Découvrez nos partenaires

logo-festins-de-bourgogne.jpg
gan.jpg
logo-edf-site.jpg
logo-cifa-89-auxerre.png
logo-ccap-vital-sante-auxerre.jpg
logo-iseal-salon-coiffure-auxerre.jpg

Découvrez nos partenaires

logo-festins-de-bourgogne.jpg
gan.jpg
logo-ccap-vital-sante-auxerre.jpg
logo-edf-site.jpg
logo-cifa-89-auxerre.png
logo-iseal-salon-coiffure-auxerre.jpg

L’opportunité du Schéma régional d’aménagement du territoire donnera-t-elle une nouvelle chance à cet antique dossier, devenu un véritable serpent de mer depuis près de quarante ans, de voir enfin le jour ? Lors de sa visite dans le Tonnerrois le 29 août, au contact des entrepreneurs qui lui ont fait part de leur problématique en matière de mobilité, la chef de file du pouvoir exécutif de Bourgogne Franche-Comté s’est dite prête à faire bouger les lignes. Initiant déjà des contacts auprès des responsables de la société autoroutière APRR qui en aurait l’exploitation…

TONNERRE : Exhumant ce vieux dossier des profondeurs abyssales de l’oubli dans lequel il est déposé depuis tant d’années, la présidente de la Région Marie-Guite DUFAY a surpris ses interlocuteurs, une vingtaine de chefs d’entreprise réunis par la Chambre de Commerce et d’Industrie et le Centre de développement du Tonnerrois (CDT), lors de cet échange nourri très instructif.

Alors que l’un des intervenants, la dirigeante de la société DULION insistait sur les difficultés que cette dernière éprouvait à circuler d’est en ouest sur le territoire par la voie routière, l’élue régionale n’a pas ergoté quant à la réponse à apporter.

« Je suis prête à étudier la question et à relancer ce dossier… affirmera-t-elle avec conviction. Il est vrai que cette forte demande de reconsidérer le projet de l’A 26 (Troyes/Auxerre/Bourges) lui revient sans cesse aux oreilles à chaque rencontre avec les milieux entrepreneuriaux.

Le chaînon manquant pour désenclaver le territoire…

Déjà, en mai dernier, ce fut le cas dans les locaux de la CCI à Auxerre. En pareille circonstance, le président du groupe France Galvanisation Yves DELOT (président de la Communauté de communes du FLORENTINOIS et édile de Saint-Florentin) interpella la présidente de la Région sur la même thématique. Accentuant ses propos sur le degré de dangerosité de la RN 177 qui relie Troyes à Auxerre.

« Ce chaînon manquant d’une cinquantaine de kilomètres entre ces deux villes est indispensable au désenclavement économique de notre territoire, avait-il alors précisé.

Conciliatrice et à l’écoute des forces vives de l’économie, comme elle aime le préciser dans ses arguments pour expliquer le rôle que peut jouer la structure régionale à travers ses aides, Marie-Guite DUFAY n’a pas attendu la rencontre programmée fin août à Tonnerre pour fourbir ses armes sur ce dossier.

« Je me suis rapprochée des dirigeants de la société autoroutière APRR afin de me mettre autour de la table avec eux et évoquer la question… ».

Retoqué dans un espace temporel compris entre 2050 et 2075, le dossier initial n’avait pas trouvé grâce aux yeux du gouvernement de l’époque, celui de Jean-Marc AYRAULT, alors Premier ministre et de son ministre chargé des transports et de l’environnement, Manuel VALLS. 

Un dossier sur la voie de la rédemption ou du purgatoire ?

La conclusion des ingénieurs qui avaient étudié la faisabilité de ce tronçon entre Troyes et Auxerre en 1990 fut que les principales contraintes pour l’exécution du tracé seraient d’ordre environnemental.

Reste que l’arbitrage qui nécessitera de rouvrir intégralement le dossier se fera par le biais de l’intérêt général au niveau de la Bourgogne Franche-Comté. Si les avis sont positifs, il suffira de déterminer les modalités financières inhérentes à l’édification de cet ouvrage. Dans le cas contraire, le dossier de l’A 26 retournera au purgatoire…pour ne pas dire en enfer de manière éternelle.

Plus d’une cinquantaine d’exposants et moult animations attendent les fidèles visiteurs de la traditionnelle Fête de l’agriculture de l’Yonne. Organisée par le Syndicat des Jeunes Agriculteurs du département, avec le concours appuyé de leurs homologues du canton de l’Avallonnais, cette manifestation populaire se déclinera les 01er et 02 septembre dans la partie la plus méridionale de notre territoire, sur la commune d’ATHIE (Avallonnais). Echange et convivialité iront de pair…

AVALLON : Emilie BUNEL, déléguée aux relations presse des Jeunes Agriculteurs de l’Yonne, le promet : « la nouvelle édition de cette Fête de l’agriculture sera grandiose ! ».

