Il a pris le temps nécessaire le représentant de l’Etat, le préfet Henri PREVOST, pour s’imprégner de l’univers industriel qu’il aura découvert ce 11 février. Celui de l’entreprise Aluminium France Extrusion. Soit le deuxième acteur national de ce marché qui fabrique des profilés à partir de cette matière obtenue par électrolyse de l’alumine. Bénéficiaire de 300 000 euros accordés du plan « France Relance », l’entité se prépare à atteindre de nouveaux objectifs, créateurs d’emplois et synonymes de commandes supplémentaires…

GERMIGNY : Propriété de la holding d’investissement OPEN GATE CAPITAL depuis 2013, l’ancien site industriel de PECHINEY qui fut cédé au début des années 2000 à ALCAN envisage l’avenir avec sérénité.

L’entreprise qui exporte 12 % de sa production de profilés d’aluminium vers une dizaine de pays a dévoilé lors de la visite du préfet de l’Yonne Henri PREVOST en ses murs, ce jeudi 11 février, les grandes lignes stratégiques à venir.

Conçus à partir d’un cahier des charges précis et dans des délais très courts pour répondre à la demande croissante, les produits fabriqués dans l’Yonne par cet industriel trouvent des usages auprès des secteurs du bâtiment, des transports, de l’automobile et de l’industrie.

Possédant une seconde unité de production en Picardie, à Ham, AFE a réalisé 95,2 millions d’euros de chiffre d’affaires au terme de l’exercice 2019. Vingt-six mille tonnes de profilés d’aluminium extrudé sont sortis de ses chaînes de production. Le groupe emploie sur ses deux sites 330 collaborateurs dont 285 opérateurs.

La deuxième entité du marché national sur ce segment d’activité recevra d’ici peu une enveloppe budgétaire importante de 300 000 euros dans le cadre du soutien à l’investissement industriel dans les territoires. Une initiative voulue par le plan « France Relance ».  

 

 

Des solutions industrielles en aluminium à forte valeur ajoutée…

 

Accompagné du député André VILLIERS et du président de la Communauté de communes Serein et Armance et maire de Saint-Florentin Yves DELOT, le haut fonctionnaire de la préfecture a montré un vif intérêt à ce projet d’investissement qui lui fut expliqué, visuels à l’appui, par le directeur général d’AFE Hervé PELCERF.

 

 

Soucieux de pouvoir traiter des profilés de plus en plus complexes à l’avenir, le dirigeant de l’entreprise a prévu l’installation d’une nouvelle chaîne de production capable de répondre à ces nouveaux enjeux.

Le site de l’Yonne répond déjà à la complexité technique du marché. En complément de l’extrusion, les équipes parachèvent les profilés. Les opérateurs de sertissage et de parachèvement assemblent les pièces d’aluminium, notamment par coupure thermique et insertion de bandes isolantes entre deux pièces traitées. Les profilés peuvent être également travaillés en surface ou par le processus du laquage ou de l’anodisation, permettant à ces pièces de résister à l’usure, à la corrosion et à la chaleur.

 

 

Obtenir de précieux labels de certification…

 

Ne pouvant s’arrêter de produire à l’instar de toute entreprise qui se doit de respecter son cahier des charges, l’extension d’un bâtiment est également prévue au programme.

En phase d’études à l’heure actuelle, le futur projet devrait connaître son achèvement d’ici la fin de l’année pour la partie constructible du nouveau bâtiment avant le retour de son industrialisation opérationnelle en juin 2022.  

Derrière cette initiative de restructuration, il y a aussi la volonté profonde de développer des outils qui soient plus respectueux de l’environnement.

La réduction de la consommation d’eau, la diminution des déchets poudre ou encore le recyclage de l’énergie et de sa mise en valeur s’inscrivent parmi les objectifs principaux d’Hervé PELCERF.

AFE pourrait par ailleurs décrocher à l’issue de ces aménagements fructueux plusieurs labels de certification intéressants dont le très exigeant SEASIDE après ceux déja obtenus avec QUALICOAT et QUALIMARINE où un objectif de leur renouvellement est souhaité après la mise en route de la future ligne de laquage.

