La fine fleur des maîtres d’hôtel de la planète en quête d’un Graal universel à Vauban…

« L’art et la manière de servir à table, de la dresser, de vanter les qualités gustatives d’un mets offriront l’opportunité aux dix finalistes de cette épreuve internationale de pouvoir s’affronter face à un jury d’experts et de MOF. Une première pour Auxerre et le lycée des métiers Vauban qui accueillent cette vénérable compétition… ». « L’art et la manière de servir à table, de la dresser, de vanter les qualités gustatives d’un mets offriront l’opportunité aux dix finalistes de cette épreuve internationale de pouvoir s’affronter face à un jury d’experts et de MOF. Une première pour Auxerre et le lycée des métiers Vauban qui accueillent cette vénérable compétition… ». Crédit Photos : Thierry BRET.

Les résultats de cette épreuve hors norme ne seront divulgués qu’en fin d’après-midi sous les ors de la préfecture de l’Yonne ce lundi 02 décembre. Auparavant, les dix finalistes de ce premier championnat du monde concocté en terre de l’Yonne se seront affrontés avec élégance et savoir-faire pour obtenir le meilleur des suffrages de la part d’un jury d’exception. Valorisant ainsi ce métier noble et stratégique de maître d’hôtel, clé de voûte de la filière des arts de la table et de la gastronomie…

AUXERRE : La course aux étoiles et aux paillettes universelles pour ces esthètes des arts de vivre et du bien-vivre débutera dès potron-minet ce lundi 02 décembre parmi les salles aptes à accueillir ce type d’évènementiel au lycée des métiers Vauban.

Même si les premières épreuves de ce rendez-vous international ne commenceront qu’au neuvième coup de pendule, gageons que les dix candidats en lice dans cette compétition de haute volée seront fin prêts au niveau mental et physique bien avant cet égrenage de l’horloge les rapprochant du moment fatidique.

Quatre disciplines, et non des moindres, attendent ces talents déjà confirmés de la filière de l’hôtellerie/restauration. La mise en valeur d’une table à partir d’éléments décoratifs imposés par le cahier des charges de ce concours requiert un sens de l’esthétisme avéré. D’autant que les courageux prétendants au sésame suprême devront faire preuve d’audace et de créativité. Puisqu’ils auront le loisir d’accommoder la thématique du jour d’une sélection d’objets et d’éléments de leur initiative.

Seconde subtilité tout aussi réjouissante à aborder : la découpe. A partir d’un plat préparé en cuisine et servi devant les membres du jury, les concurrents traiteront le sujet avec doigté, finesse et technique. D’autant que les critères d’élégance, de rapidité, d’efficacité et de réponses judicieuses aux interrogations que ne manqueront pas de poser les exégètes de la corporation qui auront à noter les candidats, favoriseront la notation finale de l’épreuve.

Pendant que les sélectionnés de ce championnat s’affaireront sur ces ateliers, d’autres auront déjà pu tester leur sagacité sur l’épreuve de créativité.

Celle qui consiste à flamber un dessert, imposé il va de soi, où les alcools permettant la caramélisation du produit seront désignés par avance. Mais, le candidat pourra laisser libre cours à son imaginaire pour tenter de passer l’obstacle !

La quatrième circonvolution amènera les dix finalistes à commercialiser à leurs clients (les membres du jury) deux plats extraits d’un menu imposé. Un exercice de style oratoire où il sera nécessaire de vanter les qualités gustatives des plats, avec aisance et amabilité, dans une langue qui leur est étrangère de manière naturelle !

Bref : un concours d’éloquence à la gloire des arts de vivre et de la gastronomie sans doute déterminant dans l’attribution du titre.

 

 

Une quinzaine de nationalités distinctes pour cet évènement…

 

Initialement prévu à Bordeaux, ce championnat du monde des maîtres d’hôtel se déroule pour la première fois dans l’Yonne, accueilli par l’un des établissements pédagogiques reconnus par ses pairs, le lycée des métiers Vauban à Auxerre.

Le 06 mai dernier, le centre de formation de la filière hôtelière avait été le théâtre des sélections nationales pour ce mondial.

Deux jeunes gens, Elisa JEANVOINE, qui officie à l’Azimut de Courchevel, et le premier maître d’hôtel du Relais Bernard LOISEAU à Saulieu, Valentin MEROT s’y étaient distingués en obtenant l’accessit pour aller plus loin dans leur quête au Graal suprême.

Précisons que ce championnat sera véritablement d’une envergure planétaire avec pas moins une quinzaine de nations représentées entre les talentueuses jeunes pousses et les représentants du jury.

On notera aussi la présence de sacrés pointures de la profession dont Gil GALASSO (MOF, lycée hôtelier de Biarritz, François PIPALA (MOF, restaurant Paul Bocuse), Loïc GLEVAREC (de la maison Hennessy à Cognac), Romuald FASSENET, le chef étoilé du Mont-Joly dans le Jura ou le local de l’étape, Sébastien CAVAILLES, MOF qui œuvre au lycée Vauban.

Capucine VIGEL, responsable de l’établissement et son pygmalion sur l’aspect organisationnel de ces épreuves, Serge GOULAIEFF, lui-même MOF de la discipline en 2004, assisteront à ce concours avec beaucoup d’intérêt accueilli dans leurs murs.

 

 

Bannière droite accueil
Bannière footer