L’Agence de développement touristique et relais territorial des Offices de tourisme et des syndicats d’initiative de l’Yonne ne baisse pas les bras, malgré le contexte sanitaire très spécifique. Mieux, l’institution apporte son précieux concours en accompagnant les communes qui souhaitent poursuivre leur démarche de valorisation paysagère…

AUXERRE : En charge de la promotion du label « Villes et Villages Fleuris » sur le territoire de l’Yonne, l’agence de développement Yonne Tourisme comble aujourd’hui l’absence des tournées estivales du jury. Celles-ci, supprimées à cause de la pandémie, permettaient de procéder à la visite des communes candidates.

Malgré l’annulation de ces rencontres cordiales, très agréables pour le plaisir des sens, l’organisme a trouvé une judicieuse parade pour maintenir le lien social avec les édiles ayant fait acte de candidature à l’obtention de la précieuse « fleur », qui labellise leur localité.

C’est sous la forme de visites conseils que l’agence départementale a pu contourner le problème. Qui n’en est plus un, puisque cet accompagnement personnalisé aux communes qui en font la demande offre les réponses adéquates aux questions techniques pouvant se poser.

Deux agglomérations ont pu déjà bénéficier de ce dispositif cette année. D’ailleurs, ces visite-conseils concoctées dans le respect des règles sanitaires en vigueur et des gestes barrières ne demandent qu’à se développer.  

Il suffit de se rapprocher de la chargée du label « Villes et Villages Fleuris » au sein de l’agence Yonne Tourisme, Florence DUFER, pour y prétendre.

 

En savoir plus :

 

Contact auprès de l’agence Yonne Tourisme

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

 

  

 

 

Exit les retrouvailles en présentiel ! Comme à l’accoutumée depuis plusieurs mois, la Jeune Chambre Economique d’Auxerre invite les suiveurs de sa fameuse animation à se retrouver derrière l’écran de l’ordinateur le 20 novembre. Ils y apprécieront la convivialité d’une opération qui a su faire florès dans d’autres villes de la région…

AUXERRE : Beaune, Nevers, Nuits-Saint-Georges…et bien évidemment, Auxerre. Toutes ces villes de Bourgogne possèdent un dénominateur commun qui les relient les unes aux autres : l’accueil de l’une des manifestations les plus emblématiques déclinées par la Jeune Chambre Economique, les « Vingt du mois » !

Concept original apparu sur les bords de l’Yonne dès octobre 2017, l’évènement allie les aspects ludiques conférés par la production vinicole du terroir et les retrouvailles en présence physique de dirigeants de la sphère économique et institutionnelle.

Devenu l’un des référents dans le paysage des « after work » du territoire, le rendez-vous a gagné en maturité de fil en aiguille, sans se départir de sa simplicité naturelle et de sa vocation première.

Ainsi, à chaque session mensuelle, ce sont près de trois cents convives qui se rejoignent dans un cadre propice aux échanges. En extérieur comme à l’intérieur d’établissements partenaires.

Certes, avec le confinement, l’animation a vu son mode opératoire quelque peu malmené. Optant vers les outils numériques pour continuer à subsister.

 

 

Un excellent condensé de pédagogie et de convivialité…

 

Ce jeudi 20 novembre, dès 18 heures, divers schémas distractifs seront ainsi proposés aux participants de cette séance, à la fois festive et gustative (de manière virtuelle cette fois-ci !).

Ce sont les vins du domaine POMMIER à Poinchy (Chablisien) qui seront passés sous le feu des projecteurs avec les explicatifs d’usage ainsi que divers produits locaux. Note ludique : des lots sont à gagner.

La vente de box dans lesquelles seront mis à l’honneur les vins du domaine du jour ainsi que des spécialités gourmandes locales apporteront un attrait supplémentaire à la soirée, placée sous le signe du sourire.

Un gastronome chevronné en la personne de Marie SADRON profitera de la lumière faite sur cette manifestation pour y dévoiler les secrets de fabrication des célèbres gougères, avec un défi à la clé : les cuisiner en direct !

Précisons que ce rendez-vous régulièrement fréquenté par les responsables de la vie politique locale a été sélectionné parmi les trois principaux projets initiés par les JCE en France.

Conséquence : Paris succombe depuis peu aux charmes et aux vertus relationnelles du concept. Une antenne spécifique y est désormais fonctionnelle depuis le début de l’année.

 

 

En cette période de confinement, certains commerces tirent encore leur épingle du jeu malgré le flux important de fermetures. C’est le cas de la jeune boutique, ouverte depuis septembre, qui se positionne dans la vente de vins et spiritueux tenue par Anthony GOULIER. Le professionnel ne connaît pas la crise : mieux, il ambitionne déjà d’ajouter de nouvelles prestations au sein de sa boutique…

MONETEAU : D’agréables petites bulles scintillent à la surface de la bouteille. Parmi ces signes ostentatoires d’une effervescence affirmée, on y décèle d’insolites paillettes couleur or ! Non, on ne rêve pas quand on s’attarde avec minutie sur le contenant qui accueille ce précieux breuvage aux origines magyares.

