Dans le cadre de notre développement, nous recherchons des correspondants rémunérés, contacter Thierry Bret 06.20.31.05.53

Promouvoir le patrimoine touristique local depuis une aire d’autoroute, il fallait y penser. Surtout quand une signalétique titille les neurones des usagers de cette bande d’asphalte à quatre voies traversant le département ! « Alors, vous revenez quand ? » ! Vue les multiples richesses que comptent notre territoire et les succulents produits qui garnissent les rayons de la boutique, on serait presque tenter de réponde : « le plus vite possible » !

 

VENOY : Subtile idée que celle-là ! Mettre en avant le département de l’Yonne et l’éclectisme de son offre touristique sur une aire d’autoroute. En l’occurrence, celle qui traverse du nord au sud, notre contrée, c’est-à-dire l’A 6. Pourquoi pas, après tout ? Car, lorsqu’ils posent le pied hors de leurs véhicules, ne serait-ce que pour faire le plein, se ravitailler à l’intérieur de la boutique, garnie de spécialités locales, ou se sustenter en profitant de la fraîcheur de la cafétéria, les voyageurs en transit sur ce long ruban d’asphalte les conduisant de Paris à Lyon ou vice-versa se trouvent bel et bien dans…l’Yonne. Pourquoi ne pas profiter alors de cette manne potentielle pour éveiller leur curiosité ?

Quatre acteurs de la vie institutionnelle et économique du cru ont eu cette idée de génie. Quatre partenaires qui ont tout intérêt à faire de l’Yonne l’étape obligatoire de ce raout estival, synonyme de long déplacement. Leurs noms : le Conseil départemental de l’Yonne, l’Agence de développement touristique et relais territorial des Offices de tourisme et des Syndicats d’initiative Yonne Tourisme, le Bureau Interprofessionnel des Vins de Chablis (BIVB) et AREAS.

 

 

Cette dernière entité n’est autre que l’un des leaders mondiaux de la restauration de concession dans le secteur du voyage et des loisirs. Bref : l’exploitation de la fameuse aire autoroutière de VENOY-CHABLIS où est implantée également une station-service TOTAL.

VENOY-CHABLIS, baptisée ainsi depuis janvier 2020 en lieu et place de Venoy-Grosse Pierre. Une appellation plus évocatrice de la qualité viticole de notre terroir et devant faire tilt auprès des touristes de passage !

Pour ces quatre partenaires, nul doute n’était permis. La valorisation de la destination Yonne sur cet axe de circulation le plus fréquenté de notre territoire était une impérieuse nécessité. Avec les 16 000 passages recensés au quotidien sur cet axe, c’est sûr, l’aire de l’A 6 ne pouvait que représenter un magistral atout à abattre sur la table. Un brelan d’as à faire pâmer d’envie les adeptes de poker !

 

 

 

Séduire de nouveaux visiteurs autour de la marque Yonne...

 

 

Comment s’y prendre en vérité pour aiguiser les appétits des plus curieux de ces voyageurs qui méconnaissent notre territoire ? Très simple, en vérité. En les incitant à en découvrir davantage à grand renfort de visuels incitatifs placardés sur les vitres de la boutique ; en diffusant en boucle des illustrations visuelles de la réalité de ce patrimoine qui se présente à portée de main ; en suggérant des visites répertoriées via des éléments cartographiques.

Tout est dans la communication ou presque. C’est une vérité de la Palice que de le dire ! Alors, mettre en exergue les cinq vignobles de l’Yonne, au travers de grands supports iconographiques positionnés à des endroits précis mais ô combien stratégiques à l’entrée du bâtiment principal provoque nécessairement des résultats dans l’inconscient des visiteurs de l’aire de l’A 6.

Autre suggestion qui trouve son public : l’offre loisirs nature. Différentes activités interpellant les familles sont ainsi identifiées dont celles adaptables aux enfants : karting, parc du moulin à tan, accrobranche, etc.

