Découvrez nos partenaires

logo-festins-de-bourgogne.jpg
gan.jpg
logo-edf-site.jpg
logo-cifa-89-auxerre.png
logo-ccap-vital-sante-auxerre.jpg
logo-iseal-salon-coiffure-auxerre.jpg

Découvrez nos partenaires

logo-festins-de-bourgogne.jpg
gan.jpg
logo-ccap-vital-sante-auxerre.jpg
logo-edf-site.jpg
logo-cifa-89-auxerre.png
logo-iseal-salon-coiffure-auxerre.jpg

Paru le 29 juin dernier, le cahier spécial consacré par le média national à la région Bourgogne Franche-Comté met en relief quelques-unes des références illustres des arts de vivre et du tourisme haut de gamme, implantées sur le territoire nord-bourguignon. Ce support médiatique, édité juste avant le rush des congés d’été, pourrait valoir de belles retombées pour les établissements répertoriés…

PARIS : Le Spa des Clos de Chablis, la Côte Saint-Jacques à Joigny ou le tout nouveau Domaine de l’Ocrerie à Pourrain…ce sont quelques-unes des très belles adresses des arts de vivre et du tourisme haut de gamme, accueillies dans notre département, qui ont eu les honneurs de la rédaction du magazine féminin national.

Encarté dans le numéro paru le 29 juin, ce supplément fait la part belle aux vitrines incontournables du savoir-faire en matière de gastronomie et de tourisme dans la région Bourgogne Franche-Comté.

Imprimé à 8 624 exemplaires, ce dossier spécial conçu par les journalistes de la rédaction de « Elle » tombe à point nommé pour assurer la promotion de notre contrée. Les coups de cœur des journalistes parisiens devraient faire mouche auprès d’un lectorat, principalement féminin, et ciblé dans la catégorie des CSP +.

L’agence départementale YONNE TOURISME avait été contactée il y a environ un mois par la rédaction du magazine mensuel. Ses équipes en charge des relations avec la presse avaient fourni les meilleures adresses icaunaises correspondant aux critères de sélection du titre, à savoir les hébergements de qualité, les spas et les activités orientées vers le bien-être. Sans omettre, en parallèle, les aspects gastronomiques qui intègrent à leur manière les arts de vivre régionaux…

C’est une immersion passionnante qui sera proposée ce samedi 23 juin dans les infrastructures professionnelles du Domaine Louis MOREAU implantées sur la commune de BEINES. Les hôtes de ces lieux, devenus de véritables références à l’international auprès des exégètes de la viticulture qualitative, accueilleront les férus de ces goûteux nectars lors de portes ouvertes, agrémentées de subtiles surprises. Un évènement que les épicuriens devraient apprécier à sa juste valeur en se délectant de grands crus et premiers crus vinifiés au domaine…

BEINES : Œnologue ayant suivi son cursus universitaire dans l’un des établissements chevronnés de la Côte Ouest américaine, Louis MOREAU a suivi les traces de son père, Jean-Jacques, sur le sentier de la réussite professionnelle. Sixième représentant de la génération familiale à la tête du domaine viticole, cet entrepreneur pratique depuis plus d’une décennie des méthodes de viticulture raisonnée. Objectif : valoriser du mieux possible l’ensemble des terroirs de son vignoble, 65 hectares, pour obtenir une qualité optimale des produits.

Grand bien lui en a pris ! Ce propriétaire de cinq grands crus, et non des moindres dans le paysage du Chablisien, s’est forgé une solide notoriété. Surtout auprès des consommateurs des quatre coins de la planète qui aiment succomber à la suavité exquise de ces élaborations divines, issues du cépage 100 % Chardonnay !

Une journée de plaisir gustatif…

Leurs noms résonnent bien ancrés dans les esprits gourmands : Premier cru Les Fourneaux, Grands crus Valmur, Les Clos, Blanchot, Vaudésir…

Produisant 350 000 bouteilles à l’année, le Domaine Louis MOREAU, apparu en 1814, accueillera ce public de fervents adeptes au cours d’une journée intéressante, orientée vers la pédagogie et le plaisir.

Elle sera distillée entre visite du complexe, en profitant des explications dites par le propriétaire, de séances de dégustation avec Anne MOREAU et de découverte de produits plutôt insolites.

