Découvrez nos partenaires

bloc-marque-culture-couleur1.jpg
logo-festins-de-bourgogne.jpg
logo-puissaye-forterre.png
logo-iseal-salon-coiffure-auxerre.jpg
logo-cifa-89-auxerre.png
logo13q-1.jpg
banque_populaire_bfc.png
logo-cm.jpg
logo-edf-site.jpg

Découvrez nos partenaires

bloc-marque-culture-couleur1.jpg
logo-festins-de-bourgogne.jpg
banque_populaire_bfc.png
logo-puissaye-forterre.png
logo13q-1.jpg
logo-edf-site.jpg
logo-cifa-89-auxerre.png
logo-iseal-salon-coiffure-auxerre.jpg
logo-cm.jpg

Plus de 850 scolaires, fréquentant les collèges de notre territoire, ont bénéficié du cycle de vulgarisation à la pratique automobile et à la découverte des risques routiers, « 10 de Conduite ». Quatre années de mise en place qui se sont révélées très positives de l’avis des instigateurs de cette opération pédagogique dont son principal promoteur, GROUPAMA Paris Val-de-Loire. Le processus sera reconduit dès l’année prochaine. Parce que la sécurité sur nos routes n’a pas de prix. Surtout lorsqu’il s’agit de préserver la vie de jeunes conducteurs…

AUXERRE : La prorogation du dispositif « 10 de Conduite » sur notre département devrait être effective d’ici quelques semaines. Sans surprise, les acteurs de ce concept pédagogique qui a su porter ses fruits selon l’Education nationale auprès des collégiens ont décidé de poursuivre l’aventure une année de mieux.

En 2020, les représentants de la Gendarmerie nationale et les CRS ainsi que les forces de police assureront un cycle supplémentaire de formation dans les collèges de l’Yonne.

Interrogé sur la pertinence de ce dispositif, le président de la caisse départementale de GROUPAMA Paris Val-de-Loire dans l’Yonne, Pascal MAUPOIS, s’est félicité de ce choix judicieux et responsable, éminemment stratégique pour l’assureur mutualiste.

Selon lui, le paraphe officiel autorisant la conception de ces futures séances serait prévu dès le terme des sessions en cours, c’est-à-dire à la fin mars.

« 10 de Conduite » possède aussi un autre prolongement positif dans sa conceptualisation actuelle, celui de rassurer les parents.

La variante « rurale » de la déclinaison, destinée aux élèves qui suivent des cursus de la filière agricole, représente un atout complémentaire dans cette démarche de proximité et de transmission des savoirs.

Comme aime le rappeler Pascal MAUPOIS, lui-même professionnel de l’agriculture, « un tracteur ne se conduit pas comme une automobile, d’autant que les vitesses autorisées sur les routes viennent d’augmenter... ».

En effet, ce type d’engin peut désormais circuler sur les réseaux routiers à 50 km/h, au lieu de 40 km/h jusqu’alors.

D’où l’impérieuse nécessité de bien maîtriser ces véhicules qui ne manquent ni de maniabilité ni de puissance. Et qui représentent in fine un potentiel de risques pour celles et ceux qui ne sauraient les piloter avec aisance…

L’exercice s’inscrit progressivement dans le marbre des habitudes médiatiques du territoire de l’Yonne. A raison d’un rendez-vous par trimestre, l’exécutif de l’assureur mutualiste décline sa copy stratégie en présence de journalistes, en prise directe avec l’actualité éclectique de l’établissement. En ce mois de mars, le coup de projecteur voulu par le président Pascal MAUPOIS concernait la prévention des risques et les actions mises en place pour y parvenir. Réunissant un parterre d’acteurs représentatifs, GROUPAMA Paris Val de Loire a pu expliquer ainsi les diverses initiatives qui se déroulent avec réussite dans l’Yonne…

AUXERRE : L’établissement a beau apporté sa plus-value professionnelle et technique dans la gestion des sinistres de tout genre, il lui importe de les éviter en les anticipant le plus possible en amont auprès de ses sociétaires. Dans un souci de citoyenneté, propre à sa déontologie naturelle.

