Découvrez nos partenaires

logo-festins-de-bourgogne.jpg
logo-puissaye-forterre.png
banque_populaire_bfc.png
logo-edf-site.jpg
logo-cm.jpg
logo-cifa-89-auxerre.png
logo13q-1.jpg
logo-iseal-salon-coiffure-auxerre.jpg

Découvrez nos partenaires

logo-festins-de-bourgogne.jpg
logo-puissaye-forterre.png
logo13q-1.jpg
banque_populaire_bfc.png
logo-edf-site.jpg
logo-cifa-89-auxerre.png
logo-iseal-salon-coiffure-auxerre.jpg
logo-cm.jpg

Avant de s’atteler à obtenir la certification Iso 14 001, l’un des enjeux stratégiques vécu comme une résolution inéluctable cette année, le Syndicat départemental d’énergies de l’Yonne a pu savourer le temps d’une cérémonie protocolaire et, devant un parterre significatif d’élus de collectivités territoriales, la remise de son diplôme d’organisme certifié Iso 9001. Une norme qualitative de référence à laquelle le président de la structure, Jean-Noël LOURY, a associé l’ensemble des collaborateurs du SDEY…

APPOIGNY : 2019 sera synonyme de nouveaux challenges à relever pour le Syndicat départemental d’énergies de l’Yonne. Dans moult domaines, certes. Mais, il demeure un des points cruciaux auxquels le président de l’entité, Jean-Noël LOURY, est très attaché, c’est l’obtention de la certification Iso 14 001.

Le cap a été défini publiquement, lors de la présentation des vœux de l’organisme, il faudra s’y tenir pour aller de l’avant.

D’autant que cette future certification apportera des garanties supplémentaires en matière de maîtrise des impacts environnementaux dans la structure. Qu’il s’agisse de la gestion des déchets, des nuisances sonores, du rejet des gaz à effet de serre, de la réduction des énergies, de la préservation des sous-sols,…

« Choisir cette voie, expliqua le président LOURY, lors de sa prise de parole au pupitre, c’est prouver que l’on a mis en place une démarche d’amélioration continue en vue de réduire à court, moyen et long terme tous les impacts environnementaux de la structure. Bref, cela représente un sérieux challenge à relever… ».

milieu articles

Accroître la qualité pour devenir encore plus performant…

Mais, avant de pousser le bouchon plus loin sur ce futur objectif, il convia le directeur régional du Bureau VERITAS, Jacques MATILLON, à le rejoindre sur la scène de l’Espace culturel. Premier vice-président du SDEY en charge des finances et du personnel, Philippe MAILLET, en fit de même. L’instant devint solennel. Le directeur de la structure, Eric GENTIS, fut également invité à partager ce moment essentiel de la vie du syndicat, né du rapprochement d’une multitude de petites structures.

La matérialisation de ce label référentiel, Iso 9001, fut longuement applaudie par les personnalités présentes, en premier lieu l’ancien Secrétaire d’Etat à la coopération internationale et ex-président du Conseil départemental, Henri de RAINCOURT, et le patron actuel du pouvoir exécutif de l’Yonne, Patrick GENDRAUD.

« Par la remise de ce diplôme, comme devait le stipuler Jean-Noël LOURY, le Syndicat départemental d’énergies de l’Yonne démontre sa volonté de s’organiser de manière optimale et de mieux se structurer afin de gagner encore plus en performance… ».

Une distinction honorifique qui aura requis l’adhésion et l’implication de l’ensemble des collaborateurs de l’organisme.

Les deux entités, BEAUJARD Agencement et MOBIFORM, constituent désormais une seule et unique structure entrepreneuriale depuis leur rapprochement officiel, validé au 01er janvier. Conséquence inhérente à cette décision stratégique : le dirigeant de l’entreprise, François RICHARD, s’est retrouvé dans l’obligation de revoir toute sa signalétique en termes de communication et de visibilité. Logo, compris !

JOIGNY : L’une a été acquise en 2013 par le dirigeant Icaunais. Cette reprise de société aura valu à ce nouveau possesseur d’être auréolé d’une distinction honorifique, émanant du réseau Entreprendre Bourgogne. Il s’agit de BEAUJARD Agencement, professionnel de l’aménagement d’intérieur et de la conception d’équipements bois et métal (cuisine, bains…).

La seconde, une menuiserie, était spécialisée dans la fabrication d’ameublement. Du fait de sa complémentarité avec la structure précédente, elle a rejoint l’escarcelle de François RICHARD qu’il a rachetée en 2016.