Les célèbres pop-corn, aux multiples saveurs aromatisées (citron, poire, chocolat, caramel…) conçus par la société icaunaise GRAMM’S feraient pâmer d’envie les plus accros aux confiseries. Que dire, aussi, de ces fantastiques gougères qui possèdent un goût parfumé aux diverses variétés fromagères ! On en mangerait sans compter ! Elles sont l’œuvre de PYNEAU PRUNUTZ : une petite structure artisanale de notre terroir qui ne cesse de monter dans l’estime des gourmets de la région. Quant aux amateurs de food truck, ils pourront se sustenter en découvrant les bons produits concoctés par CROQ & GOURMAND.

Portes ouvertes au Domaine Louis MOREAU à BEINES

La réservation pour les visites est conseillée au 03.86.42.69.44 et par mail, sur Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Eiryo KUDO, jeune prodige de la cuisine nipponne, en poste à l’ambassade de l’Empire du Soleil Levant à Paris, a eu la divine surprise de découvrir, aux côtés du Premier secrétaire aux affaires économiques de l’archipel et de son attaché agricole, les méthodes d’affinage d’une viande bovine labellisée qui ont établi la notoriété de l’artisan sénonais à travers la planète. Aujourd’hui, les plus belles références des arts culinaires et de la gastronomie française, dans l’Hexagone comme dans leurs établissements à l’international, se fournissent chez ce virtuose du goût et de l’authenticité. Ce long et délicat travail de maturation a conquis les officiels japonais en visite dans l’unité de production de Sens. Ils n’oublieront pas de sitôt cette immersion surprenante dans cet univers du savoir-faire, poussé à son paroxysme et à sa maîtrise absolue…

SENS : Moins 21 degrés. Les espaces frigorifiques où sont entreposées les carcasses de bœufs ne se visitent pas. Furtivement, le maître de cet antre atrophié par le froid daigne ouvrir le temps d’une courte séance photographique l’une des zones d’affinage de cette viande succulente au palais qui fait désormais le bonheur gustatif des esthètes et la renommée planétaire de l’artisan icaunais.

Bienvenue au cœur des établissements DENAUX ! Munis de leurs smartphones, les membres de la délégation nippone immortalisent ces instants, très cordiaux et chaleureux, menés dans une langue de Shakespeare parfaite. Répondant de manière positive à l’invitation de l’entrepreneur, les personnels de l’ambassade, accompagnés de Karine BERTHOLON, chargée de mission Asie de l’Est à la Direction générale de la performance économique et environnementale des entreprises, au sein du Ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation, et de Nadège PALANDRI, chef du service régional de l’économie agricole au sein de la DRAAF (Direction régionale de l’alimentation, de l’agriculture et de la forêt de Bourgogne Franche-Comté), furent accueillis en fin de matinée de ce vendredi 15 juin par le chef d’entreprise et son épouse.

Des liens déjà privilégiés entre la société DENAUX et le Japon…

Une présence asiatique qui n’avait rien de surprenante dans cette structure moderne dont l’histoire fut narrée par le dirigeant avec moult précisions. Depuis cinq ans, les établissements DENAUX distribuent leurs produits au Japon. Cibles privilégiées : les restaurants gastronomiques. Certes, il y a ceux tenus par les grandes signatures françaises de la gastronomie dont les noms illustres tutoient toujours les sommets (Pierre GAGNAIRE, Joël ROBUCHON…). Mais, l’appétence des jeunes chefs nippons pour la gastronomie de qualité n’est plus à démontrer. Nombreuses sont les tables qui ont fleuri au cours de cette dernière décade avec de jeunes chefs ambitieux et respectueux du goût et des saveurs.

A l’image d’Eiryo KUDO, un talent à l’état pur, qui est au service de l’ambassadeur de son pays en France, et qui agrémente avec maestria les délices sucrés et salés à l’envie, essence même de cette cuisine d’Extrême Orient à redécouvrir sans modération.

Avec ses deux compagnons de voyage, Hideki YAZAWA, Premier secrétaire aux affaires économiques à l’ambassade et le responsable du volet agricole de cette même délégation, Kensuke ASAHI, le chef cuisinier aura pris soin de découvrir avec beaucoup d’intérêt les méthodes d’affinage de la viande de bœuf travaillée par l’entrepreneur sénonais.