Ce vin pétillant aux « bulles d’or alimentaire » est selon les avis des consommateurs l’ayant déjà goûté une véritable « tuerie » au palais ! Un de ces nectars rares et très particuliers que l’on peut déguster avec modération dans l’une des nouvelles boutiques spécialisées dans la vente de vins et de spiritueux de notre territoire.  

La structure a été portée sur les fonts baptismaux de la création à la plus mauvaise période qu’il soit : entre deux vagues successives d’épidémie de coronavirus ! Soit un acte de naissance qui a été rendu officiel en zone d’activité des Macherins courant septembre.

 

 

Un concept novateur de caviste autour du déstockage…

 

Incorporée dans la caste des commerces alimentaires (somme toute logique puisque l’établissement propose des produits liquides sous diverses variantes), la boutique « DESTOCK APERO et VIN » se présente sous sa forme juridique comme une SARL. Avec à sa tête un spécialiste de la vente et du commerce de longue date : Anthony GOULIER.

Aidé de sa compagne et d’un jeune apprenti soucieux d’intégrer dès que possible le monde de l’emploi plutôt que de perdre son temps à rester cloîtrer dans une salle de cours, le chef d’entreprise ne regrette pas un seul instant de s’être lancé dans pareille aventure.

 

 

Malgré le climat délétère de l’instant, malgré cette crise sanitaire sans précédent depuis des lustres qui ne cesse de broyer comme des noix les velléités entrepreneuriales de bon nombre de ses congénères.

Lui, Anthony, a conservé le sourire. Non seulement, ses affaires tournent au maximum. Et son concept novateur de caviste proposant du déstockage de vins et spiritueux en fait le seul et unique représentant de cette filière décalée dans l’Yonne. Voire en Bourgogne Franche-Comté !

 

 

Une gamme éclectique de produits à découvrir…

 

Soutenu par la Banque Populaire, encouragé par le prêt d’honneur fruit d’une intervention efficiente de l’association INITIACTIVE 89, le professionnel de la distribution à prix réduit a également bénéficié de subsides conséquents de la Région afin d’agencer le local où il a posé son activité.

Un investissement global de 40 000 euros qui s’est avéré nécessaire pour rendre opérationnel et conforme à sa feuille de route l’outil dans lequel il navigue avec sextant. Dire que cette jeune société ne connaît pas la crise en cette période particulièrement douloureuse pourrait presque paraître insolent. Et pourtant…

L’espace rhumerie ne désemplit pas. Aficionados de la fameuse boisson (et ils sont nombreux) née aux Antilles et aux Caraïbes fréquentent avec intérêt cet univers où les rhums arrangés aux aromatiques saveurs fruitées côtoient les meilleures références. Ce marché est en plein développement à l’instar de celui qui touche la consommation des whiskys.

La cinquantaine de références vineuses rappelle que l’établissement se positionne aussi avec de jolis atouts sur ces crus du terroir régional mais aussi de destinations vinicoles exotiques telles que l’Afrique du Sud, l’Argentine, l’Australie, le Chili, l’Espagne, l’Italie…

Les grands crus sont dignement représentés : coffrets et magnums de Chassagne-Montrachet, de Saint-Emilion, de Richebourg. Bref, du costaud pour agrémenter sa cave personnelle. Idéal avant les fêtes que l’on soit confiné ou non !

L’avenir se projette autour de l’aménagement possible d’un bar à vins et de l’animation permanente d’une rhumerie, histoire de bien enfoncer le clou avec ce produit déjà en ligne de mire.

Des éléments probants qui devraient conforter le chiffre d’affaires prévisionnel de cette structure commerciale qui espère atteindre d’ici cinq ans 300 000 euros. Impossible n’est pas français, c’est bien connu !

Thierry BRET

 

 

 

Le vice-président en charge du développement touristique Patrick AYACHE ne cesse de le marteler : la Région se mobilise en faveur de la filière. Un secteur économique en réelle souffrance qui est affecté par la succession de vagues épidémiologiques. Contraignant les touristes à demeurer cloîtrés chez eux. La riposte prendra la forme de plusieurs initiatives. Elles seront dévoilées le 13 novembre lors de la séance plénière…

DIJON (Côte d’Or) : Voilà un secteur d’activité fondamental de notre territoire qui était à l’éclosion de jolies perspectives économiques pour l’année 2020 avant qu’un virus improbable ne vienne le clouer au sol. Ou presque. Que peut faire ce segment indiscutable de notre activité sans la présence du moindre visiteur dans ces lieux de référence patrimoniale ?

Peu de choses, en vérité pendant la période de confinement. Mais, derrière les châteaux, les musées, les sites d’exception qui forgent la notoriété de la Bourgogne Franche-Comté bien au-delà de nos frontières, il y a des femmes, des hommes et des entreprises en déshérence. Soit 50 000 professionnels qui ne vivent et raisonnent qu’au service de l’accueil de la clientèle, la promotion d’un cadre idyllique ou la satisfaction de fidéliser durablement celles et ceux qui aiment flâner au détour d’un haut-lieu culturel.

