtant mal pris la mise en garde de Mme DUCHESNE, sa voisine, sur le fait qu’elle gardait toujours une lumière allumée le soir quand elle sortait. Elle avait eu honte d’être prise sur le fait. Mais, comment lui expliquer qu’elle vivait seule, qu’elle aimait rentrer dans une maison éclairée, comme s’il y eut quelqu’un qui l’attendait. L’amende avait été suffisamment élevée pour la dissuader.

La vie s’organisait désormais en petites collectivités afin qu’une lumière ne brûlât plus pour une seule personne. Vivre seule constituait un gâchis écologique à l’heure où l’eau et l’énergie étaient contingentées.

Si l’on occupait un appartement de soixante mètres carrés à moins de quatre, il fallait payer une taxe compensatoire. Elle avait assisté impuissante à la lapidation de Mme CARRERE qui faisait tourner sa machine à laver le jeudi alors que cette journée avait été déclarée par les pouvoirs publics sans eau et sans énergie domestiques.

Le syndic avait fait retirer les baignoires et régler les douches. Elles duraient désormais trois minutes, comme à la piscine municipale, aujourd’hui transformée en centre de tri des déchets.

 

Plus de livres à imprimer à cause de la déforestation…

 

Elle éteint l’appartement. Il se retrouve plongé dans une obscurité à laquelle ses yeux n’ont pas eu le temps de s’habituer. Elle sort. Dehors, il n’y a plus d’éclairage public. Le ciel est pur, rempli d’étoiles, ignorant des combats qui se livrent sur la Terre pour lui conserver sa pureté.

Elle passe devant sa voiture, qu’elle a abandonnée depuis longtemps sur le parking. Le litre de gasoil est inabordable et elle n’a pas fini de payer tous les procès verbaux qu’elle a accumulés avec les nouvelles lois sur la propreté des véhicules.

La voiture a été vandalisée, comme toutes celles qu’on délaisse. Peu importe, c’était une vieille voiture. Elle n’avait plus la liberté qu’elle lui procurait autrefois mais elle s’était habituée et n’utilisait plus que les transports en commun bondés le plus souvent, en très mauvais état et jamais chauffés.

Cela lui donnait l’occasion de lire. Des livres qu’elle avait déjà lus. On n’en éditait plus : il fallait stopper la déforestation et tout était publié sur le net. Heureusement, elle en possédait un grand nombre et les relisait avec plaisir, consciente de ce qui lui restait de temps à vivre ne suffirait pas à les relire tous.

A tout prendre, elle préféra marcher. Il fallait penser à sa condition physique, les maladies dues au surpoids n’étaient plus remboursées. On envisage de taxer les alertes cardiaques ou vasculaires, imputées au manque d’hygiène alimentaire. Elle a réussi à rester mince malgré son âge. Malheureusement, les fruits et les légumes sont chers et quasiment introuvables. Elle va voir Jeanne, sa meilleure amie. Elles se voient moins souvent à cause de l’éloignement, mais leurs rencontres n’en sont que plus chaleureuses.

Elle tremble parfois de ce qui pourrait lui arriver, Jeanne a un caractère rebelle. Elle continue à utiliser son poêle à pétrole, malgré l’interdiction. Si bien qu’il fait toujours chaud chez elle. Son fils fume : il est surveillé par la PDS, la police de la santé. Elle sait qu’ils ne tarderont pas à le prendre en flagrant délit et à l’envoyer en rééducation. Elle n’approuve pas qu’il fume mais admire son courage.

 

 

Pleurer une époque où l’on respectait encore les libertés individuelles…

 

Les rues sont vides. Il fait frais. Elle ferme le col de son manteau et accélère le pas. Elle entend un bruit derrière elle. Il y a quelqu’un. Elle ne se retourne pas mais quand les pas se rapprochent, elle jette un oeil sur le côté et aperçoit une silhouette d’homme. Il porte un chapeau. L’homme progresse. Elle n’est pas peureuse mais son cœur s’accélère. Elle ralentit dans l’espoir qu’il la dépasse. Mais l’homme reste derrière. Dangereusement proche. Elle se décide à l’affronter. Elle se retourne brusquement et lui demande ce qu’il veut.

L’homme surpris par son arrêt brutal, manque de lui rentrer dedans.

               - Pardon, je ne voulais pas vous faire peur, je…

- Pourquoi me suivez-vous ?

- Ah, je suis désolé que vous ayez pensé…enfin que je vous suivais, en fait je voulais juste vérifier quelque chose. Pardonnez moi encore…

- Vérifier quoi ?

- Vous allez me prendre pour un fou mais votre manteau…

- Quoi mon manteau ?

- C’est du vrai ?

- Du vrai quoi ? Vous pensez à quoi, de la fourrure d’animal sauvage, vous plaisantez, il n’y en a plus un seul depuis…

- Non, j’ai pensé que c’était de la peau.

