Découvrez nos partenaires

bloc-marque-culture-couleur1.jpg
logo-festins-de-bourgogne.jpg
logo-credit-agricole-90x90.jpg
logo-cifa-89-auxerre-2020.png
groupama_small.png
logo-cerfrance-bfc-accueil.png
capeb-logo.png
logo banque populaire bourgogne franche-comté
logo-cm.jpg
logo-edf-site.jpg
ccj-logo-petit-1.jpg
110 Bourgogne
Région Bourgogne France-Comté
Criquet Magazine
Lycée Saint-Joseph de la Salle
mercato de l'emploi yonne bourgogne
Caisse d'épargne Bourgogne Franche-Comté
chambre des métiers et de l'artisanat
Groupe La Poste
Chambre d'Agriculture de l'Yonne

Nos partenaires

bloc-marque-culture-couleur1.jpg
logo-festins-de-bourgogne.jpg
banque_populaire_bfc-long.png
capeb-logo.png
Lycée Saint-Joseph de la Salle
Caisse d'épagne Bourgogne Franche-Comté
cerfrance bfc
Communauté de Communes du Jovinien
Chambre d'Agriculture de l'Yonne
Criquet magazine
logo-edf-site.jpg
logo-cifa-89-auxerre-2020.png
logo-cm.jpg
groupama_medium.png
logo-credit-agricole-90x90.jpg
région Bourgogne Franche-Comté
20211006_lpg_logo_cmjn-616fec3863034.png
mercato de l'emploi yonne bourgogne
chambre des métiers et de l'artisanat
logo-110-bourgogne-ok.png

Warning: Creating default object from empty value in /homepages/25/d688666115/htdocs/presse-evasion-2017-07/components/com_k2/views/itemlist/view.html.php on line 743

Cela couvait depuis un moment dans les alcôves et l’état-major du Rassemblement National, cette affaire ! L’information a été rendue officielle par l’attachée de presse du RN, Elise LAPLACE, en tout début d’après-midi mercredi via SMS et communiqué de presse, au contenu très lapidaire. La tête de liste aux élections européennes et président du parti mariniste Jordan BARDELLA se déplacera bien à Sens, samedi, à l’occasion de l’inauguration de la 95ème Foire exposition…

 

SENS : Jordan BARDELLA à la foire de Sens ?! Ce n’est ni une blague de potache ni une plaisanterie douteuse colportée par quelques adeptes des réseaux sociaux, souhaitant diffuser en faisant le buzz de l’intox !

La tête de liste aux élections européennes et président du Rassemblement National a confirmé sa présence dans l’Yonne septentrionale ce samedi 27 avril par l’intermédiaire du service de presse de la formation souverainiste ce mercredi.

A la demande du député de la circonscription, Julien ODOUL, président du groupe RN au Conseil régional de Bourgogne Franche-Comté, celui qui est en pole position de ces futures échéances électorales – le dernier sondage du jour pointe la liste bleu marine à 31 % des intentions de vote le 09 juin, soit un point de moins par rapport au précédent – a répondu favorablement à l’invitation, non pas des organisateurs de la manifestation on s’en doute, mais bel et bien du parlementaire de l’Yonne.

Le jeune président du Rassemblement National a même programmé un échange avec la presse – campagne oblige ! – au beau milieu de la matinée. Où il ne manquera pas de rappeler les arguments principaux portés par sa liste et ses motivations personnelles à la conduire. Les médias affûtent déjà leurs questions contradictoires !

Ce n’est pas la première fois que Jordan BARDELLA effectue un déplacement en terre icaunaise. Loin s’en faut, dès que Julien ODOUL lui demande !

 

 

Fidèle habitué des plateaux médiatiques parisiens, le député de la troisième circonscription de l’Yonne, avec cette invitation faite au ténor de son parti, vient de transformer à sa manière un évènement traditionnellement commercial et économique en une véritable vitrine politique hexagonale, et au premier jour de la manifestation.

