C’est un encouragement. Un indéfectible soutien à la valorisation d’une filière, de surcroît agricole, traduite par la prise de risques, le volontarisme et l’abnégation de son auteur. Un vrai Prix de la Dynamique porté par l’établissement mutualiste régional, depuis une quinzaine d’années déjà. Installé depuis 2016, l’éleveur Térence ROBERT, ancien de la maison, en l’est heureux bénéficiaire dans l’Yonne en 2021.

 

AVALLON : Drôle de parcours que celui-ci ! L’ex-conseiller commercial de la Banque Populaire qu’était dans ses jeunes années professionnelles le nouveau récipiendaire de cette récompense annuelle est aujourd’hui plébiscité par ses pairs pour l’expression de son savoir-faire dans le milieu agricole. Et pas grâce à n’importe quel métier ! Celui, excusez du peu, d’éleveur de bovins aux origines charolaises !

Gérant en solo une exploitation sise à Quarré-les-Tombes (la commune morvandelle gourmande où l’on peut déguster à satiété les succulentes gaufres de l’artisan Jérôme MARCHAND – Quarré de Chocolat-), Térence ROBERT s’est fait un nom dans le milieu agricole du cru de par sa typicité.

Issu des rangs des Jeunes Agriculteurs, notre homme a vécu sa reconversion professionnelle à l’âge de…35 ans alors que tant d’autres raisonnent déjà en pensant à la retraite et au farniente !

Dans une vie antérieure, le garçon, ingénieur en agriculture option économie de formation, a essuyé les plâtres de sa carrière débutante dans la filière du commercial. Deux années vécues au sein de la Banque Populaire Bourgogne Franche-Comté et Pays de l’Ain, cela ne s’invente pas ! Puis huit autres années à vendre des logiciels de formation au service  d’une infrastructure spécialisée de la région.

Bref : une expérience enrichissante qui le pousse à franchir le Rubicon en 2016. L’appel de la nature et de la liberté retrouvée titille son esprit conquérant. Térence se lance dans une aventure un peu folle : l’exploitation d’un élevage. Aujourd’hui, à la tête d’un cheptel de soixante bêtes, il est le plus heureux des hommes. Ne regrettant nullement son choix de carrière pour le moins insolite.

 

L’envie de candidater était la plus forte pour ce néo-agriculteur…

 

Cultivant dix hectares de céréales afin d’engraisser le troupeau et converti au bio, il vit de l'élevage de bovins allaitants. 

En sus, Térence propose la vente de viande sur place. De manière épisodique. Il a aussi conservé une certaine appétence envers la formation et a développé une activité novatrice de commercialisation de logiciels dont ses collègues sont friands.

Ce florilège d’atouts dans son jeu lui a donné envie de candidater pour ce Prix de la Dynamique agricole 2021. Un challenge national qui est fonctionnel depuis plus d’une quinzaine d’années au plan national et que la Banque Populaire Bourgogne Franche-Comté et des Pays de l’Ain décline sur son territoire de prédilection.  

D’ailleurs, chaque année, la remise des distinctions s’effectue dans le cadre magnifique du Palais des Congrès de Beaune. Un point géographique facile d’accès pour attirer les 400 participants qui convergent vers cette manifestation.

Cette année, du fait de la pandémie et de ses conséquences, l’établissement mutualiste a fait fi de cette cérémonie protocolaire à grande échelle. Où convivialité et échanges professionnels s’agrègent à la perfection.

La direction du développement du marché agriculture et viticulture du groupe bancaire a procédé autrement. Remettant les accessits honorifiques au plus près du terrain et sans le cérémonial habituel. Dans l’une des agences qui a accueilli le lauréat par département.

 

 

Artisanat, associations et agriculture : à quand des distinctions pour l’industrie ?

 

C’est donc au sud de l’Yonne, à Avallon, que Térence ROBERT a reçu son trophée de la Dynamique agricole en présence de Gérald PERRIER, en charge du développement de ce secteur agricole/viticole où la Banque Populaire grignote progressivement de mirifiques parts de marché depuis 25 ans, aidant à l’installation d’un tiers des néo-exploitants sur le territoire.

Un chiffre indique la part non négligeable que représente désormais ce domaine d’activité dans la stratégie du groupe financier : une trentaine de dossiers avaient été sélectionnés pour la finale régionale sur un potentiel de plus de 800 candidatures en amont.

