Découvrez nos partenaires

bloc-marque-culture-couleur1.jpg
logo-festins-de-bourgogne.jpg
logo-credit-agricole-90x90.jpg
logo-cifa-89-auxerre-2020.png
groupama_small.png
logo-cerfrance-bfc-accueil.png
capeb-logo.png
banque_populaire_bfc.png
logo-cm.jpg
logo-edf-site.jpg
ccj-logo-petit-1.jpg
ordre-des-experts-comptables-de-bourgogne-franche-comte.jpg
Région Bourgogne France-Comté
Lycée Saint-Joseph de la Salle
Caisse d'épargne Bourgogne Franche-Comté
logo-atelier-de-l-immo-auxerre-2.jpg
logo-atelier-de-l-immo-auxerre-1.jpg
Groupe La Poste

Nos partenaires

bloc-marque-culture-couleur1.jpg
logo-festins-de-bourgogne.jpg
banque_populaire_bfc.png
capeb-logo.png
Lycée Saint-Joseph de la Salle
Caisse d'épagne Bourgogne Franche-Comté
cerfrance bfc
Communauté de Communes du Jovinien
logo-edf-site.jpg
logo-cifa-89-auxerre-2020.png
logo-cm.jpg
groupama_medium.png
logo-credit-agricole-90x90.jpg
région Bourgogne Franche-Comté
logo-atelier-de-l-immo-auxerre-2.jpg
logo-atelier-de-l-immo-auxerre-1.jpg
Ordre des experts comptables de Bourgogne Franche-Comté
20211006_lpg_logo_cmjn-616fec3863034.png

Même si l’univers économique des milieux agricoles s’obscurcit depuis trois ans, la filière reste encore porteuse d’emplois. Les besoins de recrutement existent parmi les exploitations céréalières de la région Bourgogne Franche-Comté. Les bienfaits des circuits courts, issus de productions locales, intéressent, quant à eux, un nombre accru de consommateurs avertis, toujours en quête de produits authentiques. Consciente de ces enjeux, la MFR du JOVINIEN, implantée depuis si longtemps à VILLEVALLIER, prépare la relève professionnelle de ce secteur d’activité, par le biais de formations alternantes qualitatives…

 

VILLEVALLIER : Le postulat n’a rien d’irrationnel lorsque les jeunes pensionnaires pénètrent dans l’enceinte de leur nouvel établissement. Pour 90 % d’entre eux, le système éducatif traditionnel représente une véritable sinécure à vivre au quotidien. Pire : au plan psychologique, la plupart de ces jeunes gens ont décroché inévitablement du collège.

Entraînant avec eux une multitude d’interrogations et de doutes quant à la suite de leur existence, partagée avec leurs familles. Combien se sont demandés ce qu’ils deviendraient demain en ne fréquentant plus l’école ?

Soutenir les jeunes en déliquescence avec l’école

Or, il existe d’autres voies. Qui ne se résument pas à un placard ou à une porte vers l’oubli et le chômage. Elles requièrent de l’abnégation et du courage ; elles en appellent au civisme, au respect d’autrui, au sérieux dans l’approche comportementale et surtout à l’envie de…travailler. La MFR (Maison Familiale et Rurale) du JOVINIEN symbolise cette alternative. Ses taux de réussite aux examens le prouvent.

« Notre équipe a pour vocation de guider les jeunes apprenants vers leur devenir, rappelle Yannick VILLAIN, directeur de l’établissement.

Avec le soutien de sa présidente, Sylvie LOGETTE, elle-même parent d’élève, le responsable du site a redéfini le rôle stratégique du moniteur, cet intervenant professionnel qui prodigue conseils et messages forts. « On reprend le suivi de ces jeunes dès le moment où ils nous rejoignent à l’aide d’un enseignement constructifs et pratique. C’est une mise en situation de la réalité offerte par la filière vers laquelle ils vont se destiner… ».

L’alternance : un apport positif pour les jeunes

S’immerger au cœur de l’entreprise procure une chance supplémentaire aux jeunes ayant opté pour cette forme d’apprentissage. A leur rythme, les élèves, issus de 4ème reprennent pied progressivement. Ils ne transgressent pas d’un iota avec le contrat moral établi entre leur famille, le centre de formation et eux-mêmes. La clé de voûte de ce système pédagogique repose sur cette équation. Cocoonés par leurs accompagnateurs, ils partagent leur quotidien entre la vie en cours et l’internat, sans omettre les loisirs, formant petit à petit une vraie famille. Un noyau dur qui n’éprouvera qu’une seule envie à terme : réussir.

Depuis le 28 août, les nouveaux élèves des classes de 4ème et de 3ème s’habituent à leur nouvel environnement. Les plus anciens y retrouvent les lieux avec enthousiasme. Quant aux partenaires des milieux économiques, ils demeurent fidèles à cet état d’esprit véhiculé par le centre de formation. C’est le cas du Conseil départemental de l’Yonne qui, avec quatre collèges dont il assure la gestion, intègrent des apprentis en restauration collective. L’autre filière professionnelle enseignée à la MFR. Mais, c’est aussi l’exemple réussi de plusieurs entreprises qui bénéficient des services du centre. ORPEA, dans le cadre de la logistique mise en place pour ce type d’établissement accueillant des seniors ou de la société ELITE Restauration, un des leaders de la restauration collective en France.