En ayant prolongé le suspense quant à la venue de l’intéressé, jusqu’à la dernière minute, ce qui doit laisser perplexe et soucieux les organisateurs de la manifestation, la Ville, ne serait-ce qu’au niveau de la sécurité et du service d’ordre à respecter. Une problématique supplémentaire car ils ne devaient pas s’attendre à cela...

On ne sait jamais, en effet, ce qu’il pourrait subvenir lors d’un évènement fréquenté par une foule importante ayant des idées diverses et variées : il ne faudrait pas que la foire exposition vire en foire d’empoigne !

 

Thierry BRET

 


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/25/d688666115/htdocs/presse-evasion-2017-07/templates/ts_news247/html/com_k2/templates/default/tag.php on line 99

Objectif prioritaire d’une résidence d’artiste : le décloisonnement de la culture vers le plus grand nombre de visiteurs. Un exercice que propose chaque année, depuis 2021, la localité périphérique d’Auxerre. Cette fois-ci, le jury a retenu le dossier de Romain HURDEQUINT. Quant à la thématique abordée, elle repose sur le sport et sa corrélation artistique. Logique, à l’approche des Jeux Olympiques de Paris…

 

GURGY : On appelle cela des résidences d’artistes « hors les murs ». Elles supposent des créations artistiques dans l’espace public. Depuis trois saisons, la municipalité s’y emploie avec la régularité d’un métronome suisse pour accueillir lors de périodes plus ou moins longues une pépite de la créativité. En ce mois d’avril, c’est un spécialiste du graphisme sur skate-board – une démarche pour le moins originale et très personnelle -, de la peinture et de la poterie qui a pris ses quartiers dans l’Auxerrois, Romain HURDEQUINT. 

Un garçon au sourire sympathique et à l’esprit curieux qui, grâce à son travail présenté à l’Espace culturel local, « Rom av.JC : Olympiakoi Agones », a reçu les lauriers du Prix d’Art urbain de Paris en 2022. Excusez du peu, mais ses œuvres voyagent bien (et loin) en général, via des expositions parfois caritatives comme « Urban Explorer » accueillie dans le Tennessee à Knoxville, entre autres.

Le projet dévoilé dans l’Yonne a d’ailleurs obtenu le label « Olympiade culturelle » par l’organisation de Paris 2024. C’est tout dire si cela mérite le coup d’œil lors de la restitution, prévue ce vendredi 26 avril en début de soirée…

 

 

L’olympisme revisité à l’Espace culturel…

 

S’inspirant de la partie antique et séculaire de ces Jeux, réinventés en 1896 par Pierre de COUBERTIN, Romain HURDEQUINT a effectué un travail participatif avec les jeunes de la commune pour certaines de ses pièces réalisées collectivement à l’Espace culturel. Le projet créatif tend à célébrer les sports qui sont pratiqués dans le village, en faisant référence à l’histoire des Jeux ! Une supposition drôle, voire quasi improbable entre les deux évènements ? Pas tant que ça, dixit l’ancien édile Jean-Luc LIVERNEAUX, remplacé depuis peu par Cyril CHAUVOT, ayant repris la délégation de la vie culturelle.

« L’olympisme à Gurgy a nécessité un appel d’offres dans le cadre de cette résidence d’artiste, avancée au mois d’avril plutôt que de la tenir en août, explique l’élu, différents artistes ont envoyé leurs projets. Le jury a sélectionné celui de Romain HURDEQUINT qui travaille à la découpe d’anciens skate-boards et à leur embellissement, mais aussi avec de vieux panneaux de signalétique routière repeints pour la circonstance afin de mettre en évidence les associations sportives de la commune... ».

Quant au lien avec l’olympisme, il est possible de le trouver (peut-être !) à partir d’une pièce de monnaie datant de l’époque, gallo-romaine, dans les fouilles effectuées aux environs !