A ce jour, la Banque Populaire Bourgogne Franche-Comté et Pays de l’Ain recense plus de 7 000 clients professionnels, intégrant la catégorie de cette filière agricole/viticole toujours très courtisée par les réseaux bancaires. Ils sont plus de mille cent clients à être ainsi référencés pour le seul département de l’Yonne.

Après l’artisanat avec le fameux prix « Stars et Métiers », concocté avec le concours des chambres consulaires ad hoc, et le milieu associatif (Prix « Initiatives Associations »), une question se pose toutefois : à quand la création par l’organisme bancaire d’une récompense qui serait destinée au soutien du secteur industriel et à son essor ?

Réindustrialiser l’Hexagone est sur toutes les lèvres aujourd’hui (notamment à l’approche de la présidentielle), il serait peut-être de bon ton que l’une des places fortes du monde bancaire actuelle opte pour cette tangente côté distinctions honorifiques…A méditer au siège de Quetigny !

 

En savoir plus :

On notait également la présence de Jérôme METIVIER, expert conseil agriculture, Pierre GENTY, directeur de l’agence d’Avallon et d’Anthony DE OLIVEIRA, conseiller clientèle professionnels à cette remise de prix.

Le jury de ce Prix de la Dynamique était composé de représentants de la Chambre d’Agriculture, de la Banque Populaire, d’experts-comptables, de la SAFER.

 

Thierry BRET

 

Depuis octobre, en liquidation judiciaire, l’établissement de la rue Paul Doumer, situé près de la gare SNCF, avait tiré les rideaux. Supprimant le peu de vie restant dans ce quartier de la Rive droite. Une opportunité de reprise s’est présentée. Déjà propriétaire de l’hôtel/restaurant « Le Seignelay » et du bar « Le Dilo » à Saint-Florentin, Cyril PARMENTIER s’est engouffré dans la brèche. Le Bar de la Gare, nouvelle appellation, reprend donc du service. De la plus belle manière que ce soit…

 

AUXERRE : Situé à quelques encablures de l’accès ferroviaire, le Bar de la Gare (à défaut d’être original la désignation du lieu est au moins explicite au plan géographique !) vient de rouvrir ses portes.

Après de longs mois de léthargie, imputables à une liquidation judiciaire instruite auprès du tribunal de commerce. Autrefois baptisé « le Saint-Gervais », l’établissement s’est refait depuis un sérieux lifting. De fond en comble ou presque afin d’épouser le principe d’un concept store, l’un des tout premiers implantés de la sorte en Bourgogne Franche-Comté.

Méconnaissable à l’intérieur, le commerce et ses cent mètres carrés de surface ont été profondément remaniés. Avec la bénédiction financière de la Banque Populaire qui a soutenu le nouveau propriétaire des lieux : Cyril PARMENTIER.

Le garçon n’est pas un inconnu dans la filière commerçante locale. Non seulement, il gère la destinée depuis plusieurs saisons de l’un des bars de référence sis à Saint-Florentin, « le Dilo ».

Mais en outre, l’ancien homme de média et communication (« TV Diffusion » dans une vie antérieure) a ajouté dans sa besace parmi ses actifs l’hôtel/restaurant « Le Seignelay » localisé au cœur d’Auxerre.

Désireux de relever un nouveau défi, l’entrepreneur a décidé de se lancer dans ce projet de réhabilitation. Avec à la clé, une première étape qui est synonyme de travaux conçus par des artisans du cru. Selon un cahier des charges 100 % original et jamais vu encore dans l’Yonne : un concept store !

 

 

Un choix éclectique de produits à consommer…

 

« Il en existe une petite centaine en France, explique Cyril PARMENTIER, celui d’Auxerre devient de facto le premier à être fonctionnel en Bourgogne Franche-Comté… ».

Une implantation stratégique importante pour le quartier Rive droite, un peu en manque de vitrines commerciales qui égayent le chaland.

Sur quoi repose ce principe de concept store ? Très simple, le Bar de la Gare comprend différents corners, accumulant des offres de services et prestations pour le moins originales.

Si un kiosque à journaux où sont répertoriés près de cent cinquante titres peuvent satisfaire dès potron-minet l’insatiable appétit des lecteurs en attente de nouvelles fraîches, on trouvera différents consommables comme la papeterie, la téléphonie, la bureautique, de la confiserie, de la pâtisserie, des boissons et même des vins de terroir (Cyril PARMENTIER est un fin connaisseur !), ainsi que du tabac.

Mais, le clou de cet inventaire concerne précisément ce dernier item. Certes, la cigarette électronique tient le haut du pavé avec un choix éclectique de produits à inhaler.

