Découvrez nos partenaires

bloc-marque-culture-couleur1.jpg
logo-festins-de-bourgogne.jpg
logo-credit-agricole-90x90.jpg
logo-cifa-89-auxerre-2020.png
groupama_small.png
logo-cerfrance-bfc-accueil.png
capeb-logo.png
logo banque populaire bourgogne franche-comté
logo-cm.jpg
logo-edf-site.jpg
ccj-logo-petit-1.jpg
110 Bourgogne
Région Bourgogne France-Comté
Criquet Magazine
Lycée Saint-Joseph de la Salle
mercato de l'emploi yonne bourgogne
Caisse d'épargne Bourgogne Franche-Comté
chambre des métiers et de l'artisanat
Groupe La Poste
Chambre d'Agriculture de l'Yonne

Nos partenaires

bloc-marque-culture-couleur1.jpg
logo-festins-de-bourgogne.jpg
banque_populaire_bfc-long.png
capeb-logo.png
Lycée Saint-Joseph de la Salle
Caisse d'épagne Bourgogne Franche-Comté
cerfrance bfc
Communauté de Communes du Jovinien
Chambre d'Agriculture de l'Yonne
Criquet magazine
logo-edf-site.jpg
logo-cifa-89-auxerre-2020.png
logo-cm.jpg
groupama_medium.png
logo-credit-agricole-90x90.jpg
région Bourgogne Franche-Comté
20211006_lpg_logo_cmjn-616fec3863034.png
mercato de l'emploi yonne bourgogne
chambre des métiers et de l'artisanat
logo-110-bourgogne-ok.png

Warning: Creating default object from empty value in /homepages/25/d688666115/htdocs/presse-evasion-2017-07/components/com_k2/views/itemlist/view.html.php on line 743

Les membres du club des Ressources humaines, animé par la Chambre de Commerce et d’Industrie de l’Yonne, ont pu profiter de l’analyse conjoncturelle minutieuse de l’un des chargés des études économiques de la chambre consulaire lors d’un échange instructif. Cette présentation pertinente leur a permis de découvrir les ultimes statistiques et tendances se rapportant à l’évolution de l’emploi sur le territoire…Sous des auspices qui préfigurent au retour si attendu de l’optimisme…

AUXERRE : C’est une vérité digne des émules de La Palisse ! Mais, avec le retour d’une saine croissance, amorcée depuis plusieurs mois dans le paysage économique national, le nombre de postes à pourvoir au sein des entreprises tous secteurs confondus repart à la hausse. Engendrant déjà, a contrario, une réelle problématique qui affecte le travail quotidien des exégètes des ressources humaines : résoudre la très forte attente des chefs d’entreprise !

Cet état de fait impromptu pourrait très vite devenir le vilain caillou placé de manière sournoise au fond de la chaussure des recruteurs. Si l’on s’en réfère aux chiffres fournis par l’Association nationale des directeurs de ressources humaines (ANDRH), la charge de travail de cette caste corporatiste indissociable à la stratégie opérationnelle de l’outil entrepreneurial pourrait s’alourdir de 77 % dès 2019 compte tenu des immenses besoins des entrepreneurs.

Bref, les cellules RH des entreprises ne devraient pas connaître les instants parfois laborieux de l’oisiveté au cours de ces prochains mois. Y compris en 2019 où d’autres risques, tout aussi importants à maîtriser au sein de l’outil professionnel, devraient refaire surface avec ce retournement positif vers une embellie tant espérée. Il s’agit pour l’un d’entre eux de la revalorisation salariale. Au sein des grands groupes, on estime que le taux d’effort sur la valorisation des salaires pourrait s’élever à 3 % ! Autant dire que, d’âpres négociations pourraient s’engager à court terme entre collaborateurs et dirigeants de société…

Des indicateurs nationaux orientés vers l’optimisme

Il est vrai que les points conjoncturels successifs établis par les observateurs de la vie économique depuis quelques temps confirment le bien-fondé de cette reprise. Et, de facto, son corollaire légitime sur l’emploi. Responsable d’études économiques au sein de la Chambre de Commerce et d’Industrie de l’Yonne, Julien SISSOKO, n’a fait que conforter ces informations lors de son exposé, étayé par power point.

