Adepte de nouvelles déclinaisons commerciales, le réseau national de salons de coiffure ajoute une nouvelle corde à son arc en matière de partenariat. Il propose depuis peu à sa clientèle une valeur ajoutée gustative grâce à la complicité de la maison LADUREE, grand spécialiste des macarons et du thé. Pour l’heure, deux des dix-neuf vitrines de la franchise peuvent conférer ce supplément d’âme sous la forme d’art de vivre puisque équipées de corners. Avant que l’ensemble du groupe ne puisse en faire autant !    

AUXERRE : « On a choisi les variantes les plus connues avant de les proposer en dégustation à notre clientèle… ». Aussi insolite que cela puisse paraître, le thé, boisson séculaire si apprécié des épicuriens,  vient de faire une entrée inattendue dans l’univers cocooning véhiculé par les salons de coiffure YSEAL.  

Le réseau national concrétise un nouvel accessit après ceux réalisés avec ses partenaires naturels que sont L’OREAL et KERASTASE. Déclinée sous la forme d’un corner très visible, la présence de la célèbre enseigne LADUREE, chantre de la gourmandise et des arts de vivre, intègre pour l’heure deux des dix-neuf vitrines de la franchise.

Celle d’Auxerre Clairions où la belle aventure du groupe devait débuter il y a quelques années et à Reims, l’une des pièces maîtresses stratégiques de l’échiquier.

Mais que l’on ne se méprenne pas sur les intentions réelles de son pygmalion, l’entrepreneur Laurent PICOUET, ces espaces détente et consommation, où il ne manquerait peut-être que la succulence des célèbres macarons, essaimeront ailleurs d’ici peu.

Les dix-neuf salons de coiffure possèderont à leur tour leur corner à brève échéance, afin de respecter l’uniformisation qui prévaut au sein de cette structure. Celle-ci a réussi à accroître sa notoriété dans cette filière si caractéristique de l’artisanat et du commerce en harmonie.

L’opportunité de déguster des thés au goût emblématique…

Dans le salon auxerrois, la clientèle profite de ce nouveau supplément d’âme instauré depuis une courte semaine. Les clients sont invités à découvrir la gamme de thés de la maison mythique dirigée par la famille HOLDER. La possibilité d’acquérir la précieuse substance complète l’offre mise en place.

Neuf parfums sont ainsi soumis à la sagacité gustative de la clientèle. Parmi lesquels les références qui y ont fait la renommée de ces produits haut-de-gamme. Elles s’extraient de la collection unique conçue par LADUREE autour de quatre grandes familles de produits : les créations spécifiques, les classiques incontournables, les thés à vocation gourmande et même les infusions.

Mention particulière à l’esthétisme apporté aux écrins de présentation. Suscitant le désir consumériste, les contenants répondent à un grand principe vertueux qui a établi la réputation de la marque de luxe : « le beau et le bon restent leur plus belle signature ».

Quant à Laurent PICOUET, il savoure non pas une tasse du précieux breuvage mais la reconnaissance de sa marque par l’un des fleurons internationaux du luxe et des arts de vivre.

Eloge de la gourmandise pâtissière, LADUREE est appréciée de la clientèle chic londonienne (une boutique dans l’antre du commerce britannique chez HARRODS) ou new-yorkaise sur Madison Avenue. Sans omettre bon nombre d’endroits huppés du reste du globe…

Dès le 25 juillet, le triumvirat porté à la tête du projet de construction d’un futur club d’entreprises dans l’Yonne sera déjà sur le pont. Appelé à se rendre à Paris pour y rencontrer le Haut-Commissaire en charge du Plan « 10 000  entreprises », ce trio d’entrepreneurs, désigné sous le prisme du volontariat, sera à pied d’œuvre. L’enjeu, il est vrai, est de taille. Constituer un nouvel organe structurel pouvant accueillir toutes les bonnes volontés entrepreneuriales esquisse les contours de la feuille de route initiale. Adoubée par l’Etat qui en est l’instigateur, l’entité sera étroitement épaulée par les services de la DIRECCTE. Auxquels s’ajouteront des acteurs incontournables de l’économie, à l’instar de la CCI, du MEDEF, de l’UIMM ou de Pôle Emploi…

AUXERRE : Au terme de passionnants échanges nourris par les commentaires pertinents d’une soixantaine de décideurs, le préfet de l’Yonne Patrice LATRON dut enfin se résoudre à poser l’inévitable interrogation. Qui parmi cette assistance se portait volontaire pour former le nécessaire noyau du futur club d’entreprises que le représentant de l’Etat appelait de ses vœux ?