Dans un premier temps, les deux entreprises ont poursuivi leurs activités en étroite osmose mais de manière distincte. Arguant que la période d’observance était révolue à l’issue du dernier exercice, la fusion entre les deux enseignes devenait une simple formalité administrative.

milieu articles

Optimiser la communication pour asseoir sa présence nationale…

De facto, au 01er janvier, BEAUJARD Agencement et MOBIFORM ont donné naissance à un nouveau patronyme identitaire : BMO Agencement. Si en termes de fonctionnalité technique et de positionnement de marché, cette fusion n’engendrera aucune interférence, en revanche, il a fallu revisiter en profondeur la stratégie de communication.

Le site Internet et son adaptabilité à la nouvelle marque supposent une refonte complète de l’outil numérique. Il en va de même pour la lettre d’information et les papiers en-tête. Quant à la pose d’une nouvelle signalétique, elle s’inscrit également parmi les axes prioritaires de ce début d’année.

Le logotype, dévoilé au début de ce mois, a supposé une saine séance de brainstorming de la part de François RICHARD et de ses conseils en communication.

Pourvue de cette nouvelle identité visuelle, BMO Agencement, puisque telle est désormais la nouvelle appellation de la structure, peut s’atteler à sa tâche en parfaite quiétude ; c’est-à-dire concevoir des agencements d’intérieur pour les professionnels et construire du mobilier pour embellir cuisines et salles de bains.

 

 

L’incontournable fête des papilles possèdera un goût particulier en bouche, cette année. Non seulement, elle plébiscitera la localité de Vézelay qui accueille pour la première fois en 75 ans d’existence cette manifestation ancestrale appréciée de tous les aficionados de vins de la planète ; mais en outre, elle saluera la récente reconnaissance de l’AOC « Vézelay » par l’INAO (Institut national de l’origine et de la qualité). Une centaine de confréries viticoles défileront dans les rues de la cité historique, référencée par l’UNESCO pour la richesse de son patrimoine…Vivement les 26 et 27 janvier !

VEZELAY : Combien seront-ils de passionnés de vins, amateurs éclairés, vignerons, professionnels et touristes à arpenter les rues et ruelles de la Colline éternelle le dernier week-end de janvier ?

Chaque année, la Saint-Vincent Tournante de Bourgogne, qualifiée de « grande Saint-Vincent », mobilise entre 30 000 et 100 000 explorateurs du goût. Certains de ces férus de la chose vineuse parcourent moult kilomètres pour ne rien manquer de la fameuse célébration.

Durant deux journées, l’agglomération de Vézelay vivra hors du temps. Puisant parmi ses racines naturelles et authentiques ses ressources pour vivre cet évènement mémorable qu’elle reçoit pour la première fois depuis 75 ans.

Le choix de Vézelay par ses organisateurs se justifiait amplement la saison dernière. Récompensant ainsi la farouche volonté d’une dizaine de vignerons qui permirent en 1975 de prêter une seconde vie à un vignoble, qui fut ravagé par le phylloxera en 1884.

En octobre 2017, le « Vézelay » atteignait le Graal. Devenant ainsi la 44ème AOC (Appellation d’Origine Contrôlée) village de Bourgogne. Conséquence : le très sérieux INAO adoubait par un deuxième arrêté les vins tranquilles blancs produits dans l’aire reconnue par l’organisme, soit 256 hectares. Un précieux sésame pour la personnalité de ces vins fruités, frais et minéraux.

Un hymne au partage, à la douceur de vivre, à la découverte de nectars…

Considéré comme l’un des plus beaux villages de France, Vézelay portera dans l’enthousiasme cet évènement. La manifestation, référence inéluctable en Bourgogne, rassemblera l’ensemble des professionnels de la viticulture. Mais pas seulement. Le principe d’offrir des dégustations inédites au public dans un environnement d’exception fera converger un grand nombre de participants. La commune présentera ses plus beaux atours décoratifs et conviviaux pour faire de cette fête traditionnelle un hymne aux vins de Bourgogne et au partage.

milieu articles

Une belle brochette de chefs s’investira derrière les fourneaux pour permettre au banquet d’être digne de l’esprit de Lucullus. Les caveaux de dégustation ne devraient pas désemplir face à ces milliers de visiteurs, verre à la main, en quête d’excellentes découvertes olfactives et goûteuses.