 

 

Une nouveauté rare à tester : le CBD…

 

Mais, c’est surtout la présence de CBD qui positionne l’estaminet sur un tout autre registre !

Celui de la nouveauté, pour ne pas dire de la rareté dans l’Yonne ! Nouveauté autorisée par l’Etat, le CBD se présente sous la forme d’une huile, concentrant diverses composantes du chanvre (cannabinoïdes, terpènes et flavoïdes), diluées dans une base d’huile de coco. Un produit aux vertus relaxantes et thérapeutiques qui pointe le bout de son nez timidement en France.  

Outre les activités habituelles de brasserie et de dégustation de boissons, le Bar de la Gare accueille dans un espace salon, un peu à l’écart autour d’une vingtaine de sièges, celles et ceux des consommateurs souhaitant suivre les courses hippiques sur écran plat, en toute tranquillité.

Côté emplois, trois postes 100 % féminins ont été créés. Avec aux manettes des salariées qui accueillent le client avec le sourire !

D’ici quelques semaines, la devanture de la vitrine commerciale se fera un look en conformité avec la nouvelle signalétique.

In fine, ce sont 70 000 euros qui ont été injectés pour la réalisation de ces travaux. Une partie émanant de la banque. La holding que dirige Cyril PARMENTIER a fait le reste, en apportant le complément financier nécessaire à la création de ce projet. Un projet que les habitants du quartier de la gare SNCF ont déjà adoubé depuis l’ouverture du site…

 

Thierry BRET

 

 

 

Patricia BAUCHERY, directrice de l’exploitation de la Banque Populaire de Bourgogne Franche-Comté et Willy BOURGEOIS, président du CRIJ (Centre régional information jeunesse) ont apposé leurs paraphes au bas d’une convention, renouvelant ainsi leur partenariat en faveur des jeunes…Carte avantage à l’appui !

 

DIJON (Côte d’Or) : Plus de cent mille jeunes sont détenteurs à ce jour de ce précieux accessit, offrant de multiples commodités dans les domaines de la culture, du sport, des loisirs ou de la vie quotidienne.

Un succès incontestable pour cette « e-carte Avantages » qui est mise en avant par la Région.

Destiné aux moins de trente ans, l’attribut permet de bénéficier de plus de 3 200 bons plans, à réaliser auprès de professionnels sur notre territoire.

Depuis le 01 septembre, près d’une centaine d’agences de l’établissement mutualiste régional (Bourgogne, Franche-Comté et Pays de l’Ain) offrent la possibilité à cette génération de se doter de ce sésame à la double vocation ludique et pédagogique.

Les mille cinq cents premiers souscripteurs de ladite carte numérique se verront offrir la gratuité de l’investissement par la Banque Populaire BFC, partenaire exclusif aux côtés du CRIJ pour en assurer la promotion.

Les modalités pratiques de cette carte sont à découvrir sur le référent suivant : www.avantagesjeunes.com

 

Thierry BRET

 

 

Première convention de partenariat de la saison en phase de signature à la Région Bourgogne Franche-Comté ce vendredi 27 août. L’évènement mettra en scène le CRIJ (Centre régional d’information Jeunesse BFC) et la Banque Populaire. L’objet de ce paraphe est simple : promouvoir le lancement de la e-carte Avantages Jeunes 2021/2022…

 

DIJON (Côte d’Or) : Une conférence de presse, réunissant les différents partenaires de cette opération, se déroulera dans les locaux du Conseil régional de Bourgogne Franche-Comté ce vendredi 27 août en milieu d’après-midi.

Il y sera question de dévoiler dans le détail les principales nouveautés qui ont été apportées à l’édition 2021/2022 de cette carte destinée à un public issu de la jeune génération.

De quoi s’agit-il précisément ?  La carte Avantages Jeunes dans sa version numérique est une action qui émane du réseau Info Jeunes Bourgogne Franche-Comté, soutenu par la Région et l’établissement bancaire régional.

D’ailleurs, à compter du 01er septembre, près d’une centaine d’agences à l’estampille de la Banque Populaire BFC deviendront des « points de commercialisation » de ladite carte et des points de retrait des commandes en ligne qui en découleront fort logiquement.

Selon des modalités spécifiques, à découvrir sur la référence www.avantagesjeunes.com, le jeune public pourra être doté de cette fameuse carte reconnue par plus de 2 000 partenaires économiques, de manière gracieuse, voire en la payant pour la modique somme de sept ou huit euros.

