Ils sont à l’écoute, les entrepreneurs de la filière des travaux publics de l’Yonne ! De la pure logique, tant le projet qui est évoqué devant eux représente une substantifique opportunité de voir grossir leurs carnets de commande, synonymes de chiffre d’affaires en sus à la clé. D’ailleurs, entre la FRTP et WPD, porteur du projet éolien des Hauts de l’Armançon, les choses ont été établies dans les règles de l’art. Grâce à une charte d’engagement officielle qui a été signée en février dernier à Dijon.

 

ANCY-LE-FRANC : Une vingtaine de chefs d’entreprise, représentant la filière des travaux publics de l’Yonne, ont pris place en demi-cercle en mode « bons élèves » face à leurs interlocuteurs d’un jour.

Somme toute, ils connaissent déjà dans leur for intérieur les rudiments explicatifs qui leur seront fournis dans les minutes qui suivent par un tandem d’orateurs peaufinant une ultime fois leur prise de parole.

Devant eux – honneur aux dames ! -, Delphine POIRSON. On ne la présente plus. La directrice management régionale de WPD, groupe international qui développe, finance, érige et exploite les parcs éoliens de France et de Navarre, qu’ils soient en version maritime ou construit sur la terre ferme, connaît le territoire le plus septentrional de la Bourgogne comme le fond de sa poche !

Depuis plusieurs semaines, alors que le projet prend son incontestable essor au plan de la communication et de sa faisabilité, elle multiplie les déplacements dans cet espèce de triangle – rien à voir avec celui plus mystérieux et évanescent des Bermudes ! – identifié par les trois balises que sont les communes d’Aisy-sur-Armançon, Cry et Nuits.

 

Une charte d’engagement qui unit cinq ans durant la FRTP BFC et WPD…

 

C’est ici que sortira de terre ce parc éolien, joliment baptisé « les Hauts de l’Armançon », qui pourrait rappeler la désignation sémantique d’un quartier résidentiel cossu et bourgeois vanté par la gouaille malicieuse de Stéphane PLAZA le week-end sur M6 !

Oui mais voilà, la comparaison stricto sensu avec le pur immobilier s’arrête ici. WPD n’est pas un promoteur de pavillons ! Même si sa vocation première est de les alimenter, entre autres, avec cette énergie renouvelable devenue l’une des grandes priorités étatiques en matière d’indépendance énergétique.

Il incombait ensuite, en sa qualité de président départemental de la FRTP (Fédération régionale des Travaux Publics) de l’Yonne, à Baptiste MANSANTI de lancer la séance de présentation du dossier.

Normal ! En février dernier, son président régional, Vincent MARTIN avait porté à la connaissance de tous les adhérents de la puissante structure corporatiste la mise en place d’une charte d’engagement dûment signée entre les deux acteurs de l’époque : la FRTP et WPD. Un accord qui court par ailleurs sur une longue période de cinq ans.

 

 

15 millions d’euros de retombées pour les PME locales…

 

Cette convention de partenariat a été conçue en toute transparence, en vérité. Le développeur de parcs éoliens et la fédération professionnelle inscrivaient dans le marbre ce désir tenace de collaborer étroitement ensemble. La charte paraphée se positionne en faveur de l’attractivité économique, environnementale et sociale des territoires.

Commentaires avisés de Baptiste MANSANTI, reprenant la balle au bond devant les entrepreneurs de l’Yonne : « Le fait de mettre autour de la table les entreprises des TP et le porteur de projet est un réel vecteur d’acceptabilité de ce futur parc éolien. Tous ces sujets-là sont très importants pour le développement économique de notre territoire… ».

Faciliter le recours aux entreprises du cru lors de ce vaste projet de construction de dix-huit éoliennes aura nécessairement des retombées heureuses pour les PME des travaux publics. On estime en effet à 15 millions d’euros lesdites mannes financières qui ruisselleront alors vers les entreprises locales !

 

 

Une véritable opportunité pour les emplois dans l’Yonne…

 

Quant à l’emploi, il sera placé sous le feu des projecteurs, de manière évidente. Une confirmation faite par Delphine POIRSON lors de son intervention orale : « WPD souhaite mobiliser en priorité les entreprises locales compétentes pour participer au développement et à la concrétisation de ses parcs éoliens en Bourgogne Franche-Comté. Je pense à celles qui interviennent dans le terrassement, la fourniture de béton, le raccordement au réseau public… ».

