L’évènement se déroulera à Tonnerre au soir du 12 décembre. Il a pour objectif de saluer les initiatives qui redonnent du sens à la dynamique du territoire. Trois catégories, création et reprise d’entreprise, mutualisation et économie circulaire, développement économique, offriront une excellente opportunité aux entreprises mais aussi aux milieux associatifs du Tonnerrois de se distinguer face à un jury de professionnels. Le dépôt des dossiers sera clos à la date du 15 octobre…

 

TONNERRE : Participer à la première manifestation d’envergure portée par la jeune structure associative du Tonnerrois n’est guère complexe dans la réalité. Il suffit pour cela de télécharger le dossier d’inscription mis en ligne sur le site de l’association et de le retourner expressément à ses responsables.

L’intérêt de concourir est double : bénéficier de la médiatisation faite autour de ce projet et surtout accroître la notoriété de son outil de production en cas de victoire dans l’une des trois catégories, servant de référence à ce premier rendez-vous.

Depuis plusieurs mois, Eric MONNOYER, président de l’Association des Entrepreneurs du Tonnerrois, et les membres de la structure voulaient créer un événementiel digne de ce nom afin de rendre les initiatives économiques de ce secteur géographique beaucoup plus visibles.

Aidé en cela par le Centre de Développement du Tonnerrois (CDT) et sa responsable, Hélène COUASSE, le président de l’AET a peaufiné lors de la trêve estivale ce volet essentiel de la stratégie de communication indispensable à son organisme.

Un minimum attendu d’une vingtaine de dossiers de candidature…

Ce Prix AET 2017 concerne de prime abord l’ensemble des acteurs économiques du cru, de l’artisanat au commerce, mais également de la filière des métiers de services et l’industrie. Y a été ajouté le tissu associatif. Les organisateurs tablent sur la récupération d’une vingtaine de dossiers avant le 15 octobre, date butoir des inscriptions. Cela crédibiliserait davantage un concept novateur qui serait réitéré sous cette forme dès l’automne 2018.

Présente aux Rencontres industrielles de Bourgogne Franche-Comté  le 28 septembre à Auxerre, l’Association des Entrepreneurs du Tonnerrois comprend à ce jour 62 membres. Un chiffre qui est loin d’être définitif puisque de nouvelles recrues ont rejoint ce réseau né le 08 juillet 2015 dès la première séance de travail de septembre.

C’est le cas de Patrick DERATE, accompagné de son épouse Isabelle, qui ont eu le loisir d’évoquer leur présence au Salon APS de Paris avec leur société FIRE CONCEPT FORMATION. Implantée à Lézinnes, elle est l’unique entreprise en France à décliner un concept de matériel intelligent employé dans le cadre de formations incendie auprès des entreprises et des collectivités.

L’école des managers pour gagner en performance…

Accueillis dans les locaux de la Brasserie de Chablis, les adhérents de l’AET ont pu profiter en parallèle de l’intervention de Jean-Pierre LANTERNIER, de la Chambre de Commerce et de l’Industrie de l’Yonne, en charge de l’école des managers.

Ce dispositif d’accompagnement prépare au diplôme de dirigeant d’entreprises, un cursus validé par l’Etat. Deux cents entrepreneurs issus des PME/PMI ont bénéficié de cette formation depuis une vingtaine d’années, selon des cycles prévus en trois phases : diagnostic de l’entreprise, connaissance des leviers d’action et mise en œuvre du projet. La prochaine session sera opérationnelle du 20 octobre au 21 décembre 2018 à Auxerre.

Leader du solaire photovoltaïque en France, la filiale de l’opérateur EDF présentera un nouveau concept révolutionnaire lors du dix-huitième rendez-vous des Rencontres industrielles de Bourgogne Franche-Comté le 28 septembre à Auxerre. Ce générateur au look floral, pour le moins insolite et surtout très design, baptisé la SMARTFLOWER, livrera tous ses secrets en matière de production d’énergie ce jour-là au public…

 

AUXERRE : Une décennie après avoir conçu et commercialisé les premières offres solaires photovoltaïques pour les particuliers et les professionnels en France, la filiale à 100 % d’EDF Energies Nouvelles propose un générateur new-look aux aspects très futuristes. Quelques villes l’ont déjà adopté dont la seconde métropole de l’Hexagone, Lyon qui produira environ 3 400 kWh par an.

