Découvrez nos partenaires

bloc-marque-culture-couleur1.jpg
logo-festins-de-bourgogne.jpg
logo-credit-agricole-90x90.jpg
logo-cifa-89-auxerre-2020.png
groupama_small.png
logo-cerfrance-bfc-accueil.png
capeb-logo.png
banque_populaire_bfc.png
logo-cm.jpg
logo-edf-site.jpg
ccj-logo-petit-1.jpg
ordre-des-experts-comptables-de-bourgogne-franche-comte.jpg
Région Bourgogne France-Comté
Lycée Saint-Joseph de la Salle
Caisse d'épargne Bourgogne Franche-Comté
logo-atelier-de-l-immo-auxerre-2.jpg
logo-atelier-de-l-immo-auxerre-1.jpg
Groupe La Poste

Nos partenaires

bloc-marque-culture-couleur1.jpg
logo-festins-de-bourgogne.jpg
banque_populaire_bfc.png
capeb-logo.png
Lycée Saint-Joseph de la Salle
Caisse d'épagne Bourgogne Franche-Comté
cerfrance bfc
Communauté de Communes du Jovinien
logo-edf-site.jpg
logo-cifa-89-auxerre-2020.png
logo-cm.jpg
groupama_medium.png
logo-credit-agricole-90x90.jpg
région Bourgogne Franche-Comté
logo-atelier-de-l-immo-auxerre-2.jpg
logo-atelier-de-l-immo-auxerre-1.jpg
Ordre des experts comptables de Bourgogne Franche-Comté
20211006_lpg_logo_cmjn-616fec3863034.png

Le dispositif de la cérémonie s’annonce comme exceptionnel. En prévision de la très grande affluence attendue ce mercredi matin près de la cathédrale Saint-Etienne de Sens aux alentours de 10 heures, la municipalité installera un écran géant sur le parvis de l’édifice religieux, place de la République, et deux écrans à l’intérieur du bâtiment. Alors que les hommages continuent de pleuvoir pour honorer la mémoire de l’édile de Sens, disparue soudainement à l’âge de 71 ans…

 

SENS : « L’Etat salue l’action de Marie-Louise FORT qui aura marqué le territoire de son engagement continu en faveur des Sénonais tout au long de ses mandats successifs. Le préfet de l’Yonne Pascal JAN adresse ses sincères condoléances à sa famille, époux, enfants et petits-enfants et exprime toute sa sympathie et son soutien au conseil municipal, aux agents et aux habitants de la commune de Sens… ». Les déclarations officielles se succèdent trois jours après la terrible nouvelle qui a endeuillé le département de l’Yonne. A celle du représentant de l’Etat, s’est aussi ajouter celle de la présidente de la Région Bourgogne Franche-Comté, Marie-Guite DUFAY.

 

Le souci de la proximité et de l’attachement à sa ville…

 

« Femme d’engagement au travers des nombreux mandats qu’elle a exercés, figure politique de l’Yonne, elle a toujours mis sa détermination au service l’intérêt général et a profondément marqué de son empreinte la vie politique de son département. Au-delà de nos divergences d’engagement politique, nous partagions beaucoup de valeurs et avions plaisir à échanger, notamment sur les questions de formation professionnelle, pour lesquelles elle avait beaucoup travaillé au Conseil régional. J’ai apprécié lors de nos rencontres sa profonde connaissance du territoire, son souci de la proximité et son attachement à sa ville de Sens et au département de l’Yonne qu’elle a tant servis.

A sa famille, à ses proches, aux habitants de Sens, la ville dont elle était maire et qu’elle aimait tant, et plus largement aux habitants du Grand Sénonais et de l’Yonne, je présente, en mon nom et en celui de la collectivité régionale, mes plus sincères condoléances »…

Des hommages qui devraient être rendus en public lors de la cérémonie funéraire devant se dérouler ce mercredi 28 septembre à partir de 10 heures en la cathédrale de Sens.

 

 

Les choses devraient se dérouler de la manière suivante, selon le service communication de l’agglomération sénonaise : un cortège composé de la brigade motorisée de la police municipale escortera le véhicule funéraire jusqu’à l’entrée de la cathédrale Saint-Etienne. Sur le parvis, devant l’entrée principale du monument, des agents de la police municipale et nationale ainsi que des sapeurs-pompiers de l’Yonne et des porte-drapeaux constitueront une haie d’honneur.

