Découvrez nos partenaires

bloc-marque-culture-couleur1.jpg
logo-festins-de-bourgogne.jpg
logo-puissaye-forterre.png
logo-iseal-salon-coiffure-auxerre.jpg
logo-cifa-89-auxerre.png
logo13q-1.jpg
banque_populaire_bfc.png
logo-cm.jpg
logo-edf-site.jpg

Découvrez nos partenaires

bloc-marque-culture-couleur1.jpg
logo-festins-de-bourgogne.jpg
banque_populaire_bfc.png
logo-puissaye-forterre.png
logo13q-1.jpg
logo-edf-site.jpg
logo-cifa-89-auxerre.png
logo-iseal-salon-coiffure-auxerre.jpg
logo-cm.jpg

Plus de 850 scolaires, fréquentant les collèges de notre territoire, ont bénéficié du cycle de vulgarisation à la pratique automobile et à la découverte des risques routiers, « 10 de Conduite ». Quatre années de mise en place qui se sont révélées très positives de l’avis des instigateurs de cette opération pédagogique dont son principal promoteur, GROUPAMA Paris Val-de-Loire. Le processus sera reconduit dès l’année prochaine. Parce que la sécurité sur nos routes n’a pas de prix. Surtout lorsqu’il s’agit de préserver la vie de jeunes conducteurs…

AUXERRE : La prorogation du dispositif « 10 de Conduite » sur notre département devrait être effective d’ici quelques semaines. Sans surprise, les acteurs de ce concept pédagogique qui a su porter ses fruits selon l’Education nationale auprès des collégiens ont décidé de poursuivre l’aventure une année de mieux.

En 2020, les représentants de la Gendarmerie nationale et les CRS ainsi que les forces de police assureront un cycle supplémentaire de formation dans les collèges de l’Yonne.

Interrogé sur la pertinence de ce dispositif, le président de la caisse départementale de GROUPAMA Paris Val-de-Loire dans l’Yonne, Pascal MAUPOIS, s’est félicité de ce choix judicieux et responsable, éminemment stratégique pour l’assureur mutualiste.

Selon lui, le paraphe officiel autorisant la conception de ces futures séances serait prévu dès le terme des sessions en cours, c’est-à-dire à la fin mars.

« 10 de Conduite » possède aussi un autre prolongement positif dans sa conceptualisation actuelle, celui de rassurer les parents.

La variante « rurale » de la déclinaison, destinée aux élèves qui suivent des cursus de la filière agricole, représente un atout complémentaire dans cette démarche de proximité et de transmission des savoirs.

Comme aime le rappeler Pascal MAUPOIS, lui-même professionnel de l’agriculture, « un tracteur ne se conduit pas comme une automobile, d’autant que les vitesses autorisées sur les routes viennent d’augmenter... ».

En effet, ce type d’engin peut désormais circuler sur les réseaux routiers à 50 km/h, au lieu de 40 km/h jusqu’alors.

D’où l’impérieuse nécessité de bien maîtriser ces véhicules qui ne manquent ni de maniabilité ni de puissance. Et qui représentent in fine un potentiel de risques pour celles et ceux qui ne sauraient les piloter avec aisance…

Le 08 avril se déroulera dans la capitale de l’Yonne une initiative pour le moins originale en matière de recrutement. La Maison de l’Emploi de l’Auxerrois proposera une méthodologie novatrice en partenariat avec la structure 60’INSIDE. Un jeu « escape game », concocté sous la forme de deux sessions d’une vingtaine de minutes, permettra à des candidats à l’emploi et à des recruteurs de mieux se découvrir mais de façon ludique. Des énigmes ont été imaginées spécialement pour cette occasion : elles serviront de prétexte pour démasquer les recruteurs…

AUXERRE : L’originalité sera de mise pour cette future animation déclinée par la Maison de l’Emploi de l’Auxerrois. Quatre recruteurs de la zone des Clairions se prêteront à ce dispositif ludique hors des sentiers traditionnels du recrutement.

Le principe n’est pas si complexe que cela. Deux tables de huit personnes (six candidats et deux recruteurs) seront disposées dans les locaux de la société 60’INSIDE à Auxerre. Cette dernière, partenaire de l’opération, propose des activités d’escape game.

Quatre employeurs seront, quant à eux, immergés parmi les candidats qui sont en quête de nouveaux collaborateurs. Ces spécialistes de la R.H. représentent des secteurs d’activités différents. Le but de la manœuvre sera, à l’aide d’énigmes conçues spécifiquement pour cette session, de débusquer les recruteurs.