On l’aura compris ce générateur, à l’évocation étymologique « californienne » de l’époque sixties, n’a d’autre objectif que de produire de l’électricité pour la consommer ensuite.

Destiné aux particuliers soucieux de l’environnement et attachés à l’esthétisme de leur habitation, cet appareillage à la silhouette végétale intéresse aussi les acteurs de l’économie, qu’ils soient entreprises ou collectivités locales. Bref, les producteurs d’énergie verte disposent dorénavant d’un outil de travail à forte potentialité au niveau de la communication, faisant converger de manière inexorable l’ensemble des regards se situant à proximité.

Un concept à haute technicité…

Les douze pétales de cette fleur, à l’ossature un peu particulière, offrent une surface solaire de 18 mètres carrés. Quant à la production moyenne d’électricité, elle s’élève à 3 500 kWh sur une année. Mais, ce chiffre varie d’une région à l’autre selon la présence des vents et du taux d'ensoleillement. A l’aide de son système « Plug & Play », ce générateur futuriste permet au client de consommer sa propre production d’énergie électrique de manière très simple.

Grâce à cet instrument, conçu en Autriche, la filiale d’EDF Energies Nouvelles occupe une place privilégiée à l’heure actuelle sur le marché, en rupture totale avec les produits traditionnellement commercialisés dans ce domaine.

Installé en dehors des toitures contrairement aux usages, ce procédé photovoltaïque est mobile. Ses pétales, à la manière d’un tournesol, se déploient dès le lever du soleil et l’apparition des premiers rayons de lumière. Puis, l’ensemble technologique suit la course de l’astre diurne selon un double axe horizontal et vertical. L’apport de ce mouvement optimise par ailleurs le rendement de production électrique de plus de 40 % par rapport à un système équivalent fixé sur un toit. Enfin, avec la chute du soleil derrière l’horizon, l’incroyable végétal se referme de façon automatique…

Un système qui se décline sous trois variantes…

 Intégré au portefeuille commercial de la filiale solaire d’EDF depuis 2015, la SMARTFLOWER présente différentes formes : la version Pop classique, la Pop e, posée avec une borne de charge pour véhicules et vélos électriques, et la Pop +, soit un système de batterie proposant du stockage intégré.

Branchée au tableau électrique d’un bâtiment, la SMARTFLOWER peut ensuite produire de l’électricité pour le compte de son utilisateur. Un onduleur est préinstallé dans le carénage de la fleur. De ce fait, en cas de déménagement, le consommateur débranchera lui-même l’appareil et l’emportera avec lui sur son nouveau lieu de résidence.

Mairies et écoles mais aussi les hôtels, les restaurants et les centres de loisirs constituent aujourd’hui le socle prioritaire des cibles professionnelles visées par EDF ENR Solaire. Mais, l’entreprise n’en a pas oublié pour autant les 13 000 particuliers, devenus depuis ses clients…

A l’occasion de la huitième édition de cette incitation nationale à la découverte des plaisirs culinaires, trois établissements de l’Yonne, l’Hostellerie des Clos à Chablis, la Boucherie à Auxerre et le Soleil d’Or à Montigny la Resle renouvellent l’expérience vécue avec enthousiasme par leurs responsables, l’année dernière. Le succès fut au rendez-vous pour ces établissements, engendrant d’excellentes retombées économiques à l’issue de cette participation...

 

AUXERRE : Le principe de ce rendez-vous qui se prolongera jusqu’au 01er  octobre se veut simple. Pour un menu acheté, celui de la personne accompagnante est offert à l’identique ! Un précepte sympathique qui caractérise une action ludique, soutenue par les restaurateurs de la France entière : ils seront encore plus de 1 200 professionnels à y prendre part cette année.

« Votre invité est notre invité » : un leitmotiv à la base de cette animation

Mais, seulement trois établissements localisés dans le département de l’Yonne y prendront part : l’Hostellerie des Clos à Chablis, la Boucherie à Auxerre et Le Soleil d’Or à Montigny la Resle. Un comble pour un territoire, réputé au niveau des vertus de sa gastronomie et la quintessence de ses vignobles !

Nonobstant ce désintérêt de la corporation pour cette campagne incitative, les trois structures participantes devraient se reconnaître dans la devise nationale qui explique ce rendez-vous : «  Votre invité est notre invité ! ».