Elle se déroulera ce week-end sous un chaud soleil en offrant l’opportunité aux professionnels de ce secteur économique de pouvoir rencontrer le grand public. L’évènement, toujours très prisé, devrait attirer son lot de visiteurs attentifs aux évolutions de la filière, notamment en matière de protection environnementale et du bien-vivre au fond de l’assiette.

Environ trois mille personnes devraient arpentées le site en plein air où les animations seront copieusement représentées.

Evènementiel servant à la promotion de la filière agricole du territoire, cette fête demeure l’outil primordial du syndicat des JA pour relayer son savoir-faire auprès du grand public et des consommateurs.

Un syndicat fort de 150 adhérents dans l’Yonne…

Signalons parmi les vitrines incontournables de ce rendez-vous annuel, le marché du terroir avec des producteurs qui n’hésiteront pas à faire déguster leurs produits et les vendre. La fête sera totale avec des stands très appréciés du public comme ceux des tracteurs et du matériel ou celui de la mini-ferme. Des démonstrations de tracteurs agrémenteront les aspects loisirs de ce rendez-vous, à l’instar des baptêmes proposées en hélicoptère.

Précisons que le Syndicat des Jeunes Agriculteurs, réparti en neuf cantons sur l’Yonne, est fort de 150 adhérents dont 23 administrateurs et dix membres du bureau. Sa vocation est d’assurer le renouvellement des générations en facilitant les conditions d’accès au métier et en assurant des perspectives de long terme pour les jeunes qui s’installent.

Juste avant que ne tombe la décision irrévocable d’annuler sine die le futur évènement sportif de l’Yonne (le 27 août), le travail réalisé en matière de communication et d’information autour de ce premier rendez-vous était très bien ficelé en amont. Au plan national, c’est l’agence de relations presse parisienne, spécialisée dans le domaine du sport, de la forme et du bien-être, BernasCOM, qui avait eu le privilège de décrocher le budget pour en assurer la promotion auprès de nos confrères. Aujourd’hui, les gestionnaires du dossier tombent des nues…

 PARIS : Chargée des relations avec les médias, Sovannah HIM ne cache pas son désappointement. « Je suis stupéfaite devant cette décision si soudaine et abrupte… confie-t-elle. Membre de l’équipe de cette agence de communication de la capitale, elle assurait la gestion du dossier « CRAZY RACE FESTIVAL » depuis près de quatre mois. Sans qu’il n’y ait la moindre difficulté dans le mode opératoire et le comportement avec la société organisatrice, « RUN IN THE WORLD ».

Mais, depuis ce lundi 27 août et la date de l’annulation de l’évènementiel icaunais, les choses ont pris une tournure bien différente.

« Nous n’avons plus aucun contact avec le donneur d’ordre de cette opération… ». Rien de surprenant à cela. Puisqu’un son de cloche identique carillonne auprès des partenaires économiques et des futurs participants grugés à la même enseigne.

Pourtant, les engagements de l’agence parisienne auront été tenus. Spécialiste des relations avec les médias nationaux et régionaux, et notamment la presse spécialisée dans le sport, la forme et le bien-être en France, BernasCOM devait sensibiliser plus de 350 journalistes à grand renfort de communiqués de presse, dévoilant dans le moindre détail les arcanes pratiques de cette première animation en terre de Bourgogne.

Une cinquantaine de nos confrères, intéressés par l’angle insolite de cette épreuve ludique, avait pris soin de relayer abondamment l’information. Peu, en revanche, manifestèrent l’envie de se rendre sur place les 07, 08 et 09 septembre à Champs-sur-Yonne, lieu de l’évènement.

Une grossière erreur de communication de l’organisateur…

Jugeant la méthode choisie par l’organisateur (une simple information délivrée par un e-mail) inadaptée à la situation, les professionnels de l’agence de RP parisienne s’interrogent depuis sur la méthode et les moyens à mettre en œuvre pour atténuer l’effet catastrophique engendré par cette absence de sérieux de leur client.

« Ce n’est pas la première fois qu’une manifestation évènementielle est annulée, poursuit Sovannah, mais là où c’est inédit pour nous, c’est la méthode impromptue adoptée par l’organisateur ! ».

Double problématique : BernasCOM devra raviver ces jours-ci ses nombreux contacts médiatiques pour apporter un explicatif (qu’elle n’a pas de manière officielle) justifiant l’arrêt définitif du projet. Le plus délicat sera de procéder à la gestion des influenceurs qui, à la suite de plusieurs jeux concours spécifiques, avaient remporté des prix à faire valoir sur place le jour de l’évènement dans l’Yonne. D’où des annulations de titre de transport (beaucoup venaient de Paris) et de nuitées dans les complexes de l’hôtellerie icaunaise en perspective…

Un préjudice global de 50 000 euros pour les partenaires…

Parmi ses tâches à exercer, l’agence parisienne n’assurait pas le suivi des inscriptions. Pourtant, une estimation a été avancée concernant le nombre de participants ayant été identifiés au 24 août 2018 : environ 500 personnes.