Depuis deux trimestres, la croissance s’est installée de manière progressive en France. Tutoyant presque les 2 % en matière d’augmentation avec un regain de bons de commande qui se traduit vers le secteur industriel. Côté emploi, plus de 100 000 créations de poste sont attendues. Localement, si la courbe des investissements présente une figure géométrique acceptable et si l’export suscite de nouvelles opportunités, en revanche, la balance commerciale de l’Yonne demeure dans le rouge, conservant une position négative.

Grâce au secteur intérimaire, l’emploi enregistre une croissance soutenue sur notre département à hauteur de 20 % (4 600 postes) tandis que le taux de chômage repasse la barre fatidique de 10 %. Ce dernier se stabilise depuis quelques semaines à 9 % même si au global, 26 500 demandeurs d’emplois demeurent en quête du précieux accessit leur permettant une insertion dans la vie sociale.

Parmi les données offrant une réelle vision de l’état actuel des choses sur le territoire, celles concernant la création de nouvelles entreprises (+ 2 %) ou encore le taux de pérennité à trois dans les activités de commerce (+ 60 %). Même le traditionnel bémol qui persistait toujours au niveau de la viabilité des entreprises (leur défaillance) infléchit la tendance avec – 17 % !

Des centaines d’emplois vont se créer dans l’industrie

Quant aux prévisions d’embauche, elles sont ténues dans certaines filières à l’instar de l’industrie qui envisagerait de recruter de nombreuses personnes. D’ailleurs, le seul secteur de l’aéronautique pourrait dépasser la centaine de nouveaux collaborateurs cette année ! Du jamais vu, dans l’Yonne !

In fine, ce sont 20 % des entreprises départementales qui espèrent augmenter leur effectif en 2018. Justifiant les + 2,5 % de taux de croissance en emplois salariés vécus à l’heure actuelle sur le Sénonais, ce qui situe cette zone géographique dans la même dynamique que le Doubs !

La typologie des filières porteuses de ces emplois, quant à elle, ne réserve guère de surprise : ce sont en effet l’intérim et l’industrie qui se taillent la part du lion. Inversement, le domaine de la construction et du commerce piétine et enregistre des soldes négatifs.

Quant aux contrastes territoriaux, ils révèlent que l’Auxerrois (+ 1,9 %) et le Sénonais (+ 1,4 %) se positionnent fort logiquement comme les zones les plus attractives à contrario d’Avallon (étale) et Joigny (- 1,2 %).

Si le commerce de détail se maintient, il n’en est rien, en revanche, au niveau du commerce de gros qui a chuté au niveau de l’emploi. Citons, aussi, parmi les filières où les postes sont les plus recherchés : le transport et l’entreposage, le conseil, le juridique, l’administratif et l’hôtellerie. Du côté des métiers, le magasinage, les relations commerciales, l’assistance adulte, l’assemblage, le tri, le conditionnement, le transport de longue distance et le personnel de cuisine figurent parmi les plus en vue.


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/25/d688666115/htdocs/presse-evasion-2017-07/templates/ts_news247/html/com_k2/templates/default/tag.php on line 99

Impulser une nouvelle vigueur au traditionnel clivage entre la droite et la gauche n’a rien d’utopique pour l’éditorialiste qui a eu l’opportunité d’expliquer sa vision de la politique lors d’une conférence déclinée par le Cercle Condorcet à Auxerre. Rappelant que le véritable socle de l’adhésion au projet d’Emmanuel MACRON ne dépassait pas les 18 %, le journaliste d’Alternatives économiques affirme que les forces de gauche peuvent encore jouer un rôle primordial dans le pays à condition de repartir à la reconquête de son électorat naturel, y compris celui des classes moyennes, et en laissant au vestiaire, cette fois-ci, le volet de la trahison idéologique…

AUXERRE : « Il faut casser définitivement la dynamique inégalitaire qui sévit dans ce pays depuis si longtemps ! ». Débateur hors pair, fin exégète de la vie politique et économique depuis plusieurs décades, Philippe FREMEAUX, figure emblématique de l’intelligentsia de la presse nationale, a fait étape dans l’Yonne il y a peu, à l’occasion de la publication de son dernier ouvrage. Un opus sobrement intitulé : « Après Macron », paru en début d’année aux éditions du Petit Matin.

