Ce n’est in fine un secret de polichinelle pour personne. Et surtout pas pour les aficionados de l’actualité automobile qui suivent scrupuleusement le moindre petit doigt qui bouge au gré des stratégies économiques dans le microcosme. Supposée dès le début de l’automne, l’acquisition par le groupe JEANNIN Automobiles de quatre vitrines commerciales jusque-là à l’estampille de la société ROSE en Seine-et-Marne s’est donc concrétisée ce premier janvier. Un acte d’achat qui est désormais officiel…

 

AUXERRE : Les informations bruissaient avec plus ou moins de certitude depuis un moment dans le landerneau de l’activité automobile. Plus exactement depuis le mois de septembre selon une note émise par l’Autorité de la Concurrence.

Il aura donc fallu s’armer de patience et attendre que les transactions se concluent de manière définitive pour que le dirigeant du groupe JEANNIN Automobiles valide enfin l’acquisition de quatre nouvelles concessions implantées en Seine-et-Marne.

Accueillant les marques Volkswagen et Audi, ces points de vente appartenaient jusque-là au groupe éponyme piloté par Jean-Louis ROSE. Une famille toute acquise à la cause automobile.

Les droits à la retraite de ce dernier ont sans doute accélérer le processus de cession de l’activité entrepreneuriale. Localisés en périphérie de Melun et de Fontainebleau, ces points de vente offrent de réelles perspectives pour le distributeur de l’Yonne, déjà présent au sud de l’Ile-de-France depuis 2016 avec Nissan. Une présence qui se renforcera deux années plus tard avec la gestion des enseignes Seat, Skoda, Mazda et Suzuki.

 

 

La reprise d’un groupe pesant 69 millions d’euros de chiffre d’affaires…

 

L’ajout à son escarcelle du groupe ROSE est synonyme d’excellentes perspectives pour le dirigeant Yves JEANNIN. Non seulement, la structure salarie 88 collaborateurs qui auront atteint leurs objectifs en commercialisant 1 580 véhicules neufs et près de mille véhicules d’occasion l’année dernière malgré le contexte de crise économique que l’on connaît. Mais en outre, l’entreprise rachetée pèse à date 69 millions d’euros de chiffre d’affaires. Preuve de sa rentabilité.

Stratégiquement, JEANNIN apparaît plus fort que jamais sur ce territoire de conquête de parts de marché que représente la Seine-et-Marne, porte d’entrée légitime sur l’Ile-de-France. Avec sa diversité protéiforme reposant sur une offre commerciale articulée autour de plusieurs marques, l’entreprise de l’Yonne continue de progresser là où bien d’autres de ses concurrents piétinent en faisant du surplace.

Le groupe aux 26 concessions qui développe depuis peu les produits MG et Cupra conforte ainsi sa brillante 65ème position au classement des cent principaux groupes de distribution automobile en France.

Réalisant un chiffre d’affaires de 205 millions d’euros en 2020, JEANNIN Automobiles qui agit sur un terrain de jeu englobant l’Aube, la Seine-et-Marne et l’Yonne, a obtenu des résultats plus qu’honorables l’an passé avec la vente de 11 000 véhicules neufs et d’occasion, et des activités générant au passage un flux de 70 000 véhicules dans ses ateliers.

 

Thierry BRET

 

 

Cette fois, ça y est ! Les véhicules hybrides ont vu leur nombre d’immatriculations dépassé celui des automobiles à motorisation thermique en Europe. Au troisième trimestre 2021, il s’est commercialisé plus de voitures hydrides que de véhicules alimentés au diesel. Grâce à l’explosion des commandes observées dans les pays de l’Europe scandinave et centrale…

 

PARIS : Cela devait bien arriver tôt ou tard. Un basculement du marché, inéluctable et prévisible. Les véhicules à propulsion thermique (dont le diesel) sont désormais devancés par les modèles hydrides au niveau des ventes. Dans le seul laps de temps de la période estivale, la progression s’est élevée de près de 70 %. Ne serait-ce que dans les pays de l’Europe centrale.  

Dans un communiqué de presse publié ce vendredi 23 octobre, l’Association des Constructeurs (ACEA) a fait part de cette nouvelle qui n’a rien d’inattendue auprès des rédactions. Les automobiles hydrides ont donc la cote en ayant doublé leurs chiffres de vente depuis un an en Italie, en Suède, au Danemark, en Autriche ou encore en Allemagne (+ 62,7 %).

 

 

A date, Stockholm fait figure de référence dans l’Union européenne ainsi que le reste du pays scandinave en étant la contrée la plus électrique en matière de mobilité. Atteignant 25 % de parts de marché de son parc de véhicules neufs. Toutefois, la Norvège demeure très loin devant au niveau mondial avec près de 72 % de véhicules électriques.