 

 

Un mur d’images, installé dans l’espace « enfants », placé au sein de la salle de restauration, mentionne les 101 sites incontournables du département développés par le concept Famil’Yonne.

Seconde cartographie imposante, celle où figurent les sites emblématiques de l’Yonne. Le lecteur y trouvera son compte, chiffres clés à l’appui et référence de l’outil numérique permettant d’en savoir plus (pour mémoire, www.sortirdanslyonne.com).

Signalons la présence d’un écran, situé dans la salle de restauration. On peut déjeuner tranquillement et voir défiler devant ses yeux les images des principaux sites remarquables de notre territoire.

Conçue par la société AVANT PREMIERE, cette vidéo a été dupliquée sur les aires de Maison Dieu et du Soleil Levant.

A l’instar de toutes les personnalités présentes le jour de la découverte de cette nouvelle configuration, le président Patrick GENDRAUD n’a pu que saluer ce bel outil promotionnel que devient ainsi l’aire de VENOY-CHABLIS, invitant à prolonger son séjour dans l’Yonne en prenant si possible la première bretelle venue pour s’extraire du flux autoroutier…

 

 

En savoir plus :

Parmi les personnalités présentes :

Patrick GENDRAUD, président du Conseil départemental de l’Yonne,

Cécile RACKETTE, sous-préfète d’arrondissement de l’Avallonnais et du Tonnerrois,

Isabelle FROMENT-MEURICE, vice-présidente du Conseil départemental en charge de la Culture et du Tourisme,

Marie-José VAILLANT, maire de Chablis,

Christophe BONNEFOND, maire de Venoy et vice-président du Département et de l’Agglo de l’Auxerrois,

Anne MOREAU, du Domaine Louis MOREAU, présidente de la Commission Communication du BIVB,

Mathieu LARDIEU, responsable du groupe AREAS,

Bénédicte NASTORG-LAROUTURRE, directrice de l’agence Yonne Tourisme…

 

Thierry BRET

 

 

 

 

Un nouvel acteur économique de poids rejoint les rangs déjà bien pourvus des soutiens inconditionnels au mouvement citoyen international. La mutuelle AESIO apportera dorénavant sa contribution financière aux diverses actions promotionnelles déclinées par la JCE sur son territoire…

 

DIJON (Côte d’Or) : Et une signature de convention supplémentaire à ajouter dans l’escarcelle de la JCE de Bourgogne Franche-Comté ! La dernière en date, notifiée le 16 juillet, se rapporte au soutien d’AESIO Mutuelle qui officialise ainsi son titre de partenaire.

Reconnue d’intérêt public, la Jeune Chambre Economique proposera des ateliers thématiques en y associant l’expertise des professionnels à l’estampille d’AESIO. Un partenariat qualifié de « gagnant/gagnant » par ses signataires, en l’occurrence Selma BACHIR, conseillère au sein de l’entreprise assurantielle et membre du club JCE de Chalon-sur-Saône depuis juin 2020, et Ludovic BERTEAU, vice-président régional en charge du développement et du partenariat.

 

Thierry BRET

 

 

 

 

 

Le programme se nomme « Escales Estivales ». Eclectique dans sa configuration, il est accueilli dans les Maisons de la Jeunesse et des Sports (MJC), financé au titre du contrat de ville de l’Auxerrois. Une échappatoire ludique et instructive idéale pour les enfants et adolescents qui ne partent pas en vacances. Le préfet a rendu visite lundi un atelier hip hop à la MJC Saint-Pierre…

 

AUXERRE : Jusqu’au 14 août, « Escales estivales » propose une multitude d’animations ciblées vers le jeune public, désireux de découvrir des spécialités aussi diverses que le hip hop, le jardinage, la sérigraphie ou encore la poterie. Un copieux programme, décliné dans le cadre du concept « Quartiers d’été », qui est à l’initiative du gouvernement et ce, depuis l’été 2020.