Ce petit gimmick ne laissera pas insensible les épicuriens ! Campagne promotionnelle en faveur de la découverte de la gastronomie et des arts de vivre à la française, l’animation revient à chaque automne avec de louables intentions : faire partager au plus grand nombre les joies et plaisirs de la maîtrise culinaire au fond de l’assiette.

La clientèle en redemande chaque année…

A titre d’exemple, chez Jean-Paul BAUJARD, du « Soleil d’Or », la stratégie voulue autour de cet événement, s’explique ainsi : « Nous souhaitions poursuivre cette initiative qui s’est avérée très probante à bien des égards lors de la précédente édition. La clientèle a eu tout le loisir de déguster une cuisine authentique où les saveurs dominent la texture de chaque plat. Ce rendez-vous est aujourd’hui très attendu des gastronomes…et de celles et ceux qui désirent s’initier à une autre forme de cuisine…».

Les recettes allieront fraîcheur et succulence autour d’une ballotine entre terre et mer, d’une nage de gambas sur lit de risotto sauce safranée aux pistils de l’Yonne et sur la tendreté d’un quasi de veau, servi avec sa tartelette fine d’artichaut « barigoule », une variété plus petite de ce produit symbole de Bretagne, de ses fruits rouges et de ses champignons…Le reste étant à découvrir sur place !

Du côté de l’Hostellerie des Clos à Chablis, le chef Antony SALLEGE a concocté pour cette nouvelle édition un menu découverte de très belle facture à base de homard au saumon fumé accompagné de sa gaufre aux herbes, un filet de merlu poché au cerfeuil tubéreux et en guise de plat de résistance un roulé de volaille à la truffe de Bourgogne. Le dessert ne manquera pas de ravir les amateurs de chocolat !

L’évènement commercial et festif de l’automne débute ce mercredi 13 septembre dès 10 heures. Six longues journées de rencontre, divertissement et découverte plus ou moins insolites composeront ce rendez-vous fréquenté la saison dernière par plus de 30 000 visiteurs. L’accent sera déployé autour de l’angle culturel et musical grâce à la présence d’une cohorte d’artistes, exotiques et locaux…Un moyen sympathique de conjuguer l’utile à l’agréable pour celles et ceux qui y feront des affaires !

AUXERRE : Grâce à une journée d’ouverture supplémentaire par rapport à l’édition précédente, la foire d’Auxerre se distingue déjà dans sa forme conceptuelle. Ses 12 000 mètres carrés d’exposition, répartis en trois pavillons et deux chapiteaux, devraient permettre aux 180 exposants dont 80 % d’entreprises locales d’y trouver leur compte et de pouvoir s’exprimer pleinement sur leurs espaces.

L’envie de moderniser ce support communicatif ne date pas d’aujourd’hui pour l’équipe organisatrice ayant à sa charge la destinée du site. Les nouveautés étaient en nombre en 2016 ; occasionnant un net regain d’intérêt de la part d’un public parfois en dilettante autrefois. Certains en venant presque à regretter les lointaines foires qui venaient s’ancrer sur les quais de l’Yonne !

En 2017, la foire promet d’être séduisante avec ses expériences originales et multiples. Une escapade au temps des dinosaures y sera proposée ; de même, l’Air Parc qui avait obtenu un franc succès l’an passé avec ses modules gonflables procurera son lot de défoulement garanti aux jeunes enfants mais aussi aux adultes désireux de conserver leur fougue ! A tester pour les amateurs de sensations fortes : la VR Machine, un simulateur 5 D mettant les sens en éveil !

Des univers professionnels à forte identité

Les différents espaces de l’infrastructure, celle-ci a subi une cure de jeunesse pour la circonstance, accueilleront les pôles incontournables de l’activité commerciale inhérente à ce rendez-vous : l’habitat, du gros œuvre à la décoration, sans omettre l’isolation, le chauffage et les nouvelles énergies ; l’alimentaire avec les produits du cru à l’instar des vins, champagne, salaisons, fromages, confiseries et autres bonbons artisanaux ; l’esthétisme et la mode, trois thématiques essentielles où les produits naturels aux vertus thérapeutiques côtoieront l’équipement de la personne et les articles de mode ; l’automobile et la mécanique avec une large gamme de véhicules présentées par les concessionnaires de la région mais aussi des camping-cars, des quads et des motos ; la culture et les loisirs où l’on notera la présence de l’écrivaine Marie-Claude CASSEGRAIN pour deux séances de dédicace les 16 et 17 septembre (« L’Improbable complicité » paru aux éditions CNK).