- C’est du synthétique.

- Ah, dommage. C’est bien imité. J’imaginais qu’en m’approchant de vous j’allais sentir l’odeur, j’adore le cuir, ça me manque tellement !

Les vêtements en cuir étaient rarissimes. La consommation de viande, considérée comme à l’origine de toutes les pollutions, avait chuté considérablement et fabriquer des objets en cuir était formellement interdit. L’homme s’était excusé encore. Puis, il avait fini par la laisser partir. Elle fut anxieuse tout le long du chemin jusqu’à la gare. S’il a pu penser cela, la PDC, la Police de la Consommation pourrait aussi le penser. Elle retire son manteau, le plie vers l’intérieur et le porte sur son bras. Elle préfère avoir froid que risquer de passer la nuit au poste.

Elle arrive chez Jeanne, transie. Celle ci lui propose une boisson chaude. Elles parlent longuement, assises devant le poêle. Ces moments leur sont chers. Braver l’interdit les met toutes les deux dans un état d’excitation enfantine. Pour un peu, elles fumeraient une cigarette ! Elles imaginent en riant la PDE, la Police de l’Energie, fracassant la porte, pénétrant dans la maison armée jusqu’aux dents, les embarquant au poste.

Ce petit acte de résistance les réjouit et les soude. Le reste du temps, elles pleurent une époque où l’on respectait davantage les libertés individuelles que la nature et les religions.

La volonté collective de ne plus laisser de trace sur la planète avait conduit à un autre fanatisme : celui de la propreté originelle.

Les gens s’épiaient et se reprochaient la quantité d’énergie qu’ils brûlaient inévitablement, rien qu’en vivant. Le plus grand crime n’était plus de porter atteinte à la vie des autres, mais de salir l’air, l’eau et le sol. Une planète propre, tel était le slogan fédérateur et urgent. On avait transformé les paroles de la Marseillaise en « qu’une eau pure abreuve nos sillons ! »

 

 

La France du futur devient un pays tiers-mondiste…

 

L’individu s’effaçait devant la collectivité. On avait renoué avec les pratiques du lynchage et de la lapidation, ainsi qu’avec la peine de mort pour « Crime contre la Planète ». La Terre était propre mais les esprits étaient corrompus. Dénoncer son voisin était un hobby. Les procès s’accumulaient, la plupart des avocats possédaient désormais un master en « Sciences et Vie de la Terre » et jeter un papier au sol vous coûtait la vie. Les industriels avaient déclaré forfait et de nombreuses entreprises avaient fermé leurs portes. La production de biocarburants avait affamé la planète. On faisait la queue des heures dans des super marchés presque vides. La crise qui s’ensuivit avait balayé les pays pauvres et plongé les pays riches dans la précarité. La France était classée parmi les pays du tiers-monde. Le continent africain se mourait, l’Inde s’était radicalisée dans un islam ultra intégriste, l’Europe végétait et l’Amérique noyée dans des pratiques fondamentalistes. Les Etats-Unis exerçaient sur le monde un contrôle drastique auprès duquel les pratiques du Mac Carthysme ou de la Stasi relevaient d’un jeu de société. Le luxe et la propreté étincelaient dans certains quartiers, le reste du territoire habité grouillait de rats et de décharges le long desquelles circulaient, dans un ballet infernal, les camions à benne déchargeant des ordures toute la journée.

Des adolescents couverts de mouches grimpaient sur les tas d’immondices pour y trouver de quoi se nourrir. La Chine était retombée dans la misère et l’autocratie. Le plus dur à supporter, c’était le froid dans les lieux publics, les hôpitaux, les écoles. L’hiver, de nombreux nourrissons et vieillards mouraient. Il n’était pas rare de retrouver congelés chez eux les inactifs de tout bord, malades ou handicapés, chômeurs, retraités. Les gens avaient cependant retrouvé le goût de se rassembler dans les cafés. Ils se serraient les uns contre les autres pour se réchauffer et il soufflait parfois un vent de révolte. Désobéir à la loi était devenu une forme de résistance. Certains provocateurs se faisaient arrêter en versant ostensiblement un verre d’eau par terre, ou en jetant un mégot au sol. Les anciens crados devenaient les Che Guevara du droit à polluer.

Jeanne est silencieuse depuis quelques minutes. Elle finit par lui dire que son fils n’est pas rentré, qu’elle l’attend. Puis, elle replonge dans son silence. Il faut prendre congé et rentrer, il se fait tard et il n’y aura plus de train.

Arrivée chez elle, l’appartement est froid et sombre. Elle n’allume pas la lumière et se couche directement. Demain, c’est jeudi. Elle restera au lit toute la journée.