Comme à l’accoutumée, le silence régnait de part et d’autre dans la salle. Même si une irrésistible envie de pousser le bouchon un peu plus loin titilla les esprits des plus véloces !

Contre toute attente, peu imaginait au démarrage de l’explication de texte fournie par les serviteurs de l’Etat, préfecture et DIRECCTE, que le mode applicatif du Plan « 10 000 entreprises » supposerait la création d’une structure.

Il aura donc fallu patienter un long moment, au détour de prises de parole diverses et variées, avant que ne s’ébauche réellement l’éventualité.

Celle-ci, suggérée par Patrice LATRON lui-même, comporte plusieurs avantages. Primo, créer une structure officielle intègre les priorités définies par le programme « 10 000 entreprises ». Secundo, l’initiative répond à ce besoin d’échanges constants et cette quête légitime d’être informé.

Fort de ces arguties, il ne resta plus qu’à identifier un ou plusieurs leaders issus de la caste entrepreneuriale pour poser les jalons. A ceci près qu’il était impérieux de choisir, non pas un chef, mais des coordinateurs volontaires.

Un, puis deux, puis trois volontaires à la candidature !

Avant même qu’ils ne fassent acte de prétention, les candidats furent confortés par les propos de l’UIMM et du MEDEF. Les structures patronales accompagneront la démarche. Idem pour la DIRECCTE. Cette dernière mettra à contribution ses services pour appuyer les managers. L’unité départementale de l’Yonne, dirigée par Gérard MACCES, assurera le secrétariat et les besoins administratifs. Quant à la Chambre de Commerce et d’Industrie de l’Yonne, représentée par l’un de ses élus, René CORNET, elle devrait être partie prenante dans ce projet…

Le silence ne resta pas suspendu très longtemps. Le premier à dégainer en confirmant main levée qu’il était très intéressé pour apporter sa pierre à l’édifice ne fut autre que le directeur d’établissement icaunais de GROUPAMA Paris Val-de-Loire, Jacques BLANCHOT. « Cela m’interpelle mais, je ne veux pas porter le projet tout seul ! ».

Il n’en fallu pas plus pour que la dirigeante de BC Entreprise, Emmanuelle BONNEAU, lui emboîte le pas et valide elle aussi sa candidature.

Puis, d’un binôme initial, la tête de pont du futur concept se transforma en un trinôme grâce à l’affirmation du directeur de Pneu LAURENT à Avallon, Arnaud MALECAMP de rejoindre l’aventure.

Les trois volontaires savent que le farniente n’est désormais plus d’actualité pour les jours à venir. Un déplacement à Paris le 25 juillet figure d’ores et déjà dans leurs agendas.

Ce rendez-vous servira de point d’ancrage pour rencontrer le Haut-Commissaire en charge du Plan « 10 000 entreprises ». Une seconde rencontre, organisée à Avallon, réunira le trinôme le 26 août juste avant la rentrée. Elle favorisera la concertation avant d’officialiser définitivement ce nouveau club auquel il sera indispensable de donner un nom avec la bénédiction de l’Etat.

La présentation du plan « 10 000 entreprises » est effective ce mercredi 17 juillet dans les locaux de la Maison de l’Entreprise. En partenariat avec la DIRRECTE, le MEDEF, l’Union des Industries des Métiers de la Métallurgie (UIMM) et Pôle Emploi en déclineront les principales orientations en présence du représentant de l’Etat, le préfet Patrice LATRON. Ce dernier marque ainsi son appétence pour tout ce qui a attrait de près ou de loin au développement économique de notre territoire…

AUXERRE : Ce devrait être une réunion d’échanges. Nourrie et constructive. Devant déboucher sur des pistes de réflexion sérieuses. Ce 17 juillet, de 9h45 à 12h00, la Maison de l’Entreprise de l’Yonne accueillera de nombreux acteurs de la sphère économique et institutionnelle autour d’une thématique précise : le plan « 10 000 entreprises ».

