Présente au Salon international de Genève qui ouvre ses portes du 05 au 15 mars, LEXUS y dévoilera l’une de ses grandes nouveautés qui devrait attirer les regards des aficionados de véhicules hors pair. Un prestigieux cabriolet qui incarne la pratique de l’art de vivre chère à ce constructeur…

GENEVE (Suisse) : Beaucoup de passionnés d’automobile sont impatients de le découvrir. Et pourquoi pas de le tester ?! La marque présentera pour la première fois en Europe l’un de ses nouveaux modèles devant être commercialisés d’ici quelques semaines.

Pétri de design et de technologie, ce cabriolet baptisé sobrement LC 500 s’ajoute à la déjà longue liste de produits possédant les caractéristiques indissociables qui ont forgé le succès du fabricant japonais.

 

 

Le véhicule dévoilé en première mondiale sur l’un des événementiels incontournables à la cause automobile s’ajoute au coupé. Ainsi, LEXUS illumine sa gamme de deux modèles particulièrement attrayants.

Le conduire ne peut que stimuler les sens, de l’avis des spécialistes qui s’y sont déjà essayés !

 

 

Cette année, le port de GRON commémorera sa dixième année de mise en service. Un évènement qui sera sans doute célébré comme il se doit par les instances institutionnelles et économiques de notre territoire. Fenêtre ouverte sur le monde, en privilégiant une voie maritime pour le moins insolite pour un département non côtier, l’infrastructure aura permis aux céréaliers d’écouler leurs marchandises vers des destinations jusque-là inaccessibles…

GRON: C’est un incomparable atout pour l’économie nord-bourguignonne. Un précieux auxiliaire dont il fallait disposer à tout prix et à ranger parmi ses pièces maîtresses afin de rivaliser avec d’autres régions hexagonales.  

On doit la réussite de ce projet très ambitieux à la Chambre de Commerce et d’Industrie de l’Yonne et à son exploitant direct, la société LOGI YONNE.

Actrice essentielle du développement de l’offre d’import/export, la zone portuaire facilite le transport des céréales produites localement vers des destinations pour le moins exotiques comme l’Asie du Sud-Est.

En particulier, vers le Vietnam, depuis la création de l’entité LOGI VIET France, qui est opérationnelle sur le site de DA NANG, à l’été 2019.

Mais, d’autres produits embarquent à bord des containers en partance vers le port du Havre, l’un des plus importants d’Europe. Des matières premières, des réalisations manufacturées, voire des colis lourds.

 

 

L’équivalent de trente semi-remorques accueillies sur une péniche…

 

Comme le précisait récemment le président de la Chambre de Commerce et d’Industrie de l’Yonne, Alain PEREZ, « la force économique de cette infrastructure est de se situer à proximité des silos et d’exporter ainsi la richesse céréalière de notre territoire vers l’international à moindre coût… ».

Quand on sait qu’une seule péniche peut accueillir à son bord jusqu’à trente containers (l’équivalent de trente semi-remorques), cela laisse rêveur. Et augure d’excellentes perspectives pour ce complexe dirigé par le tandem Didier MERCEY et David BUQUET.

Alain PEREZ ne tarit pas d’éloges sur ce qui représente pour lui un élément majeur au développement durable face à la prolifération du fret routier.

En outre, devait-il souligner lors d’une prise de parole officielle lui permettant d’aborder ce sujet : « Le port de GRON équivaut à un atout extraordinaire face aux défis que constituera la fermeture de Paris, puis de l’Ile-de-France, aux moteurs thermiques à partir de 2030… ».

Le port de GRON, un vecteur de poids pour pérenniser les transports au cours de cette prochaine décennie ? Incontestablement…

 

 

 

 

 

Environ cent-cinquante personnes convergeront ce lundi 14 octobre vers la salle communale de l’agglomération de Puisaye pour y assurer des tractations commerciales inhérentes à la vente de cent-cinq lots de chêne. Ce sont in fine plus de 22 000 mètres cubes de chêne à scierie ou provenant d’exploitants forestiers qui seront ainsi proposés…

AILLANT-SUR-THOLON : Ce lundi, les experts forestiers de l’Yonne mettront en vente cent-cinq lots de chêne, essentiellement situés sur l’Yonne et les départements limitrophes.