 

Corine FONTREL

 

Les chiffres sont implacables : 73 % des jeunes disent être affectés sur le plan psychologique. 23 % pensent même au suicide. C’est dur et dramatique. L’empathie veut que nous les écoutions, les entendions, que nous trouvions tous des solutions pour aider cette génération en détresse. En premier, les parents. Mais aussi les amis, les professeurs, les services sociaux, l’Etat. Il est aussi de notre devoir de les aider à relativiser leurs problématiques. La déprime de la jeunesse  n’est pas un phénomène nouveau…

TRIBUNE: Tout d’abord, avec ou sans la COVID-19, les incertitudes face à l’avenir sont prégnantes. Quel métier choisir face à la mondialisation des études et des compétences ? Quand on pense que plus de la moitié des métiers qui seront pratiqués dans la prochaine décennie, ne sont encore identifiés. Dans ces conditions, comment anticiper au mieux ?

Le contexte est anxiogène à plus d’un titre. Sur le plan émotionnel et aussi sur le terrain des finances. La soupe populaire pour les jeunes est très mal vécue. Les petits boulots et les jobs complémentaires pour financer les études sont impossibles aujourd’hui. Les familles peuvent de moins en moins aider financièrement…

La raréfaction des interactions sociales n’arrange pas ce système pourvu d’angoisse ! Les étudiants quittent les parents pour aller à la faculté et se retrouvent parfois seuls, dans une ville qu’ils ne connaissent pas. Nos jeunes ne sont pas prêts à vivre la solitude et ne sont pas préparés à l’autonomie, ni par les parents ni par leurs anciens professeurs.

 

 

Les évolutions de la pensée déstabilisent la jeunesse…

 

Observons attentivement les files d’attentes de ces jeunes gens aux portes des secours alimentaires : vêtements à la mode, chaussures de sport de marques coûteuses, le dernier IPhone 12…Ce n’est pas la majorité, certes, mais globalement, nous n’avons pas appris à nos bambins à se passer du superflu quand les anciens savaient se priver de l’essentiel !

Nous n’avons pas préparé notre jeunesse à souffrir, à devoir se « battre » contre eux-mêmes pour vivre et pour survivre. On ne les a pas formés à la patience : aujourd’hui, la règle c’est l’immédiateté ! Notre jeunesse est déstabilisée par les évolutions de la pensée. Elle est de moins en moins cultivée, donc plus manipulable ! La philosophie rétrograde au rang du facultatif ou d’une discipline accessoire. Les langages sont peu décryptables, il faudrait presque des formations complémentaires : la langue des cités, la langue phonétique utilisée sur les téléphones mobiles, la langue qui donne la primauté aux femmes,…

Face à un environnement peu rassurant, les courants religieux extrémistes, la violence des cités, la drogue qui permet aux plus jeunes de dealer plutôt que de travailler ou de faire des études, s’insèrent progressivement dans notre société. On a l’impression que l’on peut être un artiste et gagner beaucoup d’argent sans efforts. BRASSENS disait : « Sans le travail, le talent n’est qu’une sale manie ». A méditer…

 

Une vie synonyme de précarité et de malheur entre 1914 et 1918

 

Nos anciens, durant leur jeunesse, ont pu dire qu’ils ont lutté contre les envahisseurs en 1914, qu’ils ont chassé le nazisme au prix de leur vie…Notre jeunesse souhaite combattre pour l’écologie mais cela génère une grande frustration, faute de moyens !

Oui, jeunes de France et de Navarre, votre situation n’est pas enviable et devient de plus en plus dramatique mais n’est pas sans solutions.

Je souhaite préciser, que dans l’histoire, la jeunesse a connu des situations dramatiques où la vie même devenait précaire et aléatoire. Une vie où le travail n’était plus au bout du chemin et où les aides alimentaires, les aides de l’Etat n’existaient pas. Que dire en effet des conscrits de 1914 ?

14-18 : c’est tout de même plus de vingt millions de morts, dont la moitié de civils ! 800 millions de personnes entrent en guerre, le quart de la population mondiale. On enregistre sur toute la durée de la guerre, 900 soldats français morts chaque jour. Au total, cette guerre compte plus de 21 millions de blessés et de mutilés, les fameuses « gueules cassées » !

« La Grande Guerre » encore appelée la « première guerre moderne », est bien connue pour les graves séquelles physiques qu’elle engendrera. A contrario, elle est moins connue pour les conséquences psychologiques qu’elle eut sur les soldats. Ce conflit fut pour les « aliénistes » un moment unique pour étudier les névroses. C’est durant celui-ci que se mit en place la première médecine d’urgences psychiatriques. La « peur morbide », les troubles psychiques affectent des centaines de milliers de soldats. Des régions entières sont concernées par des migrations massives, générant misère et famine.

 

 

Que dire de la fameuse la grippe « espagnole » de 1918 ?

