Découvrez nos partenaires

bloc-marque-culture-couleur1.jpg
logo-festins-de-bourgogne.jpg
logo-credit-agricole-90x90.jpg
logo-cifa-89-auxerre-2020.png
groupama_small.png
logo-cerfrance-bfc-accueil.png
capeb-logo.png
banque_populaire_bfc.png
logo-cm.jpg
logo-edf-site.jpg
ccj-logo-petit-1.jpg
ordre-des-experts-comptables-de-bourgogne-franche-comte.jpg
Région Bourgogne France-Comté
Lycée Saint-Joseph de la Salle
Caisse d'épargne Bourgogne Franche-Comté
logo-atelier-de-l-immo-auxerre-2.jpg
logo-atelier-de-l-immo-auxerre-1.jpg

Nos partenaires

bloc-marque-culture-couleur1.jpg
logo-festins-de-bourgogne.jpg
banque_populaire_bfc.png
capeb-logo.png
Lycée Saint-Joseph de la Salle
Caisse d'épagne Bourgogne Franche-Comté
cerfrance bfc
Communauté de Communes du Jovinien
logo-edf-site.jpg
logo-cifa-89-auxerre-2020.png
logo-cm.jpg
groupama_medium.png
logo-credit-agricole-90x90.jpg
région Bourgogne Franche-Comté
logo-atelier-de-l-immo-auxerre-2.jpg
logo-atelier-de-l-immo-auxerre-1.jpg
Ordre des experts comptables de Bourgogne Franche-Comté

 raison d’un rendez-vous pédagogique mensuel, le public de la Mission Locale a désormais la possibilité de découvrir en compagnie d’un professionnel l’un des métiers de l’artisanat que défend à juste titre la CNAMS Bourgogne Franche-Comté. Une initiative judicieuse, fruit d’un nouveau partenariat que viennent de contracter les deux organismes sur le bassin de l’Auxerrois…

 

AUXERRE : Le plus important sera de mobiliser un artisan à raison d’un après-midi par mois afin de rencontrer le jeune public qui fréquente d’ordinaire les locaux de la Mission Locale de l’Auxerrois.

La réflexion – elle se veut pertinente - émane de la représentante de la CNAMS Bourgogne Franche-Comté, Dominique NUNES, qui assure les permanences hebdomadaires de la Confédération nationale de l’Artisanat des métiers de Service et de Fabrication régionale dans l’Yonne.

Mais, le fondement de ce nouveau partenariat, instauré depuis peu entre la Mission Locale de l’Auxerrois et l’organisme patronal, est tout autre, bien évidemment. Il s’agit de valoriser les métiers de l’artisanat, de service et de fabrication auprès du plus grand nombre. En l’occurrence de celles et de ceux qui sont en quête d’un emploi, d’une formation ou qui intègrent la catégorie des décrocheurs. Des jeunes gens en quête de repères que souhaitent leur donner par la voix du démonstratif et de l’échange les deux instigateurs de ce partenariat.

 

Un accompagnement utile des jeunes vers les métiers de l’artisanat…

 

Sous le format « atelier », la CNAMS de l’Yonne pilote dans les locaux de la Mission Locale de l’Auxerrois ce rendez-vous en conviant l’un des artisans des métiers d’art à venir présenter la filière. Au-delà des explicatifs théoriques, se développe aussi un condensé très démonstratif du métier.

Lors de la rencontre initiale, proposée le 21 octobre, c’est Jean-Claude LARRIVE, tapissier de profession, qui est venu parler de son métier face à une douzaine de personnes à la curiosité acérée. Succès garanti car les questions ont fusé durant l’échange pour mieux s’imprégner de cette filière qui n’est pas au firmament de l’actualité, côté emploi.

 

 

« C’est en développant de ce type d’initiative sur le savoir, les formations et le parcours d’un professionnel que la CNAMS accompagne les jeunes générations vers les métiers de l’artisanat, de service et de fabrication, confie Dominique NUNES.

Le 18 novembre, un focus instructif sera proposé lors du second rendez-vous à partir de 14 heures sur le métier de cordonnier par la CNAMS, et ce au même endroit, c’est-à-dire la Mission Locale de l’Auxerrois.

 

 

Une extension de ce partenariat aux autres Missions Locales de l’Yonne ?

 

On ne sait encore, pour l’heure, si ce partenariat ayant pris corps depuis le mois dernier sur le seul bassin de l’Auxerrois s’étendra par effet gigogne aux autres territoires de l’Yonne où agissent des Missions Locales.

