France Loisirs va fermer boutique à Auxerre : seules 14 des 122 vitrines nationales resteront ouvertes…

« Le cœur de ville d’Auxerre aurait pu s’épargner cette nouvelle douche écossaise au niveau de ses boutiques. La reprise de France Loisirs placé en liquidation judiciaire fin octobre condamne cependant 108 commerces à la fermeture sèche dont celui d’Auxerre en 2022. Triste Noël pour leurs collaborateurs… ». « Le cœur de ville d’Auxerre aurait pu s’épargner cette nouvelle douche écossaise au niveau de ses boutiques. La reprise de France Loisirs placé en liquidation judiciaire fin octobre condamne cependant 108 commerces à la fermeture sèche dont celui d’Auxerre en 2022. Triste Noël pour leurs collaborateurs… ». Crédit Photo : Thierry BRET.

La liste pourrait s’égrener comme une longue litanie plaintive. Poitiers, Périgueux, Alès, Nîmes, Niort…et au bout du compte, Auxerre ! D’ici quelques semaines, et après acceptation de l’offre de reprise par le groupe Financière du Trésor du Patrimoine, l’ancien fleuron de la vente de livres France LOISIRS aura disparu ou presque de notre paysage commercial national, clouant aux piloris près de 600 collaborateurs dépités…

 

AUXERRE : Il n’en restera au bout du compte plus que quatorze ! Quatorze de ces fameuses boutiques à la fameuse estampille de France Loisirs qui auront accueilli des millions de nos compatriotes, férus d’ouvrages et de loisirs créatifs.

D’ici peu, à échéance 2022, cent huit de ces commerces vont mettre la clé sous le paillasson. Entraînant la suppression de six cents postes : un nouveau drame sur le registre du volet social et de l’emploi.

Lundi, le Tribunal de Commerce de Paris a validé l’offre de reprise du groupe Financière du Trésor du Patrimoine. Une porte de sortie bien maigre qui ne condamne certes pas l’enseigne mais la réduit à sa portion congrue fonctionnelle et économique après son placement en liquidation judiciaire survenu à la fin octobre.

Sur les 122 points de vente implantés dans l’Hexagone avant cette funeste période, il ne restera donc plus qu’une quinzaine de ces vitrines.

Quant aux filiales de la célèbre maison (on pense au pôle édition), elles devraient perdurer pour un temps.

Selon les experts du Tribunal de Commerce de Paris, c’était la moins pire des solutions. Quatre salariés sur cinq sont ainsi sur le carreau. Avec en perspective un avenir précaire.

Quant au club de livres, il a plusieurs millions de dettes à éponger. Un triste Noël donc pour la sympathique équipe commerciale auxerroise qui la mort dans l’âme se prépare à quitter le navire avec amertume et à laisser définitivement close la porte de la boutique qui n’a plus le cœur à faire la fête…

 

Thierry BRET

 

Articles

Bannière droite accueil