Le projet de construction d’une tour panoramique haute d’une quarantaine de mètres au sommet du point culminant de la Bourgogne (901 mètres) est loin d’être enterré. En marge de la signature d’une convention de partenariat avec le Département de l’Yonne, le président du Parc naturel régional du Morvan Sylvain MATHIEU a réitéré son désir de voir sortir de terre cet édifice qui boosterait l’attractivité touristique…

AUXERRE: A l’époque, l’idée d’ériger une tour panoramique sur la plus haute montagne de Bourgogne avait provoqué l’ire de personnes réfractaires au projet. Soit une poignée de récalcitrants, selon les auteurs du projet, qui s’étaient formellement opposés à la démarche du Parc naturel régional du Morvan et de ses partenaires institutionnels.

Pourtant, à l’issue d’une réunion publique proposée sur ce thème en novembre 2019, près de 90 % de l’assistance avait manifesté positivement leur intérêt pour cette initiative originale.

De quoi conforter le président quadragénaire du parc Sylvain MATHIEU qui profita de la conférence de presse organisée ce mardi dans les Celliers de l’hôtel du Département pour apporter de l’eau fraîche au moulin de la connaissance informative.

Malgré l’échec de la première tentative, un projet qui devait capoter à la suite du renoncement financier du partenaire entrepreneurial allemand, la société EAK, l’idée de construire ce long parcours piétonnier de six cents mètres sur une palissade de bois placée à vingt mètres du sol trotte toujours dans la tête du vice-président de la Région en charge de la forêt et des parcs.

Lors de l’étude initiale, le budget de l’opération qui devait trouver son but ultime dans l’édification de cette tour panoramique haute d’une quarantaine de mètres s’élevait à six millions d’euros. De son sommet, sur la commune de Saint-Prix, la vue serait imprenable à cinquante kilomètres à la ronde sur les paysages du sud Morvan. Ceux de la Saône-et-Loire et de la Nièvre. D’où un vif intérêt pour attirer les touristes et les férus de nature.

 

 

La Région devrait donner sa réponse avant la fin de l’année…

 

« Après le retrait des anciens partenaires allemands, fallait-il capituler en baissant les bras ou rebondir en reprenant le projet à zéro ?, s’interroge Sylvain MATHIEU, nous avons opté pour la seconde solution… ».

Programmé dans le cadre du plan de relance économique initié par la Région, le projet pourrait bien cette fois-ci aller à son terme. La recherche d’investisseurs est en cours de tractation. Quant aux départements où s’étend le Parc naturel régional, au nombre de quatre, ils soutiennent le projet. Confiant, Sylvain MATHIEU espère même inscrire le dossier parmi le plan de relance national. Afin de bénéficier de mannes qui n’auraient rien de providentielles !

Le verdict de ce retour en grâce après plusieurs mois d’abandon devrait être connu d’ici la fin de l’année. Une décision qui donnerait du baume au cœur à celles et ceux qui se battent pour développer l’attractivité touristique et économique du territoire.

 

 

Sans saveur, sans panache, sans surprise... Bon nombre de suiveurs de cette Grande Boucle édition 2020 commençait à s’ennuyer ferme malgré ce parcours si complexe et difficile où devaient s’affronter les meilleurs durant ces trois semaines de compétition.

Pourtant, tous les ingrédients devant faire de cette épreuve séculaire le rendez-vous attendu par des millions de supporters côté suspense étaient réunis au fond de la marmite.

Des cols en cascade, des échappées permettant d’entretenir l’espoir d’une lutte ouverte et acharnée, des espérances cocardières où le digne successeur de Bernard HINAULT, dernier vainqueur tricolore il y a trente-cinq ans, aurait dû tirer profit des faits de course pour se rapprocher du podium.

Oui mais voilà, la victoire finale à quarante-huit heures de son apothéose sur les Champs-Elysées aurait dû sacrer le Slovène Primoz ROGLIC, leader du classement général sans qu’il ait eu à forcer son talent. Grâce à l’hégémonie outrancière et cannibale de son équipe, la Jumbo Visma. Grâce à cette tactique insupportable de rouler toujours à bloc devant, pour annihiler toute tentative de sortie, et en protégeant leur leader bien calé derrière les limiers de la route.  