Autant d’informations traduisant la dynamique de l’industriel qui furent divulguées par Hervé PELCERF à ses hôtes, satisfaits de cette immersion chez l’un des fleurons de l’entrepreneuriat dans l’Yonne.

 

Thierry BRET

 

 

La COVID-19 aura eu au moins un effet positif cette année sur le réseau routier de notre territoire. Les restrictions en matière de circulation imputables aux périodes de confinements et de couvre-feu ont engendré fort logiquement une baisse très nette du nombre d’accidents. Toutefois, il ne faut pas se leurrer sur ce miroir aux alouettes trompeur. Mais, l’alcool demeure lui le prédateur numéro un de l’automobiliste au même titre que la vitesse et le non-respect du Code de la Route.

AUXERRE: Le bilan de l’Observatoire départemental de la Sécurité Routière offre une physionomie pour le moins cocasse cette année. A la limite de l’incrédibilité. Le baromètre annuel 2020 affiche un recul de 27,10 % du nombre d’accidents corporels par rapport à l’exercice antérieur. Une situation en trompe l’œil qui est naturellement faussée par le contexte sanitaire exceptionnel que l’Yonne, à l’instar de l’Hexagone, traverse depuis bientôt douze mois.

La fréquentation des automobilistes sur les routes de notre département s’est réduite comme peau de chagrin lors des périodes de confinements et de couvre-feu. Mais, l’Observatoire prévient : le taux de gravité des accidents qui sont venus grossir les statistiques officielles de ce service préfectoral s’est accentué de manière très significative dans l’Yonne. Soit trois fois plus que le taux national, 18 tués pour cent accidents.

Autre constat navrant qui démontre que les Icaunais n’ont pas changé d’un iota leur dérive comportementale lorsqu’ils s’installent au volant : c’est au cours du quatrième trimestre que le nombre de décès a progressé le plus fortement avec un bond de 66,7 % par rapport à la même période observée en 2019. Chasser le naturel, il revient au galop comme le précise l’adage.

Nonobstant, les messages préventifs et la présence des forces de l’ordre aux abords des routes n’inversent pas la tendance.

 

 

 

 

Les principales causes de cette hécatombe (encore 29 disparus cette année sur nos routes) proviennent invariablement du non-respect des règles routières (stop et feux de signalisation grillés de manière outrecuidante, priorités ignorées…), de la vitesse excessive alors que le réseau routier offre de larges portions limitées à 80 km/h et surtout l’omniprésence de l’alcool.

C’est d’ailleurs celui-ci qui est responsable de 34 % des accidents mortels sur l’ensemble de l’année et de 64 % sur le seul mois de décembre, sans doute plus euphorisant avec la période des fêtes.

Comme à son habitude, c’est une nouvelle fois la tranche d’âge des 18/39 ans qui est la plus représentée dans ce palmarès du sordide. Quant aux créneaux les plus meurtriers, ils s’observent entre 15 et 18 heures, et ce, à partir du jeudi. Prélude à un sinistre week-end.

Enfin, 46 % de ces accidents ont été répertoriés sur le réseau des routes départementales secondaires.

Quant aux infractions, elles sont à la hausse de 28 % en 2020, soit 955 cas contre 746 l’année dernière. Des infractions qui ont engendré la suspension du permis de conduire.

D’ores et déjà, la préfecture annonce de nouvelles campagnes de sensibilisation à venir et la poursuite des contrôles par les forces de sécurité.

 

Thierry BRET

 

 

L’unité de production de ce spécialiste de la modification, la mise au point, la réparation et la maintenance de moules d’injection plastique et de moules de thermoformage figure en bonne place dans les agendas des personnalités de l’Etat. Surtout, après l’immersion récente d’un membre du gouvernement, quelques semaines après celle du préfet. Olivier DUSSOPT s’est dit ravi de sa découverte de l’une des PME bénéficiaire du plan de relance automobile…  

MAILLOT : Et si le pensionnaire de l’Elysée effectuait un jour ou l’autre un déplacement surprise au sein de l’unité de production de la PME industrielle sénonaise ?!