Les œuvres seront après la restitution installées aux abords de l’Yonne, rue du halage, pour une durée d’un semestre à minima. Une manière concrète de bien respecter le cahier des charges de ces résidences d’artistes où les travaux s’exposent le plus souvent dans l’espace public.

 

 

En savoir plus :

Restitution de la résidence d’artiste Romain HURDEQUINT

Espace culturel de GURGY

Vendredi 26 avril 2024 à 18 heures.

 

Thierry BRET

 

 


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/25/d688666115/htdocs/presse-evasion-2017-07/templates/ts_news247/html/com_k2/templates/default/tag.php on line 99

Un groupe de onze apprenants, venus d’horizons professionnels différents, s’est formé durant huit mois, ceci avec un objectif commun : l’obtention du titre pro de Conseiller en Insertion Professionnelle (CIP). Une formation qui a débuté le 23 octobre 2023. Elle est financée par France Travail et portée par l’AFPA, en collaboration avec le GRETA 89.

 

AUXERRE : Pour cela, il aura fallu pour tous ces apprenants, faire preuve d’adaptation, de patience, d’écoute active et surtout d’empathie ! Autant de qualités, de compétences et de valeurs qui seront les fondements d’une posture professionnelle d’un CIP.

L’humain est au cœur de leurs préoccupations. Ils auront pour vocation l’accompagnement de bénéficiaires cherchant à réaliser ou consolider un projet professionnel.

Pour mettre en application la théorie acquise durant les cours, ils ont effectué deux stages d’une durée de trois mois dans différentes structures du bassin d’emploi de l’Yonne. Ceci pour renforcer et valider les compétences nécessaires pour la validation des ECF (évaluation en cours de formation) ainsi qu’au final pour l’obtention du titre pro de Conseiller en Insertion Professionnelle (CIP).

Pour développer leurs réseaux, outil essentiel de l’accompagnant à l’emploi, ils ont eu l’opportunité de rencontrer des intervenants et acteurs majeurs de l’insertion tels que la CCI, GEIQ BTP, la BGE, ou encore Presse Evasion.

Force de proposition, ils sont aussi allés à la rencontre de leurs futurs partenaires au Forum de l’emploi à Sens où ils ont pu échanger avec France Travail, la Mission Locale ou encore l’ADIE et le Conseil départemental de l’Yonne.

Une formation qui touchera à sa fin mi-juin. Onze stagiaires qui sont d’ores et déjà à la conquête de leurs futures structures où ils pourront s’épanouir et continuer de développer leurs savoir-faire.

Ce qu’ils retiendront : « accompagner quelqu’un, c’est se placer, ni devant, ni derrière, ni à la place, c’est être à côté. » Joseph TEMPLIER

 

Sonia DAOUAH, Océane LECLERC, Siham KHABOUZ, Laurine SOMMET et Joanna MAILLARY

 


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/25/d688666115/htdocs/presse-evasion-2017-07/templates/ts_news247/html/com_k2/templates/default/tag.php on line 99

C’est un cap n’ayant rien de fatidique fort heureusement qui vient de tomber ces jours-ci ! La barre des 300 000 sociétaires a été franchie, fin mars, au sein de la caisse régionale du Crédit Agricole Champagne-Bourgogne. L’information, divulguée par son président Jean-Yves REMILLET, lui a procuré de la joie. Logique ! « C’est pour nous une très grande fierté ! ». Une belle preuve d’utilité, en tout cas, pour les clients, qui sont ainsi engagés dans le soutien aux actions concrètes menées par la Banque Verte sur le terrain…

 

DIJON (Côte d’Or) : Trois cents mille ! Bing ! Voilà un chiffre qui résonne dans les oreilles ! Un brin abrupt, il a été annoncé par le président de la caisse régionale du Crédit Agricole Champagne-Bourgogne, Jean-Yves REMILLET, lors d’une rencontre avec la presse il y a quelques jours dans la capitale des ducs de Bourgogne.