Présentation de la société familiale, de ses effectifs, de sa stratégie à l’export mais aussi de sa modernité avec un site à l’ergonomie éprouvée, Jean DENAUX déroula avec conviction et sens du détail les objectifs mis en place depuis une vingtaine d’années au sein de la structure.

« Le Japon a toujours été ouvert à la découverte de la viande française de qualité, glisse l’entrepreneur, désireux d’optimiser cette visite courtoise en potentialité économique réelle. D’ailleurs, depuis cinq ans, je livre des produits carnés pour les besoins de l’ambassade à Paris ».

L’affinage de la viande : un discours comparable à la vinification et à l’élevage du vin…

S’en suivit un échange passionnant sur la perception de la nourriture française vue par le prisme du consommateur nippon. Et les moyens de l’accommoder. Puis, séance tenante, Jean DENAUX fit goûter à ses hôtes une variété de plante avec laquelle il aime préparer ses produits, le fenouil des Alpes, mieux connu sous l’appellation de cistre.

« Le processus de maturation de la viande requiert de la patience et un goût immodéré pour le travail approfondi du produit, stipula le chef d’entreprise de l’Yonne, la viande du Charolais, connue et reconnue à travers le monde, se prête idéalement bien à ces techniques naturelles… ».

Ce procédé a été développé au cours de cette décennie par l’établissement artisanal qui possède même une boutique intégrée à son lieu de production. Là, les aficionados de la viande de grande qualité y découvrent des pièces de bœuf mais aussi de porc et d’agneau à la saveur et la tendreté exceptionnelles.

« L’affinage de la viande courant sur des périodes de plusieurs semaines peut se comparer à la vinification d’un vin, explique Jean DENAUX, voire celle de charcuteries ou de fromages. Aujourd’hui, cette technique est devenue la signature de notre enseigne ».

Affineur exclusif de la viande de bœuf de Charolles et de viandes d’appellation aux origines certifiées (AOC, Label Rouge, IGP…), l’artisan a conçu en 2013 un site de production exceptionnel de 1 400 mètres carrés à l’image de son talent et de ses ambitions.

Pour la réalisation de ce site hors normes, il s’est appuyé sur les conseils avisés d’experts en salaison et affinage de fromages. La présence de chambres froides, destinées à préserver une température, l’hygrométrie et la ventilation idoines à la maturation allant jusqu’à six mois, justifiait ces choix. En développant pour la première fois en France cette méthodologie, Jean DENAUX, avec son âme et tempérament de précurseur, a pu ainsi améliorer la tendreté de ses viandes de 40 %, tout en évitant la perte de poids du produit et en restant respectueux des qualités microbiologiques naturelles.

Une quarantaine de pays dont ceux de l’Asie du Sud-Est apprécient cette viande qui confine à l’excellence. Gageons que les représentants du Japon se feront les ambassadeurs de ce produit made in France bien au-delà de la représentation diplomatique de leur instance à Paris. La vingtaine de kilos de produits maturés, acquise par le jeune chef nippon au terme de cette visite, atteste que les Japonais y ont trouvé le plus grand intérêt…

 

La création de la nouvelle agence de tourisme d’affaires de l’Yonne, « Destination Auxerre », se justifie dans un apport de valeur ajoutée supplémentaire pour les structures organisatrices d’événementiels inspirés par notre territoire. Le directeur adjoint de Centre France Parc Expo, Sébastien FUENTES, qui en chapeautera la commercialisation aux côtés de ses équipes, en définit les contours…

AUXERRE : Dès lors que cette agence sera opérationnelle sur le terrain de facto, c’est-à-dire d’ici quelques jours, quelles en seront les principales missions ?

L’agence que Centre France Expo a porté sur les fonts baptismaux avec son partenaire, l’Office du tourisme de l’Auxerrois, répondra à une double vocation. Elle agira en qualité d’agence réceptive, dont la préoccupation prioritaire sera de satisfaire du mieux possible les appels d’offres des clients organisateurs de congrès et d’évènements nationaux. Après le temps de l’analyse de leur cahier des charges, nous serons amenés à faire des préconisations de sites en les aiguillant vers le lieu d’accueil ou le traiteur adéquat, pouvant optimiser leur évènement.

