Aller à l’essentiel ? Pourquoi pas ! Ne serait-ce pas la meilleure des formules pour véhiculer un message à destination de ses cibles touristiques ? C’est en tout cas ce qu’a choisi l’Agence de développement touristique et Relais territorial des Offices de Tourisme de l’Yonne dans sa stratégie de communication. Un concept qui s’appuie une nouvelle identité visuelle et surtout un logo retravaillé, que l’on a découvert au bas du magazine estival…

 

AUXERRE : Sérieux coup de lifting pour la communication de l’agence Yonne Tourisme ! Avec un logo qui a été redessiné dans une veine identique à celui ayant fleuri cet été au Conseil départemental. Une identité visuelle qui s’inspire d’une galerie d’artistes. Une typographie manuscrite choisit au cordeau. Elle n’est pas sans évoquer un effet « signature » à la main. L’agence de développement touristique de l’Yonne se distingue donc pour donner du tonus et du « peps » à sa nouvelle griffe communicante.

Certains l’auront sans doute déjà remarqué, mais la couverture du magazine « Je passe l’été dans l’Yonne en Bourgogne » a bénéficié dès cet été de ce relookage inédit du plus bel effet. La plupart des gammes d’éditions et des supports numériques déclinent dès à présent cette palette de nouveautés.

Quant au slogan, résumant cette nouvelle stratégie, il ne se perd pas en conjectures : « L’Yonne en Bourgogne, révélez l’essentiel ».

Dans les faits, côté réflexion, c’est l’agence de communication « Signe des Temps », originaire de Paris et de Bordeaux, positionnée dans le marketing touristique territorial, qui a fait phosphorer l’ensemble de ses équipes. Objectif : associer les termes identitaires de l’« Yonne » et de la « Bourgogne » qui faisaient figure d’évidence. Une connotation à la fois, intimiste et inspirante. Réussie au vu du résultat !

 

Thierry BRET

 

 

 

 

 

 

 

Que les éternels râleurs de tout poil se taisent de manière définitive lorsqu’ils incriminent, à l’aide de post circulant sur les réseaux sociaux, le Conseil départemental de l’Yonne de ne pas avoir su prendre à bras le corps le dossier du déploiement de la fibre optique sur notre territoire ! Patrick GENDRAUD l’a encore martelé avec insistance, lors d’un point étape ce jeudi après-midi : le raccordement à la fibre prévu initialement en 2030 sera opérationnel avant le terme de 2023 !

 

AUXERRE : Eh oui, aurait-on la mémoire courte dans notre département en matière de déploiement de la fibre optique ? L’échéance initiale qui avait été fixée dès l’amorce de ce projet par les services de l’organisme institutionnel départemental, encore peu inféodés à cette technologie novatrice, ne prévoyait in fine qu’une couverture totale de notre secteur géographique qu’en…2030 !

De l’eau aura donc coulé en abondance sous les ponts pour le plus grand bonheur des foyers, des entreprises et des collectivités de l’Yonne puisque ce délai a été raisonnablement ramené à…2023 ! Soit un delta temporel de sept ans de bonheur en mieux !

Une date qui a bel et bien été confirmée par le président de l’exécutif territorial Patrick GENDRAUD, lors d’une conférence de presse, ce jeudi, faisant office de bilan étape à une quinzaine de mois de l’échéance finale.

Dès 2018, le critère d’attractivité que représentait l’apport de cette technologie révolutionnaire à bien des usages se distillait durablement dans les pensées des faiseurs d’ordre. Les forçant à modifier la feuille de route initiale et en l’accélérant de manière constante !

 

Un déploiement où le Département a investi financièrement…

 

Cela supposait aussi injecter 55 millions d’euros à la réalisation de ce projet ambitieux dans le cadre du réseau d’initiative publique interdépartemental piloté par la SPL BFC Numérique. Un déploiement de réseau dont le cofinancement sera assuré d’ailleurs par le Département de l’Yonne à hauteur de 42 %, l’ensemble des communautés de communes et d’agglomérations de l’Yonne, les EPCI (10 %), la Région Bourgogne Franche-Comté et l’Union européenne.

Sachant que ces investissements couvraient 20 % des prises optiques qui auront été installées sous maîtrise d’ouvrage par le Département avant le terme de 2021.