Il correspond au nombre de sociétaires qui composent désormais et ce, depuis le mois de mars, l’ossature mutualiste de l’entité bancaire régionale. L’une des premières de sa zone de chalandise puisque finançant 30 % de l’économie locale, à cheval, rappelons-le sur la Champagne avec deux de ses départements (Haute-Marne et Aube) et la Bourgogne, avec la Côte d’Or et l’Yonne.

Toutefois, que l’on ne se méprenne pas ! Trois cents mille sociétaires ne signifient pas systématiquement autant de clients ! Ces derniers sont bien plus élevés encore en nombre, sur les quatre territoires de prédilection travaillés par la structure financière. On en dénombre plus de 605 000 aujourd’hui ! Plutôt révélateur de l’état de bonne santé d’un Crédit Agricole CB en belle progression à l’issue de l’exercice 2023 !

 

Le Crédit Agricole, première coopérative au monde ? Certes !

 

D’ailleurs, ce premier palier franchi de 300 000 sociétaires n’est pas une finalité en soi. Comme devait le rappeler le président de la caisse régionale, très satisfait des résultats et ému par cette mobilisation mutualiste. « Tout client a pour vocation d’être un jour sociétaire de notre établissement, justifia-t-il, nous allons donc continuer sur cette voie… ».

Des sociétaires qui jouent un rôle très important dans ce modèle économique solide que représente la banque. S’ils sont plus de 15 000 nouveaux sociétaires à avoir dépassé le Rubicon au terme de l’exercice 2023, il n’en demeure pas moins que les clients (sociétaires ou non) contribuent à faire vivre l’écosystème de leur contrée à leur manière.

« De cela, ajoute Jean-Yves REMILLET, on ne peut que les remercier ! Une banque comme le Crédit Agricole Champagne-Bourgogne qui est détenue par 300 000 sociétaires qui en sont les propriétaires, c’est unique ! ».

Pour mémoire, ils sont aujourd’hui, aux quatre coins de l’Hexagone, près de 12 millions (11,8) à être dans la même position stratégique, ce qui fait du Crédit Agricole la première coopérative au monde !

Du côté du nombre de nouveaux venus à avoir choisi le réseau « vert », la tendance est également à la hausse avec 21 834 contacts certifiés de plus à ajouter dans les registres de la clientèle régionale.

« C’est grâce à cette manne de clients, anciens et nouveaux, que l’établissement de Champagne-Bourgogne est aujourd’hui une banque solide, dans un environnement soumis à de nombreux chocs, qu’ils soient climatiques, géopolitiques, économiques, sociétaux… ».

Un environnement néfaste qui se répercute par la hausse de l’inflation et la remontée des taux, comme chacun le sait.

 

 

Une progression du résultat net de + 4,7 % !

 

Nonobstant ces aléas, la caisse régionale affiche pourtant un résultat net de 91,1 millions d’euros, soit une progression de 4,7 % sur un an. Son PNB (produit net bancaire) tutoie les 360 millions d’euros (358,6 exactement), fruits de la vente de produits d’assurance (24,9 %), de services bancaires (19,1 %), de collecte et de crédits (34,9 %), de titres (2,1 %) et de revenus financiers (19 %).

Directeur général de la structure, Emmanuel VEY apporte ensuite des compléments d’information, notamment sur les résultats de l’exercice écoulé.

« La caisse montre sa résilience et voit ses chiffres augmenter, souligne-t-il, grâce à la dynamique commerciale du réseau et de ses équipes, nous avons pu maintenir nos parts de marché dans le domaine de l’habitat et de l’immobilier, à 29,02 % tout en enregistrant une belle progression sur la collecte monétaire pour atteindre 28,93 % ».

Mais, ce n’est pas tout ! Les bonnes nouvelles tombent comme à Gravelotte pour l’établissement ! Du côté des nouveaux financements, le CACB a pu réaliser en 2023 et malgré les contours tarabiscotés de la conjoncture, plus de 2,2 milliards d’euros dans des opérations diverses et variées.