Abordant tour à tour la laïcité et les communautarismes qui clivent notre société, évoquant le poids de la transition écologique qui ne peut se comparer à un quelconque supplément d’âme destiné aux bobos dans le vent, Philippe FREMEAUX s’est présenté au public icaunais en fervent défenseur de la cause environnementale, base indispensable à l’amélioration de la qualité de vie des classes populaires.

2022 déjà dans le viseur pour anticiper l’après MACRON…

Fustigeant le Front national et ses 35 % d’électeurs, puisés pour une large part parmi cette frange de la population oubliée par les socialistes depuis François MITTERRAND, l’orateur a concentré l’essentiel de ses propos sur la reconstruction de la gauche, après l’ère Emmanuel MACRON.

« Emmanuel MACRON, c’est François HOLLANDE qui sait enfin prendre des décisions moins l’ISF !, plaisante notre confrère en déroulant ses explications analytiques sur le comportement stratégique du chef de l’Etat, l’homme s’est lancé beaucoup de défis. Si ceux-ci ne sont pas relevés, l’enjeu est de reconstruire la gauche pour assurer l’alternance lors des prochaines échéances électorales présidentielles… ».

Chacun fourbit déjà ses armes pour 2022, date butoir si loin et si proche à la fois.

« La crainte serait de subir une alternance liée à une droite radicalisée, poursuit l’homme de lettres, on ne peut bâtir réellement un après MACRON que si certaines conditions sont enfin réunies pour la gauche. Il faut surtout les faire partager à un maximum d’acteurs… Quand MACRON fait l’éloge du premier de cordée, la gauche doit dire qu’elle incarne une égalité véritable des possibles via le logement, la santé et la défense des retraites, ce qui est loin d’être le cas aujourd’hui… ».

Une gauche incapable de mettre en place un programme socio-démocrate

Constatant avec amertume que la gauche n’a pas su aborder le nécessaire virage inspiré par les idéaux socio-démocratiques, Philippe FREMEAUX a le sentiment que 1983 fut une année charnière quand François MITTERAND a trahi les siens.

« La gauche a été incapable de porter cette vision nécessaire du progrès, en essayant d’éradiquer réellement le chômage de masse. L’accompagnement économique n’a pas suivi tandis que la construction européenne a été instrumentalisée. De là, est apparue la puissante progression du Front national… ».

Seule la période de gouvernance incarnée par Lionel JOSPIN trouve grâce aux yeux du conférencier. « C’est l’un des rares à avoir fait ce qu’il avait annoncé ! Son discours séduisait les classes moyennes et populaires avec du réalisme macro-économique, mis en œuvre autour d’une réforme audacieuse qui se traduisait par l’adoption des 35 heures… ».

Sévère sur la politique appliquée par François HOLLANDE (« il a tenté de reproduire MITTERRAND en moins bien »), le journaliste reste catégorique dans son jugement : « Il a dit qu’il avait réussi au terme de son quinquennat : en vérité, ce fut un bide, avec cette politique de falot… François HOLLANDE est resté prisonnier de son logiciel qu’il a appris durant ses études ! ».

Critiquant l’ancien pensionnaire de l’Elysée pour son manque de discernement sur le devenir de l’Europe, l’orateur s’interroge sur l’absence d’un nouveau programme orienté vers l’emploi des jeunes qui n’a jamais vu le jour.