 

Dans la foulée de la Première guerre mondiale, la grippe dite « espagnole », une pandémie associée à un virus de type « grippe A » ou H1N1, va provoquer la mort de 2,5 % à 5 % de la population du globe. Des chiffres hallucinants, entre 50 et 100 millions de morts ! Les autorités sanitaires ne sont pas encore sensibilisées aux gestes sanitaires. Cependant, on peut noter que dès l’automne 1918, l’Etat demande aux préfets de faire fermer les écoles et les théâtres. L’origine de la grippe espagnole est contestée : la théorie qui veut que le virus « père » soit né en Chine, à Canton semble erronée, on ne prête qu’aux riches…

On imagine sans peine, l’angoisse et le stress permanent qui va frapper, au niveau planétaire, toutes les générations.

 

Un certain « jeudi noir » : le 24 octobre 1929 !

 

Le krach  boursier de 1929, à New York, accable toute la planète et particulièrement l’Europe ! L’Allemagne vit difficilement les modalités du traité de Versailles, la pauvreté est forte. L’écrivain Pierre-Mac ORLAN décrit, en 1932, la pauvreté extrême des Berlinois. La population meurt de faim. En France, la pauvreté s’installe. On ne consomme plus, on est en surproduction et c’est la réaction en chaîne : chômage, pauvreté, misère,…soupe populaire. Les extrémistes, les fascistes et autres dictateurs trouvent un terrain propice à l’agitation populaire. Le second conflit mondial se profile. Est-il besoin de préciser les angoisses et la misère psychologique qui se  répandent sur  Terre. A cette époque, pas de cellules psychologiques, pas même de psychologues…Quand on est en survie, on ne se regarde pas trop le nombril. On doit s’adapter : la vie même en dépend !

 

Les conflits modernes s’abattent sur l’Europe et dans le monde…

 

La brutalité des chiffres est terrible pour l’Europe où l’on compte vingt millions de militaires morts et cinquante millions de civils tués. Près de trois fois plus de civils que de militaires disparaissent. C’est la guerre la plus meurtrière avec 92 millions de soldats engagés, donc des jeunes ! C’est aussi la plus choquante : 66 % de la population juive fut exterminé.

Bilan psychologique : toutes les familles des victimes sont toujours sous le choc de cette guerre très meurtrière. De plus, les personnes qui ont survécu aux camps de concentration ont énormément de difficultés à vivre comme avant. Les souvenirs qui les hantent jours et nuits sont traumatisants. Ici encore, la capacité d’adaptation  reste forte. Une question demeure : devons-nous dire seconde ou deuxième guerre mondiale ? La réponse peut être inquiétante.

Les guerres coloniales françaises dont celle avec l’Indochine engendrent 60 000 militaires français morts et des centaines de milliers de morts militaires et civils côté vietnamien. L’après-guerre aura pour conséquences des troubles physiques et psychologiques pour les deux camps.

La guerre d’Algérie, de 1954 à 1962 avec ses 25 000 militaires français tués va clore la fin des guerres coloniales françaises. A part l’approximation de l’épuration des Harkis, entre 30 000 et 150 000 morts, il n’existe aucune donnée fiable concernant le nombre de morts du côté algérien.

Durant les accords d’Evian, le FLN estime officiellement à 300 000 le nombre de morts côté algérien. Pour les plus jeunes, les harkis sont des musulmans enrôlés dans l’armée française. Après la guerre, ils sont abandonnés à leur sort par la France. Torturés et massacrés par le FLN. Les témoignages sont pléthoriques et déchirants de tous les côtés de la Méditerranée…

Les soldats français vivaient dans l’angoisse des attentats et des embuscades. En France, les attentats de l’OAS traumatisent la population. Un soldat combattant des deux guerres déclare : « J’ai laissé mon cœur au Vietnam et mon âme en Algérie ».

 

Ne pas minimiser ce que vivent les jeunes aujourd'hui ?

 

L’histoire nous montre que depuis le début de l’humanité (on vous a épargné  la guerre de Cent ans, les guerres napoléoniennes, la peste noire…), l’homme a affronté des situations dramatiques qui dépassent l’entendement. Nos aïeux témoignent : nous nous en sommes toujours sortis.

Mais, ne minimisons pas ce que vivent nos jeunes aujourd’hui. Aucune douleur n’est comparable à une autre. Les parents ont contribué à fragiliser les enfants en les surprotégeant, c’est factuel.

Que notre jeunesse soit capable de s’adapter et de dépasser leur difficulté psychologique et leur mal être, c’est certain. Aidons là, aimons là et faisons lui confiance.

« Ce dont la jeunesse a besoin, c'est qu'on lui dise qu'il y a un bateau en construction dans sa propre cale sèche mentale, et que ce bateau est destiné à prendre la mer » Aldo LEOPOLD.

 

Jean-Paul ALLOU

 

En politique intérieure, l’unité nationale est loin de se réaliser. Le 46ème président des Etats-Unis nous rejoue le principe de « Règlement de compte à OK Corral » ! Les policiers blancs sont accusés de racisme vis-à-vis de la population noire. Les « Trumpistes » sont systématiquement évincés des postes administratifs, voir privés…La procédure « d’impeachment » contre l’ancien président risque de mettre du vinaigre sur le feu. Deux raisons à cela : l’ego du clan démocrate mais surtout, en cas d’aboutissement, l’impossibilité pour Donald TRUMP de pouvoir se représenter !