Ce qui permet à Emmanuel VEY de renchérir : « même si l’année a été marquée par le ralentissement du marché immobilier, nous avons réalisé 1,1 milliard d’euros de crédits dans le domaine de l’habitat : l’accès à la propriété occupant une place importante dans la vie de nos clients… ».

Dans les faits, ce sont plus de 22 300 foyers qui ont ainsi financé leur projet de vie en bénéficiant des crédits de la « Banque verte ». Quant à la collecte, elle aussi aura profité de cette poussée haussière, avec une progression de 2,1 %, soit 21,3 milliards d’euros.

 

 

Etre en soutien de « toutes les agricultures »

 

Pourvu de 84 caisses locales et de 930 administrateurs, le Crédit Agricole Champagne-Bourgogne décline via des pactes territoriaux un certain nombre d’actions où élus de l’institution et collaborateurs (1 755 salariés) agissent en symbiose en se rendant « utile » au territoire. Ce qui en fait la deuxième plus grande caisse régionale de France. Les exemples se multiplient tant dans le domaine de la santé que du tourisme, que celui de la jeunesse ou de l’environnement.

Evoquant le dixième anniversaire de la Fondation AGIR, Jean-Yves REMILLET parla du succès de la structure à travers les 84 projets financés en 2023, soit une enveloppe budgétaire de 380 000 euros et un total de 675 réalisations depuis les débuts de l’entité. Des opérations qui sont de plus en plus axées vers la jeunesse, grâce à des ateliers pédagogiques sur la tenue d’un budget ; une nouvelle génération devenue le cœur de cible prioritaire de la fondation au fil du temps.

La ligne « mécénat » 2023 se traduit, quant à elle, par un soutien de 1,2 million d’euros de la part de la banque régionale, dispatché sur de « très belles choses » dira en substance le président de la caisse régionale.

Il fit une parenthèse, naturellement, sur le volet de l’agriculture. « Au-delà du sociétariat, je souhaitai conclure mes propos sur ce monde agricole avec cette situation complexe où le mal être s’est installé… ».

Principale banque du milieu agricole, l’établissement « vert » finance à l’installation neuf jeunes sur dix qui désirent embrasser la filière. « Nous sommes très attentifs au renouvellement des générations, observe Jean-Yves REMILLET, c’est pourquoi nous avons lancé le prêt à taux zéro pour les jeunes agriculteurs en phase d’installation… ».

Un accompagnement qui concerne aussi la transition énergétique, il va de soi, de « toutes les agricultures » !

Récemment, les premiers Cafés de l’installation et de la transmission agriculture/viticulture ont été lancés dans deux départements de la zone de chalandise de la banque. Un modèle qui s’inspire des fameux Cafés de la Création/Reprise d’entreprises ayant fait florès, avec succès, au sein du groupe bancaire depuis pas mal d’années déjà.

 

Thierry BRET

 


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/25/d688666115/htdocs/presse-evasion-2017-07/templates/ts_news247/html/com_k2/templates/default/tag.php on line 99

Forcément, il y a de la fierté parmi les élus et les acteurs de l’économie avec la concrétisation de ce nouveau projet favorisant l’entrepreneuriat. Le troisième étage de la fusée auxerroise « AUX R…quelque chose » (en l’occurrence « Factory » dans le cas présent) prend donc son envol vers sa cible de prédilection : la planète « Innovation » ! Un décollage en grande pompe, vers un voyage sans retour, celui menant vers l’industrie du futur et son ultra-technologie. Une étape qui n’est pas un aboutissement en soi, selon le président-maire de l’Auxerrois Crescent MARAULT, plus visionnaire encore qu’auparavant…

 

AUXERRE : C’est un étage supplémentaire de la fusée qui est parti dans la bonne direction, ce lundi en milieu de matinée ! Celle du rayonnement de la capitale de l’Yonne, bien au-delà de ses frontières, et de l’attractivité du territoire, propice à accueillir un nouvel écosystème avec le monde, parfois très hermétique pour les béotiens, des start-ups !