Donc, fort de ce précepte, il n’était pas inutile de concevoir une thématique ciblée sur les initiatives en matière de prévention et de les expliciter en conférence de presse. Un choix non dénué d’intérêt pour les interlocuteurs du jour, c’est-à-dire les médias, parfois très éloignés de la sphère entrepreneuriale et de ses diverses composantes éthiques.

Réunir autour de la même table, les représentants de la Gendarmerie nationale avec le major Stéphane VERSE, référent de la Sûreté, le major Sébastien COULON et l’aspirante Charline PROVOST, se justifiait amplement.

Chacun de ces intervenants put tout à loisir prendre le temps de parole indispensable à l’explication de texte relative à leurs missions. La cyber-criminalité et la prévention du vol en milieu rural revenaient au major Stéphane VERSE ; tandis que les sujets liés à la prévention routière et l’aperçu détaillé du dispositif « Dix de Conduite » incombaient aux deux membres des forces de l’ordre.

Mais, dans un souci de compréhension légitime des tenants et aboutissants de ce dossier sécuritaire, la direction de GROUPAMA Yonne avait opté pour un élargissement des débats. Ainsi, le directeur d’établissement icaunais convia le commandant Gilles ROGUIER, du SDIS (Service départemental d’incendie et de secours) ainsi que l’un des dirigeants du groupe SICLI, Alain NICOLE, une structure spécialisée dans l’extinction des sinistres.

On notait aussi la présence de Florence PENET, adjointe de direction au CFPPA Auxerre La Brosse, le pôle d’enseignement agricole de l’Auxerrois.

La variante rurale du fameux « Dix de Conduite »…

Enseignants et élèves se montrent toujours très enthousiastes, après chaque déroulé de la version rurale de ce dispositif pédagogique. Il est vrai que les bénéfices engendrés par ces séances didactiques portent leurs fruits.  

Dans l’absolu, les lycéens profitent d’une initiation réelle au pilotage et à la conduite d’engins agricoles motorisés. Ainsi, plus de quatre-vingts d’entre eux ont pu accroître leurs connaissances en matière de prévention des risques et de maîtrise sécuritaire l’an passé dans l’établissement de Venoy. Tout cela grâce à l’installation d’une piste itinérante dont raffolent les jeunes scolaires. Depuis une vingtaine d’années, l’exercice se répète à chaque saison. Et, toujours avec le même succès. La présence des forces de l’ordre, arborant leur uniforme, n’est peut-être pas étrangère à ce résultat positif.

milieu articles

Côté bilan quantitatif, il est bon de rappeler que depuis le lancement de cette opération (déjà plusieurs décades), les accidents de tracteurs et d’engins agricoles ont reculé de manière significative dans le pays. Il y a trente fois moins à l’heure actuelle qu’il y a une quarantaine d’années…

Les atouts bénéfiques de l’opération « 10 de Conduite »…

Mais, l’autre versant de ce programme destiné aux futurs automobilistes ne manque pas d’attrait. Le manque d’expérience, la mauvaise appréciation des risques routiers au volant de son véhicule, le surcroît de vitesse représentent aujourd’hui la moitié des causes accidentelles concernant les jeunes adultes âgés de 18 à 24 ans.

Peu d’entre eux, d’ailleurs, respectent le port de la ceinture. Or, dans 22 % des cas, cette absence engendre de sérieux traumatismes aux conséquences le plus souvent inéluctables et néfastes.

C’est aussi l’un des axes de motivation citoyenne qui explique l’engagement de GROUPAMA à la propagation régulière de campagnes sensibilisatrices auprès de ces publics.

Grâce à ce dispositif, encouragé depuis quelques années sur notre territoire, tous les établissements scolaires du second degré de l’Yonne profitent de ce ces cours théoriques et pratiques, se révélant être de première nécessité.

« C’est un véritable travail participatif, devait ajouter Jacques BLANCHOT, directeur de GROUPAMA Yonne, RENAULT fournit les véhicules (deux modèles à boîte de vitesse mécanique et une pourvue d’un système automatique), TOTAL abonde en carburant tandis que la Gendarmerie nationale assure la transmission des savoirs. Grâce à notre partenariat avec le centre de formation CENTAURE, l’assureur mutualiste optimise cet enseignement à l’aide d’experts et d’outils pédagogiques idoines… ».