Ainsi, vous aurez un rôle de guichet unique pour apporter des préconisations les plus adaptés aux besoins de ces organisateurs ?

En quelque sorte. L’agence proposera des formules packagées qui ne se limiteront pas à la seule recherche de sites propres à l’accueil d’un événement. Seront pris en compte l’hébergement, la restauration, le transport, mais aussi les excursions en liaison directe avec nos partenaires touristiques. En résumé, « Destination Auxerre » doit être garante du bon déroulement du séjour des clients dans la ville en matière d’accueil, d’exploitation et d’incentives…

Les attraits d’être un interlocuteur unique…

Etre un interlocuteur unique représente-t-il un avantage ?

Indiscutablement, oui ! L’agence, une fois la contractualisation actée avec l’organisateur d’un évènement, sera habilitée à commercialiser et à louer des sites dans le cadre de sa relation avec le client. Même, si elle n’aura pas l’exclusivité dans cette commercialisation. « Destination Auxerre » jouera le rôle d’une interface unique qui agira sur les aspects logistiques et techniques du client à la fois dans le suivi de son dossier comme pour le déroulé le jour de la manifestation.

La naissance de ce concept a été dévoilée à la presse et aux milieux institutionnels et économiques du département. Quelles seront les prochaines étapes de ce projet ?

Dans l’immédiat, nous allons faire jouer les synergies des sites partenaires en analysant les congrès tournants. Sachant que les événementiels portés par les filières médicales sont les plus importants en nombre : ils représentent 80 % des congrès nationaux à l’heure actuelle. En parallèle, nos équipes vont identifier l’ensemble des acteurs par secteur d’activité auprès des fédérations professionnelles, des associations corporatistes et des syndicats (FNSEA, FNACA, CGT…). Dès septembre, nous serons en mesure de proposer des produits packagés, intégrant de la restauration et de l’incentive culturelle ou gastronomique. Enfin, l’inventaire de l’offre concernant l’hébergement se poursuit. C’est essentiel pour finaliser les tarifs hôteliers à décliner pour l’accueil des congrès dès l’automne.

De réelles retombées économiques sont à venir…

Que peut-on réellement espérer du développement de ce tourisme d’affaires dans notre zone géographique ?

Le marché national pesait 8,2 milliards d’euros en 2017. Il faut savoir, en outre, que le touriste d’affaires dépense en moyenne entre 150 et 230 euros au quotidien. Donc, ce sont des arguments qui sont très favorables à la création de notre nouvelle agence. Quant aux choix des sites, ils se font par le biais du multimédia à 45 %. L’accessibilité, la rapidité des transports et la localisation demeurent les critères sélectifs qui font la différence d’une ville à l’autre. Au vu de sa configuration, Auxerre dispose de sérieux atouts pour la conquête de nouvelles parts de marché…

Le tourisme d’affaires connaît une véritable expansion en France depuis plusieurs années. Estimé à plus de huit milliards d’euros, il se décline par l’organisation de salons professionnels, de séminaires, de colloques, mais aussi de congrès et de réunions en tout genre. Centre France Evènement, par le biais de sa vitrine commerciale dans l’Yonne, Centre France Parc Expo, et l’office du tourisme Auxerrois ont décidé de créer un outil unique et conceptuel, « Destination Auxerre ». Cette agence aura pour vocation de fédérer l’ensemble des acteurs de ce segment de l’activité économique afin de promouvoir le territoire de l’Yonne parmi les sphères décisionnaires de la capitale mais aussi dans le reste de la Bourgogne Franche-Comté…

AUXERRE : D’une temporalité couvrant les périodes d’octobre à avril, ce tourisme spécifique en phase de recrudescence représente à lui seul un juste corolaire au tourisme d’agrément. Celui-ci étant davantage focalisé au cours des mois estivaux. Or, la volonté conjointe des deux partenaires qui officialisent désormais leurs destinées, Centre France Evènement et l’Office du tourisme Auxerrois, est bel et bien de créer une véritable dynamique par ce biais. En espérant des retombées en cascade sur l’ensemble du département.