Le nouveau vaisseau spatial se nomme « AuxR_ Factory ». Ses réacteurs ont été allumés, en présence d’un grand nombre de personnalités du sérail institutionnel et économique du cru, malgré des températures extérieures glaciales et des conditions atmosphériques suffocantes sous un chapiteau réunissant les invités à faire tomber d’apoplexie le moindre convive sujet à de l’hypertension !

Une fusée correspondant à une énième étape et non à un aboutissement de ce programme de « conquête spatiale » vers les technologies du futur qu’encouragent l’Agglomération de l’Auxerrois et son président, le maire d’Auxerre, Crescent MARAULT. Depuis quatre ans, en effet, Auxerre a porté un incubateur de start-up baptisé « AuxR_Lab » et s’est rapproché en y adhérant du réseau national de l’innovation, RETIS.

Avec ce complexe installé dans l’un des bâtiments accueillant autrefois les vestiaires de l’ancienne usine GUILLET, la ville principale de l’Yonne veut proposer une offre de service à celles et ceux qui désirent innover, créer un prototype, voire compléter une formation dans la modélisation de leurs futurs produits. Bienvenu dans le futur ultra moderniste et le XXIème siècle, le vrai !

 

La gouvernance économique au lieu de la gouvernance politique

 

L’endroit est fait de partages, d’échanges, de discussions. Grâce à son espace de coworking, accueillant des appareillages de dernier cri ; ils permettent la modélisation, le prototypage, l’effervescence des idées. Du pur bonheur pour les dirigeants de start-ups !

« C’est la genèse d’une dynamique entre les co-financeurs du projet, c’est-à-dire l’Etat, la Région, l’Agglo et la Ville, constate Crescent MARAULT, qui a opté pour un petit point presse informel afin de faire part de son ressenti après la cérémonie inaugurale, et les acteurs économiques du territoire, la WACANO, la CCI, l’AER, etc. En l’espace de trois ans, on a réussi à mettre en place une démarche technopolitaine à travers un incubateur (AuxR_Lab) et un Fab-lab (AuxR_Factory) et on va continuer à travailler selon différents piliers comme la formation professionnelle, l’industrialisation de ces start-ups à travers ses zones d’activité, un parcours de résidentialisation avec la pépinière de la Chambre de Commerce et d’Industrie…Il y a toute une stratégie globale qui s’est mise en place au service de l’économie dans l’Auxerrois. ».

Un projet qui est loin d’être abouti comme le précise l’édile d’Auxerre car d’autres lieux pourraient accueillir à l’avenir des initiatives similaires en faveur de la créativité, de l’économie et de l’emploi.

« Depuis le début du mandat, ajoute-t-il, on applique la stratégie à la gouvernance économique au lieu de la gouvernance politique. On part d’une vision, d’une ambition et ensuite, on établit un état des lieux pour identifier les enjeux et en face de ceux-ci, on y met des plans d’actions. C’est ce qu’on l’a fait sur l’agglomération dans le cas du développement économique… ».

 

 

Ce n’est pas la quantité de start-ups qui prime mais la concrétisation des projets

 

Dans le cas présent, l’ambition est symbolisée par la redynamisation du territoire. Ses enjeux sont imputables aux effets du réchauffement climatique, sur la baisse constante de la démographie et la raréfaction des ressources, voire la souveraineté de celles-ci. Ainsi est née la stratégie de développement économique en lien avec l’innovation afin de repenser l’économie de demain.

« L’innovation, c’est le relais de croissance de l’économie auxerroise, analyse Crescent MARAULT face caméras et appareils photos, par exemple, l’hydrogène est une des technologies issue du travail de start-ups et si l’on veut amener de nouvelles technologies, il faut investir sur les start-ups. Elles nous donneront les nouvelles filières sur lesquelles investir dans l’Auxerrois ».