A la découverte de la conduite, il est à noter en parallèle l’initiation aux règles élémentaires du Code de la route, et surtout aux risques inhérents à l’alcool et aux produits illicites. Sans omettre le respect de la règle primordiale sur la route : la courtoisie et le civisme.

Fonctionnelle depuis le 04 mars, cette nouvelle solution de virement via une application téléphonique joue d’innovation et de simplicité dans son usage. Sécurisé à 100 %, ce service offre l’opportunité à son utilisateur de pouvoir transférer de l’argent depuis un smartphone sur le compte bancaire d’un ami ou d’une connaissance proche grâce à un simple numéro de téléphone. Le must de l’ergonomie et de la spontanéité…  

AUXERRE : Toujours précurseur en matière de technologie, l’établissement bancaire régional endosse une fois de plus son habit de testeur patenté pour proposer une nouvelle déclinaison relationnelle pour ses clients, sous la forme d’un service gratuit. Nom de baptême de cette nouveauté : « PAYLIB entre amis ».

Opérationnel depuis quelques jours, le concept vient enrichir la palette de solutions technologiques déjà proposées dans le cadre de l’application CYBERPLUS. De quoi s’agit-il dans le cas présent ?

« PAYLIB entre amis » n’est autre qu’un mode opératoire ultra réactif pour réaliser un virement occasionnel et d’un montant maximum de 300 euros sur le compte d’un bénéficiaire.

Ainsi, le destinataire de la somme reçoit l’argent sous un delta temporel d’un à deux jours ouvrés, à l’instar d’une transaction classique. On se souvient du lancement de l’offre « Instant Payment » l’année dernière. Ce fut une prouesse technique qui mettait en exergue le virement SEPA instantané. Après l’accélération du délai de réception des transferts, ce nouveau processus, quant à lui, optimise en l’améliorant la facilité de mise en place de ces virements.

Régler un dû ou faire un petit cadeau à un ami devient avec ce procédé simple comme bonjour.

milieu articles

Le numéro de téléphone du destinataire suffit…

Dans l’absolu, l’utilisation de ce principe novateur ne requiert pas d’être détenteur d’un diplôme de polytechnique ! Il suffit au client de se rendre dans les réglages de son application sur le mobile et d’y activer le service directement dans les options qui lui sont proposées. Moyennant quoi, le récipiendaire est automatiquement informé par SMS de l’envoi de la somme d’argent. Si lui-même à initier la même préconisation, le montant est alors crédité sur son compte sans qu’il ait besoin d’effectuer la moindre opération. Dans le cas contraire, la personne doit cliquer sur le lien reçu par SMS et renseigner son IBAN. Du sur mesure, en vérité !

Service offert aux clients de l’établissement, « PAYLIB entre amis » n’est qu’un élément parmi tant d’autres de cette volonté pour la Banque Populaire Bourgogne Franche-Comté d’accroître le confort d’utilisation de ses produits dématérialisés.

Cette volonté de demeurer à la pointe du modernisme se traduit par d’autres innovations. Depuis le 07 mars, l’établissement a conféré de nouvelles fonctionnalités de pilotage à la carte bancaire. Elles s’ajoutent à celles existantes. Concrètement, leurs utilisateurs ont la faculté depuis l’application de pouvoir modifier les plafonds des cartes bancaires. A tout instant. Parmi l’ensemble de ces services, on peut noter la consultation des plafonds, l’activation et la désactivation des paiements à distance ainsi que des paiements et retraits à l’étranger, etc. Ceci en temps réel.

Autre possibilité ingénieuse : le verrouillage temporaire de la carte bancaire. Les clients disposent désormais d’une solution efficace et moins définitive en cas de perte de leur précieux instrument de paiement.

Pour s’y retrouver et bénéficier d’informations complémentaires, rien de plus simple. Il suffit de se connecter sur le site Internet dédié, www.fonctionnalitesenligne.ma-bpbfc.fr, pour en savoir davantage sur les attraits et atouts de la banque ergonomique.

