La rencontre n’aura duré que le temps d’un bref échange, cordial et sympathique, d’un mot d’encouragement destiné au club local (celui-ci s’est d’ailleurs débarrassé sans trop forcer son talent des nordistes de Valenciennes à l’issue de la rencontre sur un score étriqué d’un but à zéro) et d’une séance photographique, improvisée sur le vif.

 

AUXERRE : Un moment fort vécu dans l’un des salons d’honneur que compte l’AJ Auxerre dans son antre de l’Abbé Deschamps où les dirigeants de l’assureur mutualiste GROUPAMA Paris-Val-de-Loire avaient décidé de se réunir de manière agréable avant le match.

On y retrouvait notamment l’ancien directeur général de la caisse régionale, Eric GELPE, le président de la fédération des caisses locales de l’Yonne, Pascal MAUPOIS et l’incontournable directeur d’établissements de la Seine-et-Marne et de l’Yonne, Jacques BLANCHOT, hyper actif comme à l’accoutumée !

Ce fut surtout une excellente opportunité pour l’actuel directeur général du groupe assurantiel et de prévoyance régional, l’un des plus importants de l’Hexagone du fait de son implantation francilienne, Laurent BOUSCHON de s’imprégner de l’ambiance chère aux partisans du club icaunais.

Parmi les visiteurs venus saluer l’hôte d’un après-midi, l’ancien président du club auxerrois et ex-gloire industrielle de la volaille, Gérard BOURGOIN. L’ancien entrepreneur, visiblement très motivé par les perspectives de montée en division supérieure de sa formation fétiche, avait l’air en pleine forme.

D’où le sourire affiché de l’intéressé en posant entre les deux responsables de GROUPAMA !

 

Thierry BRET

 

Etre au cœur du bassin de vie. Plus proche de sa clientèle, qu’elle soit issue du segment des particuliers. Comme des milieux professionnels, artisans et commerçants en tête. C’est tout l’enjeu de la présence de la Caisse d’Epargne de Bourgogne Franche-Comté sur ce carrefour ô combien stratégique de la Puisaye. Inaugurée le 25 mars dernier, à la suite d’un sérieux lifting lui permettant de retrouver une nouvelle jeunesse opérationnelle, l’agence de la rue Philippe Verger répond ainsi à ses ambitions.

 

TOUCY : Le sas d’accueil de la vitrine commerciale apporte une impeccable flamboyance dans l’appréciation des couleurs. Un joli rouge vermillon, nullement agressif qui confère une touche de modernité et de dynamisme à l’ensemble de la pièce. Au sol, un revêtement imitation parquet qui est du plus bel effet. Deux automates destinés aux dépôts des chèques et des espèces (l’un pour les commerçants, un premier indice sur la volonté d’être au service de la clientèle professionnelle, l’autre pour le commun des mortels) sont positionnés au beau milieu de la surface murale. Le coloris gris métallique contraste avec le ton chromatique principal. Pas mal, la première impression de cet espace !

 

Un concept réalisé par des entreprises artisanales du sérail…

 

Bienvenue dans la nouvelle configuration esthétique de ce point d’ancrage de la Caisse d’Epargne au cœur de la Puisaye. A Toucy, cité au charme bucolique qui partage le titre de capitale de l’entité territoriale avec la plus lointaine Saint-Fargeau !     

L’ouvrage, vu sous son nouveau prisme ergonomique et structurel, traduit la qualité de travail élaboré par des entreprises artisanales du cru qui, cinq mois durant, se sont adaptées au cahier des charges initial afin d’aboutir à ce résultat. Une surface totale de cent vingt mètres carrés, entièrement réhabilitée au concept de la « mobil bank » imaginé par le donneur d’ordre, l’établissement bancaire régional.

A l’extérieur, la façade de l’agence bancaire a reçu un salvateur nettoyage avant de se voir recouverte de nouvelles couches de peinture. Dedans, l’aménagement est remarquable. Certes, à l’instant « t » de ce reportage, peu de clients pouvaient réellement en témoigner. Mais, selon les commentaires enthousiastes de la jeune Kelly PAYET, responsable de la petite cellule de trois collaboratrices qui officient in situ : « la clientèle se dit satisfaite des nouveaux atours pratico-pratiques » de ce site commercial ».

