Plébiscitées avec enthousiasme par les partenaires de l’équipe pro lors de la cérémonie protocolaire des vœux, les filles de la parfaite entente entre l’AJ Auxerre et le Stade Auxerrois sont promises à un bel avenir sportif. Même si l’expérience doit encore s’aguerrir au fil des rencontres-la formation n’a été portée sur les fonts baptismaux qu’à l’issue de la saison dernière-, tous les espoirs sont aujourd’hui autorisés à la lecture des premiers résultats. Alignant sept victoires en huit matches au terme de la première phase de leur championnat, elles rêvent de gravir les marches et d’accéder à l’étage supérieur !

AUXERRE : Le calendrier de la seconde phase de la compétition n’est pas encore connu. Logique. Disputées sous la forme de matches aller/retour, les rencontres de la deuxième étape de l’épreuve visant à s’extraire de la Régionale 2F ne débuteront pas avant le mois de mars. Toutefois, les Icaunaises ont identifié leurs futures adversaires. Deux poules de six ont été tirées au sort. Les protégées de l’entraîneur Arthur CARVALHO seront basculées dans celle comprenant les clubs de Besançon, Beure, Lons-le-Saunier, Pontarlier et Méziré Fesches.

Bref, un environnement à forte dominante franc-comtoise. Ce qui supposera de facto de longs déplacements.

Terminant en deuxième position de la première phase de ce championnat, juste derrière la réserve de Dijon (DFCO), les Auxerroises auront concrétisé bon nombre d’attaques, expédiant 32 fois le ballon au fond des filets. Pour seulement cinq buts encaissés. Un résultat plutôt honorable pour une structure encore à l’état juvénile du fait de son peu d’expérimentation.

Toutefois, la problématique sera de taille pour pousser le chemin encore plus loin. L’accès à la Régionale 1F suppose de se classer à la première place de ce groupe. Un objectif atteignable à force de travail et de pugnacité pour les jeunes filles, impatientes d’en découdre.

milieu articles

De l’engouement pour le foot féminin et la venue de l’équipe de France…

« L’état d’esprit de l’équipe est vraiment orienté au beau fixe, a confié Arthur CARVALHO, très satisfait de ses troupes après l’accès à ce premier palier ; la moyenne d’âge de notre formation est de vingt ans (la plus jeune des footballeuses a fêté ses 16 ans il y a peu) ; cela n’est pas rédhibitoire pour obtenir des résultats positifs ! ».

Renouvelant sa pleine confiance à ce team apparu de manière officielle que depuis le mois de septembre, le coach ne veut pas brusquer les étapes.

L’AJ Auxerre et le Stade Auxerrois se fixent une période d’adaptabilité de cinq ans pour faire progresser l’équipe première vers le niveau national. Un cap qui suscite beaucoup d’engouement autour de cette équipe et la pratique du football féminin.

D’ailleurs, la barre des mille pratiquantes a été franchie l’année dernière dans l’Yonne.

Pas étonnant que les instances suprêmes de la Fédération nationale aient favorisé la venue d’une rencontre préparatoire amicale de l’équipe de France, avant la Coupe du Monde qui se jouera en France du 07 juin au 07 juillet.

Les amateurs peuvent déjà biffer la date du jeudi 04 avril sur leurs agendas : ce soir-là, à l’Abbé Deschamps, comme ce fut le cas il y a quelques saisons contre le Canada, la France affrontera une flamboyante équipe du Japon. On espère à guichets fermés.

Diplômée des sciences humaines, du management et de la communication/marketing, cette « tête bien remplie » occupe depuis quelques semaines un poste stratégique essentiel au rayonnement de la coopérative agricole régionale. Appréhendant cette nouvelle mission avec beaucoup de maîtrise et de dextérité professionnelles, Sarah ROULLAND s’est vue confier le challenge de devenir le nouveau visage de la communication et du marketing d’une structure qui a pour ambitions d’accroître sa visibilité. Un défi que la jeune femme, du haut de ses 29 ans, entend bien relever avec enthousiasme et passion…

VERON : Des expériences insolites mais très formatrices tant au plan intellectuel qu’émotionnel, cette jeune femme en possède déjà pas mal à son actif. En Haïti, par exemple. Où la titulaire d’un double master 2, brillamment obtenu à l’université de Poitiers (sciences humaines et sociales) et à l’Institut d’administration des entreprises de Bordeaux, s’est illustrée en qualité de conseillère pédagogique et coordinatrice de projets extra-scolaires pour le compte d’une structure associative, France Volontaires.

Là-bas, dans l’état le plus précaire de la planète, Sarah ROULLAND apportera sa bienveillance et sa contribution au développement de projets pédagogiques auprès d’enfants démunis.