Sans doute la nouvelle présidente de la délégation icaunaise de la CNAMS, Sonia MICHAUT, y réfléchit-elle parmi ses projets ; elle qui a succédé à Christophe DESMEDT à ce poste le premier août. Celui-ci se consacrant désormais uniquement sur la présidence régionale de Bourgogne Franche-Comté.

 

Thierry BRET

 

Un tiers des entrepreneurs exerçant leur savoir-faire en Bourgogne Franche-Comté sont en réalité des entrepreneuses. Un argument de poids que ne peuvent plus ignorer les acteurs de l’économie. Les responsables du Crédit Agricole Champagne-Bourgogne eux l’ont parfaitement compris en soutenant le PAREF, le Plan d’actions régional pour la promotion et le développement de l’entrepreneuriat des femmes…

 

DIJON (Côte d’Or) : C’est une signature forte en symbole pour l’établissement bancaire. En paraphant la charte du PAREF, Plan d’actions régionales pour la promotion et le développement de l’entrepreneuriat des femmes, l’entreprise conforte sa position en faveur des porteuses de projets, fortement implantées en Bourgogne Franche-Comté puisqu’elles sont au nombre de 47 000 dirigeantes de société.

Une analyse de l’INSEE le précise, un tiers de ces femmes exercent leur statut de cheffe d’entreprise dans le domaine des services (coiffure, restauration…), dans celui de la santé et du bien-être (infirmières, esthéticiennes…), dans l’agriculture (20 % des exploitantes) et bien évidemment dans le commerce pour 14 % d’entre elles.

 

 

 

Commentaires de Laurent HARO, directeur général adjoint au Crédit Agricole Champagne Bourgogne : « la parité hommes/femmes constitue une priorité pour façonner durablement le territoire. Avec cet engagement au sein du PAREF, c’est de faire mieux, de faire plus, en faveur des entrepreneuses de la région qu’elles soient commerçantes, agricultrices, infirmières libérales, médecins ou encore restauratrices… ».

Dix-neuf partenaires composent désormais le PAREF de Bourgogne Franche-Comté dans lequel on retrouvera les réseaux d’accompagnement à la création/reprise d’entreprise (ADIE, BGE, CCI, France Active, Réseau Entreprendre, Initiative France…), le MEDEF, la CPME, l’Ordre des Experts-comptables ainsi que l’association 100 000 Entrepreneurs. La « banque verte » rejoint ainsi ce réseau de poids en faveur de l’entrepreneuriat au féminin…

 

Thierry BRET

 

 

 

La rencontre sera ouverte au public. Profitant du confortable complexe cinématographique d’Auxerre – le CGR -, elle permettra à ses participants de se projeter dans le futur patrimonial de l’Auxerrois. Il y sera présenté, en effet, cinq projections dessinées de ce que pourrait être le futur de la ville et de son agglomération, en version architecturale et urbanistique. Des esquisses nées de l’imaginaire et de la créativité des 130 étudiants de l’Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Nancy en résidence cette semaine dans l’Yonne…

 

AUXERRE: Intéressante initiative pédagogique et prospectiviste que celle-ci ! Mêlant matière grise et imagination débridée ! Avec en toile de fond, la Ville d’Auxerre qui sera passée à la moulinette intellectuelle de la fine fleur des futurs architectes diplômés devant sortir de l’ENSA, la fameuse Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Nancy. Ils sont cent-trente étudiants de troisième année au total à être du voyage en terre icaunaise, accueillis durant une semaine dans la capitale de l’Yonne, afin de prendre part à cette étude de cas proposée en format grandeur nature.

Issus d’un établissement de prestige – l’ENSA est l’une des vingt écoles supérieures hexagonales de France à délivrer le diplôme d’architecture d’Etat -, ces jeunes gens à la tête bien faite ont été reçus à l’abbaye Saint-Germain (une excellente manière de rentrer dans le vif du sujet côté édifice patrimonial local !) ce lundi par l’élu en charge de l’Urbanisme, l’adjoint Nordine BOUCHROU.

Il était accompagné de la responsable municipale du pôle jeunesse, de la formation professionnelle et de l’attractivité, l’adjointe Emmanuelle MIREDIN, et de Francis HEURLEY, vice-président de la Communauté d’agglomération de l’Auxerrois, et maire de Quenne.

 

Un projet qui conjugue la créativité et la pédagogie…

 

Une semaine d’immersion qui ne se limitera pas à admirer les vieilles pierres de l’ancien bâtiment religieux, symbole de l’attractivité culturelle et touristique de la cité de Paul BERT. Bien au contraire !

Ces spécialistes de la règle, l’équerre et le compas – aujourd’hui, les logiciels en 3 D se sont substitués à ces éléments de base de la filière ! – auront pour tâche d’imaginer l’Auxerrois de demain.