Environ 1,5 million d’euros ont été nécessaires à la réhabilitation du bâtiment de près de 500 mètres carrés accueillant le concept technologique haut de gamme, et l’apport d’équipements, comprenant un large parc de machines à commande numérique, d’une communauté et d’un manager de qualité, en la personne de Sylvain HENO, un jeune ingénieur au top arrivé fraîchement de Bretagne. Un investissement ambitieux mais nécessaire pour l’élu auxerrois, « une brique qui s’apparente au tout début de l’entreprise ».

« On est au stade de l’idée, observe-t-il, il faut l’amener au stade de l’industrialisation. Ces outils, Lab et Factory, accompagneront toute la vie de l’entreprise… ».

En outre, ce n’est pas le nombre de start-ups se reconnaissant dans ce nouveau concept icaunais qui intéresse au fond Crescent MARAULT.

« La finalité, c’est la concrétisation des projets portés par cette démarche, assure-t-il, l’objectif est que les entrepreneurs s’approprient l’outil et développent derrière une vraie stratégie de prototypes, de développement des processus, pour améliorer leur compétitivité. ».

 

 

Détecter les métiers du futur et anticiper sur les emplois de demain

 

Faisant référence à la ville de Mayenne, Laval – et pas sous l’angle footballistique, évidemment ! -, Crescent MARAULT compare les similitudes existantes entre les deux cités de moins de 50 000 habitants.

« La municipalité a commencé sa démarche technopolitaine depuis plus de vingt ans, et aujourd’hui, a minima trois start-ups incubées sur cinq concrétisent un projet économique en entreprise et une sur deux dans le territoire ! Mais, Laval n’a pas su anticiper la récurrente problématique du foncier pour accueillir ces entreprises. Ce qui devient de plus en plus compliqué avec les nouvelles législations (on pense immanquablement au ZAN, Zéro Artificialisation Nette)... ».

L’Agglo de l’Auxerrois souhaite régénérer son territoire via le développement économique en s’appuyant sur les filières du futur à fortes valeurs ajoutées, pérennes de surcroît. Quant à la complémentarité de l’ensemble des morceaux du puzzle – les fameux étages de la fusée à la conquête de l’innovation ! – elle est évidente entre « AuxR_Lab » et « AuxR_Factory ». Cela ne fait aucun doute pour Crescent MARAULT !

« Avec ces deux structures, on est dans l’accompagnement, le parcours du stade projet au stade de l’industrialisation ; c’est pourquoi nous avons choisi la CCI de l’Yonne comme partenaire pour animer cette démarche technopolitaine. D’une idée, et en l’accompagnant, cela peut devenir une start-up, avant de prototyper et d’industrialiser dans l’une de nos zones d’activité… ».

Le volet formation n’a pas été occulté de cette stratégie finement ciselée (autant qu’un laser découpant un morceau de métal). Le travail sur les filières de demain est déjà dans les tuyaux des équipes dédiées sur le développement du concept.

« On pourra ainsi détecter les métiers du futur, ajoute le maire d’Auxerre, ce sont des compétences qui n’existent pas encore mais cela va nous permettre de favoriser l’émergence des formations sur le territoire… ».

Une stratégie déjà payante dans la filière de l’hydrogène avec des formations (bac, BTS et maîtrise). Ou dans la valorisation des déchets avec la création d’une maîtrise. Afin de permettre, en bout de course, aux entreprises du territoire de disposer de leurs futures compétences dont elles auront besoin à l’embauche.    

Derrière ce site, on l’aura compris, il existe une kyrielle de symboles. Notamment entre l’histoire du lieu et cette fameuse usine GUILLET et le futur de l’endroit, désormais orienté vers les technologies de l’innovation.

Une logique toute naturelle, en somme, dans ce quartier du Batardeau qui a toujours été au cœur de l’innovation…

 

Thierry BRET

 

 


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/25/d688666115/htdocs/presse-evasion-2017-07/templates/ts_news247/html/com_k2/templates/default/tag.php on line 99

Articles

Bannière droite accueil