Succédant, poste pour poste, à Emmanuelle PERRIN (cette dernière officie désormais au sein du groupe Dijon Céréales en gérant la communication et le marketing), Sarah ROULLAND n’a pas eu le temps de flâner durant ces premières semaines de travail.

milieu articles

De multiples expériences sur la voie de la communication…

L’organisation de l’assemblée générale de la coopérative se profilait à brève échéance. Cheville ouvrière dans le cheminement logistique et pratico-pratique de cette manifestation, la jeune femme répondait présente sur le pont pour toutes les tâches relationnelles qui lui étaient confiées.

Après un bref séjour comme chargée de communication en alternance au sein du groupe La Poste à Rochefort (Charente-Maritime) en 2014, la nouvelle encadrante d’YNOVAE se construit son parcours professionnel en intégrant la Société coopérative agricole de Mansle-Aunac. Un site implanté au nord d’Angoulême.

Aujourd’hui, incorporée à l’organigramme de la coopérative bourguignonne, elle se plaît dans ses nouvelles attributions fonctionnelles.

 

Jusqu’au 23 novembre, une kyrielle d’artistes peintres, sculpteurs et photographes du Continent noir se succèdent dans le cadre du Festival AFRIK’AU CŒUR à Auxerre et à Monéteau. C’est précisément dans l’antre du SKENET’EAU, l’infrastructure culturelle de la commune périphérique du chef-lieu de canton, que le plasticien Bruce CLARKE a procédé au vernissage de son exposition ce mercredi. Pour la plus grande joie des amateurs d’art…

MONETEAU : Militant anti-apartheid convaincu, Bruce CLARKE éprouve une passion viscérale pour l’Afrique. Auteur d’une sculpture mémorielle sur le génocide rwandais, « Le Jardin de la Mémoire », un projet soutenu par l’UNESCO, l’artiste, blanc, voue un amour sans borne à l’Afrique du Sud, pays dont il n’est pas originaire puisqu’il est natif de Grande-Bretagne. Cosmopolite dans l’âme, il s’est même installé en France après des études aux Beaux-Arts à Leeds. Aujourd’hui, il vit en Afrique du Sud.

Sa visite dans le cadre du Festival AFRIK’AU CŒUR intègre donc l’exceptionnel. Lui qui a fait de son travail de plasticien un engagement politique constant pour dénoncer les douleurs morales de cette planète.

L’œuvre de Bruce CLARKE qui a été dévoilée lors de ce vernissage concocté de main de maître par André HULNET, président du festival, et de son comité d’organisation, vise à stimuler la réflexion sur le monde contemporain. Un devoir de mémoire artistique mais utile pour ne rien omettre des vérités qui doivent se connaître autour de nous.

Privilégier l’informatif plutôt que le décoratif…

Au SKENET’EAU, le public a pu apprécier son travail consacré aux migrants. Dans un ensemble de toiles, baptisé sobrement les « Fantômes de la mer ». Déjà par le passé, l’artiste avait eu à traiter dans ses œuvres des thèmes forts se rapportant à l’esclavagisme, au colonialisme, à la mondialisation.

Photographe, collaborateur périodique de revues africaines, Bruce CLARKE a publié des reportages sur l’Afrique du Sud, la reconstruction lente et délicate du Rwanda et le retour des réfugiés du Libéria.

Se plaçant en dehors de l’art complaisant et décoratif, l’artiste britannique veut s’efforcer de peser sur le cours de l’histoire. Il nous propose sa vision personnelle mais ô combien réaliste de la vie au quotidien. En l’occurrence celle de ces milliers de migrants qui tentent vainement de gagner les côtes européennes sur de frêles esquifs, exposés à tous les dangers. Juste pour nous faire réfléchir sur le sens de leur existence. A méditer…

 

  

   

 

Sponsor officiel de l’AJ Auxerre depuis plusieurs saisons, le groupe JEANNIN Automobiles a accueilli récemment dans l’infrastructure du club de Ligue 2 un parterre de chefs d’entreprises et de cadres lors d’une journée spéciale. Concoctée par le service communication du leader de la distribution automobile régionale, cette séance de relations publiques aura permis tour à tour à ses nombreux participants de profiter d’une découverte du centre de formation des jeunes sportifs et d’une causerie proposée autour du management de la génération « Z ». L’animation devant être ponctuée par une série d’essais parmi les nouveautés multimarques du groupe Icaunais dont la nouvelle Audi A5 et la Nissan GTR…

AUXERRE : Effervescence pour les équipes du service communication et marketing du groupe JEANNIN Automobiles ! Le concessionnaire multimarques de l’Yonne (VOLKSWAGEN, AUDI, NISSAN, SEAT, SKODA, VOLSKWAGEN Utilitaires) a profité d’une manifestation orchestrée par ses soins pour recevoir près de quatre-vingts entrepreneurs et cadres d’entreprises lors d’une journée spécifique consacrée aux acteurs de l’économie.