On peut ajouter à cet inventaire à la Prévert les géomètres, les spécialistes des métiers de la filière carrière, le génie électrique, les sociétés de paysage, les notaires et les huissiers, voire aussi les hôtels et restaurants car il faudra bien accueillir ce potentiel de salariés mobilisés par ce gros chantier.

« Pour les entreprises locales, c’est vrai, confirme Baptiste MANSANTI, ce futur projet éolien représente une véritable opportunité d’emploi… ».

D’où l’impérative nécessité de pouvoir informer suffisamment en amont les potentiels candidats qui seraient intéressés par ce chantier de grande dimension en vue des appels d’offres le moment venu. Ceux-ci se mettront en place à partir de 2024.

 

 

La transition écologique : dénominateur commun aux deux partenaires…

 

Ce rapprochement traduit aussi la volonté des deux acteurs d’œuvrer en faveur de la sauvegarde environnementale. En effet, la prise en compte du bilan carbone des entreprises, voire la sensibilisation du personnel à la transition écologique sont autant de mesures prévues pour répondre à cette volonté d’exemplarité environnementale requise.

Du pain béni pour le président départemental de la FRTP de l’Yonne qui a insisté sur le réel intérêt de sa fédération à propos de ce thème.

« Nous sommes en plein dedans, devait-il préciser, encore plus aujourd’hui avec les phénomènes internationaux liés à la problématique des énergies… ».

Anticipatrice, la FRTP n’avait-elle pas créée il y a quelques années déjà une structure associative en son sein pour mieux étudier tous les sujets de fonds se rapportant aux bouleversements environnementaux ?

Une cellule qui depuis a su plancher, en y apportant des réponses concrètes, sur la transition écologique, la méthode de réalisation des travaux, voire la transformation des matériels et le recyclage des matériaux.

Moralité : ces deux partenaires, FRTP et WPD, jeunes mariés au vu de leur convergence d’intérêts depuis février, étaient fait pour s’entendre durablement !

 

Thierry BRET

 

Et un mandat de plus à déposer dans la besace de Jean-Pierre RICHARD ! Le toujours sémillant président de la Chambre de Métiers et de l’Artisanat de l’Yonne – il est également aux manettes de la Confédération de l’Artisanat et des Petites Entreprises du Bâtiment (CAPEB) territoriale – s’est vu confier une nouvelle mission dans cet emploi du temps déjà très serré : assumer la destinée durant moins de deux ans de la Chambre Economique de l’Yonne. Une structure qui fédère en son sein les trois chambres consulaires du département…

 

AUXERRE : Qui dit mieux au niveau du cumul des mandats ?! Pourtant éloigné de la sphère politique traditionnelle, Jean-Pierre RICHARD devient sans aucun doute à date l’un des personnages de l’entrepreneuriat de l’Yonne les plus pourvus en responsabilités officielles.

Son dernier titre de gloire à ajouter à son copieux palmarès concerne la fonction de président de la Chambre Economique de l’Yonne, une auréole distinctive qui a été obtenue il y a quelques jours à la suite d’un scrutin.   

Un accessit supplémentaire faisant suite à une élection des plus protocolaires au sein de cette association qui regroupe les trois organismes consulaires de notre territoire : la Chambre d’Agriculture, la Chambre de Commerce et d’Industrie et la Chambre de Métiers et de l’Artisanat.

Le vice-président de la Chambre de Métiers et de l’Artisanat de Bourgogne Franche-Comté – on l’aurait presque oublié celui-là ! – succède donc à Alain PEREZ, l’ancien responsable présidentiel de la CCI de l’Yonne. Ce dernier ayant décidé de passer la main en 2021 au profit de l’entrepreneur Thierry CADEVILLE.

Quant à Jean-Pierre RICHARD, il assurera ce nouveau mandat électif jusqu’au terme de décembre 2023. Sachant que la présidence de cette « super structure consulaire » se veut tournante.

 

Proposer des rencontres avec les élus du territoire…

 

Sans doute, s’il est encore en poste à cette date-là, la fonction incombera ensuite à Arnaud DELESTRE, l’actuel président de la chambre agricole départementale.

Peu connue du grand public, à quoi sert précisément cette entité, plutôt discrète jusque-là dans ses interventions ?

Interrogé sur ce point, Jean-Pierre RICHARD estime que « l’outil est à appréhender comme une formidable opportunité représentative qui agit en faveur de la défense des intérêts des trois chambres consulaires ».

 

 

Une vitrine collégiale, en somme qui peut faire bloc et avoir du poids lors de prises de décisions importantes sur le terrain de l’économie.