 

Les services et la convivialité en prime !

 

Il est vrai que l’apport de services supplémentaires explique sans doute cela. Dépôt de valeurs, zone de libre-service assurant une prestation 7j/7 entre 06 et 22 heures, dépôt de chèque possible toute la semaine… : voilà ce qui attend la clientèle de l’établissement côté réjouissances ! La convivialité n’est jamais éloignée, non plus avec le salvateur café servi à la clientèle.

Ouverte du mardi au samedi (l’après-midi uniquement sur rendez-vous afin de pouvoir bénéficier du flux occasionné par le marché), la vitrine de la Caisse d’Epargne ne peut pas être mieux située. Sur un axe stratégique où convergent les habitants qui fréquentent le cœur de ville.

 

 

A l’intérieur, outre les bureaux privatifs qui facilitent les échanges confidentiels lors des rendez-vous, on découvre un autre aspect de ce site. L’ouverture sur l’art. Des photographies locales (certaines ont été réalisées par Kelly PAYET décidément au four et au moulin dans son agence au détour de balades dans la cité de Puisaye) ornementent les surfaces murales de l’endroit. Des clichés, parfois en noir et blanc, subtils.

 

Un réel potentiel de développement qui ne demande qu’à croître…

 

Toucy, comme le confie Florence FORZINETTI, directrice du groupe bancaire dans l’Yonne, occupe une place importante sur l’Auxerrois et la Puisaye-Forterre, premier secteur en termes de résultats de la Bourgogne Franche-Comté.

« Ici, ajoute-t-elle, le potentiel de développement est réel. Tant en termes de crédits immobiliers qu’au niveau des aides fournies auprès des entreprises… ».

Sans omettre, l’aspect un peu haut de gamme de la clientèle francilienne qui séjourne avec régularité constante sur le territoire depuis la crise sanitaire. Une pépite parmi par les 152 agences que compte le groupe sur sa prégnance régionale ? Directrice du secteur Auxerrois/Puisaye, Nathalie TOUSSAINT acquiesce.

Cela méritait bien d’injecter 300 000 euros pour rénover de fonds en comble cette boutique. Celle qui donne pignon sur rue à la Caisse d’Epargne dans le cœur de ville de Toucy, plus que jamais établissement de proximité.

 

Thierry BRET

 

 

Elle n’est pas vraiment ordinaire, cette fameuse mallette. Certes, elle n’est pas diplomatique pour un sou (quoique, dès que l’on aborde le délicat problème de la désertification médicale dans l’Yonne, il faut être précautionneux sur ses propos !) mais elle s’apparente à quelque chose de fort utile en période de disette sanitaire. Perçue sur le secteur Vanne et Othe, et financée conjointement par le Département et l’assureur mutualiste GROUPAMA, cet élément de télémédecine devrait très vite faire des émules sur notre territoire…

 

VILLENEUVE-L’ARCHEVEQUE : Le dispositif se veut prometteur. Il est surtout très utile dans la lutte contre la désertification médicale. Celle qui frappe bon nombre de départements de l’Hexagone depuis plusieurs années. Une récurrente problématique dont les effets se feront ressentir encore durablement dans les zones un peu trop reculées des centres urbains, le temps de former de nouveaux praticiens après les modifications notoires apportées au numérus clausus.

Le recours à la télémédecine représente ainsi une excellente alternative de substitution. Un système adoubé par le Conseil départemental de l’Yonne qui intègre la mise en œuvre du Pacte Santé 2022/2024. L’une de ces illustrations concrètes qui va progressivement arriver sur le terrain est justement la mallette médicale.

Simple dans son utilisation, telle que l’aura démontrée le docteur Arnaud CHEVILLARD lors de ses explicatifs à la Maison de Santé de Villeneuve l’Archevêque.