Initié au plan national par le gouvernement dans le cadre de la mobilisation du tissu entrepreneurial en faveur de l’emploi, ce dispositif concerne tout naturellement l’Yonne.

La DIRRECTE interviendra en préambule de la rencontre afin de présenter son offre de services concernant l’emploi et l’accompagnement des entreprises. Puis, seront évoqués les quatorze thèmes de ce fameux plan afin de sensibiliser et mobiliser les structures professionnelles de notre territoire : PME/PMI, entreprises de taille intermédiaire mais aussi les filiales des grandes sociétés.

On l’aura compris : le but de la manœuvre est de créer une véritable synergie entre toutes les composantes afin que cela soit favorable à la création de nouveaux emplois sur notre territoire…

Un plan articulé autour de quatorze thématiques…

Pour mémoire, les quatorze items de ce plan sont les suivants :

  • Stages de 3ème pour les jeunes des QPV (en lien avec le PAQTE1),
  • Contribution à l’orientation et aux « parcours avenir » de découverte de l’entreprise,
  • Accès de tous les jeunes à l’apprentissage et à l’alternance, en particulier jeunes des QPV et jeunes en situation de handicap,
  • Réalisation de parrainages,
  • Accompagnement et recrutement de jeunes issus de parcours d’insertion (E2C, EPIDE, Garantie jeune etc.),
  • Partenariats renforcés avec les réseaux de l’inclusion et de l’IAE (accompagnement, formation, recrutement),
  • Accompagnement et recrutement de travailleurs handicapés,
  • Recrutement dans le cadre de l’expérimentation « emplois francs »,
  • Accompagnement et recrutement de réfugiés (programme Hope, etc.),
  • Formation et insertion dans l’emploi de personnes (dont jeunes) placées sous main de justice,
  • Mise en place de démarches innovantes en faveur de « l’emploi/inclusion »,
  • Participation au changement d’échelle dans l’offre d’insertion par l’économique (clauses sociales marchés publics, politique d’achats responsables, sous-traitance dans le cadre de l’OETH2, etc.),
  • Mises en situation professionnelle, recrutements de personnes en parcours d’insertion ou issues de parcours d’insertion,
  • Engagements pour l’accès solidaire aux produits et services (alimentation, énergie, eau, etc.).

Originaire de Nantes, ce nouveau réseau présent dans l’Yonne depuis septembre 2018 accueille décideurs économiques et dirigeants d’entreprise lors de réunions régulières. Il poursuit sa lente phase d’implantation sur le territoire après avoir créé une première cellule fonctionnelle à Sens. Celle d’Auxerre suit. Sa participation aux RIDY (les Rencontres industrielles régionales de Bourgogne Franche-Comté portées par la Chambre de Commerce et d’Industrie) le 03 octobre validera une feuille de route préalablement établie pour faire grossir les rangs de ses effectifs…

AUXERRE: Le 03 octobre prochain, ce sera la première grande manifestation évènementielle icaunaise à laquelle prendra part le réseau natif des Pays de la Loire. Opérationnel en Bourgogne du Nord depuis l’automne 2018, DYNABUY a décidé de renforcer ses jalons de manière plus formelle lors des futures RIDY 2019. Des Rencontres industrielles régionales que son poisson-pilote Christian FUCHS n’aurait aimé manquer sous aucun prétexte.

L’intéressé l’a d’ailleurs confirmé au téléphone il y a peu. Le réseau dont il est le garant sur notre territoire disposera d’un stand sur lequel il affirmera sa visibilité. Cette vitrine servira aussi à optimiser la structure qui enregistre un essor considérable dans l’Hexagone.