Bien trop peu pour les objectifs sans doute démesurés de l’organisateur, la société « RUN IN THE WORLD », qui tablait sur une présence physique de plus de 4 000 participants pour atteindre son seuil de rentabilité financière.

Souhaitant une totale transparence de l’organisateur « RUN IN THE WORLD » depuis l’annulation du festival annoncée ce lundi 27 août par un simple e-mail, sept sociétés partenaires exigent des éclaircissements nets et précis sur la genèse des faits ayant conduit à ce délicat dossier. Une demande qui est portée à la connaissance des participants lésés et du grand public grâce à la publication d’un communiqué de presse…

AUXERRE : « Nous attendons tous de véritables explications de la part de la structure organisatrice de ce festival… ». Responsable de la communication et du marketing au sein du groupe de concessionnaires JEANNIN AUTOMOBILES, Sophie SANCHEZ demande des comptes au dépositaire de cet évènementiel, subitement disparu des écrans radar au beau milieu de l’après-midi de ce funeste lundi 27 août.

La jeune femme n’est pas la seule à se poser des interrogations. Les dirigeants de six autres entreprises (DOMANYS, BIGMAT Groupe GOURMAND, PASSTIME 89, PHOTOBOX 89, RABASKA OUTDOOR et V and B Auxerre) désirent tout autant le grand déballage en matière de communication de la part de l’intéressé. Une communication de crise, parce que manifestement, celle-ci arrive un peu trop tard. Le mal étant déjà fait…

Ce vendredi 31 août, une rencontre entre le responsable de l’ex-société « RUN IN THE WORLD » (celle-ci a cessé officiellement ses activités le…24 août !) et les partenaires économiques est prévue afin, semble-t-il, de faire toute la lumière sur cet épineux dossier qui donne des sueurs froides aux structures professionnelles ayant injecté, pour certaines, pas mal de numéraire dans ce projet de sponsoring, depuis avorté.

Une désolidarisation totale des partenaires avec l’organisateur…

« Tout comme les nombreux participants ayant payé pour participer à cette manifestation, il nous a été informé par un simple e-mail que nous ne percevrons aucun remboursement des sommes que nous avons engagées pour soutenir cet évènement. Nos tentatives pour joindre l’organisateur et obtenir plus amples explications sont pour le moment restées vaines.

Nous tenons à informer les nombreux participants que nos entreprises n’ont aucun lien avec la société RUN IN THE WORLD, responsable de l’organisation de cet évènement et que nous subissons, en tant que sponsor de cet évènement, également un fort préjudice.

Notre confiance, tout comme la vôtre, a été trahie par l’organisateur et nous regrettons très fortement que nos entreprises soient associées à ce type d’agissement qui va à l’encontre de nos valeurs ».

Diffusé depuis mercredi, le communiqué de presse clarifie la situation des partenaires en renforçant ce sentiment de trahison.

Un manque évident de concertation avec les sponsors…

« A ce jour, renchérit Sophie SANCHEZ, nous ne disposons d’aucun élément tangible qui justifie cette prise de décision. Si ce n’est que faute d’un nombre suffisant de participants, l’organisateur ne pouvait honorer la manifestation... ».

Surprise à la lecture du mail adressé à l’ensemble des participants et des sponsors, ce lundi, la spécialiste de la communication du groupe JEANNIN AUTOMOBILES estime qu’il y eu un manque de concertation manifeste dans ce dossier avec les soutiens économiques.

Outre les sponsors et les participants, les prestataires de service (restauration, sécurité, sonorisation, communication, logistique…) ne doivent pas être oubliés de la liste des grands perdants de cette manifestation qui, in fine, ne verra jamais le jour et aura fait pourtant parler d’elle.

La trente-deuxième édition du fameux festival de jazz, organisée dans la capitale de la Nièvre, du 10 au 17 novembre, sera soutenue à hauteur de 70 000 euros par la Bourgogne Franche-Comté.

NEVERS (Nièvre) : Les organisateurs de la manifestation culturelle bénéficieront de larges subsides en provenance de l’institution représentative de notre territoire. Le Conseil régional a entériné la décision de soutenir l’évènement musical en lui allouant une enveloppe de 70 000 euros.

Créé il y a trente-deux ans, « D’Jazz Nevers Festival » demeure l’un des rendez-vous représentatifs de la dynamique nivernaise autour de la sensibilisation de ce courant musical aux racines américaines.

Considéré comme l’une des manifestations majeures de jazz dans l’Hexagone, ce festival profitera, cette année encore, d’une programmation exceptionnelle. Parmi lesquelles Vincent PEIRANI QUINTET, Régis HUBY ENSEMBLE, Sylvain RIFFLET SEPTET, James CARTER OUTLET QUARTET mais aussi la formation régionale de Franck TORTILLIER.

En parallèle, plusieurs communes de l’agglomération de Nevers accueilleront la « tournée des bouts d’choux » avec cette année, la formation QUARTET NOVO.

Page 1 sur 45
Bannière droite accueil