Ces lots de bois appartiennent à des propriétaires privés qui confient à ces experts professionnels la gestion de leurs massifs forestiers.

Chaque année, cette transaction particulière, soit la vente de coupes de bois, se déroule au mois d’octobre, depuis 1984.

Le millésime 2019 proposera plus de 22 000 m3 de chêne à des scieries et des exploitants forestiers. Le chiffre d’affaires de cette vente devrait être supérieur à trois millions d’euros.

L’an passé, le cours moyen poursuivait une croissance observée depuis 2010. De l’ordre de 5 à 10 % par an.

Les chênes matures, c’est-à-dire les pièces présentant une circonférence supérieure ou égale à 180 cm, peuvent se négocier 220 euro du mètre cube à l’unité. Certains arbres pouvant être cédés aux alentours de 300 euros.

 

 

 

Alors que les cours du chêne demeurent constants, le marché est toujours dynamique du fait de l’exploitation du produit qui se destine, soit au secteur de la tonnellerie de qualité (conception de merrains) mais aussi à l’export, sous forme de grumes ou de bois de sciage.

Précisions que l’opération débutera dès 14 h 30 dans la salle communale d’Aillant-sur-Tholon. Ont confirmé d’ores et déjà leur présence une cinquantaine d’acheteurs (exploitants forestiers et scieries) ainsi qu’une centaine de propriétaires forestiers et professionnels de la filière forestière.

 

Entre le président de la société LOGI YONNE, en charge de la plateforme portuaire de GRON, et le pays au taux de croissance mirifique de 7 %, ce qui ressemblait à l’origine à une simple histoire d’amour s’est mué en une folle rencontre passionnelle. Détaché au Vietnam depuis plus d’un an, le dynamique entrepreneur Icaunais y a porté sur les fonts baptismaux de la création sa filiale asiatique, avec l’aide d’un partenaire local, LOGI VIETFRANCE. Les prémices de la nouvelle voie maritime entre le Sénonais et la capitale économique du pays, Ho Chi Minh, étaient posées…le reste n’est plus que formalité !

GRON : Un homme heureux. Qu’il soit dans l’accueil des institutionnels ou de ses partenaires historiques avant le début de la cérémonie protocolaire. Ou au contact de Son Excellence, l’ambassadeur du Vietnam, Nguyen THIEP.

Originaire du Bugey dont il sait toujours mettre en exergue les vertus gastronomiques (le fameux ramequin de Saint Rambert), Didier MERCEY est un personnage atypique dans le microcosme des entrepreneurs du cru. Un garçon à la volonté d’airain que rien n’arrête. Ni les défis les plus fous (le concept portuaire de LOGI YONNE qu’il a su peaufiner au fil du temps avec le soutien inconditionnel de la Chambre de Commerce et d’Industrie) ni cet amour immodéré pour l’exotisme et les voyages.

Vrai poisson pilote de la débrouillardise industrielle, cet exégète es exportation n’a pas hésité à emmener armes et bagages (et surtout sa petite famille) vivre à Da Nang, lieu de villégiature favorable à ses projets.

Conquis par ce pays qui fut pourtant ravagé par la guerre durant près d’une décade entre les années 1960 et 1970, Didier MERCEY apprécie le sérieux et la gentillesse de ce peuple qui le lui rend bien.

 

 

Disponible, maîtrisant à la perfection la langue de Shakespeare, Didier MERCEY prend un malin plaisir à évoquer ses projets et perspectives sous l’œil d’une caméra de la télévision vietnamienne.

D’ailleurs, les médias de ce pays de plus en plus ouvert au tourisme auront l’opportunité de lui consacrer localement d’autres reportages. Le 23 septembre, de retour dans sa nouvelle base arrière qu’il affectionne plus particulièrement, le chef d’entreprise portera une fois de plus le flambeau de l’Yonne en signant un accord d’échange universitaire avec la Polytechnique de Da Nang.