A cette question, la réponse engendre un large sourire sur le visage de Dominique VIE, le dirigeant de cette structure qui vient d’obtenir dans le cadre du plan de relance automobile une aide très appréciable d’1,23 million d’euros.

A défaut d’Emmanuel MACRON, c’est bel et bien le ministre délégué auprès du ministre de l’Economie, des Finances et de la Relance, en charge des Comptes Publics Olivier DUSSOPT qui pénètre dans les ateliers de la SAS pour une immersion instructive de plus d’une heure.

Le représentant de l’Etat n’y est pas seul. Outre le préfet Henri PREVOST qui connaît bien les lieux depuis sa précédente découverte, l’accompagnent dans cette plongée inéluctable vers les arcanes de l’industrie la députée de la troisième circonscription Michèle CROUZET, la sénatrice Marie EVRARD ou encore des élus de l’Agglomération.

 

E

 

 

Ecoutant avec intérêt les propos explicatifs de ses deux guides, Dominique VIE et son fils Antoine, Olivier DUSSOPT est venu constater de visu que la PME ne sombrait pas dans le marasme imputable à la crise sanitaire du moment aux relents nauséabonds pour l’économie.

Les projets de développement de la SAS sont nombreux avec la construction de nouveaux locaux et surtout une volonté chevillée au corps d’accroître la modernisation de la structure.

 

 

 

 

 

Des projets stimulants pour l’avenir…

 

Retenu parmi les 110 projets nationaux qui profiteront du plan de relance automobile, au même titre que FRUEHAUF à Auxerre, BOUDIN recevra la coquette somme d’1,23 million d’euros pour préparer les différentes étapes de son agrandissement.

Dans le domaine de l’outillage, l’entité se dotera à l’avenir de matériel de vingt-cinq tonnes qui lui permettra de gagner en performance au niveau des moules et de répondre ainsi à de nouveaux marchés.

Naturellement, le manque de place actuel sera compensé par un espace de travail plus en phase avec ses nouveaux besoins. Soit 2 200 mètres carrés d’atelier et 400 mètres carrés de bureaux : le Graal à l’état pur pour tout chef d’entreprise qui se respecte !

 

 

Autant d’éléments informatifs que Dominique et Antoine VIE ont pu transmettre au ministre de manière orale lors de sa déambulation parmi les postes névralgiques de l’entreprise.

La PME emploie à ce jour vingt-cinq collaborateurs et réalise un chiffre d’affaires de près de deux millions d’euros. Toutefois, il lui faudra s’armer de patience  jusqu’en 2023 pour que sa nouvelle unité soit opérationnelle. Cependant, elle sera source d’emplois supplémentaires avec l’embauche une demi-douzaine de salariés. L’avenir s’envisage donc avec un grand « A » chez BOUDIN SAS : une conclusion heureuse qui aura conforté Olivier DUSSOPT dans son choix de visite…

 

Thierry BRET

 

 

 

Le ministre délégué aux PME est monté au créneau il y a peu. Alain GRISET n’est d’ailleurs pas le seul à avoir montré de l’appétence à la défense de ce dossier. Son homologue secrétaire d’Etat en charge du tourisme, Jean-Baptiste LEMOYNE, l’est tout autant. Son de cloches similaire en provenance de l’opposition régionale avec Julien ODOUL. Décidément, le projet de fermeture du site avallonnais de SKF ne laisse personne dans l’indifférence…

AVALLON: La sphère politique s’engouffre de plain-pied dans la brèche. Celle, béante, qui a succédé à l’annonce il y a déjà plusieurs semaines du projet de fermeture du site industriel avallonnais géré par la société scandinave SKF.

Un plan social, qui s’il était adopté en l’état viendrait à condamner l’employabilité de 141 salariés. Et de clore de manière définitive la présence de cet acteur économique sur ce secteur du Morvan depuis soixante ans.