Chemin faisant, ces étudiants vont donc aller à la découverte des sites les plus emblématiques de la ville et de ses alentours ainsi que des sites « projets » en compagnie des services de la direction Stratégie et Aménagement du territoire. Il en ressortira nécessairement tout un tas d’idées et de préconisations esquissées sur des plans qui constitueront le socle de la présentation du samedi.

Un exercice plutôt astucieux qui offre la possibilité à la créativité de s’exprimer tout en stimulant les aspects formatifs de l’initiative.

 

 

In fine, les étudiants devront gérer cinq projets de valorisation du patrimoine et de l’urbanisme, dont l’un se rapportera à la commune de Saint-Bris-le-Vineux. Il s’agira de travailler à la transformation du cœur de village en lien avec l’église, l’école et la mairie. Du concret, rien que du concret !

Du côté d’Auxerre, les architectes en devenir s’intéresseront à des endroits névralgiques de la ville : le quartier de l’Abbaye Saint-Germain, la place de l’Arquebuse, celle des Cordeliers, et évidemment compte tenu de la récente actualité la concernant la « Maison de l’Eau » ainsi que le quartier Batardeau-Montardoins.

Cerise sur le gâteau : les cent-trente universitaires auront aussi la faculté de participer à une conférence grand public sur l’architecture, assurée par le parrain de cette opération, Grichka MARTINETTI, membre de l’agence PNG à Paris et lauréat de l’Equerre d’argent 2021.

 

 

 

En savoir plus :

 

La semaine d’accueil des étudiants de l’ENSA Nancy à Auxerre comprend deux évènements ouverts au public :

Le mercredi 26 octobre à 19 heures à l’Abbaye Saint-Germain à Auxerre : conférence ouverte au public en présence du parrain de l’opération Grichka MARTINETTI.

 
Samedi 29 octobre à partir de 9h00 (Cinéma CGR Auxerre) : présentation publique des cinq projections dessinées par les étudiants durant la semaine en présence des élus municipaux et communautaires ainsi que des enseignants de l’ENSA.

 

Thierry BRET

 

La nouvelle est jubilatoire pour Marcel FONTBONNE, directeur du CIFA de l’Yonne, le centre interprofessionnel de formation d’apprentis localisé à Auxerre. L’une de ses protégées, Léa ROUGIER, dix-huit printemps au compteur, vient de décrocher le sésame suprême en s’octroyant le titre de « Meilleure apprentie de France » dans la catégorie service et arts de la table. L’une des disciplines phare de ces métiers de bouche qui ont su faire la réputation de l’Hexagone à l’international.

 

AUXERRE : Il se frotte les mains, Marcel FONTBONNE ! Lui, le chantre de l’excellence à tout crin en jubile d’aise ! D’ailleurs, il n’est pas le seul. A ses côtés, Michel TONNELLIER, président du CIFA de l’Yonne – les deux esthètes de l’apprentissage et de l’alternance en mode excellence sur ce territoire assistent à la remise des prix du concours régional des « MAF » pâtisserie dans leur antre pédagogique – est satisfait lui aussi de l’information qui leur a été communiquée en fin d’après-midi de ce lundi.

Le titre de « Meilleure apprentie de France » a été attribué à la juvénile et gracieuse, Léa ROUGIER, fréquentant le CIFA, et qui a su vaincre l’adversité ainsi que les autres concurrents venus des quatre coins de France en triomphant dans ce difficile concours, catégorie service et arts de la table. L’un des atouts majeurs de la profession hôtelière et de la restauration.

 

 

Un titre obtenu à force d’abnégation et de travail…

 

Suivant un cursus en « Bac Pro commercialisation et service en restauration », en alternant sa présence au sein du CIFA de l’Yonne et dans l’un des plus beaux fleurons de la gastronomie hexagonale, « La Côte Saint-Jacques » à Joigny, la demoiselle n’a pas volé son succès, préparant de longue date cette épreuve de très haut niveau.

Une finale nationale – elle se disputait dans le saint des saints de l’art culinaire à la française, l’hôtel MEURICE du fameux Alain DUCASSE – à laquelle elle s’était qualifiée au printemps dernier après son succès au terme de la sélection régionale.

Depuis l’annonce de ce titre aux relents de « cocorico », Léa a reçu pléthore de messages de sympathie et de félicitations sur les réseaux sociaux, à commencer par celui de « La Côte Saint-Jacques » et de sa célèbre toque, Jean-Michel LORAIN : « quel bonheur, bravo à Léa, c’est un concours remporté grâce à ton travail et ta motivation à toute épreuve ! ».