Une nouvelle brèche providentielle dans le jeu diplomatique visant à renforcer les liens entre ces deux pays, sous la bénédiction du ministère des affaires étrangères et de l’un de ses représentants, le secrétaire d’Etat Jean-Baptiste LEMOYNE. Même absent pour cause d’agenda surbooké lors de l’inauguration de la nouvelle ligne conteneurisée, ce dernier suit avec minutie tous les développements liés à l’essor de LOGI YONNE et de ses initiatives éclectiques.

 

Faire de la Bourgogne Franche-Comté, la première région de France à se positionner comme un leader mondial dans la conception industrielle du livre papier conçu sur mesure grâce à l’apport de la robotique représente l’objectif numéro un de la société coopérative de production nivernaise. Mais pour se faire, une levée de fonds de 2 millions d’euros est indispensable à l’essor de ce concept peu ordinaire. Si l’Elysée, via sa cellule « néo-médias », suit avec intérêt l’évolution de ce dossier, c’est surtout la Région qui entend prendre la main à propos de sa méthodologie économique et de ses financements. Marie-Guite DUFAY s’y est engagée lors de sa récente découverte du site…

CLAMECY (Nièvre) : Bluffée la présidente de la Région qui a pourtant l’habitude de s’immerger au cœur des processus industriels lors de ses visites à travers les huit territoires dont elle a la gestion ? Visiblement, oui. Elle le confirme en aparté : « c’est incroyable, je n’ai jamais vu cela ! Quel projet ! ».

Toutefois, rien à voir avec de la science-fiction. Ni de la pure utopie métaphysique !

Mais, il est vrai que la petite délégation institutionnelle qui a eu l’opportunité de découvrir les arcanes de cette société d’impression est restée admirative à l’issue de cette plongée de plus de deux heures dans le monde futuriste de l’édition de demain.

Produire de manière instantanée depuis une librairie, chez un buraliste, voire dans des écoles ou des universités, des livres sur support papier à la demande d’un lecteur ou client à l’aide d’un robot numérisé qui travaille comme un bras humain articulé possède quelque chose d’irréel en soi.

Certes, ce fameux spécimen, le robot baptisé astucieusement « Gutenberg One » (référence au célèbre père de l’imprimerie, cela ne s’invente pas !) n’était pas physiquement présent lors de cette visite à caractère officiel.

Ce jour-là, le précieux objet de toutes les convoitises, y compris celles des Américains et sans aucun doute des Chinois, bénéficiait d’une ultime appréciation technique chez son fabricant originel, la société alsacienne R&D TECHNOLOGIE à Saverne.

Mais, une chose est sûre : le robot qui devrait révolutionner le monde de l’édition et par excroissance celui du livre sera bel et bien visible le 27 septembre prochain lors d’un salon à Nevers. En attendant, le projet piloté par le directeur général de LABALLERY, Hubert PEDURAND, a pu être détaillé en long, en large et en travers afin qu’il soit perceptible pour chacun des interlocuteurs présents, avides d’en savoir davantage sur cette idée de génie. Pouvant à terme si elle était menée jusqu’au bout changer la face de la Nièvre mais aussi par effet gigogne de la Bourgogne Franche-Comté au niveau de l’emploi et de l’industrialisation.

 

La guerre est déclarée face à AMAZON…

 

Sur un segment de l’activité en pleine déconfiture depuis des lustres, l’initiative est porteuse de réelles espérances. 1 654 sociétés d’impression ont fermé leurs portes en l’espace d’une décennie en France, générant une perte d’emplois équivalente à 35 % ! Or, avec la solution technologique préconisée par Hubert PEDURAND, qui a d’ailleurs déposé le brevet mondial à l’INPI, il serait possible à brève échéance de pouvoir construire une quinzaine de ces fameux robots pouvant concevoir une vingtaine de livres à l’heure. Et de lutter plus efficacement contre l’hégémonisme de la méga plateforme AMAZON.

Le directeur général n’a pas manqué de le mentionner durant sa présentation : « Aucune imprimerie au monde ne peut rivaliser avec un tel processus. Mais, il faut le rendre accessible à tous au plus vite possible car la course est déclenchée avec les Américains et les Chinois… ».