Quand, l’embellie tant espérée pour débrider totalement une épreuve en état de somnolence depuis plusieurs jours est survenue. Sur les pentes de l’ultime difficulté à gravir du côté de la Haute-Saône, lors d’un contre la montre assassin qui laissera des traces indélébiles dans les esprits.

L’auteur de cette sensation forte est un minot âgé de 21 ans (il célébrera son anniversaire ce 24 septembre) qui a chamboulé tous les pronostics et a rendu enfin son supplément d’âme, grâce à sa jeunesse insolente, aux Tours de légende d’antan !

Du spectacle à la hauteur des attentes de ces supporters qui, masques de protection sur le visage, ont conservé leur enthousiasme à la vue de ces forçats de la route, réunis il est vrai sur un Tour bizarroïde par sa configuration et ses exigences sanitaires.

Tadej POGACAR, puisque tel est son patronyme, n’a jamais failli pour conquérir la tunique jaune à son compatriote en se livrant chaque jour à une bataille effrénée lui permettant de se faire un nom. Même si pour la majorité de ces suiveurs anonymes du bord des routes, il n’était encore qu’un illustre inconnu, ayant tout de même terminé troisième de la Vuelta espagnole la saison dernière.

 

La jeunesse terrasse les stratégies immobilistes des favoris…

 

Le succès du jeune Slovène est doublement méritoire. Non seulement, il ramène à Paris le maillot jaune solidement accroché à son buste grâce à cette étape de légende. Mais, en outre, il a su endosser celui à pois de meilleur grimpeur et le maillot blanc de meilleur jeune. Logique, à 21 ans.

Mais, en outre, son équipe (UAE Emirates) n’était pas taillée pour rivaliser avec les « monstres » habituels qui phagocytent tout sur leur passage à l’instar d’INEOS ou de la Jumbo Visma.

Ironique, le quintuple vainqueur belge Eddy MERCKX a insisté lourdement sur la grande naïveté de l’équipe néerlandaise qui emploie Primoz ROGLIC qui selon lui, « l’a bien cherché ! ».

Moyennant quoi, le mental et la combativité quotidienne de ce jeune prodige ont su faire la différence. Sans que jamais il ne doute de ses prérogatives conquérantes.

Quant aux tricolores, à l’exception du jeune Guillaume MARTIN qui termine l’épreuve à la onzième place au général, à plus de 16 minutes du vainqueur, ils auront été aux abonnés absents côté performances hormis les deux victoires d’étape de Nans PETERS et celle toujours avec la vista de Julian ALAPHILIPPE, détenteur du maillot jaune deux jours durant.

Gageons enfin que cette victoire obtenue à la force de la pédale par le jeune sportif de 21 ans ne soit entachée d’aucune suspicion. Certaines pratiques sont encore d’actualité dans des disciplines très exposées médiatiquement.

Le cyclisme et le milieu du sport en règle générale qui se remettent en selle avec moult incertitudes après plusieurs mois d’interruption en pâtiraient sérieusement.

Ne retenons que la fraîcheur insolente de cet exploit, prometteur de lendemains qui chantent…

Thierry BRET

 

Un « Samedi autrement », c’est le nom donné par les organisateurs de cette manifestation, proposée ce 19 septembre. L’idée leur est venue à la suite de la COVID-19 et la crise écologique qui amènent à modifier nos modes de vies et de pensées. Et à quoi ils pourraient bien servir. La journée s’articulera autour de discussions et d’échanges. Mais, elle permettra aussi de prendre soin de soi pour répondre à cette question : comment rester écologiste sans devenir dépressif ?

JOIGNY : Entre dix et vingt heures, plusieurs évènements auront lieu à Joigny dans les boutiques des différents organisateurs ainsi qu’au cinéma Agnès VARDA, avec la participation de la ville. En parallèle, un vide dressing sera organisé dans les rues. Il est recommandé d’y apporter vos vêtements dans la la rue Gabriel Cortel.