Valable du 01er septembre au 31 août, cet instrument facile d’utilisation propose aux moins de 30 ans plus de 3 200 réductions et gratuité sur des produits et services référencés parmi la culture, les loisirs, le sport et la vie quotidienne.

 

En savoir plus :

Pour découvrir l’ensemble des nouveautés 2021/2022, consulter la référence suivante : www.avantagesjeunes.com

 

Thierry BRET

 

 

Faute de grives, on se contente de merles ! Mais, cela n’enlève en rien la succulence et le tour de main avec lesquels on peut préparer le mets ! Les services décisionnaires de la Banque Populaire de Bourgogne Franche-Comté se seront sans doute inspirés de ce proverbe aux accents fleurant bon le terroir. Pas de cérémonie officielle et festive récompensant les lauréats des Prix Stars et Métiers, cette année ! Mais, à l’inverse, ces accessits ont été remis de manière plus intimiste aux heureux bénéficiaires…

 

AUXERRE : Personne n’aura été lésée dans l’affaire. Certes, cette manifestation annuelle très prisée des artisans n’aura pas connu les fastes cérémoniaux habituels, avec tapis rouge et flashs crépitants pour immortaliser la remise des précieuses récompenses. Mais, la crise sanitaire n’a nullement spolié les lauréats de cette édition 2021, plébiscités dans l’une des quatre catégories servant de référence à ce concours national, décliné à la sauce territoriale.

Concocté conjointement avec le réseau des Chambres des Métiers et de l’Artisanat et SOCAMA, la société de cautionnement garantissant les prêts accordés par l’établissement bancaire mutualiste, le Prix Stars et Métiers fait office de rendez-vous incontournable mettant en lumière les entrepreneurs passionnés par leur activité.

Celles et ceux qui débordent d’un imaginaire fertile, plaçant le curseur de l’innovation, de la responsabilité, de l’exportation et du développement commercial parmi les grandes priorités stratégiques.

Quatre items capitaux, essence même de la vie d’un chef d’entreprise digne de cette appellation, ont été retenus précisément par un jury, composé de spécialistes, devisant avec patience pour décerner les trophées annuels. L’excellence, l’audace, l’envie, la nouveauté…sont autant de critères qui forgent les décisions.  

Cette année, les lauréats de l’Yonne ont reçu leurs sésames distinctifs en étant accueillis dans certaines agences que compte l’établissement sur notre territoire. Question de praticité, tout en respectant les sacro-saints gestes barrières, il va de soi.

 

 

Des lauréats de belle facture pour une édition privée de cérémonie festive…

 

Ainsi, c’est à Avallon que le boucher-charcutier Thierry GABELLA s’est vu remettre son titre honorifique. Yann NUNES, directeur régional de l’Yonne, effectua le déplacement depuis la capitale auxerroise pour assurer le protocole d’usage lors de cette cérémonie intimiste. Pierre GENTY, directeur de l’agence d’Avallon et Maud BAGARD, directrice adjointe, prirent le temps de poser pour une photo officielle lors de ce moment convivial.

Christian ODDONO, dirigeant de la SARL MCO était le seul candidat en lice dans la catégorie « responsable ». Grand bien lui a pris de vouloir postuler puisque le chef d’entreprise de Migennes aura eu le plaisir de recevoir des mains de Marylène COMPAROT, directrice de l’agence locale, le précieux trophée. Cette entité, positionnée dans le travail du bois en sa qualité de menuiserie s’est investie dans le respect des normes environnementales et la transmission de leur savoir-faire depuis plus de quarante ans. Un argument devant faire tilt du côté des jurés.

 

 

 

Ravi de partager son prix aux côtés des organisateurs, Jean-Michel VISSE, président de la société éponyme, a remporté le trophée de l’entrepreneuriat en faisant visiter son nouveau show-room ouvert depuis peu. Sa structure est implantée à Sens. Elle y développe des activités de peinture et d’agencement.

Enfin, c’est Jérôme VERNAGALLO, directeur de l’agence de Sens Victor Guichard qui se chargeait de remettre le dernier de ces quatre prix à Thierry TOULOUSE, gérant de la SARL TECH POMPES, dans la catégorie « exportation ». En effet, la structure sénonaise a su faire connaître son savoir-faire au-delà des frontières de l’Yonne.

COVID ou pas COVID, le cru de cette édition 2021 était de belle facture selon les organisateurs. Ils ont pu ainsi renouer avec cette tradition annuelle devant mettre les entrepreneurs investis et engagés sous le feu nourri des projecteurs…

 

Thierry BRET

 

 

 

Page 1 sur 36

Articles

Bannière droite accueil