Prévue fin 2022, cette fermeture ne trouve pas de réelles motivations économiques aux yeux des syndicats. Rappelons que l’unité de production de l’Yonne conçoit des roulements pour les tunneliers et le secteur militaire. Deux domaines qui ne sont guère impactés par la crise économique du moment.

La nouvelle provoque donc des ronds dans l’eau qui se répercute auprès du sérail politique. Localement, où les réunions de travail se sont multipliées ces dernières semaines à la préfecture de l’Yonne afin de trouver une amorce de sortie favorable. Soit en renégociant le PSE, soit en explorant la piste d’un repreneur potentiel du site.

Mais, aussi à l’échelon de l’Hexagone puisque le ministre délégué aux PME Alain GRISET a assuré que « l’Etat rechercherait avec le plus grand sérieux un repreneur industriel solide ». Une déclaration faite à l’Assemblée nationale.

Le secrétaire d’Etat en charge du tourisme Jean-Baptiste LEMOYNE prête également une oreille très attentive à la moindre évolution de ce dossier un tantinet placé sur le fil du rasoir.

 

 

Les résultats du groupe seront dévoilés le 02 février en Suède…

 

Quant à la visite récente en terre icaunaise du directeur de la filiale française Philippe PEROZ, elle aura surtout permis de temporiser ce contexte incertain. Option hypothétique : la réévaluation du plan social qui pourrait en subir à termes des modifications.

L’opposition réagit de son côté. A l’instar du Rassemblement national et de son chef de file Julien ODOUL qui regrette que « la société suédoise décroche le pactole du plan de relance dans le cadre de l’appel à projets du fonds de modernisation aéronautique via sa filiale SKF Aerospace ».

Surtout après s’être prononcé en faveur du licenciement de 211 collaborateurs qui exercent leurs activités sur les sites d’Avallon et de Lons-le-Saunier.  

Cette semaine est importante. La multinationale de Göteborg publiera ses résultats annuels pour l’année 2020 ; ce sera mercredi 02 février. Ses dirigeants expliqueront lors d’une conférence de presse la stratégie à venir pour ces cinq grandes plateformes de compétences qui lui permettent d’atteindre le milliard d’euros de chiffre d’affaires.

L’industriel scandinave accueille plus de trois mille collaborateurs parmi ses différentes unités de production. Mais, la question qui trotte dans toutes les têtes des collaborateurs du groupe dans l’Yonne est la suivante : combien en restera-t-il réellement sur le site d’Avallon fin 2022 ?

Thierry BRET

 

C’est déjà l’heure d’un premier bilan au centre hospitalier d’Auxerre. Au terme de la journée initiale de vaccination ouverte aux personnes âgées de 75 ans et plus. Malgré l’horaire avancé (il est plus de 17 heures) et la stricte contrainte à observer avec le drastique couvre-feu, plusieurs patients rongent encore leur frein dans la petite salle d’attente avant de recevoir la salvatrice injection. Ils ont même la surprise de pouvoir s’entretenir avec le préfet de l’Yonne, présent sur ces lieux…

AUXERRE : Le chiffre tant attendu est annoncé lors de la conférence de presse par le directeur de l’établissement hospitalier Pascal GOUIN. A l’issue de cette première journée vaccinale destinée à accueillir nos concitoyens de 75 ans et plus, cent-vingt-quatre doses du précieux antidote contre le virulent coronavirus ont été administrées ce lundi 18 janvier.

Si on l’ajoute à ce résultat à ceux obtenus dans les trois autres centres d’accueil facilitant cette opération sur la ville (la polyclinique Sainte-Marguerite et le Centre d’examens de santé), ce sont près de 170 de nos aînés qui se sentent davantage sécurisés au soir de cette séance liminaire de soins.

Une tendance révélatrice de la complémentarité fonctionnelle mise en exergue par l’ensemble des acteurs de santé du cru qui satisfait pleinement le représentant de l’Etat.