Quant à Benoît HAMON, malheureux candidat à la dernière présidentielle avec ses 6 % de suffrages, « il possédait une vision trop pessimiste de la société pour convaincre les classes populaires ». Même si le revenu universel et les vraies attentes sociales (santé, retraite, éducation…) que ce dernier avait mis en exergue durant sa campagne auraient pu séduire l’opinion.

La République en marche, parti peu structuré mais très hégémonique

Quant au président actuel, il a bénéficié du terreau nécessaire favorisant son accession au pouvoir suprême. La volonté du « dégagisme » parmi la classe politique, la convergence affirmée de cesser les querelles de comptoir entre la gauche et la droite, sont autant d’arguments ayant parachevé le succès du jeune prodige de 39 ans au palais de l’Elysée. Toutefois, dubitatif, Philippe FREMEAUX questionne l’assistance sur les alternatives possibles à l’instant « t ».

« C’est clair, précise-t-il goguenard, on ne sait pas où vont les socialistes : si rénovation il y a, c’est hors les murs ! Quant aux écologistes, ils ont totalement disparu du paysage de l’Assemblée nationale : il plane une incertitude sur leur positionnement. A droite, la physionomie n’est guère enviable : divisée, laminée, elle se cherche un leader charismatique mais ne le trouve pas. Le Front national traverse une crise identitaire importante avec la perte de crédibilité de sa dirigeante qui aura manqué totalement son rendez-vous avec les Français au soir d’un certain débat télévisé. Quant à la France insoumise, certes, le mouvement dispose d’un leader au charisme évident mais il s’est isolé en cultivant son rôle de premier opposant en permanence. Tout cela profite à Emmanuel MACRON qui a choisi d’occuper une position centriste avec LREM, jeune mouvement qui est peu structuré mais très hégémonique… ».

Alors, cette victoire de mai 2017 est-elle réellement un concours de circonstance ? « Oui, affirme Philippe FREMEAUX, objectivement, le futur président de la République a été pris au dépourvu car il ne s’y attendait pas. Ce n’est ni un orateur ni une personne empruntée d’une réelle aura. Mais, il a su incarner au bon moment la promesse d’un changement radical populaire qui ne voulait pas de l’extrême droite ni de Benoît Hamon ni de la France insoumise et encore moins des Républicains… Bref : c’est un ralliement avec des composantes de la droite modérée et une gauche réaliste qui ont conduit le jeune candidat à la tête de l’Etat… ».

Captant une belle prise de guerre dans le camp des écologistes (Nicolas HULOT), caressant dans le bon sens du poil les partisans de la suppression de l’ISF, séduisant le patronat avec une réelle volonté d’accélérer enfin les processus de la relance économique, éradiquant du paysage, en partie, la taxe d’habitation en saupoudrant de justice sociale et en balayant les conservatismes, Emmanuel MACRON a su redonner de l’espoir à la nation toute entière au lendemain de son élection. Sachant que celles et ceux qui lui ont accordé sa voix ne souhaitent pas son échec, au risque de conforter au pouvoir la droite radicalisée ou les extrêmes.

Louables intentions, mais pour combien de temps ?

Certains corporatismes comme les cheminots et les syndicats d’ouvriers, mais aussi les professionnels de santé ou des milieux agricoles, pourraient très vite perturber la ligne actuelle de la politique gouvernementale. Eu égard à l’actualité sociale.

« Tous ceux qui espéraient davantage de libération démocratique de la part du macronisme sont déçus !, assène Philippe FREMEAUX.  

Le chemin conduisant à la réélection de l’actuel président sera soit parsemé d’embûches soit à vivre comme un véritable parcours du combattant…


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/25/d688666115/htdocs/presse-evasion-2017-07/templates/ts_news247/html/com_k2/templates/default/tag.php on line 99

Depuis peu, les bornes de recharge de l’Yonne sont accessibles aux propriétaires de véhicules électriques de l’Europe entière.  L’association de ces trois incontournables de la transition énergétique offre désormais la possibilité aux possesseurs d’automobiles électriques de bénéficier de solutions de recharge à travers le continent européen. Cette avancée fulgurante démocratisera un peu plus l’usage de ces véhicules de demain grâce à l’apport de bornes exploitées par le Syndicat départemental d’énergies de l’Yonne (SDEY). Localisées et utilisables par les usagers de tous les opérateurs de services du réseau inter-charge de la société HUBJECT, ce dispositif de recharge électrique originellement implanté sur notre territoire rejoint un réseau d’infrastructures accessible à travers quatre continents…