Mais, cette année, la foire d’Auxerre fêtera aussi les cariocas du Brésil (un an après les Jeux Olympiques, certes) et les antipodes en recevant des danseurs sud-américains et tahitiens. Quant aux récitals de la chanteuse Indra ou de Jessy MATADOR, ils prolongeront ces moments de fête tard dans la soirée…

Depuis le 01er juin, le réseau commercial de l’assureur mutualiste GROUPAMA Paris Val de Loire accueille toute personne ayant besoin d’une carte grise à la suite d’un achat automobile. Ce nouveau service, qualifié de citoyen par ses auteurs, se décline en collaboration avec un partenaire, « cartegrise.com ». Ce système avantage le possesseur du véhicule, en lui faisant gagner beaucoup de temps, et aussi…de l’argent !

 

SENS : Responsable du marché des particuliers sur le nord de l’Yonne, Loïc CHIRIOT est parti d’un simple postulat pour suggérer l’implication stratégique de l’entreprise dans ce projet.

« Ce n’était qu’une question de pure logique, explique-t-il, car pour assurer un véhicule, nous avons besoin du permis de conduire, d’un relevé d’information sur les trente-six derniers mois et de la carte grise, obtenue sous un délai d’un mois. Je me suis aperçu après analyse qu’il existait un vrai cadre de non-conformité sur les cartes grises. La plupart du temps, ces documents ne sont pas fournis dans le mois qui suit leur souscription. Deux raisons à cela : la durée de traitement en préfecture et le manque de temps pour les assurés car il n’est guère aisé quand on est actif de se rendre disponible en semaine aux horaires de bureaux pour effectuer les démarches nécessaires… ».

Une prise en charge globale des aspects administratifs

Précision qui possède son importance : si cette pièce administrative n’est pas conçue dans ce fameux delta temporel de trente jours, une amende qui s’élève à 135 euros peut s’appliquer au futur acquéreur du véhicule. L’absence de carte grise dans le portefeuille de l’automobiliste, en outre, peut même aboutir à…deux ans d’emprisonnement...

Pour contourner ces problématiques délicates, la direction de GROUPAMA Paris Val de Loire a décidé de mettre en place un véritable service clientèle en prenant à sa charge toutes les démarches administratives. En les traitant, du lundi au samedi en agence, en face à face avec le sociétaire.

« En fait, ajoute Loïc CHIRIOT, afin d’éradiquer les tracasseries habituelles liées à l’attente de ce genre de démarche, nous créons ensemble le dossier et gagnons un temps considérable…Le coût, lui, reste très modique pour la personne…».

Quelques mois après la mise en route de cette phase expérimentale au sein du groupe (seule la caisse régionale Paris Val de Loire la teste à l’heure actuelle), les retours s’avèrent très positifs pour celles et ceux qui en sollicitent la demande.

« Jusqu’alors, nous étions le troisième interlocuteur rencontré après le garage et la banque. Le fait de pouvoir gérer les cartes grises nous positionne dorénavant après le garage, voir le vendeur particulier. Nous répondons donc à l’ensemble de l’administratif qui entoure le véhicule, nous l’assurons, nous le finançons et nous l’immatriculons » confirme le cadre de l’assureur mutualiste.

Déjà 300 documents effectués depuis le lancement de ce nouveau service

Aujourd’hui, sur la zone de couverture de GROUPAMA Paris Val de Loire dont celle de l’Yonne, les sociétaires reçoivent leur carte grise sous une semaine de délai, après envoi du dossier initial.

Et Loïc CHIRIOT de conclure : « Pour nous, les délais ont été raccourcis car nous sommes en copie du mail adressé au sociétaire ; de ce fait, nous possédons les documents nécessaires sous un délai maximum de cinq jours... ».

Côté chiffres, plus de 300 cartes grises ont déjà été réalisées dans la caisse régionale dont une centaine d’unités pour le seul territoire de l’Yonne. Cet acte citoyen se veut différenciant pour l’entité, à l’heure actuelle seule structure à proposer cette prestation parmi les professionnels de l’assurance.

Articles

Bannière droite accueil