Avec SLP BFC Numérique, le cahier des charges prévoyait la construction de 44 500 prises à répartir sur 65 communes. A date, 35 211 de ces prises ont été réalisées, soit 79,1 % de la totalité. 24 535 sont aujourd’hui commercialisées. Ce qui offre la possibilité à 6 230 abonnés de bénéficier déjà des avantages d’une technologie qui gagne en rapidité d’exécution.

 

 

Des travaux devant se terminer en 2023…

 

Mais, ce n’est pas tout ! Le Conseil départemental de l’Yonne, dans le cadre d’une délégation de service publique, s’est également engagé à déployer la fibre optique pour 60 % des prises sur ses fonds propres en trois ans. Via YCONIK, une filiale du groupe « ALTITUDE INFRA ». Montant de l’investissement : 190 millions d’euros, tout de même, « ce qui n’est pas rien » confiera Patrick GENDRAUD.

Un gain de sept ans, au bout du compte pour le Département, certes, que celui-ci entend bien faire respecter en clôturant les travaux de ce déploiement en 2023.

Auxerre et Sens, les deux villes phares de notre département, sont quant à elles gérées dans le cadre de la zone d’appel à Manifestation d’Intention d’Investissement (AMII). Une prise en charge qui est assurée par l’opérateur ORANGE, prenant sur ses fonds propres, le déploiement de la fibre. Soit un total de 20 % des prises sur les 225 000 qui seront déployées sur notre territoire pour couvrir l’ensemble du département.

 

Thierry BRET

 

 

 

Ils ne sont pas contents les usagers de la ligne ferroviaire LR 807. Celle qui relie Tonnerre à Avallon. Onze arrêts, précédemment desservis, ont ainsi purement et simplement disparu de la circulation à la suite d’une décision prise par le Conseil régional. L’organe institutionnel en a modifié le parcours le 01er septembre 2022. Un état de fait qui provoque depuis l’ire du collectif de la NUPES de la seconde circonscription…

 

TONNERRE: Et pan, le couperet est tombé sur le bec des utilisateurs habituels de la ligne de transport ferroviaire établie Tonnerre et Avallon ! A compter du 01er septembre, la desserte a été très sérieusement modifiée, entraînant grogne et insatisfaction parmi les usagers.

En effet, onze communes, jusque-là desservies, ne disposent plus dorénavant du moindre arrêt ! Des localités qui ont pour nom : Môlay, Annay-sur-Serein, Grimault, Massangis, Coutarnoux, Dissangis, L’Isle-sur-Serein, Sainte-Colombe, Provency, Sauvigny-le-Bois, auxquelles il faut ajouter Nitry, Joux-la-Ville et Lucy-le-Bois. Même la capitale de la truffe bourguignonne, Noyers-sur-Serein, est passée à la trappe !

 

Une remise en cause du transport collectif à la baisse…

 

C’est l’indignation pour les représentants de la NUPES de ce territoire, François MEYROUNE et Julien GAUTIER ! Ces derniers déplorent la nouvelle réorganisation du transport public de l’Yonne, une remise en cause orientée à la baisse.

Elle fait suite à la réduction drastique de l’offre de trains, partiellement compensée par les lignes de car.

« Nous demandons le rétablissement de l’ensemble des dessertes de cette ligne », écrivent-ils dans un communiqué.

 

 

Une décision prise sans aucune concertation ?

 

Les deux porte-étendards de la NUPES viennent d’adresser une lettre aux élus du secteur afin de les informer de la situation. Les incitants à donner leurs avis mais aussi à se mobiliser contre cette nouvelle réduction de l’offre de service.

En parallèle, la Commission Transports de la Région a été destinataire d’un courrier, à l’instar de l’ensemble des élus siégeant dans l’hémicycle de Dijon, afin de les interroger sur le bien-fondé de cette décision.

« Une décision qui a été prise sans concertation, semble-t-il…ajoutent les signataires.

Le rétablissement de la ligne avec ses onze arrêts originels est donc réclamé avec grande insistance. Au nom du service public pour tous ! La réclamation sera-t-elle entendue en haut lieu ?

