Il ne faut pas vendre la peau de l’ours avant de l’avoir tué. Même si celle-ci arbore une fourrure de la plus belle des textures. Mais à l’annonce du concept entrepreneurial qui pourrait tomber dans l’escarcelle du Grand-Sénonais à l’horizon 2022, il y a des raisons d’espérer. Si l’appel à projets lui revient favorablement, c’est la plateforme logistique d’un grand groupe européen positionné dans le e-commerce qui s’implanterait alors à Sens. Créant au passage la bagatelle de plusieurs milliers d’emplois…

SENS : Non, il ne s’agit pas du géant américain, AMAZON qui a déjà choisi Chalon-sur-Saône comme point d’ancrage en Bourgogne Franche-Comté ! Mais, ce serait tout comme, si d’aventure le projet venait à se concrétiser d’ici les prochaines semaines.

Les perspectives induites seraient très alléchantes pour le bassin d’emploi du Sénonais. Et par effet gigogne, à l’ensemble des strates économiques de ce territoire, avec en priorité les artisans et les sociétés de service.

L’édification de cette future base logistique – la plus importante dans l’Hexagone pour ce commanditaire européen spécialiste du e-commerce dont l’identité n’a pas été relevée pour l’heure pour cause de confidentialité par le porteur de projet, la société PANHARD– apporterait une embellie durable et circonstanciée à la cause de l’emploi sur le secteur septentrional de l’Yonne.

Un projet qui ne date pas d’hier comme devait le préciser lors d’une conférence de presse permettant de faire toute la lumière sur ce dossier, l’édile de Sens et présidente du Grand-Sénonais, Marie-Louise FORT.

Cela fait deux ans déjà que les fonts baptismaux de ce dossier très attendu par le sérail local ont été posés sur la table des tractations. La Ville de Sens n’avait pas, jusqu’alors souhaité l’évoquer, à l’instar de tant d’autres projets en gestation, parce que sa politique de communication s’articule seulement autour de programmes ayant une chance d’aboutir in fine.

Une entrée en matière explicative très véhémente de l’élue de l’Yonne qui a voulu remettre les pendules à l’heure après avoir été accusée lors du conseil municipal du lundi 23 novembre par son opposition verte de ne pas dire toute la vérité sur ce dossier.

 

 

 

Une motte de beurre dans l’assiette d’épinards du Sénonais…

 

De quoi s’agit-il précisément ? Un major européen de la « supply chain » et de la logistique dans le e-commerce – visiblement originaire d’Outre-Rhin par simple déduction – a lancé un appel d’offres national portant sur la recherche d’une zone d’aménagement en vue de l’installation de son futur centre logistique dans l’Hexagone. Et plus particulièrement sur l’axe Paris/Lyon.

Une quarantaine de sites ont fait acte de candidature dès l’annonce de ce projet qui remonte à vingt-deux mois.

Spécialiste de l’immobilier industriel dont celui de l’implantation de bases de logistique en France, le groupe PANHARD (rien à voir avec feu la célèbre enseigne automobile) est entré dans la danse.

 

 

En prenant fait et cause pour imposer le territoire de Sens dans les négociations !

Si à date, rien n’est encore fait quant à l’attribution définitive de cette implantation, il ne resterait plus, aux dires de Jean-Louis LAZUECH, directeur général du développement logistique de la société, que deux à trois sites figurant encore sur les rangs. Dont celui qui intéresse le bassin d’emploi du Sénonais ! Une énorme motte de beurre dans une assiette d’épinards pour le développement économique du territoire !

 

 

Un chantier titanesque avec 150 000 mètres carrés de bâtiment !

 

Dans les faits, le projet est proprement colossal. La plateforme s’étalerait sur 150 000 mètres carrés de superficie dont 50 000 mètres carrés en étage. Ce qui en ferait de facto l’une des plus importantes bases logistique de l’Hexagone !

Son coût reviendrait à 300 millions d’euros, financés pour moitié par le porteur du projet lui-même.

L’investissement humain atteindrait des proportions très conséquentes pour le microcosme local : avec une jauge estimative fixée à près de deux mille cinq cents emplois dont 50 % établis en contrat à durée indéterminée.

Parmi les profils essentiels de ces postes, citons celui des caristes dont la future société aurait grandement besoin pour rendre opérationnel l’ensemble. Les cadres et personnels administratifs seraient accueillis dans douze mille mètres carrés de bureaux.