« En fait, explique Olivier HEMARD, directeur de la Maison de l’Emploi de l’Auxerrois, tout repose sur le comportement du candidat en fonction de leur savoir être. Le scénario comporte plusieurs indices qui facilitent l’appréciation des recruteurs. Ces derniers peuvent jauger les attitudes et le mode opérationnel usité par les candidats pour résoudre l’énigme… ».

Une fois, cette devinette résolue, une séance de débriefing donnera ensuite l’opportunité à chacun des participants de pouvoir échanger. Avec cette méthode, le C.V. et la lettre de motivation n’ont pas raison d’être.

Pour y participer, rien de plus facile. Il suffit de s’inscrire auprès de la Maison de l’Emploi de l’Auxerrois car le nombre de place est limité à douze personnes.

Renseignements via  Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Le CIFA de l’Yonne a été le théâtre d’une saine confrontation en ce début de semaine. Celle devant opposer cinq jeunes candidats, âgés de moins de 21 ans, qui se sont disputés via huit épreuves à vocation technique le titre de l’ « Un des meilleurs apprentis de France » du territoire de l’Yonne, catégorie mécanique.  

AUXERRE : En apprentissage au CIFA de l’Yonne ou au lycée Louis Davier de Joigny, cette demi-douzaine de prétendants à la suprématie territoriale ont su rivaliser de talent pour s’extraire du lot et tenter de gagner ainsi l’une des distinctions qualificatives pour les épreuves régionales, voire nationales.

Se disputant âprement cette sélection, tous espèrent décrocher le précieux sésame, la médaille d’or, celle d’argent ou la breloque de bronze, qui récompenserait les efforts fournis durant l’épreuve. Celle-ci englobait des ateliers d’injection, de boîte de vitesse, de métrologie, de circuit de charge…

Un sabir que seuls les exégètes de la chose mécanique maîtrisent à la perfection, il va de soi !

Il en est ainsi des organisateurs (Philippe CATHELIN, formateur au CIFA) et des membres d’un jury de professeurs ou de professionnels de la mécanique (Jérôme BOURBON, Mickael MICHAUT, Tony MORENO, Anthony BUREAU et Christophe PLINGUIER).

On notera la présence parmi ce jury d’experts de l’automobile de la jeune Elisa PERE, elle-même ancienne apprentie du CIFA et ex-Meilleure apprentie de France.

Plus de six mille candidats s'inscrivent chaque année, et ce, dans plus de 90 métiers, à ce concours de brillance nationale. In fine, 344 de ces jeunes gens obtiennent le Graal en glanant des médailles or, argent ou bronze.

Quant au suspens, il demeure intégral. Le verdict définitif ne sera connu que fin mars.

 

Parmi les nombreuses missions sociétales déclinées par l’assureur mutualiste sur son territoire, l’opération « Dix de Conduite » tient une place tout à fait privilégiée auprès des futurs conducteurs en herbe. Conçue avec le soutien de deux partenaires idoines de ce milieu professionnel (TOTAL et RENAULT), l’animation reçoit également le précieux concours de la Gendarmerie nationale. Une dizaine d’établissements scolaires de l’Yonne bénéficieront de ces séances sensibilisatrices aux risques et dangers de la route d’ici quelques jours…

AUXERRE : « J’agis là où je vis ». Jamais, le fameux credo propre à GROUPAMA Paris Val de Loire n’aura résonné aussi fort et avec autant de vigueur quand s’amorce à chaque printemps le déroulé de la nouvelle campagne de mobilisation autour de la sécurité routière.

Si 850 adolescents, tous collégiens, ont été les heureux bénéficiaires de cette manifestation la saison passée dans l’Yonne, combien seront-ils cette année encore à profiter de la bienveillance et du professionnalisme des représentants des forces de l’ordre ?

Au vu de la configuration catastrophique observée en matière d’accidentologie sur notre département, l’initiative apparaît plus que jamais salutaire pour ces futurs conducteurs d’engins motorisés.

D’ailleurs, les gendarmes présents à cette session explicative face aux principaux des collèges concernés par l’opération ont lourdement insisté sur les bienfaits de la conduite accompagnée. Une approche pédagogique qui demeure souple et responsable afin de mieux appréhender les risques encourus sur le réseau routier.

Evoquer les addictions à l’alcool et aux stupéfiants…   

Une journée type est assez facile à organiser pour les instigateurs de cette opération. Les élèves voient leur temps d’occupation se diviser en deux temps. Celui de la théorie où les représentants de la Gendarmerie nationale procèdent à des révisions élémentaires du Code de la route (signalétique, règles de priorité…).