SAINT-DENIS : Propriétaire de 4 000 kilomètres de réseaux, le Syndicat départemental d’énergies de l’Yonne, cher à son président Jean-Noël LOURY, veille au maintien d’un service public performant dans le domaine de la distribution d’énergie tout en optimisant la qualité et la sécurité. Gérant pour le compte de communes adhérentes les réseaux d’électricité et de gaz, la structure n’en demeure pas moins un acteur fondamental de la mobilité électrique au nord de la Bourgogne Franche-Comté.

Déjà en 2016, l’idée d’un tel attelage s’imposait dans les esprits…

Partant sur le simple postulat qu’il est nécessaire de procéder à des investissements pour que le territoire de l’Yonne reste attractif et de se doter des moyens participatifs indispensables à cette politique, le SDEY a franchi une nouvelle dimension en rejoignant le réseau inter-charge de la plateforme eRoaming, conçue par la société HUBJECT.

Cette dernière, apparue en 2012, assure la connexion entre les opérateurs de bornes de recharge électrique et ceux qui interviennent au niveau de la mobilité en offrant aux utilisateurs de véhicules électriques un accès inédit et facilité aux infrastructures de recharge par ladite plateforme.

La réflexion ne date pas d’hier. Déjà en 2016, le président du syndicat d’énergie qui sera le premier de France à intégrer ce réseau inter-charge, avait validé cette décision qui pousse le SDEY à entrer de plain-pied dans le concert international.

Dans l’absolu, et en acceptant de rejoindre la plateforme, le syndicat départemental de l’Yonne y côtoie un solide auxiliaire qui se matérialise par la structure SPIE CityNetworks. Spécialiste des réseaux de recharge destinés aux voitures électriques, cette filiale de l’imposant poids lourd du BTP, de l’énergie et des communications (5,1 milliard d’euros de chiffre d’affaires pour 600 sites répartis dans 38 états et employant 38 000 collaborateurs), ouvre toute grande la porte à un très grand nombre d’utilisateurs européens qui auront ainsi l’accès aux fameuses bornes déployées sous le pilotage du SDEY !

Cette fenêtre sur l’Europe répond aux intentions louables du président LOURY : « nous avons toujours cru en l’innovation et au développement de la mobilité durable. Grâce à ce partenariat inédit, nous souhaitons donner aux conducteurs de véhicules électriques la possibilité d’accéder à différents pays et régions, au-delà même de la Bourgogne… ».

Praticité, fiabilité, durabilité : les items vertueux de cette collaboration

Dans sa phase de concrétisation, la filiale de SPIE prendra en charge l’installation, la supervision, la maintenance et l’exploitation technique et commerciale des bornes de recharge. Cette offre viendra en complément de celle d’HUBJECT, déployée pour la première fois dans l’Yonne, qui place l’expérience utilisateur au cœur de ses réflexions.

« Notre objectif est de fournir aux syndicats d’énergie des solutions innovantes tournées vers l’avenir et au profit des usagers. Les réseaux de recharge internationaux et multi-opérateurs comme inter-charge nous aident à garantir une expérience de recharge aisée pour les conducteurs de véhicules électriques. HUBJECT représente un leader innovant sur le marché de l’itinérance depuis de nombreuses années. En plus de la fiabilité de ses services, il offre une gamme étendue d’options à forte valeur ajoutée », a déclaré Daniel BEAUBOUCHEZ, responsable digitalisation et innovation chez SPIE CityNetworks.