TRIBUNE : Quid du mur de la honte à la frontière mexicaine ? Si la construction de cet édifice ne devrait pas être poursuivie, l’avantage acquis, lui, en sera maintenu. C’est la garantie pour le pouvoir en place de limiter l’immigration clandestine et de faire chuter les importations de cocaïne ! Rappelons que l’idée fut initiée en son temps par Barack OBAMA, lui-même !

Une politique intérieure favorisant les classes les plus modestes sera sans aucun doute mise en œuvre par Joe BIDEN. Le nouveau locataire de la Maison-Blanche devra cependant faire face à un déficit budgétaire record de plus de 3 300 milliards de dollars et un niveau d’endettement dépassant les 104 % du PIB, avec plus de 23 milliards au score inégalé ! Cette situation devrait aggraver les tensions entre la Maison-Blanche et le Congrès avec son lot de blocages du règlement des fonctionnaires américains !

En matière de politique étrangère, le candidat démocrate entend privilégier les rencontres bilatérales avec ses homologues internationaux. Ce qui représente un changement radical avec l’ancienne administration TRUMP. Joe BIDEN a d'ores et déjà annoncé son souhait, dès la première année de son mandat, de réunir un sommet sur les valeurs démocratiques. Il est par ailleurs favorable au maintien des États-Unis dans l’OTAN. Nous verrons que cela s’apparente encore à un « trompe l’œil » !

 

Ça ressemble à une fable : BIDEN, l’Europe et MACRON...

 

Un préalable, un filtre, une mise en garde : tout ce que fera le locataire de la Maison-Blanche ne s’établira que dans l’intérêt des seuls Etats-Unis. Pas d’euphorie, il n’y a que la forme qui va changer. A la place de tweets bien appuyés, nous aurons droit aux communiqués diplomatiques. Pour maintenir cette anesthésie indolore, BIDEN se dit partisan du multilatéralisme, si cher à notre président !  

Depuis la mi-octobre 2019, l’administration TRUMP a imposé un droit de douane de 25 % sur les vins en bouteille, non effervescents, de moins de 14 degrés, en provenance des quatre pays fondateurs d’Airbus : la France, l’Espagne, l’Allemagne et le Royaume-Uni. D’autres produits agricoles européens ont été ciblés, comme l’huile d’olive espagnole et les fromages italiens. Au niveau du vin, la France est la nation la plus pénalisée.

L’annonce de la victoire de Joe BIDEN a donc ravi la filière viticole qui espère que le successeur de Donald TRUMP calmera le jeu. Alors que les différents commerciaux se sont accentués ces dernières années.

Mais, ne comptons pas sur cette possibilité : le manque à gagner pour les Américains serait trop important et surtout cela permettrait de prioriser les productions nationales ! A ce jour, rien n’indique que l’élection de BIDEN pourrait changer la tendance. Le ministre de l’Économie et des Finances, Bruno LE MAIRE estime que ce résultat ne changera en effet pas grand-chose pour la France en termes de commerce.

« Depuis de longues années, les Etats-Unis ne sont plus un partenaire amical des Européens », expliquait-il sur l’antenne de Radio Classique. La politique commerciale de Joe BIDEN s’inscrit dans celle d’OBAMA : un protectionnisme « America first ». Vis-à-vis de  l’Europe et particulièrement de la France, les Américains ne se sont jamais comportés comme de véritables alliés économiques ! Pour quelques « psy », cela correspond au désir inconscient de nous faire payer le fait qu’ils doivent leur indépendance à la France… On ne va tout de même pas mettre 328 millions de personnes sur le divan !

 

L’environnement : retour en grâce dans les accords de Paris...

 

Sur le climat, Joe BIDEN se situe à l’opposé de Donald TRUMP. Il est convaincu de la nécessité de lutter contre le réchauffement climatique. Il a ainsi fait du retour des États-Unis dans l’accord de Paris, une promesse de campagne et l’une de ses premières actions lors de son arrivée au pouvoir. Les promesses n’engagent que ceux qui les écoutent… Mais au-delà du symbole, cette bonne intention devrait rester sans effet. On ne voit pas comment les USA renonceraient au gaz de schiste !

Pour Emmanuel MACRON, le trumpisme était un argument en or massif pour pousser son idée de souveraineté européenne. Les pays du Vieux Continent savaient qu’ils ne pouvaient plus faire une confiance aveugle à Washington, surtout en matière de défense. C'était donc leur intérêt de se structurer, de faire exister une Europe toute en puissance. Donald TRUMP permettait ainsi aux Européens de se remobiliser et de se souder. La menace passée, le bloc européen devrait désormais se disloquer. Pour le président français, voilà un domaine où la France passera à côté, à titre d’exemple, de sa suprématie militaire. 