Apparu il y a quatre ans, DYNABUY essaime à tout va. Le réseau s’appuie sur plus de quatre-vingts agences, réparties à travers le pays. Dont celle de l’Yonne : celle-ci fonctionne depuis deux saisons sur le Sénonais et décline des rendez-vous thématiques récurrents.

La structure propose une large palette de services destinés aux TPE/PME. L’objectif comme tout bon réseau qui se respecte est l’élargissement du rayon d’action des adhérents. A ce jour, 80 000 sociétés ont rejoint le réseau. S’adressant aussi aux comités d’entreprise, ce sont plus de 300 000 particuliers qui bénéficient désormais de l’apport positif de cet organisme. Il offre la possibilité de réaliser des économies sur les achats de fonctionnement par le recours de la centrale d’achat propre à son enseigne.

Un éventail très large de fournisseurs facilite la mise en œuvre de cette plateforme d’achat. Fournitures de bureau, consommables, produits informatiques mais aussi location de véhicules : DYNABUY répond aux besoins de fonctionnement de ses membres. Près de quatre-vingt partenaires y proposent leurs services et prestations, et des non des moindres, à l’instar de MANPOWER ou ADECO.

Une passerelle offerte au recrutement de nouveaux membres…

Même si le nombre de personnes issues d’une corporation identique se limite à deux représentants, Christian FUCHS possède toute la latitude pour convaincre de nouveaux adhérents à pousser la porte d’accès de ce réseau. Lui-même acteur indépendant mais partenaire de la franchise, il assure le développement de cet outil de relations publiques avec obstination et professionnalisme.

Dès le mois de janvier, il envisage d’alterner ses réunions mensuelles dans les deux villes principales de l’Yonne. D’où l’envie de se faire connaître à tout prix de la sphère entrepreneuriale industrielle (mais pas seulement) qui fréquente les RIDY tous les deux ans.

 

Semaine fertile pour le jury de la fameuse épreuve qui est organisée sur délégation du Conseil départemental de l’Yonne. L’obtention du label « Villes et Villages fleuris » récompensera cet automne, lors de sa traditionnelle remise des prix, particuliers et collectivités (94 engagées cette année) de l’Yonne. Pas de répit pour les jurés qui sont chargés d’examiner avec soin les plantations et embellissements des communes inscrites à cette édition 2019…

AUXERRE: Sensible à l’harmonie générale des embellissements, de la qualité, des volumes mais aussi de la diversité des plantes et fleurs utilisées, le jury départemental du traditionnel concours de fleurissement est depuis ce lundi sur le pont.

Objectif pour la vingtaine de spécialistes es horticulture : faire passer l’examen de passage de la kyrielle de dossiers reçus en amont. Il s’agira à l’issue de ces observations d’établir le palmarès officiel de l’épreuve annuelle dont les lauréats recevront l’agrément du label « Villes et Villages Fleuris ».

Comme le confirme la présidente de l’agence Yonne Tourisme, vice-présidente du Conseil départemental, Anne JERUSALEM, le cru 2019 s’avère être excellent.

Ainsi, 94 dossiers de candidature ont été déposés par les collectivités de l’Yonne. Soit un surplus de quatre nouveaux compétiteurs par rapport à la saison dernière.

Lors de ce périple intra-départemental, le jury adoptera la grille d’évaluation nationale en ce qui concerne le dossier des communes en évaluant le patrimoine végétal, la gestion environnementale, la qualité de l’espace public. Ainsi que la pertinence des aménagements paysagers, voire l’animation et la promotion de la démarche.

Dans le cas des candidatures des particuliers, les membres du jury s’attacheront à apprécier la qualité de l’embellissement floral, le volume et la diversité des plantes et fleurs utilisées.

Chaque année, ce concours organisé par l’agence Yonne Tourisme a pour vocation de valoriser la diversité paysagère de notre territoire.

Précisions : le jury visitera également les 22 et 23 juillet les campings participant au Prix de la Fédération départementale de l’hôtellerie de plein air.

Page 1 sur 71
Bannière droite accueil
Bannière footer