Parmi les nombreuses missions sociétales déclinées par l’assureur mutualiste sur son territoire, l’opération « Dix de Conduite » tient une place tout à fait privilégiée auprès des futurs conducteurs en herbe. Conçue avec le soutien de deux partenaires idoines de ce milieu professionnel (TOTAL et RENAULT), l’animation reçoit également le précieux concours de la Gendarmerie nationale. Une dizaine d’établissements scolaires de l’Yonne bénéficieront de ces séances sensibilisatrices aux risques et dangers de la route d’ici quelques jours…

AUXERRE : « J’agis là où je vis ». Jamais, le fameux credo propre à GROUPAMA Paris Val de Loire n’aura résonné aussi fort et avec autant de vigueur quand s’amorce à chaque printemps le déroulé de la nouvelle campagne de mobilisation autour de la sécurité routière.

Si 850 adolescents, tous collégiens, ont été les heureux bénéficiaires de cette manifestation la saison passée dans l’Yonne, combien seront-ils cette année encore à profiter de la bienveillance et du professionnalisme des représentants des forces de l’ordre ?

Au vu de la configuration catastrophique observée en matière d’accidentologie sur notre département, l’initiative apparaît plus que jamais salutaire pour ces futurs conducteurs d’engins motorisés.

D’ailleurs, les gendarmes présents à cette session explicative face aux principaux des collèges concernés par l’opération ont lourdement insisté sur les bienfaits de la conduite accompagnée. Une approche pédagogique qui demeure souple et responsable afin de mieux appréhender les risques encourus sur le réseau routier.

Evoquer les addictions à l’alcool et aux stupéfiants…   

Une journée type est assez facile à organiser pour les instigateurs de cette opération. Les élèves voient leur temps d’occupation se diviser en deux temps. Celui de la théorie où les représentants de la Gendarmerie nationale procèdent à des révisions élémentaires du Code de la route (signalétique, règles de priorité…).

Puis, un QCM, élaboré autour d’une vingtaine de questions ciblées, offrent la possibilité à ces jeunes gens de tester leurs connaissances. Dans un laps de temps précis : quinze minutes chrono !

On y aborde parmi les thèmes essentiels la vitesse, les fautes de comportement lors de la conduite, l’addiction à l’alcool et aux stupéfiants. Il est de bon ton de rappeler qu’un accident sur deux observé dans l’Yonne n’est autre que la résultante d’une conduite addictive. Et que le taux d’alcoolémie d’un jeune conducteur ne doit pas excéder 0,10 grammes dans le sang.

Puis, au-delà de cette heure et demie de théorie, les apprenants vivent des situations pratiques. Chaque élève s’exerce à la conduite, derrière le volant d’un véhicule, maîtrisé par un gendarme. Il s’agit d’apprécier l’aisance du jeune conducteur par rapport à la signalétique présente sur le circuit et de tester ainsi son aptitude réelle à la conduite.

A l’issue de ces exercices, les adolescents reçoivent une note. Cette saison, ils auront l’opportunité de pouvoir piloter deux véhicules à boîte manuelle et une automobile aux rapports automatiques.

Les collèges d’Aillant-sur-Tholon, Bléneau, Charny, Saint-Fargeau, Saint-Sauveur-en-Puisaye, Joigny, Villeneuve-sur-Yonne ainsi que le CFPPA La Brosse et la MFR de Villevalier  

Précisons que GROUPAMA Paris Val de Loire affine l’initiative une fois que les jeunes gens obtiennent leur permis de conduire. En leur permettant de connaître les difficultés de la conduite technique en cas de pluie ou de gel lors de stages réalisés sur le circuit de REAU (Seine-et-Marne) dans le cadre du concept CENTAURE.

 

 

Remarquable édition que ce quatrième rendez-vous valorisant les arts de la table où le jury d’experts et de professionnels aura éprouvé une extrême difficulté pour pouvoir départager les neuf finalistes de ce challenge régional. Présentés au fond de l’assiette, sous la forme de sachets ou contenus dans de petits récipients, les produits du terroir soumis à l’appréciation gustative de ces exégètes ès arts de vivre ont illuminé par leur texture et succulence cet évènementiel porté par le Crédit agricole Champagne Bourgogne et notre prestigieux confrère, Le Bottin Gourmand. Incontestablement, ce fut un grand cru. Y compris pour l’Yonne, qui possède après le plébiscite réservé à Aymeric LUCZKIEWICZ (PYNEAU PRUNUTZ) un brillant lauréat…

URVILLE (Aube) : Ce fut un régal pour les papilles. Mais, aussi pour les yeux. Les membres du jury n’adressèrent à l’énoncé des résultats définitifs que des éloges aux compétiteurs, réunis pour une circonstance bien particulière : décrocher l’un des précieux sésames mis en jeu lors de ces « 4ème Talents Gourmands », selon la catégorie respective.

