Humour : Pierre DOUGLAS n'oublie pas de remercier presque chaque jour Georges MARCHAIS !

« A 80 ans, l’envie d’épingler la sphère politique via des bons mots qui font mouche ne l’a pas quittée l’humoriste Pierre DOUGLAS, toujours bon pied bon œil sur scène… ». « A 80 ans, l’envie d’épingler la sphère politique via des bons mots qui font mouche ne l’a pas quittée l’humoriste Pierre DOUGLAS, toujours bon pied bon œil sur scène… ». Crédit Photo : Dominique BERNERD.

Trois questions posées au chansonnier qui était de passage sur la scène de Saint-Georges-sur-Baulche il y a encore quelques jours. A 80 ans, Pierre DOUGLAS qui fut aussi l’un des trublions cathodiques de « Incroyable mais vrai » du regretté Jacques MARTIN fait des envieux parmi celles et ceux qui veulent conserver la pêche !

INTERVIEW : Avez-vous une pensée quotidienne pour celui sans qui vous n’auriez peut-être jamais quitté le journalisme politique ?

Pierre DOUGLAS : J’ai débuté en 1977 et à l’époque, je remerciais Georges MARCHAIS tous les matins en me levant ! Maintenant, cela m’est passé, disons que c’est tous les mois (rires).

Mais je n’oublie pas que j’ai démarré grâce à l’imitation que j’ai faite de lui. Je l’ai rencontré un jour, peu après mes débuts et il m’a dit que cela lui faisait plaisir car ses collègues à l’Assemblée nationale le félicitaient d’avoir lui aussi « son » imitateur. Le temps a passé et quand avec Thierry LE LURON, on lui faisait dire sur scène des choses plus en rapport avec l’actualité politique, ça passait moins bien, on ne s’est plus revu !

Par contre, un qui riait bien de m’entendre l’imiter, c’était François MITTERRAND, qui n’était pas toujours très drôle dans la vie, mais savait se marrer ! Sauf la première fois, lors de son meeting de campagne à Strasbourg en 1981, où il est resté de marbre. Un sphinx ! Il s’en est excusé après, m’avouant qu’il avait besoin des voix communistes au second tour et ne pouvait rire ouvertement en public. Et c’est comme ça que j’ai fait élire le président MITTERRAND ! (rires)

 

 

Quel regard portez-vous aujourd’hui sur ce nouveau genre comique qu’est le « stand-up » et ses multiples acteurs ?

Ce n’est pas le style d’humour que l’on pratique à mon âge et je ne saurai pas écrire dessus. Ce que je trouve triste, c’est de voir que les jeunes ne se penchent plus sur l’humour politique, c’est fini ! Comme si les chansonniers étaient devenus désuets. Lorsque j’ai démarré, il y avait encore Robert ROCCA, Maurice HORGUES, Jean AMADOU, mon idole et le seul dont je puisse dire vraiment en 44 ans de métier qu’il était un ami… Aujourd’hui, nous ne sommes plus très nombreux à part Jacques MAILHOT, Michel GUIDONI et moi. C’est dommage.

Le monde politique continue-t-il à vous faire rire ?

Disons qu’il continue à me faire rire, pour ne pas passer mon temps à pleurer, comme disait BEAU MARCHAIS. En deux mots bien sûr ! (rires)

 

Propos recueillis par Dominique BERNERD

 

 

 

 

Articles

Bannière droite accueil