Seule organisation professionnelle représentative des 28 600 entreprises du paysage reconnue par les pouvoirs publics en France, l’UNEP a pour principales missions de défendre et promouvoir les intérêts de la profession, souvent soumise à rude épreuve en matière de concurrence. Proche de ses adhérents, l’antenne régionale de cet organisme procédera à la signature d’un accord partenarial avec une entreprise de l’Yonne, PMB (Pierre Mureuse de Bourgogne), dans le cadre de la journée spéciale consacrée à la pierre naturelle de ce territoire…

 

CREANCEY (21) : Le jeudi 07 septembre sera une excellente manière de bien débuter la nouvelle saison pour Franck FURTIN et Laurent TUCCINARDI. Respectivement président régional de la délégation Bourgogne Franche-Comté de l’UNEP (Union nationale des entreprises du paysage) et gérant de la société PMB (Pierre Mureuse de Bourgogne) implantée à MOLAY (Yonne), les deux hommes profiteront de ce rendez-vous officiel pour apposer leurs signatures au bas d’un document. Celui-ci validera une convention de partenariat ô combien importante pour l’entrepreneur.

Mis en place afin de renforcer les liens professionnels entre les deux parties, cet accord contribuera à intégrer davantage dans son environnement local la société PMB. Cette entreprise ayant réalisé plus de 800 000 euros de chiffre d’affaires en 2016 possède de belles perspectives de développement

Son dirigeant bénéficiera d’une part de l’expertise professionnelle de ce puissant réseau dont les engagements de services ont été certifiés selon le référentiel QUALI’OP depuis 2006 et AFAQ 26000 (RSE) obtenu en 2014 ;  et d’autre part, cela se traduira par l’apport de tarifs préférentiels pour les adhérents de l’UNEP Bourgogne Franche-Comté sur une large gamme de produits proposés par l’entreprise de Côte d’Or.

Auparavant, cette cérémonie protocolaire sera précédée par une matinée technique autour de la pierre naturelle de Bourgogne. Le programme s’articulera avec des démonstrations de pose de pavés et murets en pierre sèche, mais aussi des échanges entre les professionnels du paysage. Précisons que 70 % de ces entreprises artisanales n’emploient pas une dizaine de salariés…

L’ouverture de ce nouvel établissement hôtelier dans la capitale de l’Yonne est prévue pour le 15 juin…2018. Mais d’ici là, artisans et maîtres d’œuvre ne resteront pas au repos. Le complexe doit accueillir 49 chambres et nécessite quatorze mois de chantier. L’édifice sera situé à moins de deux cents mètres de l’actuel hôtel IBIS Centre géré par Alain GEHIN qui tablera dorénavant sur ces deux vitrines commerciales…

 

AUXERRE : Destiné à accueillir une clientèle de jeunes, familiale et de professionnels, le nouvel hôtel de la filiale du groupe ACCOR, implanté sur la rive droite d’Auxerre, face au Parc Roscoff, commence à s’élever peu à peu dans les airs. Logique car in fine, le bâtiment comprendra quatre étages au-dessus d’un rez-de-chaussée.

Référencé dans la catégorie des IBIS Budget, ce nouveau complexe permettra à son propriétaire, Alain GEHIN, de bénéficier d’une offre de services d’une cinquantaine de chambres supplémentaires, modernes et équipées, sur ce secteur, l’IBIS traditionnel proposant déjà un nombre de chambres équivalents.

Le site disposera aussi de sept places de stationnement dont quatre seront réservées aux personnes handicapées. La fourchette de prix, quant à elle, oscillera entre 45 et 59 euros pour des univers de douze mètres carrés.

Conçus par des entreprises artisanales locales, les travaux respectent le cahier des charges du cabinet d’architectes Vincent CANET. L’investissement, supporté par le responsable de l’hôtel avec l’aide de partenaires financiers, se situe autour de 2,5 millions d’euros.

L’IBIS Centre d’Auxerre, distingué au niveau européen…

Classé en 2 étoiles, le futur IBIS Budget du centre-ville auxerrois constitue une offre complémentaire à la stratégie de développement mise en place depuis plusieurs années par Alain GEHIN et son épouse. Avec un total d’une centaine de chambres réparties sur un périmètre restreint, l’entrepreneur s’attend à une belle progression du chiffre d’affaires. Même s’il existe un IBIS Style à Auxerre, en lieu et place de l’ancien hôtel des CLAIRIONS, au nord de la ville. De 10 à 15 000 personnes pourraient fréquenter chaque année l’endroit lors d’une halte dans la ville.

En 2014, et grâce aux performances des équipes dirigées par la double direction (Cécile ANTOSIK et Cindy LUTLEN), l’IBIS Auxerre a obtenu une distinction européenne au sein du groupe ACCOR, devançant cinq cents autres hôtels, pour le plus grand nombre de cartes de fidélité vendues à la clientèle.