Qu’il s’agisse de la discipline des « agriculteurs et viticulteurs », celle rassemblant les « artisans des métiers de bouche » ou l’ultime référence se rapportant aux professionnels « restaurateurs », l’épreuve était d’un excellent niveau. Aux dires de Michel DRAPPIER, président de ce comité restreint ayant à juger les prestations culinaires des candidats : « les produits à apprécier étaient tout simplement remarquables… ».

Et le responsable du domaine familial éponyme sait de quoi il parle. Lui qui gère aux côtés de son épouse Sylvie et de ses trois enfants,  la maison des champagnes DRAPPIER, lieu d’accueil privilégié de cette réception régionale.

C’est donc sur ce site viticole aux références architecturales historiques (l’un des centres monastiques de Bernard de Clairvaux il y a 850 ans) que put se dérouler dans un excellent climat de confiance et de sérénité cette remise de prix.

Sublimer les passions et la dextérité technique de chaque professionnel…

Constatant l’orientation proprement écologique des mets et recettes présentées par les candidats, le jury a su mettre en exergue le savoir-faire de chacun des participants. Ce que confirma Damien CONTAT, vice-président du Crédit agricole Champagne Bourgogne, lors de sa prise de parole. Il évoqua cet indispensable coup de projecteur à accorder à la notion de terroir et à la proximité.

milieu articles

Bien sûr, les orateurs successifs eurent, avec sympathie et réelle émotion, une agréable pensée pour Pascal CAFFET, le professionnel de la chocolaterie (meilleur ouvrier de France et champion du monde des desserts) qui avait accepté initialement d’endosser la vêture de président de jury.

Mais, suite au sinistre qui devait ravager à l’automne certains de ses bâtiments, le professionnel dût se résoudre, la mort dans l’âme, à décliner l’honorable responsabilité. Son absence était dans toutes les mémoires…

 

Le palmarès qualitatif de cette quatrième édition  

La diversification de ses activités agricoles, par l’entremise de succulentes glaces concoctées depuis quelques mois à partir de ses produits, a permis à Matthias COLSON, du GAEC La Ferme de LABERGEMENT (Côte d’Or), de se distinguer. Le jeune homme a empoché le premier prix de la catégorie « Agriculteurs et viticulteurs ». Il devance ainsi Elsa BRULEZ, de la Ferme des Trois Vallons à Bragelogne Beauvoir (Aube) qui assure la production végétale et développe ses propres pâtes alimentaires. L’éleveur de volailles, Adrien RICHARD, de la société « Les Volailles d’Adrien » à Courcelles sur Aujon (Haute-Marne), complète ce podium.

A sa plus grande surprise, le chef japonais Takashi KINOSHITA (Château de Courban, près de Châtillon-sur-Seine en Côte d’Or) devance d’une longueur deux autres de ses confrères dans la catégorie « restaurateurs » : David ZUDDAS, chef à Dijon (« DZ Envies ») et Thomas MAYANCE, du Domaine de la Forêt d’Orient à Rouilly Sacey (Aube).

Enfin, il revient au jeune artisan Icaunais de Chablis, Aymeric LUCZKIEWICZ (SARL PYNEAU PRUNUTZ) de remporter la distinction suprême offerte par la catégorie « Artisans des métiers de bouche », devant Alexandre RIVALLAIN, confiseur de la maison GRAMM’S à Auxerre (les fameux pop-corn aromatisés à la française) et Marc DESARMENIEN, de la célèbre moutarderie FALLOT à Beaune.

Ses gougères généreusement parfumées et sa nouvelle gamme de crackers, commercialisées depuis peu, ont sublimé le jury.  

Page 1 sur 14
Bannière droite accueil
Bannière footer