 

Thierry BRET

 

C’est une tradition qui est respectée au cordeau. Elle est annonciatrice de la reprise des activités pour l’exécutif départemental qui en profite pour balayer les grands sujets de l’actualité liés à l’une des prérogatives majeures de ses missions régaliennes : l’éducation dans l’Yonne. Vue sou le prisme des collèges dont les 16 000 collégiens retrouveront le chemin dès ce jeudi en matinée…

 

AUXERRE : L’exercice ressemble fort à la rentrée des classes en version adulte. Fait de retrouvailles officielles après plusieurs semaines d’absence imputables aux vacances. La conférence de presse propre à la rentrée des collèges de notre territoire est l’un de ces évènements marquants dans le paysage institutionnel de l’Yonne qui fait résonner le glas de la période bénie des congés !

Les choses sérieuses reprennent donc du service pour les élus du territoire, prêts à prendre leur bâton de pèlerin afin de visiter à partir du premier septembre un panel d’établissements ayant subi quelques travaux d’importance au fil de ces derniers mois.

Montholon, Ancy-le-Franc, Brienon-sur-Armançon, Villeneuve l’Archevêque, Migennes, Villeneuve-sur-Yonne, Villevallier, via sa Maison Familiale Rurale, seront autant de points étape à ces visites protocolaires présidées par le président du Conseil départemental, Patrick GENDRAUD. Des visites organisées avec les équipes éducatives en présence des élus locaux qui s’achèveront au beau milieu de la semaine prochaine, le mercredi 07 septembre.

Mais, avant cela, le président de la collectivité départementale aura pris soin de brosser l’état des lieux de cette rentrée, placée sous le sceau de la sobriété énergétique – le milieu de l’éducation n’y échappera pas au même titre que les collectivités et les entreprises -, et de plusieurs sources d’inquiétudes.

 

 

Des sujets préoccupants pour cette rentrée…

 

Celles, comme devait le commenter Patrick GENDRAUD, se rapportant sur la chute des recrutements au sein du corps enseignant – l’Education Nationale a estimé à plus de 4 000 postes à pourvoir de suite pour compenser les manques professoraux dans l’Hexagone - ; celles aussi, par ricochet, s’appliquant sur un tout autre registre, à celui des chauffeurs de bus scolaires. De la denrée rare en termes d’employabilité, à l’heure de cette reprise.

Bref, ajoutera un brin perplexe Patrick GENDRAUD, « c’est une rentrée qui ne s’annonce pas sous les meilleurs auspices au niveau national ».

Dans l’Yonne, côté statistiques, précisons qu’à partir de jeudi, dès potron-minet, ce sont 16 000 collégiens qui effectueront leur grand retour dans les salles de classe parmi les trente-quatre établissements dont quatre structures privées.

« Tout est réuni pour bien vivre cet accueil, précisera l’élu de l’Yonne, lors de sa prise de parole, qui devait rappeler l’objectif du département : à savoir préparer et contribuer à la réussite scolaire, sociale et personnelle de chaque collégien.

Côté enveloppe budgétaire, le CD 89 consacrera 23 millions d’euros cette année aux collèges de l’Yonne. Outre la poursuite du Plan éducatif numérique, un plan d’actions ambitieux, comprenant d’importants investissements visant à agir sur les compétences et les usages mobilisant le Contrat de Performance Energétique, sera lancé en parallèle. Décidément, la rentrée des collèges est bien marquée par les économies d’énergie à réaliser.

 

Thierry BRET

 

Projeter le quatrième opus cinématographique narrant les folles aventures du « dieu du tonnerre » dans la seule ville hexagonale qui porte un nom à l’identique du super héros de la saga des « Marvel » ne relevait nullement du pur hasard. Un joli coup de pub médiatique à porter au crédit de la cité orientale de l’Yonne qui n’en demandait pas tant, ni pour son cinéma-théâtre, ornementé de tous les attributs décoratifs d’usage pour faire de cet évènement culturel l’un des moments phare de l’année…

 

TONNERRE : C’est un retentissant « coup de tonnerre » qui a résonné au-dessus de la localité éponyme, chère à Cédric CLECH, édile de la ville et professionnel de la communication audiovisuelle !

Organiser une avant-première cinématographique nationale dans le charmant complexe du cinéma-théâtre qui jouxte l’hôtel de ville s’est très vite révélé fructueux quant aux retombées médiatiques, en amont et en aval de l’évènement.