Le point de ralliement de ce rendez-vous mené avec sérieux et minutie se déroulait parmi les différents points névralgiques de l’AJ Auxerre, le club sportif soutenu depuis plusieurs années par le groupe automobile.

Avec de prime abord, un accueil des nombreux invités qui s’effectuait au petit matin dans les locaux du centre de formation, l’une des dix structures pédagogiques les plus réputées en Europe.

C’est d’ailleurs le directeur sportif de l’AJA Cédric DAURY qui recevait ses hôtes en leur proposant une intervention studieuse autour de la gestion et du management de la fameuse génération « Z ». Celle-ci est représentée par les jeunes gens qui apprennent leur métier de néo-footballeur professionnel, dans l’antre du club dédié à cet effet.

milieu articles

Un programme convivial qui se termine par des essais

Ressenti personnel du manager, observation sur la méthodologie à inculquer auprès de ces jeunes pousses mais aussi encouragement vers la discipline et le civisme, l’enseignement pratiqué au sein de ce centre qui a reçu l’appui d’ACADOMIA, est exemplaire.

Une fois la collation prise en commun dans les salons du club Bourgogne, où la responsable de la concession AUDI, Nadine BETHERY, se prêta au jeu du tirage au sort devant faire gagner des lots, n’est-ce pas Joël MOREAU, patron d’AGRI 89 !, les participants à ce séminaire bon enfant poursuivirent par des tests de pilotage en prenant le volant de quelques modèles novateurs présentés au public. Notamment les dernières créations de chez NISSAN, comme la fameuse GTR, de chez VOLKSWAGEN ou la superbe AUDI A5.

Près de 160 000 visiteurs ont arpenté les travées de cet évènement qui faisait la part belle à l’Italie pour son édition 2018. Comme à l’accoutumée, et à la totale satisfaction de ses organisateurs, la Foire internationale et gastronomique de Dijon a tenu ses promesses et rempli ses objectifs, malgré un jour d’ouverture en moins par rapport à 2017…

DIJON (Côte d’Or) : Que ce soit dans le secteur de la restauration et de l’alimentation, ou dans celui de l’équipement de la maison et de la personne, la traditionnelle foire de la capitale régionale a connu le succès.

Analysant les informations statistiques inhérentes à l’évènement, la direction de Dijon CONGREXPO a confirmé par la voix de François CONTET la bonne tenue de ce 88ème rendez-vous.

En effet, la foire internationale et gastronomique a maintenu son nombre de visiteurs. Soit une jauge de 160 000 personnes à l’instar de ces dernières saisons. A l’énoncé de ce résultat positif, le directeur de la structure organisatrice n’occultait pas sa satisfaction.

Un pavillon d’honneur assailli par le public…

Un satisfecit partagé par l’ensemble des exposants qui avaient pris soin de dévoiler leurs nouveaux produits et prestations sur les stands.

Le pays hôte, l’Italie, a su lui aussi capter l’intérêt de ses aficionados. Celles et ceux qui désiraient retrouver les senteurs et saveurs d’une cuisine méridionale, élaborée toute en finesse et avec de la subtilité jusqu’au fond de l’assiette.

Littéralement pris d’assaut par le public, le pavillon d’honneur n’aura jamais désempli. A la grande joie des exposants qui se sont dits ravis de leur présence en ces lieux.

milieu articles

« Le succès a été tel, précise François CONTET, qu’il est envisagé pour les prochaines éditions de créer un espace dédié à leur pays en dehors du pavillon de l’invité d’honneur ! ».

Preuve que la réussite était totale sur ce site particulièrement apprécié des gourmands et gourmets.

L’Italie a su remporter tous les suffrages de popularité !

D’ailleurs, en parallèle, le salon VINIDIVIO, consacré aux vins du Piémont, a connu une hausse spectaculaire de sa fréquentation, dépassant de 14 % la précédente édition, avec plus de 2 300 visiteurs en quatre jours.

Quant aux animations qui se sont déroulées dans le cadre des Rencontres Gourmandes, mises en exergue par l’Amicale des cuisiniers de la Côte d’Or, elles ont comme de coutume enthousiasmé les férus de bonne table. Certains épicuriens n’ont pas hésité à prendre quelques cours de cuisine auprès des chefs.

Côté concours, toujours plus nombreux d’une année à l’autre, ils ont permis à de nouveaux talents de pouvoir s’exprimer avec maîtrise et dextérité. Permettant aussi à cet évènement d’atteindre un autre de ses objectifs.

Enfin, pour les puristes qui en ont apprécié la quintessence culinaire, précisons que la Table de Lucullus a su retrouver ses attraits d’antan que beaucoup regrettaient avec une once de nostalgie.

Désormais, la direction de Dijon CONGREXPO regarde déjà l’avenir et l’horizon 2019 avec la future foire qui se déroulera du 31 octobre au 11 novembre.

Bannière droite accueil
Bannière footer