Gageons que les 3 400 collaborateurs qui interviennent depuis les 130 implantations de cette filiale feront le nécessaire pour optimiser cette nouvelle stratégie en faveur de la transition énergétique en France mais aussi sur l’ensemble du Vieux Continent


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/25/d688666115/htdocs/presse-evasion-2017-07/templates/ts_news247/html/com_k2/templates/default/tag.php on line 99

Originaire de Bourgogne, le talentueux chef du « REBSTOCK La Petite Provence » à Heilbronn quittera le temps du défi culinaire proposé par le CIFA de l’Yonne ce mercredi 21 mars à Auxerre son territoire de prédilection, le Baden-Würtenberg, qui lui a permis aux côtés de son épouse Béate d’obtenir un Bib gourmand et deux fourchettes au Michelin depuis 2011. Adepte d’une savoureuse cuisine provençale qu’il mitonne dans son établissement gastronomique allemand, Dominique CHAMPROUX aura à cœur de montrer à ses pairs le chemin parcouru depuis une trentaine d’années vécues dans le pays de Goethe.

HEILBRONN (Allemagne) : Sélectionné parmi les treize meilleurs des dix mille restaurants répertoriés dans le haut du panier chez nos voisins d’Outre-Rhin, le « REBSTOCK La Petite Provence » possède un palmarès éloquent auprès des aficionados et des critiques de la gastronomie.

Depuis le 06 juillet 2010, c’est la toque française, Dominique CHAMPROUX, en compagnie de son épouse, qui préside à la destinée si particulière de cette table couronnée par les plus grandes références de ce segment incontournable des arts de vivre.

L’une des plus belles cartes de visite en Allemagne…

Qu’il s’agisse du Gault et Millau, de Varta, de Schlemmer Atlas, de Gusto et Berstellmann : le verdict dans l’appréciation professionnelle de cette étape culinaire est sans appel. Grâce à son chef bourguignon, natif de la Nièvre, l’établissement intègre aujourd’hui les meilleures références de la gastronomie internationale en Allemagne. Même « American Express » lui a attribué le titre d’un des meilleurs services et accueil proposé pour l’année 2014.

C’est peu dire que le retour du seul régional de l’étape de cette édition IRON COOK 2018 est attendu comme celle du Messie. Et que les mémoires ravivées des plus anciens représentants du jury, articulé autour de douze personnes, fonctionneront au quart de tour pour se souvenir de l’excellent parcours effectué par l’enfant prodige qui avait su décrocher en 1985 le CAP option cuisine au lycée professionnel de Cosne sur Loire.

« Après des années d’expérience en Angleterre, en Allemagne et en France, au détour de restaurants étoilés ou trois toques au Gault et Millau), j’avais envie de voler de mes propres ailes, explique Dominique CHAMPROUX, quand vous êtes employé au sein d’une maison, vous avez toujours des entraves qui vous empêchent de réaliser vos désirs. Dès que vous basculez dans l’entrepreneuriat, vous gagnez en liberté. Aux côtés de mon épouse, nous avons construit ce restaurant dont elle est l’âme à part entière. Elle me laisse le temps libre pour que je puisse travailler à mon inspiration, même s’il est parfois difficile de concilier vie privée et vie professionnelle… ».

Vivre avec la pression mais être fier de son engagement professionnel

Malgré les vicissitudes engendrées par un quotidien débordant de créativité et d’énergie, le couple conserve le cap en cette nouvelle année 2018. Avec des ambitions mesurées qui n’ont d’autres objectifs que de satisfaire une clientèle fidèle à la cuisine hexagonale, avec six à huit nouveaux plats proposés à la carte cette saison.

« Depuis sept ans, le Bib gourmand qualifie notre savoir-faire, concède Dominique CHAMPROUX, à l’instar des 13 points que Gault et Millau nous a accordés. Quelle que soit l’horaire choisi, j’aime me lever le matin en retrouvant au fond de moi cette petite étincelle qui nourrit la passion que j’éprouve pour ce métier, incontestablement le plus beau du monde selon moi. Même si, tous les jours, nous vivons avec une pression que nous supportons volontiers sur nos épaules et dans nos cœurs… ».