Ayant débuté ce lundi 19 juillet, l’opération s’adresse plus spécifiquement aux enfants et aux jeunes des quartiers prioritaires de la politique de la ville. Dans le but de promouvoir ce concept, de le faire connaître auprès du plus grand nombre, le préfet de l’Yonne Henri PREVOST s’est ainsi immergé, non loin de l’église Saint-Pierre, à la MJC portant le même nom.

 

 

Là, le haut fonctionnaire a été accueilli par Atalanta PANC-DUINA, directrice de l’établissement. S’en est suivie une visite détaillée des lieux en compagnie de la première adjointe à la Ville, Carole CRESSON-GIRAUD. Un parcours de visite atypique dans ce bâtiment chargé d’histoire puisque c’est un ancien monastère.

Le représentant de l’Etat prit le temps de se poser très discrètement dans cet espace patrimonial, attentif et curieux à la séance de hip hop qui se jouait devant ses yeux dans l’une des immenses pièces. Une « escale » particulière dans l’univers des danses urbaines.

 

 

Les subtilités du hip hop mobilisent l’intérêt général…

 

Une huitaine de fillettes esquissaient les premiers rudiments scénographiques de cette danse, comprenant de multiples variantes telles que la break dance ou l’afro-house. A la baguette de ce cours qui se voulait très sérieux : Kandé SISSOKHO, alias KHASSIUS KLEAN.

Patient, tout en subtilité et le sourire toujours affiché sur le visage, le « prof » inculqua les gestes élémentaires de la danse, beaucoup plus complexe qu’il n’y a paraît à la pratiquer sur le parquet.

En quelques paroles, Henri PREVOST rappela la finalité de l’opération. Et de ce soutien de l’Etat à travers ce programme afin de renforcer les activités et les services de proximité proposés aux familles des quartiers prioritaires. Une implication d’autant plus importante que chaque année, à pareille époque, c’est un enfant sur quatre qui ne part pas en vacances dans l’Hexagone.

 

 

L’an passé, et malgré la crise sanitaire qui battait son plein, le programme a su trouver son public. 600 000 jeunes de quartiers y ont participé. Avec cette irrésistible envie de recommencer cette année. Chose qui fut faite puisque l’Etat a pris la décision de reconduire le concept et de lui octroyer un budget s’élevant à 50 millions d’euros au niveau national. La dotation de ce « Quartier d’été » 2021 pour le seul territoire de l’Yonne dépassera 82 000 euros. Parmi les projets financés, ce fameux programme « Escales estivales », donc, très apprécié de ses jeunes bénéficiaires de par sa diversité…

 

Thierry BRET

 

 

C’est une mauvaise nouvelle pour l’ensemble du territoire. Un revers aux conséquences funestes dont se serait bien passée la communauté scientifique et universitaire de Bourgogne Franche-Comté. En concédant la perte de son label « I-Site », l’Université régionale accuse le coup d’une perte irréversible sur son enveloppe budgétaire. Des fonds indispensables qui permettaient de mener à bien des travaux de recherche dans différents domaines…

 

DIJON (Côte d’Or) : Depuis 2016, date de son attribution, le site universitaire de notre territoire profitait de subsides importants offerts par ce label pour financer ses opérations de recherche dans plusieurs domaines.

Or, le non-renouvellement de ce label, prononcé début juillet, fait office de douche froide pour l’établissement d’enseignement supérieur.     

Promu par un jury international, ce label a pour vocation de valoriser des atouts scientifiques thématisés. Tout en y adjoignant de généreuses subventions.

Alors que les universités Côte d’Azur et Grenoble-Alpes ont vu leurs certifications se renouveler, il n’en a rien été pour l’Université Bourgogne Franche-Comté qui est resté en cale sèche.

Le label I-Site (Initiatives sciences innovation territoire économie) est donc devenu lettre morte pour l’établissement universitaire régional. Sachant que trois items majeurs avaient permis son attribution initiale : les matériaux avancés, systèmes intelligents et énergie propre, les transitions socio-écologiques et alimentaires assorties des innovations à réaliser dans les domaines de l’agriculture et l’industrie agroalimentaire ou encore sur le volet sanitaire les traitements innovants des maladies chroniques et inflammatoires.