Inscriptions auprès de La Boutique de Lalie : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
ou de Fée dans Cabane : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Dès 10h : atelier yoga bien-être dans le Jardin de L’app’Art où Edith GRANTE propose de découvrir le yoga. L’atelier est ouvert à tous. Nous vous conseillons de venir en tenue confortable. Participation libre. Sur réservation.

10h30 à 12h découverte du massage assis au saut du livre avec Jackie qui vous propose de découvrir le « Amma assis ». La personne massée reste habillée. Durée : 15 à 20 minutes Au Saut du Livre, participation libre, sans réservation, en fonction des places disponibles.

11h30 découverte de l’aromathérapie à la Maison de Prunelle avec Maryline GANDON qui propose une conférence sur l’utilisation des huiles essentielles dans les cosmétiques et les produits ménagers. Ainsi que les précautions à prendre. Elle présentera également des ouvrages que vous pourrez retrouver au Saut du livre, et répondra à vos questions. Durée : une heure, participation libre sur réservation.

11h30 : Apérolivre : le midi, c’est Chablis ! : Les jardins de L’app’Art
invitent Denis POMMIER, vigneron à Chablis, auteur de « Les Larmes de ma vigne ».

14h00 : Projection du film « Soleil vert », film de Richard Fleischer au Cinéma Agnès Varda

Prix : 5 euros.
Réservation conseillée sur https://www.cineode.fr/joigny/
Les places sont en vente au cinéma et à la librairie.

15h atelier jouets et bien-être pour les enfants (à partir de 7 ans) à la Maison de Prunelle

Amélie et Agnès se préparent à vous accueillir, enfants à partir de sept ans, parents, grands-parents, pour prendre le temps de réveiller votre créativité en fabriquant des poupées avec des matériaux de récupération. Agnès, sophrologue, prendra un temps pour vous poser, éveiller vos sens, retrouver toutes vos capacités d’invention. Amélie, fileuse de laine, artiste et créatrice, vous guidera pour fabriquer la poupée de vos rêves, princesse, soldat, maman et son bébé, samouraï… munis d’une paire de ciseaux et de vos dons cachés. Durée : environ 2 heures. Participation libre sur réservation

De 15h à 19h atelier recyclage créatif atelier CORVUS tout public à partir de 8 ans

Carole BURBAN propose un temps de déconnexion numérique par la création artistique, avec du papier, du carton et de l’imagination. Venez transformer les pages d’un magazine en rideau de perles colorées ou créer un masque tribal sur du carton de calage.

Atelier Perles-roll de 15h à 17h
Masque masqué de 17h à 19h
Durée : deux heures chacun Participation libre / Inscription obligatoire : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. Attention, les places sont limitées.

15h à 17h découverte du massage assis à la maison de prunelle

Jackie propose de découvrir le « Amma assis ». La personne massée reste habillée. Durée : 15 – 20 minutes - Participation libre/ Sans réservation, en fonction des places disponibles.

16h00 : Rencontre-dédicace Cinéma Agnès Varda
autour de l’ouvrage « Les Terrestres » de Noël MAMERE et Raphaëlle Macaron, éditions du Faubourg et de L’écologie pour sauver nos vies, éditions Les Petits Matins, en présence de Noël MAMERE.

17h atelier yoga bien-être à la Maison de Prunelle

Edith GRANTE propose de découvrir le yoga. L’atelier est ouvert à tous. Nous vous conseillons de venir en tenue confortable. Participation libre. Sur Réservation.

19h00 : Apérolivre : le soir, c’est l’espoir ! Au saut du livre
Invitée : Laure NOUALHAT rencontre autour de son ouvrage « Comment rester écolo sans devenir dépressif ».

Renseignements et réservations : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Les lieux et organisateurs : 

Au Saut du Livre
20 rue Gabriel Cortel 89300 Joigny Tél. : 09 70 75 54 97
Courriel : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

La Maison de Prunelle
2 rue neuve 89300 Joigny Tél. : 03 58 44 04 61
Courriel : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

La Boutique de Lalie
28 rue Gabriel Cortel 89300 Joigny
Courriel : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Fée dans Cabane et L’app’Art
29-31 rue Gabriel Cortel 89300 Joigny
Courriel : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Cinéma Agnès Varda – CinéOde
2 place Cassini 89300 Joigny
Tél. : 09 67 64 24 76
http://www.cineode.fr/joigny/

Atelier Corvus, 8 rue Montant au Palais

Jardins de L’app’Art, 31 Rue Gabriel Cortel

 

Une conférence de presse, organisée ce lundi 21 septembre à 18 heures, permettra de tirer les premiers enseignements de cette rentrée scolaire si particulière, placée sous le signe du port du masque obligatoire et de la distanciation physique dans les cours de récréation.