Il est vrai que se positionner à la toute première place des restaurants de la ville d’Heilbronn (140 000 habitants) et être considéré comme l’un des 350 meilleurs établissements culinaires en Allemagne ne permettent pas au hasard de prendre les rênes de sa destinée. Seuls le travail, le perfectionnisme et l’abnégation demeurent les garants d’une telle réussite…

Un chef rodé à la dynamique des concours, souvent titré et bien placé

Depuis septembre 2005, Dominique CHAMPROUX a accumulé les participations à des concours professionnels vertueux dans sa quête à s’accorder du plaisir et surtout à le partager. Demi-finaliste du trophée du cuisinier de l’année 2015 à Salzburg en Autriche, le Bourguignon possède déjà des titres de noblesse grâce à quelques retentissantes victoires obtenues çà et là : comme au concours de la cuisine des fromages à Lyon (2007) ou au concours national de l’Accord parfait de Talence.

Grand favori de l’épreuve auxerroise, Dominique CHAMPROUX ? Incontestablement, même si le garçon demeure très humble et respectueux envers ses futurs adversaires.

« Je pense que ce concours avec l’âge de Thierry LAMBERT (52 ans) et le mien (50 ans) deviendra très vite un combat de générations, des plus existants ! Personnellement, ma présence se traduit au niveau mental avec beaucoup de sérénité. D’ailleurs, ce qui compte le plus pour moi aujourd’hui, ce n’est pas le classement mais le fait de concourir. Même si je termine à la quatrième et dernière place du classement, mes clients reviendront quand même. Partout, dans ces épreuves complexes à gérer tant au niveau physique que psychologique, il existe un lauréat et un dernier. Mais, au final, nous aurons tous gagné ce mercredi en ayant pu accéder à l’un des quatre fauteuils de finalistes de ce défi hors du commun… ».

Une cuisine provençale malgré ses racines bourguignonnes…

Quant aux thèmes de ce challenge Icaunais pertinent, incluant le travail du sandre et des écrevisses, cela plonge Dominique dans sa prime jeunesse.

« Mes parents étaient pêcheurs et moi enfant, je les accompagnais les pieds dans l´eau avec mes bottes en caoutchouc. Je ramassais les écrevisses à la main qui se cachaient derrière les pierres mouillées. Concernant l´agneau, la viande numéro 1 en Provence et les produits exotiques que l´on travaille en hiver, surtout quand il n´y a pas grand-chose sur le marché, représentent une belle source d’inspiration… ».

Adepte de la cuisine Nature, celle qui se conçoit avec un grand « N » en respect avec tout ce quelle produit naturellement (herbes, fleurs, arbres) mais aussi par le biais de petits producteurs, Dominique CHAMPROUX aborde son art telle une aventure finement ciselée au fond de l’assiette. Invitant ainsi à une véritable promenade dans la nature ses clients qui, au fil de leur dégustation, découvriront des recettes avec des goûts, des structures et des couleurs différents mais toujours dans le respect du terroir. Celui de la Provence ! Même s’il aime et respecte sa Bourgogne natale…Curieux paradoxe pour celui qui a eu droit au feu des projecteurs médiatiques de la télévision allemande et de grands quotidiens nationaux.


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/25/d688666115/htdocs/presse-evasion-2017-07/templates/ts_news247/html/com_k2/templates/default/tag.php on line 99

Opérationnel depuis le 19 février, ce système décisionnaire applicable au développement stratégique de la structure permet à la fondatrice de la société Fanny VIAUT d’exercer son métier en parfaite intelligence, corrélation et coordination avec sa nouvelle associée, Cyrielle AUGEAT-MALTER. Issue des milieux bancaires, cette détentrice de diplômes financiers renforcera le pôle de compétences de la jeune entreprise autour du graphisme et de l’animation des réseaux sociaux, vecteurs indispensables à la propagation du savoir-faire de ce duo 100 % féminin, spécialisé dans la communication web/print en Bourgogne Franche-Comté. Voire au-delà…

AUXERRE : Modéliser et consolider un précepte fonctionnel devant amener à la recrudescence d’activités et une hausse de chiffre d’affaires dans leur domaine de prédilection ; voilà ce qui anime en cette période printanière le nouveau tandem de la communication web/print régional.