 

 

Pragmatiquement, et en cas d’une levée de fonds immédiate pour financer le déroule du programme, la Bourgogne Franche-Comté pourrait se voir dotée de quinze robots. Cela dans un premier temps. 222 autres engins seraient ensuite dispatchés sur l’ensemble de l’Hexagone pour équiper libraires et buralistes. Ceux qui sont installés dans les agglomérations bénéficiant du programme de développement Cœur de Ville. Bref, les distributeurs de la filière.

Car, c’est sur ce maillage précis de la distribution de proximité que souhaitent s’appuyer les dirigeants de la structure pour étayer leur projet.

« Dans l’absolu, n’importe qui pourrait passer dans une librairie pour y faire éditer un livre personnel –on va peut-être découvrir de nouveaux talents littéraires et pourquoi pas la relève de Saint-Exupéry ! – ou se faire publier un livre dont les stocks seraient épuisés… ».

 

 

Solliciter des subventions ou requérir au leasing pour convaincre les libraires…

 

Côté estimation financière, cent mille euros seraient alors nécessaires au libraire pour se doter de la prodigieuse technologie. Le leasing, voire d’autres moyens qui prendraient la forme de subventions aideraient à se munir de l’incontournable appareil.

In fine, la France pourrait devenir avec l’essor de ce procédé révolutionnaire la première puissance mondiale à pratiquer l’auto édition. Mieux, vu sous un prisme local, la Bourgogne Franche-Comté officierait en qualité d’antichambre de la révolution numérique autour du livre papier ! Proposant une solide alternative industrielle originale qui posséderait un modèle économique bien à lui.

L’Etat s’est dit intéressé à soutenir l’initiative et à l’aider à se développer. Aujourd’hui, une enveloppe budgétaire globale de 4,2 M d’euros est vitale pour que le procédé puisse voir le jour de façon pérenne. Notamment, les deux premiers millions d’euros en vue de l’installation sur le site de LABALLERY de ces quinze robots à la mission de vérité.

Cinq années de recherche et développement ont servi à concevoir le bras articulé « Gutenberg One ». Celui-ci imprime la couverture et le corpus de l’ouvrage. L’appendice a été éduqué aux gestes des techniciens d’un atelier d’impression. Puis, l’assemblage de l’ensemble ne peut être réalisé sans l’objet même de la dépose du brevet : c’est-à-dire la phase d’encollage de tous les éléments. Créant ainsi la première imprimante 3D munie de colle au monde !

« Il nous aura fallu cinq ans pour arriver à ce résultat, concède Hubert PEDURAND, quand on sait que dix minutes suffisent pour fabriquer un livre de 400 pages grâce à ce système ! ».

 

 

Le Canada et les Antilles se disent prêts à acheter le matériel

 

A terme, l’efficience de ce marché pourrait s’appuyer sur près de cent mille robots en activité. Parmi les projets, créer une manufacture dans la Nièvre (à Clamecy par exemple) ce qui satisferait l’élue locale, Claudine BOISORIEUX, sur le volet de la plus-value apportée à l’emploi n’est pas exclu.

Soutenu par BPI Bourgogne, aidé par la Région, le concept technologique « Gutenberg One » sera-t-il le procédé révolutionnaire qui marquera de son empreinte le monde de l’édition du XXIème siècle ?  

L’avenir devrait le préciser d’ici peu. Marie-Guite DUFAY réunira tous les acteurs du développement industriel en octobre prochain à Dijon pour analyser les potentialités de financements et d’aides existantes.

Une chose s’avère déjà très probante : l’international se  passionne par cette curieuse trouvaille. Le Canada se dit très intéressé pour acheter ces futurs robots. Quant aux deux territoires des Antilles, la Guadeloupe et la Martinique en tête, ils sont dans les starting-blocks pour acquérir une centaine de robots dès l’automne 2020. Soit un équivalent de 15 millions d’euros de chiffre d’affaires qui s’amoncelleraient dans la besace de LABALLERY. Sachant que 65 % des investisseurs convaincus par la pertinence du concept sont des insulaires…

 

 

Page 1 sur 5

Articles

Bannière droite accueil