Côté pratique, et ce dès 08 heures, un dispositif de bouclage de l’Amande sera mis en place. Quant aux rues de la République et Drapés, elles seront interdites à la circulation jusqu’au terme de la cérémonie.

Des registres de condoléance ont été mis à disposition au sein des services qui accueillent du public, à l’Hôtel de Ville mais aussi à la Communauté d’Agglomération, dans les centres sociaux ou en mairie annexe.

Un registre de condoléances dématérialisé est également accessible sur le site de la Ville de Sens, www.ville-sens.fr

 

 

Un sourire radieux et enthousiaste en guise d’au-revoir…

 

C’est donc toute une ville, une agglomération et un territoire qui vont ainsi accompagner demain la maire de Sens et présidente du Grand Sénonais, chevalier de la Légion d’Honneur et Chevalier des Arts et des Lettres, jusqu’à son ultime demeure.

Ainsi disparaît une grande dame de la politique régionale qui manquera désormais au paysage, à l’animation des projets, et à ses débats. Une Marie-Louise FORT que nous avions croisée il y a quelques jours encore, visiblement en pleine forme, arborant un joli ensemble jaune citron et un sourire radieux qui disait avec enthousiasme sa fierté d’avoir obtenu les quatre lauriers de l’Attractivité et la Sportivité nationale pour sa ville.

Elle qui se projetait sur les futures échéances olympiques de Paris 2024 avec Sens comme possible ville étape de la flamme et lieu d’accueil de probables délégations internationales. Elle n’en verra donc jamais ni les reflets médiatiques ni les retombées économiques pour la ville qu’elle aimait tant…

 

Thierry BRET

 

Une fois n'est pas coutume, notre rubrique culinaire « L'Aile ou la Cuisse » est d'humeur bien triste aujourd'hui. Une personnalité attachante, en la personne de Marie-Louise FORT, édile de Sens, vient de nous quitter brutalement. Jeudi dernier, en circulant à moto dans « SA » rue de la République, je l'avais aperçue, toujours bien coiffée (sa marotte !) en compagnie de Clarisse QUENTIN, l'une de ses adjointes, entrée en politique par son intermédiaire...

 

SENS : Petite-fille de garde-barrières à Bichain, au nord de Villeneuve-la- Guyard, le long des voies « PLM », Marie-Louise FORT était fière de ses origines campagnardes. Si sa grand-mère et sa mère furent de véritables cordons bleus, ce ne fut pas le cas de notre maire sénonais dont l'une des rares spécialités était le curry d'agneau, semble-t-il !

Ce peu d'appétence culinaire la faisait sourire ! Elle qui fut  cependant un soutien ardent du chef étoilé Michelin Patrick GAUTHIER, dont elle appréciait l'un des desserts : la mousseline au chocolat « Guanaja ». Elle fut heureuse aussi de décorer voici quelques années, la restauratrice Odile BOMPAY, du « Clos des Jacobins ».

Elue à l'ancienne - noble appellation s’il en est ...- on la croisait régulièrement avec son chariot à roulettes, faisant ses courses, avec ses petites filles parfois, sous cette belle halle qu'elle contribua à faire rénover en 2015.

Attachée aussi à la foire de Sens, avec son côté forain et populaire, elle assura avec son équipe municipale son redémarrage cette année. Elue accessible, c'est ce qu'elle aimait et était en réalité.

 

Une élue de terrain qui appréciait la France…

 

Une partie de sa très belle carrière politique se fit durant dix ans au palais Bourbon. En 2010, je lui écrivis, pour solliciter son intervention, afin que notre dépositaire de presse villageoise obtienne la commercialisation du loto. Six mois après, Anne-Laure PASQUER recevait un courrier officiel de « La Française des Jeux ». Merci Mme FORT à laquelle de temps à autre, nous envoyions un ticket de loto ! Elle nous répondait à chaque fois, personnellement comme de bien entendu...

En 2012, nous fîmes une partie de sa campagne électorale pour les législatives dans des bistrots villageois, lorsqu'ils existaient encore. Au lendemain de sa nette victoire, nous avions déjeuné dans l'un d'entre eux, au « Café des Jardiniers » à Sens.

Durant cette décennie passée, l'animateur Jean-Luc PETITRENAUD vint régulièrement à Sens, pour une émission radio ou TV dont la vedette était Sens, ce qu'appréciait cette élue de terrain.