Côté emploi, huit personnes à temps plein devraient être embauchées pour travailler dans cet établissement qui ne proposera pas de restauration. Réceptionnistes et personnel lié à l’entretien et au ménage des chambres constitueront l’ossature essentielle de ces postes dont les recrutements débuteront au printemps. Tout devant être prêt à la date du 15 juin pour l’ouverture de l’établissement au public…

Une étude menée par l’organisme France STRATEGIE le démontre chiffres à l’appui : la paupérisation des nouvelles générations de Français s’accroît. Ils sont aujourd’hui près de deux millions de jeunes gens à se situer hors des systèmes conventionnels, c’est-à-dire sans emploi, sans formation, ne possédant ni diplômes et étant refusés de tous les stages existants.

PARIS : On les nomme les « NEETS » selon un acronyme anglophone voulant exprimer la précarité de leur situation. Ce sont des jeunes gens âgés de 15 à 29 ans, soit 17 % de la population française. Autre fait marquant : 460 000 d’entre eux ne sont référencés nulle part et intègrent la catégorie dite des « invisibles ». Ce qui représente par comparaison à la population de la ville de Toulouse…Cette catégorie des « invisibles » recense les personnes hors cadre, totalement déconnectées des circuits traditionnels et échappant de fait à tous les radars de contrôles habituels. A titre d’exemple : Pôle emploi, les Missions Locales, etc. La France se situe malheureusement largement en tête du classement européen, bien loin devant la Suède et l’Allemagne (9 %) ou encore les Pays-Bas (8 %). Un quart de ces personnes disposent d’un logement autonome mais ils sont financés par leurs parents. Mais, 30 000 d’entre eux ont rejoint les rangs des sans domicile fixe. Précisons que les zones rurales sont impactées directement par ce nouveau phénomène sociétal. Il n’est donc pas étonnant de découvrir dans les statistiques nationales de cette enquête beaucoup de « NEETS » dans des départements en carence économique comme la Nièvre, l’Yonne, voire l’Aube…

Le club d’affaires, BNI (Business Network International), étudie la faisabilité d’organiser un salon professionnel lui permettant de faire connaître ses activités auprès des entrepreneurs de l’Yonne. Le montage de ce projet qui s’apparente à un véritable exercice de communication et de relations publiques pourrait générer un partenariat avec Centre France Evènements, l’organisme ayant à sa charge la gestion et l’animation du parc des expositions AUXERREXPO.

 

AUXERRE : Voulu par les responsables de la structure auxerroise, cet évènementiel pourrait être programmé avant la fin de l’année. C’est ce qu’a confirmé le président en exercice, Stéphane TOLOMELLI, à la presse.

Ayant pour habitude de se réunir chaque jeudi aux aurores (entre 7 heures et 9 heures), les vingt-cinq membres du BNI Auxerre ont proposé à autant de chefs d’entreprise cooptés de découvrir les arcanes de ce réseau. Le principe de cette réunion permettait à chacun des membres d’inviter un prospect amené à découvrir les principes de ce club d’affaires très prisé dans le département de l’Yonne.

Il existe, en effet, trois structures à l’estampille du Business Network International sur le territoire icaunais : elles sont implantées à Auxerre, Joigny et Sens. L’objectif de ce mouvement est d’accueillir des représentants professionnels d’une seule et unique corporation à l’instar d’un photographe, d’un spécialiste des VTC ou d’un industriel positionné dans le domaine de la scierie.

Le principe du BNI : qui donne, reçoit…

« Le plus souvent, confie Stéphane TOLOMELLI, 70 % de la vie des entrepreneurs est accaparée par les multiples tâches professionnelles et administratives. Ils n’ont pas le temps de développer les aspects dédiés aux relations publiques. Au BNI, les adhérents s’intègrent facilement à l’état d’esprit fédérateur : « Qui donne, reçois… ». C’est aussi de cette manière-là que l’on peut optimiser son chiffre d’affaires… 

Depuis 2012, date de création de la structure auxerroise, BNI a permis de produire un revenu moyen de 4,3 millions d’euros à ses représentants. Soit pour la seule année 2016 : 1,2 million d’euros de chiffre d’affaires supplémentaires à ajouter à leurs actifs !

Aujourd’hui, les représentants du BNI d’Auxerre expriment leur fierté d’avoir pu intégrer un réseau fort de 18 000 adhérents en France, réparti au sein de 700 clubs à l’identique des trois structures icaunaises. Le revenu moyen généré par les échanges et recommandations des adhérents s’élève à 50 000 euros par mois ; un potentiel en termes d’évolution économique à ne négliger sous aucun prétexte.

Lors de cette séance où plus de cinquante personnes ont assisté à la présentation générale de ce mouvement, le responsable régional, Pascal MANTHE, devait conférer une réelle dynamique à cette réunion. Avant de la signature de probables adhésions. La création d’un futur salon professionnel axé autour de la philosophie du mouvement BNI aurait d’intéressantes conséquences pour la structure…

Articles

Bannière droite accueil