Sur les trente hectares occupés pour le développement de ce projet, une dizaine serait consacrée à l’aménagement de plan d’eau (deux hectares), de la préservation du biotope, de la plantation de quelques neuf cents arbres et végétaux, de la pose de ruchers.

Bref, un concept résolument vert et écologique qui, pour couronner le tout, se verrait aussi doter de panneaux photovoltaïques sur la toiture de l’édifice. Ceux-ci d’une puissance de cinq MgW pourraient répondre aux besoins en énergie électrique de mille deux cents foyers.

Les abords du site logistique seraient également repensés. Avec à la clé, des accès menant vers la rocade de contournement de Sens. Il s’agirait de rendre plus fluide la circulation des poids lourds, évalués de 400 à 500 véhicules par jour dans ce périmètre.

S’il était retenu, le chantier de construction de cette plateforme de très belle envergure nécessiterait près de vingt-quatre mois de labeur. Auxquels il faudrait ajouter de six à huit mois supplémentaires pour l’agencement du lieu. Quant au recrutement des futurs salariés, il incomberait aux services de Pôle Emploi.

Marie-Louise FORT, tout comme son adjointe en charge de la vie commerçante, de l’artisanat et de l’attractivité économique Clarisse QUENTIN, se disent confiantes. « Notre dossier est bon, nos arguments aussi… ».

Il n’y a plus qu’à croiser les doigts et patienter jusqu’en 2021 pour que cette nouvelle année vienne égayer de ses lumières (et de l’acceptation de ce dossier) le paysage sociétal sénonais…

 

Thierry BRET

 

 

Son idylle avec le monde bancaire s’est achevée de manière soudaine au printemps 2019. Quatorze années de bons et loyaux services pour porter le Crédit Foncier sur un piédestal avant que l’aventure ne tourne en eau de boudin. Il n’en fallait pas davantage pour redonner du punch à cette femme dynamique. Depuis, son rêve d’enfance se réalise : elle pilote une SAS dans le secteur du bâtiment…

AUXERRE : Voilà l’exemple parfait d’une reconversion professionnelle réussie ! Celle qui illustre la nouvelle aventure entrepreneuriale de l’ex-adjointe de la Ville d’Auxerre, Sarah DEGLIAME-PELHATE.

Logique, en vérité que le succès soit au rendez-vous de sa réorientation de carrière ; elle qui avait en charge la jeunesse, la formation et l’enseignement supérieur lors de la précédente mandature sous l’ère de Guy FEREZ.

Depuis le 01er avril, cela ne s’invente pas ( !), cette amoureuse des vieilles pierres et du patrimoine préside à la destinée de son nouvel outil, une SAS baptisée BATRIUM RENOV.

La structure se positionné sur la pratique des règles de l’art de la rénovation et de la réhabilitation d’espaces habitables au cordeau. Ses agréments en poche après avoir suivi les cycles très instructifs de l’Ecole européenne des arts et de la matière à Albi, Sarah complète son cursus par des établissements pédagogiques qui lui confèrent une acuité très approfondie sur les pigments et les trompe l’œil.

Aux côtés de son époux, Bruno qui a endossé la vêture de directeur général de la TPE, la dirigeante fréquente à bon escient et avec beaucoup d’enthousiasme les chantiers où s’effectue la rénovation de bâtisses traditionnelles et d’anciennes demeures bourgeoises à l’instar de cet édifice datant du XVIIIème siècle implanté dans le Bordelais.

 

Un signe zodiacal qui ne trompe pas dans son obstination : le taureau !

 

Perfectionniste jusqu’au bout des ongles, la cheffe d’entreprise a même pris soin de peaufiner les moindres détails de l’architecture en travaillant le travertin, une pierre spécifique de cette contrée de Gironde.

Elle ne rechigne pas à mettre la main à la pâte ! Ou plutôt à poser le carrelage, à réaliser des travaux de peinture, à concevoir les aménagements intérieurs et extérieurs avec cette obstination caractéristique qui lui est propre en sa qualité de native du signe du taureau !

 

 

 

 

Rendre leur cachet et leur typicité à ces demeures qui ne demandent qu’à briller de mille feux après ce travail minutieux de lifting est son leitmotiv.