 

Un premier test concluant dans la Vanne et le Pays d’Othe…

 

La première de ces mallettes est en expérimentation depuis quelques jours. Certes, elle ne remplacera jamais la consultation physique du médecin. Mais, la pratique numérique de la santé réserve de belles surprises. Avec le concours d’infirmières et d’infirmiers, l’appareil, véritable aide au diagnostic pathologique, peut aborder les rudiments de la médecine généraliste.

Dans les faits, ce sont les infirmières munies de ces précieuses mallettes qui se rendent au domicile du patient.  Elles contiennent une tablette numérique. L’auxiliaire idéal pour débuter une conversation en visioconférence auprès du généraliste, demeuré à son cabinet. La suite, on l’imagine aisément. En cas de soucis, le patient est orienté vers son médecin traitant.

La communauté de communes de la Vanne et du Pays d’Othe a été retenue pour vivre cette première expérience. D’autres suivront, assurément. Qu’il s’agisse de Gilles PIRMAN, vice-président en charge de la Santé au Département ou de son président Patrick GENDRAUD, tous deux sont favorables à l’utilisation de ces valises médicales au potentiel sanitaire évident.

 

 

Dix mallettes médicales pour couvrir les caisses locales de GROUPAMA…

 

D’ailleurs, le Conseil départemental de l’Yonne a prévu leurs achats dans le cadre de son Pacte Santé 2022/2024, bénéficiant d’une enveloppe de 5,4 millions d’euros globale.

Partenaire privé de l’opération, puisque cet axe de réflexion a été validé au plan national, GROUPAMA Paris Val-de-Loire a cofinancé ce premier spécimen.

Son président, celui de la fédération des caisses locales de l’Yonne, Pascal MAUPOIS, présent lors de cette démonstration officielle aux côtés de Jacques BLANCHOT, directeur d’établissement dans l’Yonne et la Seine-et-Marne, l’a confirmé : l’assureur mutualiste, soucieux d’optimiser son ancrage territorial, s’engage à doter d’une mallette médicale l’une des communes située dans les dix caisses locales que compte le département.

Quant au maire de Villeneuve L’Archevêque, Sébastien KARCHER, il s’est dit satisfait de présenter cet appareillage lors de cette cérémonie des plus pédagogiques.

 

Thierry BRET

 

On le savait pédagogue auprès de ses collaborateurs du milieu assurantiel. Le voici qui endosse une toute autre casquette : celle de spécialiste de l’apprentissage à la conduite et à la prévention des risques sur la route ! Décidément, Jacques BLANCHOT est un véritable couteau suisse de la transmission des savoirs, quel que ce soit le public en face de lui. En l’occurrence celui des Cadets de la Gendarmerie, en immersion ce samedi autour de la découverte de la prévention routière chez GROUPAMA !

 

AUXERRE : Il explique avec patience et en trouvant les mots justes le principe du simulateur. Présentant les exercices auxquels seront confrontés dans quelques instants les adolescents encore tout émoustillés de vivre de pareilles circonstances. Une plongée dans un univers que certains connaissent déjà avec l’apprentissage de la conduite. Le code avant la mise en pratique sur la route.

Soutenus depuis leur apparition dans le paysage collectif de l’Yonne il y a deux saisons par l’assureur mutualiste régional, les Cadets de la Gendarmerie accueillent des jeunes gens, âgés de 16/17 ans, qui, pour la plupart, ont accompli une mission d’intérêt général au sein du SNU, le Service National Universel.

L’objectif étant à terme d’embrasser la carrière au sein de ce corps militaire mais aussi, pourquoi pas, de bifurquer vers les compagnies de sapeur-pompiers. D’autres éprouvent de la satisfaction à s’embarquer à bord d’aventures mêlant civisme et citoyenneté. Pour le plaisir…

 

 

 

Le civisme et la citoyenneté comme vertus à enseigner…

 

Samedi en matinée, un petit groupe de ces jeunes gens, très motivés, a reçu les renseignements informatifs de base se rapportant aux risques inhérents à la circulation routière (rappelons que le département de l’Yonne figure le plus souvent parmi les mauvais élèves de l’Hexagone depuis plusieurs années au niveau de l’accidentologie).