Quant à l’hébergement, il recevra des cohortes de passionnés qui prolongeront leur séjour afin de s’imprégner de l’ambiance festive de la localité, et du charme de ses environs. N’oublions pas que Vézelay, l’un des premiers sites touristiques régionaux, se distingue par sa spiritualité universellement reconnue.

La Saint-Vincent Tournante de Bourgogne, dans la pratique…

Dix caveaux, assurant une déambulation facile à travers les ruelles et les places de la ville, constitueront autant de points de convergence pour déguster les vins blancs des trois derniers millésimes.

Trois caveaux seront dédiés au Bourgogne Vézelay 2015, trois autres sites permettront aux épicuriens de tester les saveurs du Bourgogne Vézelay 2016. Les trois suivants feront honneur au tout premier millésime de l’appellation Vézelay 2017. Le dernier point de ralliement sera réservé au Bourgogne rouge.

Parallèlement, on pourra se promener dans les rues de la cité au son des fanfares, de concerts, de scènes théâtrales. Au gré de la balade, le verre à la main, les visiteurs flâneront à leur rythme en appréciant les stands consacrés aux anciens métiers, en écoutant les guides qui apporteront moult points de détail et en découvrant des expositions dont la référence thématique portera sur le vin et ses traditions séculaires.

Le grand banquet réunira la fine fleur de la gastronomie icaunaise : Marc MENEAU, Ryo NAGAHAMA, Jean-Michel LORAIN et Olivier VIDAL autour de recettes succulentes. Sous la houlette de Daniel AUBLANC, président de l’Amicale des cuisiniers de l’Yonne. Cette restauration prestigieuse sera dédoublée durant ce week-end de fête, le samedi soir et dimanche midi.

Quant au kit de dégustation, il comprend un verre, un porte-verre et sept tickets permettant de goûter des vins différents pour un coût de 18 euros, vendu sur place.

Un évènement à savourer en famille et entre amis.

 

Saint-Vincent Tournante de Bourgogne

Vézelay les 26 et 27 janvier

Site Internet : vezelay2019.fr

Mail : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

La start-up de l’Yonne vise un essor de ses activités à travers l’Hexagone et surtout à l’échelle européenne. De quoi lui donner des fourmis dans les jambes ! D’autant que ce spécialiste dans la recherche de logements destinés à l’accueil de personnes âgées profite d’un nouveau coup de pouce financier de la part de ses partenaires historiques. Une coquette enveloppe d’un million et demi d’euros qui permettra à la structure entrepreneuriale de Joachim TAVARES d’accélérer son développement…

JOIGNY : 2019 débute en fanfare pour ce représentant régional de la « Silver Economie ». Positionnée sur le segment de l’aide aux seniors et à leur famille pour trouver un logement, la société réalise une très belle opération financière. Non seulement, elle a su convaincre ses partenaires historiques de lui prodiguer l’investissement nécessaire à sa progression (BPI France et GROUPAMA Paris Val de Loire), mais en outre, elle s’est adjoint la précieuse intervention de nouveaux donateurs. Convaincus par la pertinence de la TPE, BDR IT et BFC Croissance et Innovation ont validé leurs soutiens officiels à ces projets d’expansion. Des structures inféodées à la Caisse d’Epargne et à la Banque Populaire de Bourgogne Franche-Comté. 

milieu articles
  

Cap vers l’Espagne en 2019…

Pourvue de cette somme rondelette, PAPYHAPPY déploiera ces prochains mois une stratégie novatrice et adaptée à ses besoins. Ceux de conquête de nouvelles parts de marché à travers la France mais aussi vers l’Europe. L’intégration de services d’accompagnement auprès d’entreprises partageant des valeurs similaires se traduit dans les faits par la constitution de partenariats. A l’instar de celui acté avec la direction régionale de GROUPAMA Paris Val de Loire en 2018.

Quant aux cibles prioritaires sur le Vieux continent, elles s’identifient de prime abord à la péninsule ibérique. Et plus particulièrement, à l’Espagne, pays déjà dans le viseur du charismatique dirigeant de la jeune entreprise, Joachim TAVARES. Les services novateurs de la start-up y seront déclinés courant 2019.

L’adhésion de PAPYHAPPY à la SILVER ALLIANCE (un groupement de 18 entreprises qui ont choisi d’utiliser le co-branding de marques pour impulser un entrepreneuriat collectif et collaboratif créateur d’emplois locaux) aura pesé lourd dans la balance.