Issue d’une famille d’artistes qui se passionnent pour la mode et la musique, Sarah souhaite laisser une trace pérenne de son œuvre professionnelle après elle. Ce qui ne l’empêche pas, au quotidien de suivre l’administratif et de réaliser les devis et les plans de ses interventions (elle a suivi une formation de métreur au CFA Bâtiment d’Auxerre), étapes obligatoires qui mène à l’obtention d’un marché.

 

La ligne bleue des Vosges de la pérennité professionnelle…

 

A 51 ans, Sarah DEGLIAME-PELHATE rayonne dans sa nouvelle existence. La vie après la vie ! Un choix longuement mûri de près de deux ans, la période nécessaire qui lui aura fallu pour évacuer définitivement les reliquats de sa précédente carrière bancaire.

Pas de regrets selon elle : même si le métier lui a ouvert de jolis horizons intellectuels, elle a su couper court avec ce cordon ombilical qui la reliait et l’entravait au monde financier. Une profonde entaille inéluctable faite dans une quiétude et une détermination qui frisent l’insolence.

Epanouie, confiante et optimiste quant à son devenir, elle est l’incarnation même de cette opportunité heureuse qui peut se présenter à chacun d’entre nous afin de mieux rebondir dans sa vie professionnelle.

D’ailleurs, malgré le contexte sanitaire du moment, elle se projette volontiers sur l’horizon 2021 en le distinguant comme la ligne bleue des Vosges : la création d’une embauche et l’apport de nouvelles perspectives en termes de services ne sont pas à exclure dans ces douze prochains mois.

 

Thierry BRET

 

 

Le co-auteur de « Yvonne ne veut pas partir » se rappelle à notre bon souvenir. En publiant un nouvel opus consacré à la joie de vivre. L’un de ses thèmes de prédilection après celui du bonheur dont il nous avait gratifiés les louanges avec son compère Dominique COJAN via de nombreux témoignages recueillis auprès de personnes âgées. Edité début 2021, « Les Enjouées » fait l’objet d’une souscription. Afin d’en savourer son contenu aux premiers jours du printemps…

AUXERRE : Entamé voici un an, le nouveau travail scriptural de cet adepte du partage et de la transmission des émotions joyeuses se termine. Cependant, la  parution des « Enjouées », titre de cet ouvrage conçu en solitaire par son auteur, est prévue pour les premiers jours de mars 2021. Logique car la distribution et la vente des livres répondent à une réglementation stricte.

Mais, le plaisir n’en sera que plus grand que de découvrir ce copieux opuscule, garni de ses trois cents pages qui brossera les portraits d’une trentaine de femmes dont le dénominateur commun n’est autre que le travail. Une source de joie incommensurable et de plaisir à vivre à l’infini, synonyme d’épanouissement et de croissance de l’âme…

A la lecture de ces pérégrinations testimoniales couchées sur le papier, Jean-Eric FRAY évoquera ces métiers au féminin dont certains sont encore l’apanage des hommes. Il présentera ces activités à forte connotation économique et culturelle qui s’exercent dans l’agriculture, l’industrie, l’artisanat, l’alimentaire, etc. Il y détaillera aussi l’expression de ces valeurs d’un engagement féminin dont le courage, la curiosité, la créativité, le respect, la bienveillance, l’amour…sont les dignes représentants.

 

Trente-et-un portraits gorgés de pur bonheur…

 

Bref, l’écrivain a mis sa plume au service d’une noble cause : celle de la mise en lumière du plaisir de travailler. Un plaisir qui se décline dans l’apprentissage des gestes professionnels, les relations à développer avec les autres, les découvertes nombreuses qui entourent le sachant, enfin le grandissement de soi…

Chacun des trente-et-un témoignages sera ponctué par les impressions de Constance, une jeune béotienne de vingt ans en quête d’un métier qui lui procurera de la joie.

Gorgé de perceptions vibratoires à consommer sans modération, le livre de l’écrivain-conseil icaunais s’adresse à toutes les générations. Aux plus jeunes en quête d’inspiration comme aux plus anciens à la découverte d’autres horizons professionnels. Mais, aussi à celles et à ceux de ces lecteurs qui désirent retrouver les vertus du travail réalisé avec justesse, dans le plaisir…et la passion.

 

En savoir plus :

« Les Enjouées » est un ouvrage qui fait l’objet d’une souscription en amont de sa publication valable jusqu’au 31 décembre 2020.