Il est bon de rappeler que les tarifs pratiqués sur ces voitures de la nouvelle génération ne sont pas aussi prohibitifs que ceux usités en France. La France ? Parlons-en !

Elle n’a enregistré qu’une progression de 34,6 % en l’espace d’un an. Loin, très loin, de son voisin d’Outre-Rhin qui en a vendu plus du double dans le même intervalle ! Pourtant, ces modèles y sont largement subventionnés.

 

Thierry BRET

 

 

 

C’était le premier événementiel ouvert au public, préambule de la nouvelle saison. Clin d’œil humoristique : il concernait la thématique du bien-être à travers une kyrielle de déclinaisons et ateliers. Agrémentée d’un vide-grenier, permettant de faire la bascule entre les deux animations, la manifestation a reçu la visite de plus de trois mille personnes…Un succès pour le parc des expositions local.

 

AUXERRE : Il faut croire que la population de l’Yonne a grandement besoin de se refaire la cerise, côté distractions, à l’amorce de cette rentrée car le premier évènement organisé sur la thématique du bien-être a concentré les intérêts et les passions le week-end dernier !

Plus de trois mille visiteurs ont ainsi arpenté les allées de l’un des espaces modulables du parc des expositions pour y découvrir et tester les nouveautés en la matière. Une quarantaine d’exposants avaient réservé leurs emplacements en amont de cette opération importante qui symbolisait le retour à la vie de ce vaisseau amiral de la détente et des loisirs sur le territoire : AUXERREXPO.

Conférences, démonstrations, séances de yoga, de reiki…rien ne manquait dans cette vaste panoplie de prestations et services consacrés au bien-être dans toute sa splendeur.

 

 

Spontanément, le public a fait part de sa satisfaction de se trouver là, auprès des services du parc pour, d’une part la qualité de la manifestation, et d’autre part, pour le sens logistique de celle-ci, soumise aux conditions de protection sanitaire.

Un système de contrôle gratuit avait d’ailleurs été disposé aux entrées : les organisateurs, et le responsable du site lui-même, Sébastien FUENTES, ont pu constater que le public n’avait éprouvé aucune réticence à présenter leur passe officiel. Plutôt encourageant pour la suite de la programmation qui s’annonce prometteuse, dont la Foire qui se profile à courte échéance…

  

Thierry BRET

 

 

Combien de fois avez-vous lu un article qui traite du sujet de la retraite ? Ce dernier fait souvent l’objet des gros titres que ce soit sur Internet ou dans les magazines. Cependant, ce n’est pas un effet de mode. La retraite se prépare pendant plusieurs années en amont de celle-ci. Il est préférable de s’y préparer vingt à trente ans avant qu’elle ne survienne…

 

PUBLI REPORTAGE : Nous sommes d’accord pour dire que nous travaillons, principalement pour subvenir à nos besoins et à ceux de notre famille (se nourrir, se vêtir, se divertir…).

Mais également pour notre future retraite qui sera constituée des cotisations issues des revenus professionnels mais également à travers des investissements personnels.

Il faut savoir qu’une fois à la retraite, les revenus d’activité chutent de 25 à 40 %. Certaines charges disparaissent : les frais liés à l’activité professionnelle. Mais, d’autres charges peuvent s’ajouter à l’instar des loisirs, des voyages... Il est donc pertinent de se constituer un complément de retraite afin de combler cette baisse de revenu.

Question élémentaire : comment puis-je connaître le montant de ma future retraite ?

Pour se faire, il est donc essentiel de faire le point sur les droits que vous avez déjà acquis et sur ceux que vous allez acquérir en fonction de la législation en vigueur à ce jour.  Cette dernière nous permettra de déterminer le montant de votre rente et votre date de départ à la retraite. Par la suite, il est nécessaire de faire un état des lieux tous les cinq ans.

 

Un cas pratique en guise d’exemple…

 

Monsieur X est âgé de 35 ans. Il exerce le métier d’ingénieur informatique marié avec un enfant. Avec sa femme, le couple a acquis à crédit leur première résidence principale. Aujourd’hui, monsieur est en quête de conseils pour se fabriquer un complément de revenu pour sa retraite.

Afin de répondre à ses besoins, nous avons conseillé à ce monsieur que le cabinet effectue dans un premier temps le calcul de ses droits de retraite. Le but est de faire le point sur ce qu’il a déjà acquis et ce qu’il va acquérir grâce à son parcours professionnel :

  • Un an d’alternance puis ingénieur informatique en CDD pendant deux ans au sein de la société Y,
  • Trois ans en CDD au sein de la société Z,
  • Deux en CDI au sein de la société W.