« Nous allons optimiser un certain nombre de rencontres directes avec des représentants des milieux politiques au cours de ces prochains mois, souligne Jean-Pierre RICHARD, enclin à faire briller un appareil structurel qui demeure dans la pénombre. L’objectif est aussi de gagner en reconnaissance territoriale… ».

 

Prochaines retrouvailles en 2023 avec des vœux en commun…

 

Antichambre de la mutualisation des services – est-ce un outil pilote pour tester des regroupements plus officiels à venir ? -, la Chambre Economique de l’Yonne a été créée il y a plusieurs années pour que les présidents des trois organes consulaires prennent davantage de temps afin de mieux se connaître, voire de se rencontrer autour de projets en concomitance.

L’organisation des vœux 2023 figure déjà parmi la prochaine étape importante de ces retrouvailles tripartites qui ne déplaisent pas à Thierry CADEVILLE, Arnaud DELESTRE et Jean-Pierre RICHARD.

 

Thierry BRET

 

Avis aux amateurs : les premiers kilomètres nécessitent de la force dans les mollets pour appréhender de la meilleure manière possible l’obstacle. Une grimpette de plus de deux mille mètres qu’il s’agira de négocier à son rythme sans trop se mettre la pression. D’autant qu’il restera ensuite près de seize kilomètres pour boucler cette randonnée pédestre champêtre, baptisée « la Tétée » ! Ce sera le samedi 02 juillet...

 

TONNERRE : Pour cette première édition, les organisateurs attendent près de deux cents participants. Les inscriptions s’effectuant encore auprès des offices de tourisme de l’Yonne. La randonnée pédestre à la belle appellation campagnarde (la Tétée) est le fruit d’une collaboration entre les établissements SCHIEVER, via l’une de ses enseignes distributrices, AUCHAN, la SAS DAVID, exploitée par son dirigeant Stevens DAVID, bien connu dans les milieux viticoles de l’Yonne, et l’Office de Tourisme de Tonnerre.

Le circuit empruntera de beaux chemins bucoliques, serpentant un axe qui relie Tissey à Tonnerre, soit un total de 18 kilomètres qui devrait nécessiter un effort d’environ quatre heures au total.

L’idéal pour se mettre en excellentes conditions avant les vacances estivales qui approchent…

 

En savoir plus :

Départ, retour et ravitaillement au Pâtis,

Heures de départ entre 08h30 et 09h30

Ravitaillement à la mairie de Tissey

Présence de produits locaux, artisans, viticulteurs, etc.

Tarifs :

Deux options sont possibles.

Option 1 : 10 euros par personne avec marche, accueil, ravitaillement, dégustation de vins de Bourgogne.

Option 2 : idem que l’option 1 avec en sus un menu au choix à base de charcuteries et tarte, ou pizza et tarte pour 20 euros.

Renseignements et inscriptions auprès de l’Office de Tourisme de Tonnerre

12 rue général Campenon à Tonnerre

Tel : 03.86.55.14.48.

Possibilité de régler sur place.

 

Thierry BRET

 

 

 

Il est aux anges, Thierry CHANUSSOT ! Le directeur du territoire Nord Bourgogne Région Centre Est de VEOLIA Eau a apprécié l’expérience. Celle qu’il a vécue deux jours durant en  sa qualité d’exposant dans le jardin de l’Octroi qui borde une zone aquatique. Lieu d’accueil de la seconde édition des « Récid’Eau », évènementiel porté par le Syndicat Mixte du Bassin Versant de l’Armançon, le SMBVA. A destination des scolaires…

 

SAINT-FLORENTIN : Il y a des notions pédagogiques dans l’air ! A mi-chemin entre le discours éducatif pur jus et l’apport de démonstrations plus ludiques où le jeune public peut mieux appréhender les enjeux environnementaux de demain.

C’est là, toute la magie des « RécidEau » !

Sa deuxième édition a été concoctée ce week-end entre Yonne et Armançon par le SMBVA : le Syndicat Mixte du Bassin Versant de l’Armançon.

Fruit d’un partenariat avec l’Agence de l’eau Seine-Normandie – la structure est à l’initiative de ces manifestations populaires et citoyennes organisées avec le concours des acteurs de la gestion de l’eau afin de sensibiliser le grand public -, l’animation vise aussi les scolaires afin de mieux les informer aux enjeux des ressources en eau sur un territoire traversé par la Seine et tous ses affluents. En l’occurrence, l’Yonne.