Le CIFA en fera de même en n’oubliant pas de remercier l’une des enseignantes de la maison, Mme CHATELAIN pour son accompagnement durant toute la préparation.

De leur côté, Magali et David HOUZE, propriétaires de « La Pause Gourmande » à Auxerre, n’ont pas omis de saluer avec énormément de plaisir le résultat obtenu par leur ancienne apprentie de jadis.

Une victoire qui revient par ricochet à tous ces acteurs professionnels de la filière des arts de la table et de la gastronomie de l’Yonne qui ont su porter la jeune fille vers le firmament et…les étoiles.

 

Thierry BRET

 

 

La situation l’exigeait : face à l’inflation galopante qui ne cesse de s’envoler depuis plusieurs semaines dans le pays – les conséquences funestes de la crise énergétique imputable au conflit russo-ukrainien qui ravage l’est de l’Europe depuis huit mois -, l’exécutif régional, réuni en commission permanente ce vendredi à Dijon, a réagi, apportant une réponse concrète dans ce contexte économique délicat. Les élus ont validé une batterie d’aides affectées aux politiques générales de l’organisme. Soit une manne financière totale de 90,07 millions d’euros…

 

DIJON (Côte d’Or) : L’annonce est tombée tardivement dans la journée de ce vendredi 22 octobre. A l’issue de la commission permanente qui réunissait à Dijon les élus du Conseil régional de Bourgogne Franche-Comté. Une séance de travail et d’échanges où il aura été question évidemment des thématiques actuelles qui préoccupent nos concitoyens, coincés entre la crise énergétique – elle se transforme de plus en plus en crise économique pour les PME/PMI de notre contrée – et la dérive exponentielle des prix à la consommation.

Pour apporter une bouffée d’air pur à ce marasme persistant qui plombe depuis des mois l’Hexagone, à l’instar des états de l’Union européenne et d’ailleurs – il suffit de s’intéresser de près à la situation ubuesque de la Grande-Bretagne pour se dire que nous autres, les Français, ne sommes pas les plus mal lotis du côté de la flambée des prix ! – la Région a décidé d’injecter, après avis consultatif auprès de ses élus sous la forme d’un scrutin, 90,07 millions d’aides qui serviront à dynamiser les politiques générales de l’institution.

 

L'emploi au centre des priorités avec plus de 64 millions d’euros obtenus…

 

Les grands secteurs bénéficiaires de cette manne financière qui ne tombe pas tout cru du ciel seront donc l’agriculture (4,3 millions d’euros), le développement des territoires (1,7 million d’euros), l’économie sociale et solidaire (2,6 millions d’euros), le domaine de l’énergie (1,1 million d’euros), le sanitaire et social (5,1 millions d’euros) ou encore le sport (4,3 millions d’euros).

Mais, la part la plus importante du gâteau revient – et de très loin ! – au  développement économique en faveur de l’emploi : un poste qui va hériter de la coquette somme de 64,5 millions d’euros !

Rappelons pour mémoire que vingt-deux thématiques différentes composent cette ossature des politiques générales exercées par le pouvoir public de la Bourgogne Franche-Comté.

 

 

 

En savoir plus   

Voici ci-dessous poste par poste les sommes attribuées par la Région Bourgogne Franche-Comté au terme de cette commission permanente du 21  octobre 2022.

 

ADMINISTRATION GÉNÉRALE 20 000,00

AGRICULTURE 4 345 481,00

APPRENTISSAGE 45 114,00

BOIS - FORÊT 201 457,00

CULTURE 432 430,00

DÉVELOPPEMENT DES TERRITOIRES 1 736 760,00

DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE POUR L'EMPLOI 64 526 410,06

ÉCOLOGIE 850 730,00

ÉCONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE 2 630 706,00

ÉNERGIE 1 124 330,23

ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR - RECHERCHE 225 000,00

FINANCES 22 500,00

FORMATION PROFESSIONNELLE 861 974,66

INFRASTRUCTURES NUMÉRIQUES 530 711,89

JEUNESSE - VIE ASSOCIATIVE 190 070,00

LYCÉES 818 003,00

MONTAGNE 20 000,00

PARCS 28 000,00

RELATIONS INTERNATIONALES ET FRANCO-SUISSES 165 000,00

SANITAIRE ET SOCIAL 5 122 509,50

SANTÉ 175 537,00

SPORT 4 840 366,00

TOURISME 336 304,00

TRANSPORTS-DÉPLACEMENT-INTERMODALITÉ 823 617,56

Soit un total précis de 90 073 011,90 euros.

 

Thierry BRET

 

Articles

Bannière droite accueil