Puis, un QCM, élaboré autour d’une vingtaine de questions ciblées, offrent la possibilité à ces jeunes gens de tester leurs connaissances. Dans un laps de temps précis : quinze minutes chrono !

On y aborde parmi les thèmes essentiels la vitesse, les fautes de comportement lors de la conduite, l’addiction à l’alcool et aux stupéfiants. Il est de bon ton de rappeler qu’un accident sur deux observé dans l’Yonne n’est autre que la résultante d’une conduite addictive. Et que le taux d’alcoolémie d’un jeune conducteur ne doit pas excéder 0,10 grammes dans le sang.

Puis, au-delà de cette heure et demie de théorie, les apprenants vivent des situations pratiques. Chaque élève s’exerce à la conduite, derrière le volant d’un véhicule, maîtrisé par un gendarme. Il s’agit d’apprécier l’aisance du jeune conducteur par rapport à la signalétique présente sur le circuit et de tester ainsi son aptitude réelle à la conduite.

A l’issue de ces exercices, les adolescents reçoivent une note. Cette saison, ils auront l’opportunité de pouvoir piloter deux véhicules à boîte manuelle et une automobile aux rapports automatiques.

Les collèges d’Aillant-sur-Tholon, Bléneau, Charny, Saint-Fargeau, Saint-Sauveur-en-Puisaye, Joigny, Villeneuve-sur-Yonne ainsi que le CFPPA La Brosse et la MFR de Villevalier  

Précisons que GROUPAMA Paris Val de Loire affine l’initiative une fois que les jeunes gens obtiennent leur permis de conduire. En leur permettant de connaître les difficultés de la conduite technique en cas de pluie ou de gel lors de stages réalisés sur le circuit de REAU (Seine-et-Marne) dans le cadre du concept CENTAURE.

 

 

Plus d’une cinquantaine de formations, du CAP au Bac + 5, sans omettre les niveaux d’ingénieur et de manager, constitueront l’ossature pédagogique incontournable de cette seconde session de portes ouvertes, concoctées par le centre de formation de l’industrie ce samedi 16 mars. Adoptant une parfaite concordance au niveau de la logistique organisationnelle, les trois sites du Pôle Formation 58/89 (Auxerre, Nevers et Sens) accueilleront celles et ceux des futurs étudiants interpellés par les potentialités professionnelles offertes par les filières industrielles de pointe…

AUXERRE : La haute technologie sera l’une des vedettes à part entière de ce deuxième rendez-vous de l’année 2019. Quelques semaines après le précédent exercice, initié le 26 janvier dernier, l’opération des portes ouvertes du Pôle Formation 58/89 devrait permettre à de nombreux jeunes gens, enclins de rejoindre la filière industrielle, de pouvoir s’instruire en découvrant la pléthorique possibilité offerte par le centre de formation au niveau de ses cursus.

Si 411 visiteurs avaient fréquenté l’un des centres pédagogiques de la Nièvre et de l’Yonne lors du premier de ces deux rendez-vous en 2018, les chiffres communiqués par le service des relations publiques du Pôle montrent déjà une nette tendance à la hausse ce premier trimestre 2019. Bref, l’analyse est simple à la connaissance de cette équation : le nombre de jeunes gens intéressés par le secteur industriel progresse. Rien de plus naturel car ces métiers offrent de réelles opportunités d’emploi à l’issue du diplôme.

Découvrir les diverses spécificités des centres…

Le public aura la possibilité de s’immerger parmi les arcanes de cet établissement qui a reçu l’adoubement de l’UIMM (Union des industries et des métiers de la métallurgie). Accompagnés de leur famille, les jeunes gens auront ainsi l’opportunité de pouvoir découvrir les facettes de l’Institut d’Enseignement Supérieur de l’Yonne (IESY) à Sens ; de l’ITII Bourgogne à Auxerre (la première formation française d’ingénieurs par apprentissage avec ses deux filières, génie industriel et conception mécanique, le tout proposé en trois ans ; ou encore de l’IFAG.

On ne présente plus l’école supérieure de management de l’Yonne, membre du réseau éponyme qui comprend une trentaine d’établissements à l’échelon national. La structure prépare les créateurs et repreneurs d’entreprise ainsi que les futurs managers et responsables dans les domaines du marketing, du commerce, de la gestion, des finances, des ressources humaines, du management…

 

 

Page 1 sur 33
Bannière droite accueil
Bannière footer