 

 

Pour Bercy, la Chine et l’Asie sont au cœur de la réflexion américaine mais l’Europe n’est qu’une « variable d’ajustement » au niveau des perspectives commerciales. Donald TRUMP considérait l’Europe comme le plus grand ennemi des États-Unis en termes de commerce. Mais rien n’indique que l’élection de BIDEN modifie la donne. Les démocrates sont en effet plus dévoués que les républicains concernant les géants de la Silicon Valley que la France dans le viseur.

 

Vers un rééquilibrage des forces mondiales…

 

Stratégiquement, l’intérêt des Américains est de maintenir la désunion en Europe : l’OTAN favorise surtout et seulement la vente de l’armement américain. Ces derniers resteront dans le « non interventionnisme » dans le cadre des conflits internationaux. L’Allemagne les suit dans cette voie, tout en promouvant l’OTAN et refusant la circulation des armes françaises !

Pour les Américains, c’est l’Allemagne qui décide en Europe et ils jouent cette carte. Les USA ont balayé les anciens empires coloniaux (France, Angleterre, Allemagne) et ils mettent tout en œuvre pour empêcher tout rapprochement entre l’Europe et la Russie. Moscou demeure un épouvantail à combattre : ce sont les fondamentaux séculaires de la guerre froide !

L’Iran prend le large en se mettant sous la protection chinoise avec un accord commercial portant sur plus de 400 milliards de dollars, sous forme d’échanges : pétrole contre denrées variées. Téhéran se met ainsi à l’abri des représailles américaines.

La Grèce vient d’acheter en toute urgence dix-huit avions Rafale : six neufs et douze d’occasions. Les tensions avec la Turquie justifient un tel achat. Attention, tout de même : Ankara fait partie de l’OTAN et les Américains ne bougeraient certainement pas d’un millimètre en cas d’étincelles entre les deux états de la Méditerranée !

Les grands enjeux du XXIème siècle seront donc d’éviter les conflits armés au Moyen-Orient, en Palestine avec Israël ou ceux entre la Grèce et la Turquie. Sur le terrain économique, la volonté hégémonique de la Chine est à proscrire coûte que coûte. Face à des Américains plutôt anti-français : il faut lire le dernier livre de Barack OBAMA et ses diatribes à peine voilées contre la France et Nicolas SARKOZY !

Dans un contexte où l’Europe est désunie face à une pandémie dont personne ne voit la fin, il devient vital que la France affirme enfin son autorité, son indépendance, son leadership et ses valeurs envers ce puissant partenaire…

 

Jean-Paul ALLOU

 

Impossible de parler des crypto-monnaies sans évoquer leur point de départ. Tout commence en 2008 d’un certain Satoshi NAKAMOTO, dont l’identité réelle reste encore inconnue, tant et si bien que l’on ne sait pas s’il s’agit d’une personne ou d’une corporation entière. Toujours est-il que ce bon Satoshi nous a gratifié d’un document scientifique et technique de dix pages, intitulé « Bitcoin: a peer-to-peer electronic cash system”. Une lecture complexe s’il en est pour celles et ceux qui ne sont pas véritablement versés dans les pratiques numériques. Mais qui présente et décrit le principe de fonctionnement de la blockchain.

TRIBUNE : « Blockchain » : c’est un gros mot qui n’en est pas vraiment un ! Car, c’est sur ce fameux processus que l’on entend désormais à toutes les sauces, que se base un grand nombre de crypto-monnaies actuelles. L’idée est de pouvoir servir des applications décentralisées.

C’est-à-dire des applications ne dépendant pas d’un tiers qui régira des opérations et autres transactions (par exemple, une application qui gérera le stockage de fichiers, des courses automobiles, des transactions financières, etc.). C’est en quelque sorte un nouveau modèle pour créer, financer et opérer des services de softwares mais décentralisés – un mot très important dans le concept des crypto-monnaies.

Les concepteurs et gestionnaires de ces fichiers seront récompensés par de la monnaie virtuelle comme un Bitcoin. Les crypto-monnaies préservent ce que les autres monnaies ne peuvent pas offrir : le contrôle, la centralisation…

Par l’absence de règles et d’autorité reconnues, elles font entrer ainsi l’anarchie dans la finance et les moyens de paiement ! On a même vu un footballeur demander à être payer en Bitcoin…

Si les crypto-monnaies relativement classiques mettent l’accent sur la décentralisation ainsi qu’une résistance absolue à la censure, certaines ajoutent une couche supplémentaire au mélange déjà bien complexe : l’anonymisation. Pour un modèle basé sur la blockchain classique, l’identité des deux parties qui prennent part à une transaction n’est pas inconnue. Elle est simplement cachée derrière les différentes clés qui servent à faire la transaction. La brèche est grandement ouverte aux cartels qui veulent blanchir l’argent de la drogue, aux organisations terroristes qui achètent des armes et aux fraudeurs fiscaux !