 

 

Entre spectacle et conférence : il y en avait pour tous les goûts…

 

Sur ce salon, auxquels ont pris une vingtaine de partenaires directement concernés par la gestion de l’eau (à l’exemple de VEOLIA), on y aura parlé de la préservation des milieux aquatiques et humides, de la sauvegarde de la biodiversité, et naturellement de l’adaptation au changement climatique. Des sujets en nombre qui interpellent les enfants.

Le Syndicat Mixte du Bassin Versant de l’Armançon avait bien fait les choses, il est vrai. Proposant des ateliers pour approfondir toutes les thématiques traitées lors de ce second rendez-vous, mais aussi quatre représentations d’un spectacle poétique, baptisé « Le Voyage de la Goutte d'Eau » et enfin, des rencontres privilégiées avec les entreprises et institutions qui maîtrisent le sujet.

 

 

Plus de mille scolaires ont reçu des réponses à leurs interrogations…

 

In fine, plus de 1 107 personnes, élèves de cours préparatoire à la 5ème, issus d’une cinquantaine de classes, accompagnés de leurs enseignants, assistaient à cette grande fête de l’eau.

On suppose que tous les « garnements en culotte courte » sont repartis avec une somme de réponses à leurs innombrables interrogations se rapportant aux grenouilles, poissons, végétations, zones humides, biotope, etc.

Les adultes eurent l’heureuse opportunité d’écouter l’excellente Emma HAZIZA en conférence le jeudi soir. L’hydrologue, fondatrice d’un centre de recherches appliquées, dédié à l’adaptation au changement climatique (MAYANE), abordera lors de sa causerie un item ô combien crucial pour le devenir de l’humain : son adaptation face aux bouleversements inhérents au climat…

 

 

En savoir plus :

Parmi les partenaires de ce salon, on notera la présence de l’Observatoire de la Faune Sauvage de Bourgogne, la Fédération départementale de la pêche, l’Office Français de la Biodiversité, la Ligue de Protection des Oiseaux (LPO) de l’Yonne, la Fédération départementale des Chasseurs, le Syndicat Mixte Yonne Médian, la CIE d’Othe et d’Armance, Voies Navigables de France, Syndicat du Bassin du Serein, Maison de la Nature, l’Office National des Forêts, le Syndicat des Déchets du Centre Yonne, VEOLIA Eau, Agence de l’eau Seine-Normandie, etc.

 

 

Ce deuxième salon a été inauguré par Yves DELOT, président de la Communauté de communes Serein et Armance et maire de Saint-Florentin, Patrice BAILLET, président du Syndicat Mixte du Bassin Versant de l’Armançon, et Francis SCHNEIDER, directeur territorial Seine amont de l’Agence de l’eau Seine-Normandie.

 

Thierry BRET

 

 

L’inoxydable coach de l’AJ Auxerre, toujours bon pied bon œil, dévoile devant l’objectif la nouvelle parure de l’équipe de football du Conseil départemental de l’Yonne. Une formation qui sous l’égide de son président Patrick GENDRAUD grand amateur du ballon rond et de la pétanque évolue dans le Challenge de la Convivialité, où plaisir sportif et plaisir tout court vont de pair à chaque saison !

 

AUXERRE : On ne connaît pas encore le montant du transfert, fruit du « mercato » de l’été bien avant l’heure ! Ni les réelles ambitions sportives que cette formation à fort potentiel de convivialité, de camaraderie et de plaisir à partager lorsqu’elle se retrouve sur le terrain présentera à l’aune du nouveau championnat !

Pourvue d’un maillot flambant neuf, floqué de la version 2022 du logo du Conseil départemental, la « team 89 » bénéficie désormais des conseils salvateurs de son nouvel « entraîneur d’honneur », a minima pour les cinq prochaines saisons à venir, foi de l’inusable Guy ROUX !

Mieux que Zinédine ZIDANE et Didier DESCHAMPS réunis, Guy ROUX devrait prodiguer ses sages recommandations de fin spécialiste technique de la planète football à ces joueurs, catégorie plus ou moins vétérans, du Département de l’Yonne.

Des sportifs qui, allez savoir, pourraient peut-être un jour concurrencer les jeunes pousses de l’AJA, promues depuis peu parmi l’élite hexagonale ! Avec Guy ROUX : on le sait bien, rien n’est impossible !

 

Thierry BRET

 

Page 1 sur 207

Articles

Bannière droite accueil