Son revenu mensuel actuel au sein de la société W est de 2 500 euros net.

 

 

 

Un premier entretien pour en savoir plus 100 % offert !

 

Ces informations ont permis de déterminer qu’il a déjà acquis de son régime de base de la sécurité sociale et de son régime complémentaire (Agirc-Arrco) 213 euros de rente mensuelle nette.

En fonction de la législation en vigueur à ce jour et en tenant compte d’une stabilité de ses revenus jusqu’au départ à la retraite, monsieur X peut envisager de partir à la retraite au taux plein à 67 ans avec une rente mensuelle nette de 1 694 euros soit environ 68 % de son revenu actuel.

Monsieur souhaite que sa retraite soit de 2 000 euros net par mois soit 80 % de son revenu net actuel.

Nous avons conseillé à monsieur de compléter les 12 % manquants par de la rente mensuelle garantie.

En effet, nous avons pour philosophie de conseiller à nos clients d’avoir 80 % de leur revenu actuel en rente (elle sera versée tous les mois sans se poser de question).

Si vous êtes en demande d’en connaître davantage, n’hésitez pas à venir nous rencontrer afin d’échanger ensemble sur votre situation. Le premier entretien vous sera offert…

 

Julie GENEST

CABINET J3G PATRIMOINE

13 rue de l'Horloge

89000 AUXERRE

Tel : 03 86 94 10 11

 

L’entité créatrice du coussin multifonctionnel « VIKTOR », concept révolutionnaire dans l’amélioration de la gestion du quotidien des seniors et des personnes atteintes de handicap, poursuit sa quête aux côtés de KUB pour accroître son potentiel de partenaires. Après Auxerre, son dirigeant, l’entrepreneur Alain TIXIER, rencontrera ce jeudi 20 mai dès midi les investisseurs du Sénonais. Objectif : les convaincre de rejoindre le capital de la société…

 

SENS : La règle du jeu de ce futur rendez-vous, ouvert sur simple inscription aux investisseurs potentiels, se veut très élémentaire. Réunis à l’heure du déjeuner dans l’une des concessions automobile du territoire, en l’occurrence celle du groupe PANEL BMW/MINI implantée à Sens, les invités auront tout le loisir de découvrir l’univers atypique de la structure FINGERTIPS.

Juste avant d’en apprécier la praticabilité de son produit vedette, le fameux coussin multifonctionnel qui a obtenu les grâces du jury lors du concours LEPINE et des Trophées de l’Innovation des Centres E.LECLERC.

Il est vrai qu’il y a de quoi être surpris par ce désormais célèbre « VIKTOR » qui ne cesse d’interloquer celles et ceux qui en apprécient la découverte. Ce coussin ne présente pas la même physionomie ni les particularismes rudimentaires qu’un simple ustensile de confort posé sur un canapé.

Agrémenté de diverses technologies qui offrent à son possesseur une kyrielle d’opportunités heureuses dans les loisirs mais aussi les besoins prioritaires, à l’instar de la sécurité et de la médicalisation, le produit se veut être à la pointe de l’ergonomie et de l’intelligence artificielle.

Tout ce dont ont besoin aujourd’hui à leur domicile ou en établissements d’accueil les seniors ; mais également les personnes atteintes d’un handicap, les privant de la pleine jouissance de leurs possibilités.

 

 

Une mise de fonds possible dans le projet dès 1 000 euros…

 

La réussite commerciale de ce coussin connecté n’est donc pas un doux rêve pour le porteur du projet qu’est Alain TIXIER. L’essai s’est mué en succès plus que d’estime avec un chiffre d’affaires qui excède désormais les 500 000 euros et de multiples partenariats à la clé. Ce qui au vu des perspectives commerciales est loin d’être achevé.

Le responsable de FINGERTIPS recherche aujourd’hui des partenaires financiers qui viendront s’agréger à la seconde levée de fonds engagée depuis peu pour booster le développement commercial et la stratégie communication de la jeune structure entrepreneuriale.

C’est là qu’entre en ligne de compte l’association Kick Up Business (KUB), entité fédérant des investisseurs de plusieurs départements de notre territoire. L’organe gère ce jeudi 20 mai cette rencontre avec le chef d’entreprise chez l’un de ses partenaires.

Occasion pour elle de rappeler les fondamentaux de la défiscalisation au travers de l’investissement au capital, apport financier pouvant s’élever dans le cas présent sr un seuil minimal à partir de mille euros : une broutille pour les dirigeants d’affaires habitués à injecter de précieux subsides servant à l’épanouissement de projets.

 

En savoir plus :

Inscription sur le lien Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

Thierry BRET

 

 

 

Page 1 sur 18

Articles

Bannière droite accueil