Celle-ci de l’ordre de 18 euros hors frais (les frais de port s’élèvent à 6 euros) permet d’acquérir le livre à un prix avantageux tout en facilitant son édition.

Le livre est édité aux éditions La Huppe Messagère basée dans l’Yonne à Chassy au 3 Le Grand Chaumont.

Il sera disponible chez les libraires et les centres culturels de Bourgogne Franche-Comté début mars...

 

Contact par mail : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

Thierry BRET

 

 

Dans quarante-huit heures, l’association de gestion et de comptabilité procèdera à sa première assemblée générale post-regroupement. Officialisé le 01er janvier dernier, le mariage entre les entités de Bourgogne et de Franche-Comté (quatre départements au total), voulu dans le cadre d’une stratégie de mutualisation réfléchie, se traduit par des engagements forts au niveau du déploiement opérationnel. Les assemblées de territoire dont celle de l’Yonne qui s’est tenue récemment permettent de cerner les enjeux d’une fusion, profitable à tous…

AUXERRE : Celles de la Côte d’Or et de la Haute-Saône purent se dérouler en présentiel. C’était sans compter sur le rebond de l’épidémie de coronavirus qui aura contraint les dirigeants de la structure régionale de revoir leur copie, en l’adaptant au contexte conjoncturel du moment.

Les assemblées de territoire, prélude à la future assemblée générale prévue le 20 novembre, n’ont donc pas eu le même traitement de faveur au plan logistique et organisationnel d’un secteur géographique à l’autre.

Dans l’Yonne, il aura fallu toute la sagacité et la concentration des suiveurs pour y prendre part derrière un écran d’ordinateur ; ce qui n’est jamais facile. La visioconférence est devenue le lot commun désormais de bon nombre d’entreprises et d’institutions qui poursuivent ainsi leur travail.  

Dans ce registre, l’animation déclinée par CERFRANCE n’aura pas démérité. Loin s’en faut, avec en maîtresse de cérémonie la vice-présidente Aurélie CALMUS qui aura assuré la transition entre les intervenants du jour, qui pour certains, slides à l’appui, déroulèrent leur sabir en étayant leur propos de chiffres clés.

Directeur délégué pour le département de l’Yonne, il revenait à Franck NEZET d’ouvrir le bal. Celui-ci brossa méthodiquement la physionomie de ce territoire où le spécialiste du conseil et de l’expertise comptable (surtout auprès des acteurs du monde agricole) intervient.

 

Un éclectisme à bon escient dans la sphère professionnelle…

 

Grâce à ses huit agences et ses 220 collaborateurs (le groupe en compte plus de trois mille à l’échelle de son implantation régionale sur la Côte d’Or, la Haute-Saône, le Territoire de Belfort et l’Yonne), CERFRANCE gère les problématiques quotidiennes de milliers de clients. Dont 6 700 sont issus des filières agricoles de la grande culture et de l’élevage.

Toutefois, contrairement à une idée reçue, le milieu de l’agriculture ne constitue pas le seul périmètre d’action de la structure. Sa présence auprès des entrepreneurs de l’artisanat et du commerce (environ 1 700 adhérents) n’est pas négligeable ; tout comme l’est le suivi auprès de clients issus des professions libérales, des services ou du BTP. Un rappel tactique judicieux de la part de Franck NEZET qui démontre ainsi l’éclectisme de cet acteur, membre de la filière des métiers des chiffres et du droit.

Mais, l’un des éléments moteurs de cette puissante armada qui possède une vingtaine de vitrines administratives et commerciales sur sa zone de chalandise, reste bien évidemment la gestion des paies. Rien que dans l’Yonne, ce sont aujourd’hui 1 800 entreprises qui ont recours à ses services. Sans omettre par capillarité le suivi des embauches et des fins de contrat.

 

 

Une entité qui pèse 28,2 millions d’euros après la fusion…

 

Objectivement, ce mariage entre les quatre départements bourguignons et franc-comtois aura donné naissance à un groupe qui présente de solides atouts. Il suffit de se plonger dans la lecture de l’organigramme pour mieux en saisir toutes les subtilités.

Sur cette seule zone d’influence, CERFRANCE possède parmi ses troupes 14 experts comptables, 245 comptables et assimilés, 23 juristes, 51 conseillers en entreprise, 28 collaborateurs spécialisés dans les ressources humaines et 22 interlocuteurs qui possèdent la bosse du commerce !