Soit un potentiel global de 8,5 millions d’euros annuels dans la balance si le label était à nouveau attribué par ce jury.

 

La présidente de Région déplore la perte de ce label…

 

Une fois l’information connue, la présidente de l’exécutif régional, Marie-Guite DUFAY a fait connaître sa position par le biais d’un communiqué de presse.

« Depuis la création d’UBFC, ses équipes ont remporté de nombreux appels à projets nationaux et internationaux. Cette reconnaissance scientifique est un atout majeur pour la Bourgogne-Franche-Comté. Elle a d’ailleurs été saluée récemment par Antoine PETIT, PDG du CNRS, lors d’une visite dans notre contrée.

Mais le label ISITE, qui représentait un accompagnement financier du Programme d’Investissement d’Avenir (PIA) de l’ordre de 11 M€/an, était conditionné à des objectifs en termes d’intégration et de gouvernance des sept établissements, membres de l’UBFC.

Malgré une première alerte donnée par le ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation en novembre 2018, malgré le soutien financier et institutionnel des collectivités, les établissements membres n’ont pas convaincu le jury international du degré d’intégration de leurs établissements au sein d’UBFC.

Cette nouvelle est un coup dur pour les communautés de l’enseignement supérieur et de la recherche de notre région, notamment pour celles qui sont le plus engagées et reconnues dans les projets portés par UBFC.

La perte de l’I-Site signifie la disparition de leviers financiers mais aussi un risque de recul en termes de visibilité nationale et internationale.

C’est un coup dur aussi pour les collectivités qui se sont toujours mobilisées pour soutenir cette recherche d’excellence et ses formations associées, vitrines de notre attractivité.

Partenaire de l’enseignement supérieur et de la recherche, la Région prend acte de cette décision et souhaite apporter tout son soutien aux équipes impliquées dans les projets I-Site.

Face à l’enjeu du développement d’une recherche d’excellence pour notre région, nous resterons, comme nous l’avons toujours été, à l’écoute des établissements et en soutien à l’Université Bourgogne-Franche-Comté pour aborder cette période post-I-Site… ».

Notre territoire pouvait en effet se passer de cette mauvaise nouvelle…

 

Thierry BRET

 

 

Le lifting prévu dès le terme de l’été vise à réhabiliter l’ouvrage d’art en lui permettant de retrouver son étanchéité. Un programme de rénovation et de consolidation de huit mois qui s’inscrit dans le cadre de l’OGS (Opération Grand Site) de Vézelay. Edifice au lourd passé cinématographique (la célèbre scène où l’on voit Louis de FUNES et BOURVIL fuir des soldats allemands accompagnés de leurs chiens), le pont Vauban de Pierre-Perthuis va se refaire une beauté avec le concours de l’Etat…

 

 

PIERRE-PERTHUIS : L’endroit est bucolique. Perturbé par une légère brise de vent à l’inspiration automnale qui souffle dans les arbres. Le clapotis de l’eau apporte une musicalité supplémentaire à cet espace naturel dénué de toute présence nuisible. Un agréable glouglou qui en ferait presque oublier la noirceur persistante du ciel. Par chance, aucune goutte de pluie ne s’abat sur le petit groupe qui s’approche de l’ouvrage d’art.

Habillés chaudement tels des gentlemen-farmers visitant leurs terres, ils s’arrêtent et contemplent le décor. Le premier des deux ponts, immense viaduc placé haut au-dessus de leurs têtes, les domine. Mais, c’est le plus petit de ces édifices facilitant la traversée de la Cure qui intéresse ces promeneurs qui n’ont rien de cueilleurs de champignons.