Face à ce frein sanitaire préjudiciable à la pérennité des entreprises, la Région tente de sauvegarder du mieux possible la filière et ses inestimables emplois. 

Solennel, l’air grave, le vice-président en charge du développement touristique Patrick AYACHE a donc profité de sa prise de parole lors d’une conférence de presse concoctée par Bourgogne Franche-Comté Tourisme pour lister plusieurs pistes devant répondre aux attentes actuelles. En premier lieu, un plan d’accélération de l’investissement touristique.

 

L’itinérance et le tourisme durable : deux vecteurs à déployer…

 

Ce dernier s’intègre parmi le plan de relance global (40 millions d’euros) décliné à l’échelle du territoire. Sans trop en déflorer son contenu, l’élu franc-comtois a simplement insisté sur le focus ambitieux qui lui serait donné. Notamment dans le domaine du tourisme durable, une thématique en pleine expansion à l’heure actuelle qui favorise la sauvegarde de la planète.

Une incitation à la mue des stations de montagne qui vivaient traditionnellement autour des activités liées à la présence massive de la neige s’impose. A terme, ces centres d’accueil en altitude optimiseraient leurs activités de loisirs durant les quatre saisons calendaires. La Région devrait pousser à la reconversion de ces stations d’hiver en y mettant les moyens financiers conséquents.

Seconde suggestion de l’élu : l’essor de l’itinérance. Un tourisme qui séduit de plus en plus les randonneurs qu’ils soient pédestres, à cheval ou à bicyclette. Notre territoire figure, à ce titre, parmi les références leader dans l’Hexagone. Un effort sera mis tout particulièrement autour de six destinations itinérantes d’exception. Des destinations qui seront dévoilées par Patrick AYACHE le 13 novembre prochain lors de la session plénière de l’exécutif.

La Région apportera aussi son soutien à toutes les initiatives valorisant le tourisme durable à travers de grands évènements structurants.

 

Aider les investissements en hôtellerie et dans l’hébergement…

 

Enfin, Patrick AYACHE eut un mot sur l’une des composantes de ce tourisme si éclectique dont on parle peu : celui issu de l’environnement social. Un pan d’activité qu’il considère aujourd’hui comme « malade », voire « inadapté » par rapport à la mise aux normes d’aujourd’hui. « Nous allons essayer de les rénover afin de répondre aux attentes réelles du moment… ».

Le vice-président conclut son intervention en évoquant un concept dont les origines sont cent pour cent régionales mais qui essaime désormais ailleurs sur d’autres territoires : un outil d’aides aux investissements touristiques de type hôtellerie et amélioration des équipements dans le secteur de l’hébergement.

Autant de moyens anticipatifs que l’élu régional présentera en séance le 13 novembre afin de les déployer dès le terme de ce nouveau confinement au service de l’attractivité de notre territoire.

Thierry BRET

 

Concoctée en étroite osmose avec les offices de tourisme du territoire, la nouvelle publication à l’estampille de l’agence de développement touristique s’adapte au délicat contexte sanitaire. Celui, en substance qui se profile pour 2021 : à savoir des déplacements qui se feront en comité restreint pour les groupes sur les sites d’exception de l’Yonne…

AUXERRE : Service commercial de l’agence Yonne Tourisme, Yonne Réservation évoque déjà la future saison 2021. En éditant son tout nouveau guide qui est destiné aux voyageurs privilégiant les déplacements en groupe.

Dans cet opus qui s’est singulièrement adapté à la crise sanitaire dans ses préconisations, trente-deux excursions et séjours clés en main dont cinq nouveaux itinéraires alléchants sont mis sous le feu des projecteurs.

Des circuits finement ciselés qui portent des appellations évocatrices de la quête constante d’un bien-être intellectuel (« L’encre de leur plume », « La voie de ses maîtres ») ou de la part de secrets qui nimbe notre territoire (« Mystères et légendes en Bourgogne »).

In fine, ce sont ainsi cent-cinquante prestataires, des professionnels du cru soutenus et référencés par l’agence de développement touristique, qui reçoivent la bénédiction scripturale de cet ouvrage, publié à 9 000 exemplaires.

Conçu pour le public francophone, le document a pour vocation d’être largement distribué auprès de prospects et clients déjà émoustillés à l’idée de découvrir notre département.

Crise oblige, Yonne Tourisme, acteur inéluctable de l’activité touristique depuis trois décennies en Bourgogne septentrionale, offre avec le fruit de ce travail de compilation une réponse la plus adaptée possible aux besoins de ces petits groupes qui n’excèdent pas une vingtaine d’unités.

 

En savoir plus :

Ces idées de circuits ou de séjours sont à consulter sur le site www.groupes-yonne.com

 

Page 1 sur 50

Articles

Bannière droite accueil