Le loup s’invite à la préfecture : la cellule ad hoc examine le dossier alors que sa présence dans l'Yonne est constatée...

« Ne vous fiez pas à son regard attendrissant ! Le loup représente un réel danger pour les troupeaux d’ovins qui paissent dans nos prairies. Rien qu’en 2020, 27 déclarations ont été faites par les agriculteurs au service de la préfecture dont dix-sept se sont révélées probantes… ». « Ne vous fiez pas à son regard attendrissant ! Le loup représente un réel danger pour les troupeaux d’ovins qui paissent dans nos prairies. Rien qu’en 2020, 27 déclarations ont été faites par les agriculteurs au service de la préfecture dont dix-sept se sont révélées probantes… ». Crédit Photo : Christel SAGNIEZ/PIXABAY.

Espèce faisant l’objet d’une protection stricte aux niveaux des règles internationales et nationales, ce mammifère n’en est pas moins une source d’ennuis récurrente pour les agriculteurs. Les éleveurs d’ovins paient parfois un lourd tribut. Rien qu’en 2020, le nombre d’attaques de troupeaux où la responsabilité du loup n’est pas écartée n’aura pas faibli dans notre département.

 

AUXERRE : Le loup fait encore des siennes sur notre territoire ! Et surtout parler de lui dans le landerneau ! En effet, conjuguer la préservation de cet animal aux activités économiques issues de l’élevage (ovin et caprin) n’est pas forcément compatible en soi.

En 2020, 27 déclarations ont été déposées par des agriculteurs auprès des services de la préfecture sur des constats d’attaques de troupeaux. Dix-sept d’entre elles ont été imputables à la présence du mammifère sur nos prairies. D’où la prise en compte nécessaire de ces observations avec le respect des enjeux humains et économiques.

Il y a quelques jours, le préfet de l’Yonne Henri PREVOST qui suit de très près l’évolution de ce dossier éminemment traumatisant pour les éleveurs réunissait la cellule de veille mise en place dans le cadre du Plan national d’actions (PNA).

Ce dispositif cerne la problématique de circulation du loup dans les espaces naturels et ses effets sur les activités d’élevage.

Lors de cette séance de travail ont été évoqués la présence de l’animal dans l’Yonne qui depuis 2018 a été constatée à de maintes occasions, la résultante des dommages que le loup aura causé sur les troupeaux, les zones de cerclage prévues en 2021 et les chiens de protection des ovins.

Il a été acté également que les éleveurs bénéficieraient d’une information renforcée dès que la présence du loup sera suspectée grâce à des indices concordants sur un périmètre géographique donné.

 

Une première dans l’Yonne : les tirs de défense sont autorisés…

 

A propos des zones de cerclage, procédure qui permet de mieux localiser le loup, précisons qu’il en existe trois catégories : le cercle 1 (il correspond à la commune où la prédation du loup a été constatée une ou plusieurs fois chaque année au cours des deux dernières années), le cercle 2 (les communes contiguës à la zone du cercle 1 où la prédation du loup a été observée au moins une fois au cours de ces trois dernières années) et le cercle 3 qui englobe toutes les autres communes du département.

Rappelons par ailleurs, que le Conseil régional a lancé un appel à projet « Loup » en 2020 afin d’aider les éleveurs à se prémunir contre les dégâts occasionnés par le mammifère.

Cofinancé par l’Etat (47 %) et le FAEDER (53 %), ce dispositif est ouvert aux agriculteurs depuis le 01er avril 2020. Il permet de financer à hauteur de 80 % des mesures de protection telles que clôtures, gardiennage et chiens de protection (des patous) et à hauteur de 100 % des mesures telles qu’une analyse de vulnérabilité du troupeau, des tests de comportement des chiens de protection ou un accompagnement technique.

Pour être tout à fait complet sur ce dossier, il est bon de rappeler que pour la première fois dans l’Yonne, des tirs de défense ont été autorisés par la préfecture. Enfin, en cas d’observation de l’animal ou d’indices de sa présence, il est conseillé de contacter rapidement le service départemental de l’Office Français de la Biodiversité au 03.86.80.21.68.

 

Thierry BRET

 

banniere article client arts de vivre

Articles

Bannière droite accueil