On y distingue le député de la circonscription, André VILLIERS, muni d’un solide parapluie au cas où ! A ses côtés, sa coreligionnaire de la Chambre haute : la sénatrice Marie-Agnès EVRARD. Elle profite de quelques instants de répit pour immortaliser l’endroit (magnifique de joliesse de surcroît) sur la fonction photographique de son IPhone. S’éclipsant quelques instants pour humer le charme champêtre de l’endroit, le préfet de l’Yonne Henri PREVOST apprécie depuis le rivage la perspective de la construction.

 

 

Un pont à attribuer à Vauban ou pas ?

 

Ce pont de pierre aux origines si lointaines que nul des interlocuteurs présents, pourtant bien instruits sur le sujet, ne peut dater avec exactitude. L’un avance la date de 1770, faisant référence à un élément significatif visible sur l’une des pierres séculaires de l’ouvrage. Un autre parle de multiples constructions réalisées au fil du temps et de destructions successives imputables aux crues violentes. Bien sûr, il y a l’allusion ouverte à Vauban !

Illustre personnage, proche du Roi-Soleil (il en fera un maréchal de France), l’homme cumule à la fois les fonctions d’ingénieur, d’urbaniste, d’essayiste, de militaire, mais surtout d’architecte et de spécialiste de l’hydraulique. Alors qu’on lui attribue la paternité de ce petit pont ne serait pas en soi une forfaiture. Certains y croient dur comme de la…pierre !

En revanche, s’il est une date qui est fiable, c’est bien celle de 1924, année où le pont de Pierre-Perthuis fut porté au registre des monuments historiques. D’ailleurs, un an plus tard, l’ouvrage bénéficia d’un sérieux toilettage se rapportant à son étanchéité. Déjà. Preuve que les ravages du temps et l’usure imputable à la météo savent faire leurs œuvres.

 

 

Un reste à charge de 3 % pour la commune…

 

Emprunté jadis par les mules se rendant d’un rivage à l’autre de la Cure, le pont Vauban, puisque telle est son appellation retenue officiellement par les instigateurs du Plan de relance qui lui permet grâce à la DSIL (Dotation de soutien à l’investissement local) d’en financer les travaux, va connaître un exercice de restauration, long de plusieurs mois. Jusqu’au terme des travaux devant se conjuguer avec le printemps 2022.

D’un coût global de 300 000 euros hors taxes, le projet profite d’une manne financière conséquente, représentant 60 % du coût total des travaux. C’est-à-dire une enveloppe de 180 000 euros afin de restaurer et sécuriser cet édifice faisant figure de patrimoine référentiel dans la contrée.

Le chantier comprendra la dépose et la pose de pavage, l’étanchéité de la voûte, la reprise en pierres neuves, la réfection d’enduits…L’objectif est aussi de renforcer la construction, malmenée par les infiltrations d’eau. Parmi les autres financeurs, la Région et la DRAC interviendront à hauteur de 20 % chacune. Le reste à charge revenant à la commune. Il n’excèdera pas 3 % !

 

 

Un emblème architectural universellement reconnu grâce au cinéma…

 

Petit par sa dimension mais grand par sa célébrité ! C’est ce qui caractérise le mieux le pont Vauban. Choisi comme lieu de tournage d’une multitude de longs métrages, on peut l’admirer dans le classique « Mon oncle Benjamin » d’Edouard MOLINARO avec Jacques BREL, Claude JADE et Bernard BLIER en 1969 ; « La Révolte des innocents », téléfilm signé par Philippe NIANG en 2018 sans omettre la comédie culte par excellence, « La Grande Vadrouille » datant de 1966 avec les inoubliables DE FUNES et BOURVIL.

Entre 30 et 40 000 visiteurs, au minimum, admirent chaque année ce pont mythique qui aura aussi inspiré les spécialistes de marketing de HYUNDAI dans l’une de leur présentation publicitaire.

Il était naturel que cet ouvrage d’art profite d’une salvatrice cure de jouvence devant le faire perdurer dans le temps…

 

Thierry BRET

 

Page 1 sur 151

Articles

Bannière droite accueil