Mais, on ne peut évoquer cette attachante personnalité, sans narrer son amour de notre pays, la France et de ses traditions, regrettant quelque peu les errements actuels, hélas.

Nos pensées en ce jour vont pour son mari le docteur Dominique FORT (un « toubib » généraliste comme il n'y en aura plus...), leurs enfants et leurs petits-enfants.
Au-revoir Marie-Louise ! Sens « ta ville » est en deuil et te pleure…

 

Gauthier PAJONA

 

Fidèle d’entre les fidèles de la candidate des présidentielles Marine LE PEN, le député européen, et actuel président par intérim du parti bleu marine, Jordan BARDELLA, s’est fendu d’une visite plus que de courtoisie dans l’Yonne, ce samedi, à l’occasion de la Fête des Nationaux, le grand raout annuel concocté par la fédération départementale du RN. Une immersion rappelant la campagne d’influence qui bat son plein au sein de la formation, avant la connaissance du verdict final en octobre...

   

AUXERRE : Depuis septembre 2021, l’un des jeunes loups de la politique hexagonale, aux dents longues et aiguisées, Jordan BARDELLA, dirige à 27 ans le premier parti d’opposition de France, en lieu et place de Marine LE PEN. Une direction qui statutairement se corrélait à la notion d’intérim du fait du changement stratégique de responsable au moment où la candidate à la dernière présidentielle tentait de briguer un mandat électoral de cinq ans pour assurer la gouvernance du pays en entrant en campagne.

Oui mais voilà, l’intérim assuré par le jeune homme qui a connu une ascension exponentielle dans la sphère du RN en un laps de temps très court ne devrait plus durer très longtemps. Marine LE PEN avait fait connaître sa décision de passer la main de la présidence du mouvement politique dont elle a hérité de son père, afin de mieux se consacrer à sa fonction de présidente de groupe au Palais Bourbon où les élus du RN sont entrés en force à la surprise générale en juin avec 89 députés. Muant cette charge intérimaire en responsabilité de titulaire.

Il n’en fallait pas davantage pour que Jordan BARDELLA officialise sa candidature à la présidence du parti et espérer convaincre les militants de conforter ce qui fut à l’origine un « contrat d’intérim » en un désormais « contrat à durée indéterminée » de titulaire puisque la jeunesse plaide pour lui à ce poste. Son opposant lui portant la contradiction n’est autre que Louis ALIOT, maire de Perpignan et ancien compagnon de route dans le privé de Marine LE PEN.  

 

Moins d’abondance mais plus de factures pour les Français !

 

Le 31 août, lors du dépôt de sa candidature à ce mandat interne, le natif de Seine-Saint-Denis (Drancy) publiait sur Twitter ces quelques lignes, donnant un sens à sa prise de position : « Je suis candidat pour que nous demeurions cette grande force cohérente populaire, méritocratique et enracinée dans les territoires… » ».

Se plonger dans les territoires au plus près des militants-électeurs, précisément, c’était le leitmotiv de cette visite dans l’Yonne, ce samedi 24 septembre, où aux côtés des deux parlementaires du cru, Julien ODOUL, député de la troisième circonscription et Daniel GRENON, député de la première circonscription, Jordan BARDELLA aura pu disserter tranquillement avec plus de cent cinquante personnes sur l’actualité.

Après le sacro-saint exercice de la conférence de presse, qui fut accueilli dans les salons d’un établissement hôtelier auxerrois.

Incarnant « une forme de continuité » dans la ligne directionnelle du parti souverainiste, Jordan BARDELLA a rappelé devant les adhérents de l’Yonne que « le succès populaire obtenu lors des échéances présidentielles et législatives n’aurait pas pu être acté sans la mobilisation militante mais aussi le soutien grandissant de millions de Français qui subissent chaque jour un peu plus les désastres de la politique d’Emmanuel MACRON… ».

Puis de renchérir : « plutôt que de nous parler de la fin de l’abondance, le président de la République devrait nous parler de moins de migrants, moins d’insécurité, et moins de factures pour les ménages ! ».

 

 

 

La sécurité : le credo vedette du Rassemblement National…

 

De son côté, jamais avare en flèches acerbes décochées vers les arcanes du  pouvoir, Julien ODOUL insista « sur la politique de désindustrialisation de la France, la fermeture des services publics ou la présence de parc éoliens qui enlaidissent les campagnes ».