La preuve : « Le Figaro », « Le Huffington Post » ou les antennes de « France Télévisions », sans omettre la presse régionale, se sont fait largement écho de cette soirée spéciale, peu ordinaire, qu’auront pu vivre durant près de deux heures 141 cinéphiles « privilégiés », choisis par tirage au sort ou invités par l’organisation, ce jour-là.

Concoctée par la filiale française de la compagnie Walt DISNEY, la manifestation artistique aura permis à ces spectateurs chanceux de découvrir avant tout le monde, y compris le public de Paris qui ne l’aura visionné que six jours plus tard, le quatrième volet de la saga aventureuse de cette divinité « bodybuldée » qui brandit lors de ces combats épiques son fameux marteau, baptisé « Stormbreaker ». Il s’agit évidemment de Thor, l’un des super héros les plus populaires des studios Marvel qui n’en finissent plus de caracoler en tête du box-office planétaire et de glaner des succès phénoménaux en exploitant tous les filons de ces fameux personnages, initialement issus de la bande dessinée américaine.

 

 

Un long-métrage à couper le souffle qui surfe sur le succès…

 

Les alentours proches du cinéma-théâtre, dont la programmation incombe à la comédienne Mariana GIANI – cette dernière était joliment déguisée pour la circonstance - étaient pavoisés d’éléments festifs, panneaux publicitaires, personnages vêtus dans l’esprit très décorum de ce long-métrage et autre tapis rouge, donnant un petit air de « Croisette » à la cité tonnerroise.   

Quatrième épisode de cette saga orchestrée autour de ce mythologique guerrier évoquant le grand nord – ce dieu de la protection, de la force et de la fertilité était vénéré par les peuples germaniques et scandinaves aux temps jadis -, « Love and thunder » (littéralement « amour et tonnerre ») a été réalisé par Taika WAITITI qui en a par ailleurs co-écrit le scénario : on n’est finalement jamais aussi bien servi que par soi-même !

Du côté de l’intrigue, précisons que ce film à effets spéciaux spectaculaires narre les aventures cosmiques et dangereuses du héros principal qui affublé de son emblématique marteau, et que rien n’altère ni n’arrête, part affronter un tueur galactique répondant au doux nom de Gorr, surnommé le « Boucher des dieux » !

Tout un programme à couper le souffle, en vérité, qui nous éloigne des scénarii imaginés par  Woody ALLEN, Claude LELOUCH ou Jean-Luc GODARD, pour les puristes du septième art !

 

 

Une petite demi-heure avant le « Grand Rex » à Paris…

 

Nonobstant, ce « coup de foudre », non pas à « Nothing Hill » mais sur la ville qui accueille la fosse Dionne, a suscité que du bonheur dans l’existence de la charmante Mariana GIANI, programmatrice du cinéma-théâtre, placé sous le feu nourri des projecteurs de la France entière ou presque.

« Ce projet à peine croyable et magnifique est le fruit d’un partenariat avec l’un des plus gros distributeurs de France, explique-t-elle, d’ordinaire, nous touchons ces films trois à quatre semaines après leur sortie nationale. Là, nous l’avons obtenu six jours avant les autres salles de l’Hexagone et même une demi-heure avant la mythique salle du « Grand Rex » à Paris ! ».

La jeune femme, habillée en Valkyrie – l’une des héroïnes de ce dernier épisode présenté à l’affiche depuis le 20 juillet aux côtés des autres succès de l’été – n’en revient toujours pas de cette inoubliable expérience vécue grâce à la complicité de la maison Disney.

Un seul regret, toutefois pour elle, que les 5 000 habitants de Tonnerre n’aient pu assister tous à cette séance exceptionnelle et valorisante pour la promotion culturelle de la ville.

Mais, par chance, ils auront toujours la faculté de pouvoir visionner ce film américain à fort potentiel aux heures chaudes de la journée ou en soirée, en se rendant entre amis ou en famille dans leur cinéma de prédilection. Du rêve et de la détente sur grand écran avec le mythe de « Si j’avais un marteau » !

 

Thierry BRET

 

Page 1 sur 231

Articles

Bannière droite accueil