Le haut-fonctionnaire Henri PREVOST s’est donc rendu en cette fin d’après-midi dans le principal complexe sanitaire de la capitale de l’Yonne. Une légitime prise de température pour le porte-parole de l’Etat, garant de la réussite de cette action indispensable à la sortie de crise.

 

 

 

Sensible amélioration de la crise dans l’Yonne après les fêtes…

 

S’immergeant parmi les différentes zones permettant de prodiguer les soins et la gestion de l’attente de la patientèle, Henri PREVOST a pu constater de visu que le mode opératoire s’avérait très fonctionnel.

Jamais avare dans ses échanges relationnels, il a pu échanger quelques mots de courtoisie avec des seniors ravis de bénéficier avec soulagement de ces produits thérapeutiques si attendus.

Accompagné de l’élue auxerroise en charge de la santé, des affaires sanitaires et sociales le docteur Maryline SAINT-ANTONIN, le préfet a écouté avec intérêt les ultimes informations de la journée  fournies avec moult détail par la déléguée départementale de l’Agence Régionale de Santé (ARS) Eve ROBERT.

Première observation : la situation sanitaire dans l’Yonne semble quelque peu s’améliorer. Une surprise presque divine alors que beaucoup craignaient le pire et s’attendaient à enregistrer la recrudescence du nombre de contaminations au lendemain des fêtes de fin d’année.

Pas d’effet rebond de la COVID-19 en tout état de cause sur notre territoire, un secteur qui fut pourtant au plus mal au niveau du taux d’incidence fin novembre.

Aujourd’hui, cet indicateur de référence se situe en dessous de la moyenne nationale. Environ deux cents personnes (190 avec exactitude) bénéficient des services de soins dans les hôpitaux du département dont une quinzaine d’entre elles sont placées en surveillance accrue en réanimation.

 

 

 

Toutefois, prudent, le préfet appelle toujours à la plus grande vigilance. Car, le virus circule toujours dans notre contrée, certes avec moins de virulence que sur l’ensemble du territoire régional.

Sur un plan pratico-pratique, le représentant de l’Etat invite la population à privilégier les réservations vaccinales par Internet (plateformes DOCTOLIB, KELDOC…) plutôt que de se concentrer uniquement vers les centres d’appels téléphoniques.

Même si ces derniers sont opérationnels et mobilisent le personnel administratif des unités hospitalières. Une manière concrète de réduire les temps d’attente afin d’obtenir le précieux rendez-vous d’ici les prochaines semaines.

 

Déjà 2 500 personnes vaccinées dans l’Yonne au 16 janvier….

 

Quant au rythme d’approvisionnement des vaccins, il est en phase d’accélération tant dans l’Hexagone de manière générale que sur notre secteur géographique.

Selon les prévisions optimistes de l’Agence régionale de Santé, le nombre de doses à acheminer vers les différents centres de soins devrait doubler d’ici le mois de mars, passant ainsi de 500 000 flacons à plus d’un million de contenants par semaine.

Il est vrai que l’autorisation de nouveaux agréments (on pense en particulier aux nouveaux remèdes conçus par l’américain MODERNA et au consortium suédois-britannique ASTRA ZENECA plus flexibles à manipuler dans leur conditionnement) enrichira le panel de solutions monopolistiques actuelles en suppléant l’offre unique du laboratoire PFIZER. La seule à être délivrée aujourd’hui.

Deux mille cinq cents personnes avaient déjà reçu la première des deux injections à la veille du  dernier week-end dans l’Yonne.

L’ARS table sur un premier panel raisonnable de neuf mille patients d’ici la fin du mois. Sachant que trente-deux mille seniors âgés de 75 ans et plus vivent à leur domicile dans le département. Une statistique qu’il est bon d’accroître en y ajoutant celles et ceux de nos aînés qui coulent leur retraite dans les établissements d’accueil.

Bref, on le voit, il faudra tout de même s’armer encore de beaucoup de patience pour recevoir le produit anti-coronavirus, synonyme de protection.

 

Thierry BRET

 

 

Page 1 sur 16

Articles

Bannière droite accueil