La confiance absolue dans ses nouveaux systèmes est de rigueur : du risque à l’état pur !

 

 

Le Bitcoin : la démocratisation de la spéculation…

 

La crypto-monnaie la plus connue, c’est également celle qui est née avec l’invention de la blockchain. Le Bitcoin est donc décentralisé, sans l’intervention d’un organe tiers, avec l’historique de toutes les transactions passées, recensées dans la blockchain. Il fait énormément parler de lui pour sa progression continue et son actuelle valeur, en face du dollar. À l’heure où l’on écrit ces quelques lignes, un seul Bitcoin représente près de 40 000 dollars américains, ce qui n’est pas rien quand on sait qu’à l’origine, il tutoyait à peine les cent dollars.

Si le Bitcoin ne sert pas vraiment aux transactions en France  (contrairement à d’autres pays aux systèmes financiers défaillants), rien que le posséder est l’utiliser en quelque sorte. Le Bitcoin a une valeur parce qu’il demande des ressources pour le générer. La démocratisation du Bitcoin entraîne  des usages, des pratiques, et peut-être son émergence comme une monnaie à part entière.

Le tout étant, comme pour l’or en son temps ou le dollar actuellement, de pouvoir créer la confiance. Cette dernière est le point de départ de la reconnaissance de la valeur dans un système monétaire, mais aussi de son utilisation dans les opérations courantes. D’où une certaine forme de spéculation à la base. La démocratisation de la spéculation, elle, peut largement provenir de l’engouement persistant autour des cryptos, quitte à ne pas avoir la moindre idée du domaine et de spéculer sur la simple base d’une valeur attribuée à un moment « t ». Elle fluctue, et peut éventuellement donner une plus-value à l’arrivée, en revendant ses actifs.

A l’heure où nous publions ces lignes, la crypto-monnaie continue son envolée historique et vient de prendre 10 000 dollars en cinq jours. Le prix du Bitcoin a dépassé 40 000 dollars jeudi dernier pour la première fois de son histoire, profitant de l’optimisme des marchés lié à la certification de l’élection de Joe BIDEN aux États-Unis, et poursuivant sa spectaculaire envolée des dernières semaines. La principale crypto-monnaie, en hausse de 6,52 % sur la séance, après être montée peu avant à environ 40 380 dollars, sur un marché extrêmement volatile depuis deux mois.

« Un seuil important de prix a été atteint et le Bitcoin, décentralisé et non dépendant des banques centrales, a fait ses preuves en tant qu’actif », estime Naem ASLAM, analyste d’Ava Trade.

« Maintenant tout le monde connaît le Bitcoin et tout le monde en veut un bout… ajoute-t-il, sachant que les particuliers peuvent en acheter une portion. Il précise cependant que « ce sont les investisseurs institutionnels qui mènent la danse de cette envolée ». Les « investisseurs institutionnels », encore appelés « les zinzins » par les spécialistes, sont les banques, assurances, sociétés financières, SICAV… C'est-à-dire un niveau de risques et de volatilité importants au niveau du particulier.

 

Une évolution foudroyante imputable aux résultats des élections américaines…

 

Le prix du Bitcoin a battu record sur record fin 2020. Poussant de nombreux observateurs à conseiller la prudence aux investisseurs individuels face à une envolée qui pourrait faire craindre une bulle avec une correction à la clé.

« Les investisseurs continuent à monter dans le train des crypto-monnaies qui semble gagner de plus en plus d’intérêt, maintenant que l’économie américaine est bien partie pour bénéficier d’un plan de relance budgétaire de l’administration BIDEN lors de ses cent premiers jours », remarque Edward MOYA, analyste d’OANDA. Il remarque que les systèmes de courtage à haute fréquence pourraient déclencher des prises de bénéfices si la tendance haussière perd de son souffle autour du seuil de 41 500 dollars. Même si bon nombre d’analystes s’attendent à ce que la dynamique se poursuive jusqu’au seuil de 50 000 dollars, avant ce que beaucoup estiment être une inévitable correction. Autre précisions : le nombre total de Bitcoins est fixé dès l’origine à 21 millions.

 

 

Attention à la retombée qui va faire très mal !

 

Même si certains analystes pensent que la tendance haussière peut encore progresser (pour qui roulent-ils donc ?), il risque d’y avoir « des pleurs et des grincements de dents » lors de l’inévitable chute brutale !

« Ça commence à être inquiétant, c’est plus du tout le marché d’il y a quelques semaines, la correction est inéluctable », renchérit un analyste européen qui souhaite garder l’anonymat. Encore un « zinzin » !