Des séances qui ont été assurées par le commandant MARTI et…Jacques BLANCHOT, en personne, qui rappelons-le, n’officie pas seulement en sa qualité de directeur d’établissement de l’antenne de GROUPAMA Paris-Val-de-Loire dans l’Yonne et en Seine-et-Marne mais également en tant qu’ambassadeur du civisme avec son titre de lieutenant-colonel de la réserve citoyenne de la Gendarmerie nationale. Tout cela s’est déroulé sous le regard expert de Francis CHOUVILLE, lieutenant-colonel de réserve, responsable des Cadets de la Gendarmerie nationale de l’Yonne et attentif de Marion AOUSTIN-ROTH, sous-préfète d’Auxerre et directrice de cabinet du préfet de l’Yonne. On notera aussi la présence du colonel MONVOISIN et du capitaine REBOULEAU, qui dirigeait la cellule "conduite"...

Thierry BRET

 

 

 

Rapprocher le management le plus possible de la clientèle de proximité. C’est le credo qu’a choisi désormais l’établissement mutualiste régional en optant pour une refonte de son organigramme. Exit le traditionnel directeur adjoint qui prévalait jusqu’alors, place à quatre directions de secteurs respectueuses d’un découpage géographique qui épouse les territoires de l’Yonne.

 

AUXERRE : Les zones d’application du nouveau dispositif managérial sont presque définies au cordeau. Formatées à la dimension géographique de notre territoire. Au nord, il y a le Sénonais. Zone de prédilection de Christophe PIERRON. Plein sud, sur un vaste périmètre comprenant l’Avallonnais et la large périphérie de Chablis, un second secteur. Il incombe à Pierre GENTIL. Le Centre-Yonne, et plus exactement tout ce qui a attrait aux deux villes d’importance que sont Joigny et Migennes échoit à Marylène COMPAROT. Reste Jérôme VERNAGALLO, une figure connue et reconnue qui exerce ses talents sur l’Auxerrois et la Puisaye-Forterre. Le tout constitue la nouvelle configuration décisionnelle de la Banque Populaire dans l’Yonne. A la baguette, un chef d’orchestre. Yann NUNES, évidemment, qui en sa qualité de directeur de l’établissement départemental, donne le tempo de toute l’harmonisation de la stratégie commerciale à déployer.

 

 

Une vision managériale imaginée pour la Bourgogne Franche-Comté…

 

Avec ce seul mot d’ordre, devenu entêtant voire obsessionnel chez les professionnels du milieu bancaire : satisfaire la clientèle. Contenter les épargnants, les consommateurs de crédits à la consommation et immobiliers, celles et ceux qui gèrent au quotidien leurs comptes de dépôts en injectant des liquidités dans l’économie locale, les boursicoteurs et titulaires de titres, sans oublier les spécificités que sont les possesseurs de patrimoine, les dirigeants d’entreprise ou encore les collectivités et les milieux associatifs. Bref, la vie journalière d’une banque dans la plus pure des traditions.

Pour ce faire (et le faire du mieux possible), il faut gagner du temps et proposer une meilleure réactivité à la prise de décision. C’est ce que propose ce schéma innovant applicable depuis peu dans l’Yonne.

Le fil d’Ariane de ce dispositif n’est autre que la proximité managériale au contact du client. A une portée de fusil. Adapté à la maxime coutumière et volontariste : « on le dit, on le fait ! ». Un travail qui s’effectue en totale synergie entre toutes les composantes de ce noyau amiral de la décision. Un gain de temps maîtrisable pour une prise de décision maximale dans l’action. Un système managérial fonctionnant par effet de ricochet dont profitent pleinement les collaborateurs.

Ce choix, au plan tactique, porte l’estampille de la région Bourgogne Franche-Comté. Prouvant la capacité d’innovation de l’ingénierie en charge des ressources humaines du groupe dont le siège est implanté dans la banlieue de Dijon, à Quetigny. Et qui ruisselle dans les huit départements que compte l’établissement bancaire auquel il faut ajouter, telle une place forte imprenable, le Pays de l’Ain.

 

Thierry BRET

 

Articles

Bannière droite accueil