AUXERRE : Doit-on s’attendre à des annonces fortes et spectaculaires lors de cet exercice oratoire qui réunira à la préfecture de l’Yonne le préfet en personne, le directeur des services académiques et la déléguée territoriale de l’Agence Régionale de Santé ?

Possible, au vu du contexte sanitaire qui ne cesse de se dégrader même si pour l’heure le territoire de l’Yonne semble encore épargné par le sursaut de la pandémie qui infecte avec insistance certaines contrées de l’Hexagone.

Toujours est-il que le préfet Henri PREVOST n’aura pas tardé à réagir à la prise de parole du Premier ministre Jean CASTEX survenue en fin de semaine dernière.

Ce point complet de la situation portera sur les conditions de réalisation de cette rentrée scolaire, l’état des lieux des fermetures de classes et nécessairement la situation épidémique sur notre territoire.

Eve ROBERT, de l’ARS Bourgogne Franche-Comté et Vincent AUBERT, apporteront leurs analyses pour étayer les propos du haut fonctionnaire…

 

 

L’heure du bilan a sonné. C’est un retour logique à la vie publique en cette période de rentrée. Riche en échéances électorales avec les sénatoriales qui pointent déjà le bout de leur nez fin septembre, le 27. L’occasion était trop belle pour vouloir s’exprimer. Le premier secrétaire fédéral du Parti Socialiste de l’Yonne, prolixe en la matière, est en ce sens un orateur volubile. Il manie le verbe avec aisance et sans langue de bois pour mieux affirmer ses prétentions…

AUXERRE: Certes, ce n’est pas la question existentielle de la rentrée ! Et pourtant, elle mérite que l’on y accorde un intérêt très particulier, compte tenu de l’urgence du calendrier. Alors que se profilent dans le viseur les premiers rendez-vous électoraux de la saison avec les sénatoriales. Elles seront suivies en mars 2021 par les départementales et régionales, couplées sur la même journée de scrutin.

Où en est réellement le PS en ce mois de septembre déjà crucial pour certains états-majors de notre territoire qui fourbissent leurs armes et multiplient leurs stratégies politiques ?   

Une interrogation louable après la victoire de la droite aux municipales qui supposait à l’évidence des  réponses claires de la part des intéressés. Jamais avare en commentaires analytiques, Mani CAMBEFORT s’est donc prêté au jeu de la conférence de presse, pour faire connaître sa position.    

Le premier secrétaire fédéral de la formation à la rose profita de la phase introductive pour rappeler que le PS demeure la première force de gauche nationale. Même si la présence écologiste est indéniable. « Il y a une réelle poussée, constate-t-il, toutefois, il ne faut pas la surestimer… ». De là à parler d’une véritable vague, il ne faudrait pas exagérer !

Dans l’Hexagone, le parti d’Olivier FAURE à l’instar de l’ensemble de la gauche conserve de la prestance et surtout de la présence avec 42 villes de plus de cent mille habitants dans leur escarcelle. Un résultat confirmé pour les villes de trente mille habitants où le PS et ses alliés ont renoué avec le succès.  

Dans l’Yonne, le PS a su maintenir ses positions en plaçant l’un de ses jokers emblématiques dès le premier tour du scrutin sur un piédestal à Joigny, le conseiller départemental et président de la CC Nicolas SORET. Plusieurs communes rurales connurent une réussite similaire avec des édiles encartés au PS reconduits pour un bail supplémentaire de six ans.