Pilotée par les deux structures, cette nouvelle agence, « Destination Auxerre », facilitera les démarches opérationnelles des organisateurs de prestations en packageant différentes offres de services. Parmi lesquelles, la location d’espace, le recours à des besoins techniques, logistiques et de sécurité, la restauration, l’hébergement, le transport, les visites guidées, sans omettre les animations (incentives, team building).

Réunis lors d’une conférence de presse, les deux acteurs de ce schéma de développement touristique ont expliqué les tenants et aboutissants de ce concept innovant, bâti à l’identique d’un guichet unique. Dans l’absolu, et comme devait l’expliquer Sébastien FUENTES, directeur adjoint de Centre France Parc Expo, « les équipes commerciales d’AUXERREXPO pourront gérer techniquement les devis et négociations avec leurs partenaires… ». Charge aux spécialistes de l’Office du tourisme de l’Auxerrois de proposer le marketing, la communication inhérente à la destination, les circuits et l’hébergement.

Rivaliser avec des villes d’importance comme Orléans, Amiens ou Reims…

« Le positionnement d’Auxerre est central, ajoute Guy ROS, directeur de Centre France Parc Expo, l’agglomération possède le plus grand centre de congrès de la région avec 6 000 mètres carrés à 1h30 de Paris. En outre, la capacité d’accueil est appréciable avec près de 1 300 chambres. L’idée est de développer grâce à ce nouveau concept des congrès nationaux pouvant accueillir de l’ordre de 800 à 1 000 personnes… ».

Possédant un patrimoine architectural unique dont 530 maisons à pan de bois, la capitale de l’Yonne, distante de 170 kilomètres de Paris, peut être un lieu d’accueil privilégié dans l’organisation de colloques et de séminaires professionnels à la journée. Ou sur une période plus longue. L’année dernière, le Congrès national de sages-femmes avait accueilli plus de 600 congressistes engendrant près de 70 000 euros de prestations facturées au complexe de Centre France Parc Expo. Immanquablement, la tenue de ces assemblées sur l’Auxerrois se convertit en atouts économiques essentiels, tant au niveau de l’hébergement hôtelier qu’en matière de restauration, de bars, de taxis, de transport, etc.

Organisateur de près de quatre cents manifestations à l’année, Centre France Evènement, filiale du groupe de presse auvergnat, a reçu 55 événementiels dans son antre d’AUXERREXPO. Cela a généré le passage de 100 000 visiteurs. Il était légitime que ce spécialiste de l’accueil de congrès soit intégré au projet icaunais mené en concertation avec l’office du tourisme.

Un véritable travail de prospection pour vendre la destination…

Responsable du développement touristique de l’Auxerrois, Annick SOTO confirme l’excellence de la complémentarité avec son partenaire. « Nous allons travailler en étroite osmose, explique-t-elle, en créant une vraie synergie entre nous. Nous allons assurer des phases de prospection auprès des agences de communication spécialisées dans le tourisme et nous rendre sur des salons spécifiques. Et puis, mettre en exergue les richesses de sites touristiques et de loisirs à l’instar de ceux portés par des partenaires naturels comme le Domaine BROCARD ou l’AJ Auxerre… ».

Réellement compétitif par rapport à la politique tarifaire pratiquée à Paris (120 euros la journée pour la location d’un lieu), le nouveau projet « Destination Auxerre » présentera une offre claire à partir de 42 euros. Bien sûr, selon les périodes et les modes opératoires, ces prix pourront fluctuer dans un cadre restreint ne devant pas excéder toutefois 65 euros. Autre objectif : la mise en avant des producteurs locaux grâce à des commandes à l’appui.

Pour 2019, trois congrès nationaux ont d’ores et déjà été signés au Parc des expositions auxerrois. Le retour de la convention nationale des sages-femmes est assuré malgré la concurrence rude de Poitiers. Le Rotary et l’EPNAK y jetteront pour la première fois leur dévolu au plan national tandis qu’une quarantaine de réunions d’affaires ont été biffées sur l’agenda du directeur de l’infrastructure.

De quoi augurer de beaux lendemains pour la nouvelle agence de tourisme d’affaires officielle de la région…

Page 1 sur 16
Bannière droite accueil