Tel un cadeau déposé au pied du sapin de Noël, COMMUNIK & VOUS a vu le jour courant décembre 2014 alors que sa jeune fondatrice, Fanny VIAUT, occupait son emploi du temps à suivre encore les cours du troisième cycle à l’IFAG d’Auxerre. Alternante au sein de « L’Hostellerie des Clos » à Chablis, la jeune fille profite de cette excellente opportunité pour initier son propre blog culinaire, prémisse de ce qui deviendra par la suite sa future agence de communication.

Se doter d’un clone qui fera jeu égal avec l’entrepreneur dans sa faculté d’avancer

D’auto entreprise originelle, COMMUNIK & VOUS se muera en une EURL dès 2017 à la crédibilité reconnue et l’efficacité performante. Face à la progression constante du volume d’affaires, Fanny VIAUT n’avait d’autres alternatives que de se renforcer. Mais pas de la manière usuelle en recrutant un simple collaborateur…

« Je ne crois pas à l’embauche de salariés dans la filière de la communication, affirme-t-elle, ce secteur requiert une amplitude horaire très souple avec une somme de disponibilité et de réactivité qu’il faut savoir accorder à sa clientèle. En fait, dans le schéma tactique que je m’étais imaginée, organiser le temps de travail en accueillant une collaboratrice à former ne se concevait pas. J’avais plus besoin d’un clone qui assure le suivi et le développement des dossiers en cours avec une vision partagée de l’esprit d’entreprise… ».

Qui d’autre que Cyrielle AUGEAT-MALTER, une amie de dix ans, aurait pu interpréter aussi brillamment cette partition ?

Proposant à la jeune femme d’intégrer la structure en qualité d’associée et de cogérante en étant sur la base d’un actionnariat minoritaire, Fanny VIAUT s’entoure d’une partenaire de choc. Soucieuse de prendre des responsabilités dans le monde du travail, la jeune femme de 25 ans apportera une incontestable plus-value en matière de graphisme, de développement des réseaux sociaux mais aussi des relations publiques. Un outil nécessaire pour développer le business.

Une stratégie qui s’avère payante avec de nouveaux clients chaque jour…

« Nous possédons toutes deux la même complémentarité sur l’approche marketing du client, stipule Cyrielle AUGEAT-MALTER, un client ne se résume pas à un chiffre ni à un compte de résultat. Bien au contraire, c’est par le biais de ces contacts qu’une entreprise comme la nôtre rapporte de la valeur ajoutée et de l’enrichissement, tant au plan intellectuel ou humain… ».

L’agence de communication d’Auxerre agrège la contractualisation de sa clientèle autour de formules packagées. Depuis la création de logo muni de leur fichier vectorisé, jusqu’à la refonte de sites multimédia, le référencement naturel et payant, le community management et l’animation des réseaux.

En parallèle, la société qui aborde sa quatrième année d’existence décline sur le volet papier les prestations graphiques globales tout en initiant des campagnes d’affichage ou la conception de kakémono et de cartes de visite. Externalisant certaines offres de service avec des spécialistes de l’image (photographie, vidéo…) qui agissent en prestataires, l’agence dispose in fine de l’ensemble des pièces maîtresses pour imposer son jeu parmi un environnement concurrentiel.

Accueillant chaque un jour, un client supplémentaire de plus à déposer dans l’escarcelle, COMMUNIK & VOUS souhaite ainsi réinventer la communication utile et efficiente auprès de ses partenaires, dans le paysage aujourd’hui saturé et très complexe du fait de ses étapes évolutives de la communication. Etre deux pour aborder ce marché en croissance ne peut être qu’un atout…


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/25/d688666115/htdocs/presse-evasion-2017-07/templates/ts_news247/html/com_k2/templates/default/tag.php on line 99

Articles

Bannière droite accueil