Pour plusieurs acteurs du marché, le Bitcoin représente une forme d’or numérique, un moyen de se prémunir de l’inflation qui pourrait être créée par les mesures monétaires ultra-accommodantes adoptées par de nombreuses banques centrales, dont la fameuse réserve fédérale américaine (FED) en tête.

Les analystes de JPMORGAN estiment que le Bitcoin pourrait atteindre 146 000 dollars, à condition que sa volatilité s’apaise pour attirer des investisseurs qui préfèrent pour l’instant l’or, plus stable.

Justement, dire qu’on peut se prémunir de l’inflation grâce au Bitcoin, c’est un non-sens ! Face à un euro devenu pléthorique, injecté à tout va par la BCE, nous devrions avoir une inflation forte ! Où est passée cette nouvelle arlésienne ? Ni dans l’alimentaire ou les biens de consommation.

Alors dans les bulles immobilières, sur les marchés financiers et autres bourses, mais progressivement sur l’or et les métaux rares comme le lithium ! Et…les cryptomonnaies dont le Bitcoin…

Pour certains, le Bitcoin s’inscrit dans une véritable révolution capable de faire chuter nos pays et de faire évoluer les paradigmes du système monétaire et financier actuels !

La spéculation sur le Bitcoin ? Amateurs et petits porteurs s’abstenir !

 

Jean-Paul ALLOU

 

Un lauréat d’origine franco-colombienne résidant en Belgique après s’être immergé en Suisse, en Espagne et en Hongrie pour y faire des études européennes, qui travaille de surcroît pour le compte de l’Agence allemande de la coopération internationale : on ne pouvait rêver d’un meilleur profil pour décerner l’un des seize prix du Concours concocté par le Réseau international des Maisons des Francophonies, « Ma minute francophone » ! Brillant vainqueur, Chani DECROUX, auteur d’une œuvre filmée remarquable, a été plébiscité par l’antenne régionale de Bourgogne…

AUXERRE : Il y a une certaine de forme de musicalité qui résonne avec flamboyance dans le timbre de voix si expressif du jeune garçon.

Posée, réfléchie, la diction de Chani DECROUX retentit de manière presque suave et harmonieuse dans la pièce où se pressent avec grand intérêt le comité restreint de la Maison de la Francophonie en Bourgogne.

Par écran interposé (vive la magie de la visioconférence !), ces derniers peuvent faire connaissance et discuter à bâton rompu dans les conditions du direct avec l’un des seize lauréats de ce premier concours conçu par le Réseau international des Maisons des Francophonies (RIMF), récemment porté sur les fonts baptismaux.

Intitulée « Ma minute francophone », l’épreuve aura permis depuis le 15 septembre dernier de promouvoir une francophonie plurielle et inclusive ainsi que la valorisation de la langue française de par le monde.

Proposant un concours ludique s’adressant à tous les francophones et francophiles de tout âge, le RIMF exigeait de ses participants (ils furent plus de 217 provenant de 42 pays) qu’ils évoquent à l’aide d’un court-métrage d’à peine deux minutes leur amour inconditionnel de la francophonie et de ses valeurs. En saupoudrant le tout d’un zeste d’originalité, de prouesses artistiques et pourquoi pas, de poésie !

Et à ce jeu-là, incontestablement, l’œuvre enregistrée par le Bruxellois d’adoption Chani DECROUX a su faire mouche !

 

 

 

Un lauréat soutenu par une société auxerroise sponsor de cette première édition…

 

Onirique, mêlant tendresse et beauté, le travail de ce jeune prodige du multilinguisme a ravi ses premiers supporters dont le chef d’entreprise auxerrois Gaël ROCHON, partenaire local de la manifestation. Son protégé recevra de la part de sa société CORAIL Patrimoine une bourse d’encouragement de 500 euros.      

Quant à la vidéo, « Ma réalité francophone », elle se découvre sans modération sur la page Facebook de l’organisme régional présidé par Marité CATHERIN.

Universaliste dans l’âme, le jeune homme à la tête bien remplie envisage à l’avenir de développer des projets artistiques autour de la danse, de la poésie et des langues, ses violons d’Ingres. Sans omettre de poser son empreinte dans le milieu de la coopération.  

 

 

 

 

D’ailleurs, il manquait une de ses langues à son répertoire personnel, celle de Goethe : ce sera chose faite prochainement puisqu’il suit à l’heure actuelle des cours afin de mieux la maîtriser !

Satisfaite de cette première édition si prometteuse car suivie dans une quarantaine de pays où la langue française demeure toujours la reine, Marité CATHERIN, figure emblématique de la promotion de la francophonie à travers le monde, a par ailleurs annoncé la réalisation d’un concours francophone où l’économie et la déclinaison de ses projets seraient le fil d’Ariane. Un concept pouvant être porté en 2021.

Un autre pan de la francophonie qui ne se limite pas aux seuls échanges culturels, sportifs et éducatifs, il est vrai…

 

Thierry BRET

 

Page 1 sur 28

Articles

Bannière droite accueil