Un effectif bien rôdé à la gestion des entreprises qui a de quoi satisfaire le directeur général Laurent BEURIENNE.

Adepte de la formation continue, le groupe aux 420 salariés est friand d’apprentis  de niveau bac + 2 à bac + 5 (des juristes, des ingénieurs agronomes, des experts) qu’il aura tôt fait ensuite d’incorporer au sein de ses diverses strates professionnelles.

Du côté investissements, signalons l’ouverture récente (le 16 octobre) d’un nouveau point d’ancrage en Côte d’Or, précisément à Pouilly en Auxois. Le numérique prend une place particulière pour accompagner le télétravail, en vigueur avec la seconde période de confinement, et la mobilité. Les agences accueillent toujours leur public sur simple rendez-vous avec une jauge de personnel ramenée à 50 %.

Membre de l’Ordre régional des experts comptables, CERFRANCE BFC a réalisé un premier exercice après fusion évalué à 28,2 millions d’euros de chiffre d’affaires. Une excellente tendance même si une légère érosion du carnet de commandes imputable à la présence de la COVID-19 aura fait chuté de 160 000 euros en l’espace de deux mois ces bons résultats.

Le mot de la fin revint au président Eric COQUILLE. Ce dernier s’attarda longuement sur la fonction de délégué de territoire et leurs différentes missions au sein du conseil d’administration.

Rendez-vous est désormais fixé ce jeudi 20 novembre pour l’assemblée générale ordinaire d’une entité qui rayonne à la fois en terre de Bourgogne et de Franche-Comté. Avec de belles perspectives devant elle…

Thierry BRET

 

 

De nouvelles mesures viennent d’être statuées par l’institution régionale lors de son assemblée plénière ce lundi 16 novembre. Avec cette décision, la prise en charge des loyers des TPE/PME de moins de dix salariés ayant subi une fermeture administrative durant la seconde vague de confinement est actée…

DIJON (Côte d’Or) : Construites en bonne intelligence avec l’ensemble des intercommunalités partenaires du Pacte régional pour l’économie de proximité, ces nouvelles mesures apportent une bouffée d’oxygène salvatrice aux petits commerçants.

En choisissant de faire évoluer ledit pacte adopté en juin dernier, la présidente de l’exécutif régional Marie-Guite DUFAY donne un coup de pouce supplémentaire aux entrepreneurs qui éprouvent de réelles difficultés avec le retour du confinement. Et la fermeture de leur outil de  travail.

Comme devait le préciser l’élue avant le vote de cet abondement de 5,6 millions d’euros, « un commerce qui disparaît, c’est dramatique ; c’est toute la vitalité d’un territoire qui est remise en question… ».

Adoptée, cette mesure s’agrège avec les dispositifs de l’Etat afin de limiter la faillite des petits commerces, principalement en zone rurale.

Concrètement, les intercommunalités sont invitées à cofinancer ce nouveau processus solidaire à parité avec la Région. Selon le schéma opérationnel qui est le suivant : pour un euro versé par l’entité régionale, l’EPCI contribue à hauteur équivalente.

 

 

 

 

 

Un pacte spécifique adopté par 92 des 113 intercommunalités du territoire…

 

Toutefois, afin de préserver les capacités financières des plus petites collectivités, les communautés de communes verront leur contrepartie abaissée à deux euros pour la Région et seulement à un euro pour les EPCI concernés.

Rappelons que le Pacte régional pour l’économie de proximité a été adoubé par 92 des 113 intercommunalités de la Bourgogne-Franche-Comté au 10 novembre. Mobilisant initialement 27 millions d’euros, il repose sur deux piliers : un fonds régional d’avances remboursables mutualisé et solidaire.

A date, 645 demandes ont déjà été déposées et 123 dossiers instruits et payés pour un montant de 1,6 million d’euros, sécurisant ou créant 347 emplois sur le territoire. Le second volet de ce dispositif se rapporte à un fonds régional des territoires, destiné à accorder des subventions. Il est opéré par les EPCI auquel la Région contribue par un versement à hauteur de cinq euros par habitant dans chacune des intercommunalités.

 

 

 

 

 

Page 1 sur 80

Articles

Bannière droite accueil