« O Délices de Bassou » accueille ses premiers clients : le Premier ministre et des membres du gouvernement !

 « Avant que ne survienne l’inauguration officielle prévue le samedi 25 septembre, Aurélie et Jean-Sébastien VERHILLE, gérants du commerce multiservices « O Délices de Bassou » ont assisté à une cérémonie républicaine aux côtés du Premier ministre Jean CASTEX et de représentants du gouvernement dans le cadre du dispositif « 1 000 Cafés »… ». « Avant que ne survienne l’inauguration officielle prévue le samedi 25 septembre, Aurélie et Jean-Sébastien VERHILLE, gérants du commerce multiservices « O Délices de Bassou » ont assisté à une cérémonie républicaine aux côtés du Premier ministre Jean CASTEX et de représentants du gouvernement dans le cadre du dispositif « 1 000 Cafés »… ». Crédit Photos : Thierry BRET.

Insuffler de la vie et une raison d’être économique. Du lien social, aussi, parmi les communes de moins de 3 500 habitants qui tapissent l’Hexagone. Dans l’Yonne, désormais, ils sont deux établissements à profiter des avantages du programme « 1 000 Cafés ». Il traduit les vertus de l’agenda rural promu par le gouvernement. Logique  que son premier de cordée, Jean CASTEX, vienne en personne inaugurer ce commerce de proximité...

 

BASSOU : Un chef du gouvernement qui arpente aux côtés d’une noria de ministres, de parlementaires et d’élus locaux la rue principale de la commune, cela ne se vit pas tous les jours. L’évènement aura bousculé quelque peu les habitudes matinales des villageois dont certains n’en croyaient pas leurs yeux, accoudés au rebord de leurs fenêtres !

Le Premier ministre Jean CASTEX en chair et en os ne voulait manquer cet instant suprême de la traduction concrète de l’Agenda rural, cher à ses yeux, dans la bourgade, dirigée par Dorothée MOREAU.

Une stratégie se déclinant par l’inauguration d’un nouveau commerce, « O Délices de Bassou ». Vitrine multiservices qui intègre le dispositif « 1 000 Cafés ». Celui-ci ayant pour vocation à revitaliser les localités rurales de l’Hexagone.

 

 

Certes, depuis son lancement en 2020, l’initiative défendue bec et ongles par la ministre de la Cohésion des Territoires Jacqueline GOURAULT (présente sur les lieux) et soutenue par le gouvernement n’a pas encore atteint le chiffre fatidique justifiant son appellation. Mais, qu’importe !

A date, une centaine de concepts sont déjà fonctionnels dans le pays dont quatre pour la seule région Bourgogne Franche-Comté avec des expériences menées en Côte d’Or, en Saône-et-Loire et l’Yonne.

Cocorico, par ailleurs, puisque le département le plus septentrional de la contrée vire même en tête de ce décompte intermédiaire, recensant désormais deux boutiques !

Bellechaume, près de la forêt d’Othe, possède une structure similaire depuis quelques temps. Bassou est officiellement le second concept expérimenté dans l’Yonne. Située à courte distance du domaine golfique de Roncemay, la localité de Sommecaise deviendra la troisième collectivité à bénéficier de ce programme aux accents vertueux pour l’attractivité rurale.

 

 

 

Trouver le couple de gérants idéal pour tenir boutique…

 

L’objectif de ce concept est simple. Retisser du lien social face au sentiment d’abandon ressenti par les habitants de ces localités rurales. Un  abandon se traduisant sous diverses formes entre la désertification médicale qui ne cesse de s’accroître, le retrait des institutions, la perte des commerces, la suppression de classes quand il ne s’agit pas de la fermeture sine die de l’école.

Porté par le groupe SOS, structure fédérant quatre associations positionnées sur le champ de l’économie sociale et solidaire, le concept «  1 000 Cafés » veut recréer un appel d’air sur ces secteurs où l’absence de vitalité économique se fait cruellement ressentir.

Dans le cas présent, il s’agissait de redonner vie à une boutique, idéalement bien située au centre du bourg, une ancienne boulangerie. Créer un espace multiservices représentait donc la solution idoine correspondant le mieux aux attentes des villageois au nombre de neuf cents.

 

 

Restait la difficulté majeure pour la municipalité participative à ce projet : le recrutement. Qui pour tenir avec efficience la boutique ?

« On a passé une annonce et les gens qui formulaient leurs réponses nous précisaient toujours à l’envie le besoin de faire de la restauration et de servir des boissons bien au-delà d’une simple boulangerie… ».

Intéressés par le projet, Aurélie LELEU et Jean-Sébastien VERHILLE, ce dernier boulanger de profession, ont sauté sur l’occasion. Bénéficiant du package global de commercialisation qui comprenait la restauration, le relais postal, le point presse, le bar, le point de réception des colis, etc.

 

 

Une plaque commémorative pour le souvenir…

 

Un sacré challenge à relever avec les subsides de l’Etat qui ont été délivrés grâce au dispositif « 1 000 Cafés », à savoir une enveloppe de 20 000 euros leur permettant d’assurer le fonds de trésorerie nécessaire à leurs débuts et l’aide à l’acquisition de matériels.

Une opération que ne regrette nullement le jeune couple de professionnels avant l’inauguration officielle de leur commerce, prévue par la municipalité ce samedi 25 septembre en fin d’après-midi.

Car, recevoir en leurs murs, le Premier ministre français, plusieurs membres du gouvernement et un aéropage d’élus dans leur boutique représente assurément la plus belle des promotions pour la postérité.

D’ailleurs, la plaque commémorative visible sur la façade de la vitrine rappellera l’heureux évènement à tout moment pour celles et ceux qui viendront à fréquenter ce commerce de proximité !

 

Thierry BRET

 

 

 

Articles

Bannière droite accueil