Des fruits à coque mélangés à des épices : des recettes qui propulsent FRUITS SECS DU WEB vers le haut de gamme

« En achetant le fonds de commerce et le matériel de l’entité francilienne LE GRAND NOYER en 2018, FRUITS SECS DU WEB a favorisé la diversification de ses activités dans le domaine du haut-de-gamme. Au cours de ce premier semestre, l’entreprise de Benoît CHAIX positionnera sur le marché des produits apéritifs une nouvelle variante de fruits à coque mélangés à de succulentes épices. Cibles privilégiées : les grands magasins et un réseau de 700 épiceries fines… ». « En achetant le fonds de commerce et le matériel de l’entité francilienne LE GRAND NOYER en 2018, FRUITS SECS DU WEB a favorisé la diversification de ses activités dans le domaine du haut-de-gamme. Au cours de ce premier semestre, l’entreprise de Benoît CHAIX positionnera sur le marché des produits apéritifs une nouvelle variante de fruits à coque mélangés à de succulentes épices. Cibles privilégiées : les grands magasins et un réseau de 700 épiceries fines… ». Crédit Photos : Thierry BRET.

S’inscrivant dans une stratégie de diversification, le spécialiste des fruits à coque haut de gamme de l’Yonne a englobé depuis plusieurs mois l’une des structures professionnelles nationales, positionnée sur un créneau similaire : Le GRAND NOYER. Pour se faire, FRUITS SECS DU WEB a racheté le fonds de commerce, la marque, le matériel et le portefeuille de clientèle de cette entité vieille de sept ans. Au premier semestre, fleurira via les réseaux distributeurs des épiceries fines et des grands magasins une nouvelle gamme de produits apéritifs au mélange et à la saveur insolites…

SAINT-JULIEN-DU-SAULT : Nouvelle année et nouveaux objectifs très ciblés pour le dirigeant de la société FRUITS SECS DU WEB, Benoît CHAIX ! Depuis le rachat du GRAND NOYER, une structure francilienne qui a développé une méthode de torréfaction unique permettant de conserver le goût naturel des fruits à coque sans ajout de matière grasse, l’entrepreneur de l’Yonne ne compte pas ses heures.

Normal, car le premier semestre sera très chargé.

De nouvelles recettes de produits apéritifs…

Avec le lancement d’une nouvelle variante de produits de très belle facture. Destinées à alimenter les rayons d’épiceries fines et de grands magasins (Galeries LAFAYETTE, BON MARCHE…), les cinq recettes de produits apéritifs devraient satisfaire les gourmands, férus de retrouvailles conviviales autour d’un verre. On les retrouvera également dans certains établissements hôteliers, servis au bar.

La particularité de ces recettes réside à leurs ingrédients, des fruits à coque traditionnels (amandes, noix, noix de cajou, noisettes, noix de macadamia, pistache…), bénéficiant d’un ajout subtil d’épices aux saveurs agréables. Le résultat est étonnant en bouche !

milieu articles

« Les préparations sont légères, très agréables au palais, explique le dirigeant de la société, le côté goûteux de ce mélange iconoclaste accentue la saveur des fruits à coque, tout en préservant leur authenticité… ».

L’origine des produits reste, quant à elle, de provenance idéale. Les noix de macadamia viennent d’Espagne. Les pistaches de Sicile. Bref, des ingrédients d’une qualité exceptionnelle.

Des investissements indispensables à la transformation des produits…

Sur son site de Saint-Julien-du-Sault, FRUITS SECS DU WEB assure le mélange de fruits torréfiés et des préparations savamment concoctées. Justifiant ainsi l’achat d’une chambre de refroidissement et celle d’une machine destinée à conditionner sous vide. Soit une enveloppe budgétaire qui s’est élevée à 60 000 euros.   

« Nous envisageons de torréfier les fruits à coque sur place, ajoute Benoît CHAIX, stratégiquement, nous souhaitons réduire le risque inhérent à la volatilité des cours en rajoutant de la marge… ».

Plusieurs conditionnements sont d’ores et déjà proposés. Avec des sachets sous vide alors que le travail de packaging, assuré par un designer, se décline sous la forme de codes de couleur distincts.

Le coloris « jaune » sera employé pour les produits torréfiés. La gamme bio fera référence à une estampille verte naturelle. Tandis que la couleur marron servirait à identifier les ingrédients vendus en premium à l’instar de la pistache et du pignon du Portugal.

D’ici 2021, Benoît CHAIX espère réaliser un volume d’affaires de 500 000 euros grâce à cette savoureuse gamme de produits.

L’objectif est simple aujourd’hui pour la structure de l’Yonne : l’entreprise recherche des marchés à forte valeur ajoutée et des niches spécifiques pour y positionner ses produits.

Pesant 500 000 euros de chiffre d’affaires en 2018, FRUITS SECS DU WEB a également obtenu le label ECOCERT Bio. La structure a enregistré la saison dernière une hausse de 30 % de son tonnage de produits traités.

Bannière droite accueil
Bannière footer