Soutien de la candidature de Jordan BARDELLA à la présidence du RN, le député de l’Yonne devait conclure son intervention en évoquant l’un des sujets vedette du parti bleu marine, son cheval de bataille identitaire en quelque sorte, la sécurité et son refus de « voir arriver des migrants dans les campagnes au nom de la nouvelle politique de répartition voulue par l’Etat » !

Reste à savoir si au nom de l’équité des débats et de la pluralité intellectuelle  – même en interne ! -, l’autre postulant à la présidence du RN, Louis ALIOT, sera invité à rencontrer des militants icaunais tout acquis à la cause du presque trentenaire Jordan BARDELLA ! Auquel cas, il n’y aura pas une minute à perdre : le scrutin s’étalant sur le mois d’octobre…

 

Thierry BRET

 

 

L’ancienne députée de la troisième circonscription, Michèle CROUZET, a réagi très vite à la disparition de la maire de Sens et présidente de la communauté d’Agglomération du Grand-Sénonais, dans un communiqué de presse…

 

SENS : « J’apprends la disparition subite de Marie-Louise FORT, maire de Sens, et présidente de la communauté d’agglomération du Grand Sénonais. Au-delà de nos différences politiques, je salue son action qu’elle menait avec passion depuis des décennies.

Nous partagions une même envie de voir progresser Sens et son agglomération même si nous n’avions pas le même projet.

Notre combat était politique mais pas personnel ; voilà pourquoi je souhaitais évoquer sa mémoire à travers ces quelques lignes.

Dans ces moments douloureux, j’adresse mes condoléances à sa famille et à ses proches… ».

 

 

La nouvelle s’est propagée à la vitesse d’une onde de choc d’un puissant tsunami ce samedi matin, d’abord sur le Sénonais, puis en gagnant progressivement l’ensemble du département. La maire de Sens et présidente de l’Agglomération Marie-Louise FORT nous a quittés à l’âge de 71 ans. Une disparition brutale qui a été confirmée aux alentours de 10h30 par un triste mais lapidaire communiqué de presse, émanant de la direction du pôle communication de la collectivité…

 

SENS : On se surprend à lire à plusieurs reprises le texte, court mais tellement explicite qui apparaît sur l’écran de l’ordinateur, en provenance d’un message e-mail signé du service communication de la ville. En analysant chacun des mots de ces quelques phrases qui sont malheureusement annonciatrices d’une terrible nouvelle. Le décès brutal, survenu dans la nuit du 23 au 24 septembre de l’édile de Sens et présidente du Grand Sénonais, Marie-Louise FORT.

Un silence… avant de réagir et de relire encore le document pour mieux en mesurer toute la réalité qui se fait jour.

« C’est avec une infinie tristesse que le conseil municipal et le conseil d’Agglomération du Grand Sénonais ont appris ce matin le décès de Marie-Louise FORT dans la nuit… ».

L’élue était âgée de 71 ans.

« Nos premières pensées, écrivent les élus et collaborateurs de la personnalité politique disparue, vont à son époux, ses enfants, ses petits-enfants, ses proches… ».

 

 

 

 

 

Un personnage clé de voûte dans le paysage politique local…

 

Aux manettes de la ville de Sens depuis près de quinze ans – elle avait été réélue aux dernières municipales pour effectuer son troisième mandat -, Marie-Louise FORT, incarnait les valeurs des Républicains, sa formation politique de cœur, également via son mandat de présidente de la communauté d’agglomération du Grand Sénonais.

« Une femme de courage, engagée, intègre, dévouée, profondément attachée à son territoire, proche de ses habitants auxquels elle a consacré la majeure partie de sa vie…, poursuit par ailleurs le communiqué officiel.

Un personnage clé de voûte et incontournable dans le microcosme local qui aura eu également son heure de gloire au Palais Bourbon, en siégeant en sa qualité de députée de la troisième circonscription, sous les ors de l’Assemblée Nationale durant une décennie.

Et même si cette battante au tempérament bien trempé mais pugnace dans ses actes avait échoué face à Daniel PARIS, représentant le Parti Radical de Gauche aux échéances municipales de 2008, ce sera pour revenir de plus belle en 2014 afin de reprendre les rênes de cette ville et de cette agglomération qui lui auront tant apporté.

 

Thierry BRET

 

 

Articles

Bannière droite accueil