Apparue en juillet 2016, la société de Joigny aux quinze collaborateurs se classe parmi les meilleurs établissements seniors en France dans la quête du logement. Il en sera peut-être de même, d’ici quelques mois, à travers l’Europe…

Parce que les situations dans lesquelles peuvent être engagée la responsabilité des mandataires sociaux ou dirigeants d’entreprise sont nombreuses, il est vivement recommandé à ces mêmes entrepreneurs de souscrire un contrat de responsabilité civile du dirigeant. Or, à l’heure actuelle, dans la France entrepreneuriale de 2019, seuls 32 % de ces décideurs économiques ont pris soin de se prémunir contre ces risques en souscrivant un contrat annuel dont les cotisations n’excèdent pas la centaine d’euros. Une aberration incroyable contre laquelle lutte au quotidien Jean-Luc LAROCHE, agent général d’assurances (MMA) et vice-président régional de l’Association des Agents généraux d’assurance (AGEA) en Bourgogne Franche-Comté, pour inverser la tendance en prodiguant conseils et sensibilisation…

AUXERRE : La mise en cause d’un dirigeant d’entreprise peut avoir des conséquences désastreuses dans l’environnement personnel et patrimonial de celle ou celui qui aurait négligé, sciemment ou par dilettantisme, de souscrire un contrat d’assurance lui octroyant des garanties. Non seulement, les biens propres de l’entrepreneur seront mis en péril. Mais, les conséquences sur le plan financier peuvent atteindre des proportions parfois insurmontables. Le montant moyen des réclamations s’élève aujourd’hui à 350 000 euros en France.

Celles et ceux qui dirigent, de fait ou de droit, une société (ou un groupe de sociétés), voire une association, sont dans le collimateur de la législation. Et même si le recours à l’assurance de responsabilité civile ne permet pas d’éviter la mise en œuvre des responsabilités, elle en atténue cependant les effets. Surtout au plan pécuniaire pour les dirigeants qui sont redevables sur leurs biens propres.

Or, 1 % des patrons de petites et moyennes sociétés, celles dont le chiffre d’affaires se situe en deçà de 500 000 euros, disposent de ce procédé assurantiel. Ils ne sont guère que 15 % à l’étage supérieur de la fusée, la partie stratosphérique qui concerne les dirigeants des sociétés dont les chiffres d’affaires excèdent les dix millions d’euros.

milieu articles

Ne pas mettre en péril son patrimoine et ses biens personnels…

Conscient de l’étendue de cette négligence, le vice-président régional de l’Association des agents généraux d’assurance de Bourgogne Franche-Comté (AGEA), l’Auxerrois Jean-Luc LAROCHE, occupe la majeure partie de son emploi du temps à pratiquer de la pédagogie auprès du milieu entrepreneurial. L’objectif est simple. Augmenter et optimiser les informations diffusées auprès d’un plus grand nombre de dirigeants, n’ayant pas encore perçu la vraie nature des risques encourus.

« Il est nécessaire d’inciter les chefs d’entreprise à souscrire à ce contrat d’assurance, commente-t-il, d’autant que l’opération peut se contractualiser à n’importe moment de l’année et ne requiert pas de difficultés notoires. La responsabilité civile du mandataire social ou du dirigeant d’entreprise correspond à une protection juridique que nul n’est en droit d’ignorer. Dans le cas d’une non-souscription à un tel dispositif de garanties, le législateur peut entamer une action officielle de recouvrement sur les biens personnels de l’entrepreneur et son patrimoine, action qui aura libre cours cinq ans après son décès… ».

Sachant que le florilège de textes officiels pouvant perturber le sommeil et le quotidien des chefs d’entreprise s’élève à plus de 12 500 références, on imagine aisément que les risques sont importants et bien palpables pour la plupart des décideurs économiques. Ils sont le fait de la kyrielle d’organismes sociaux qui évoluent dans le paysage économique national et qui ont pour raison sociale : URSSAF, prud’hommes, tribunaux…

Mais, le poids des associés dans le cas d’une reprise d’entreprise ou celui des gestionnaires l’aidant à son développement peut engendrer les mêmes effets dévastateurs au plan patrimonial du dirigeant si un certain nombre de précautions (la fameuse responsabilité civile) ne sont pas de mise.

Aussi, Jean-Luc LAROCHE incite les responsables de société à souscrire une assurance responsabilité civile. La compagnie d’assurance paiera les dommages et intérêts à leur place en cas de condamnation.

Page 1 sur 139
Bannière droite accueil