 

Rassembler à gauche pour aller à la victoire…

 

Reste le cas des deux agglomérations phare de notre département : Auxerre et Sens. Dans la ville septentrionale de l’Yonne, le Parti Socialiste progresse en disposant de deux élus, membres du conseil municipal. Idéal pour s’immerger au plus près des décisions de la gouvernance. Sera-ce suffisant néanmoins pour espérer tôt ou tard une alternance à moyen terme ?

Dans la capitale de l’Yonne où les résultats définitifs se sont soldés par un échec cuisant de la liste de progrès conduite par le maire sortant Guy FEREZ (ancien socialiste), Mani CAMBEFORT se montre lucide et réaliste.

« Nous avons eu à faire à une droite très unie du fait de l’absence d’une liste RN, souligne-t-il, avec une gauche divisée comme jamais ! ».

Mani CAMBEFORT ne s’attardera pas trop sur l’union à l’emporte-pièce, apparue entre les deux tours : elle n’eut pas les effets escomptés, loin s’en faut !

 

 

Regardant devant lui, le jeune loup de la gauche départementale se projette désormais sur les rendez-vous à venir. Un avenir qui passe par trois échéances importantes dont le premier acte se joue le 27 septembre où il faudra convaincre les grands électeurs.

La position du PS est claire. Tout est en faveur de l’union des forces progressistes ! Un rapprochement déjà inscrit dans le marbre avec la présentation de la double candidature de Gilles SACKEPEY et de Florence LOURY, deux candidats issus de ces accords, aux sénatoriales.

« J’en appelle au rassemblement et à l’union des forces de gauche, déclare-t-il, c’est une stratégie que nous allons mettre en place pour les trois prochaines élections… ».

 

 

Trop tôt pour juger la nouvelle gouvernance à Auxerre…

 

Commentant la situation de l’Agglomération de l’Auxerrois et de la capitale de l’Yonne, Mani CAMBEFORT reste circonspect quant à l’attitude du nouvel homme fort qui incarne le pouvoir, Crescent MARAULT.

Certes, les cent jours d’après élection ne sont pas encore atteints pour porter un premier jugement. Pourtant, des signaux déjà perceptibles sur les intentions du leader de la droite et du centre droit élu en juillet l’inquiètent.

« La composition de l’équipe est révélatrice de certaines pratiques contraires à nos principes. Certains intitulés fonctionnels, à l’instar de la démocratie participative, n’apparaissent plus dans les délégations de service des adjoints. En outre, j’observe que la parité n’est pas à l’ordre du jour de la nouvelle gouvernance : peu de femmes (quatre sur dix-huit) occupent des positions stratégiques dans ce bureau. Or, on était en droit de s’attendre à tout autre chose en la matière… ».

Reprochant à la nouvelle équipe son absence de vision au niveau de l’Agglo, le premier secrétaire fédéral du PS ne comprend pas les priorisations faites au cours de ce prochain semestre.

« J’espérais un programme précis et arrêté de l’exécutif, or c’est le flou artistique à l’heure actuelle sur les réelles intentions de la gouvernance. Même si, on entend parler de projet de territoire auquel je souscris volontiers mais pour y parvenir cela nécessite du temps. Or, nous n’en avons pas et dans l’attente, on se doit de gérer au mieux la crise et ses effets coûte que coûte… ».

Constat similaire sur le dossier de l’hydrogène où l’Etat a décidé d’amorcer la pompe en injectant sept milliards d’euros à sa faisabilité.

« C’est une énergie de demain, martèle Mani CAMBEFORT convaincu par la pertinence de cette thématique, donc, il ne faut pas que cela prenne trop de temps pour souscrire à son adoption… ».

Beau joueur, le leader du socialisme dans l’Yonne reconnaît toutefois l’esprit d’ouverture du président de la Communauté d’Agglomération. Citant les exemples du PETR et de l’agence de développement économique, Yonne Développement où l’opposition est davantage dans la concertation.

Mani CAMBEFORT le rappelle sans ambages en évoquant les règles du jeu : « nous souhaitons être une opposition constructive et dire quand cela ne va pas ! ».

La première conférence de presse de la nouvelle saison aura permis de remettre les pendules à l’heure. C’était bien là, la moindre des choses…

 

Page 1 sur 132

Articles

Bannière droite accueil