Découvrez nos partenaires

bloc-marque-culture-couleur1.jpg
logo-festins-de-bourgogne.jpg
logo-credit-agricole-90x90.jpg
logo-cifa-89-auxerre-2020.png
groupama_small.png
logo-cerfrance-bfc-accueil.png
capeb-logo.png
logo banque populaire bourgogne franche-comté
logo-cm.jpg
logo-edf-site.jpg
ccj-logo-petit-1.jpg
110 Bourgogne
Région Bourgogne France-Comté
Criquet Magazine
Lycée Saint-Joseph de la Salle
mercato de l'emploi yonne bourgogne
Caisse d'épargne Bourgogne Franche-Comté
chambre des métiers et de l'artisanat
Groupe La Poste
Chambre d'Agriculture de l'Yonne

Nos partenaires

bloc-marque-culture-couleur1.jpg
logo-festins-de-bourgogne.jpg
banque_populaire_bfc-long.png
capeb-logo.png
Lycée Saint-Joseph de la Salle
Caisse d'épagne Bourgogne Franche-Comté
cerfrance bfc
Communauté de Communes du Jovinien
Chambre d'Agriculture de l'Yonne
Criquet magazine
logo-edf-site.jpg
logo-cifa-89-auxerre-2020.png
logo-cm.jpg
groupama_medium.png
logo-credit-agricole-90x90.jpg
région Bourgogne Franche-Comté
20211006_lpg_logo_cmjn-616fec3863034.png
mercato de l'emploi yonne bourgogne
chambre des métiers et de l'artisanat
logo-110-bourgogne-ok.png

Warning: Creating default object from empty value in /homepages/25/d688666115/htdocs/presse-evasion-2017-07/components/com_k2/views/itemlist/view.html.php on line 743

La notion du risque ne doit pas être abordée à la légère dans le milieu professionnel. Accidents de la circulation sur le trajet domicile/travail, chutes depuis un appareil de levage, sinistres imputables aux incendies ou présence de substances dangereuses sur un site industriel représentent autant de paramètres incontournables que les salariés et leurs employeurs doivent prendre en compte dès le début de leur collaboration…

 

AUXERRE : Attention danger ! Les risques sont partout ou presque dès que l’on pénètre sur un lieu professionnel. Face à leurs recrudescences, il est légitime de pratiquer des piqûres de rappel sous la forme d’exercices pédagogiques comme l’a si bien proposé l’assureur mutualiste, GROUPAMA Paris Val de Loire, il y a quelques jours dans ses locaux d’Auxerre.

En termes statistiques, ils représentent 6 millions de journées de travail perdu qui se traduisent par 20 % d’accidents mortels, soit un coût du décès évalué à 400 000 euros, et 10 % d’incapacités permanentes (86 000 euros d’enveloppe budgétaire). Hormis ces chiffres vertigineux, l’impact d’une catastrophe physique sur l’un des collaborateurs entraîne des conséquences inaliénables sur les enjeux sociaux et commerciaux d’une enseigne : licenciements, destructions de véhicules s’il s’agit d’accidents de la route, perte de production, altération de l’image et de la notoriété en matière de communication, hausse des cotisations auprès des compagnies d’assurances, etc. Sans oublier les procédures juridiques qui en découleront avec son lot de procès, d’indemnités à verser avec dommages et intérêts supplémentaires en sus.

La prévention en entreprise : obligatoire afin d’éradiquer les risques

« Outre les préjudices moraux et physiques que subira après coup la victime d’un faits divers, beaucoup d’autres paramètres entreront en ligne de compte, précise Delphine LORAIN, juriste, il suffit de s’attarder sur les aspects esthétiques de ces personnes touchées au plus profond de leur chair, et de comprendre que leurs carrières professionnelles seront brisées à tout jamais ou que leur existence familiale et relationnelle sera totalement transformée… ».

Identifiant la typologie de risques pouvant mettre à mal un cadre, un employé ou un ouvrier dans l’exercice de ses activités, mais aussi l’entrepreneur lui-même, Delphine LORAIN s’attarda de longues minutes sur ceux provoqués par la circulation routière et le non-respect du code de la route. Néanmoins, il existe une kyrielle de troubles autour de nous, pouvant générer l’improbable dans notre quotidien : les nuisances vibratoires et sonores, les troubles psycho-sociaux, les expositions chimiques, le stress permanent, le mal-être psychologique…

Appliquer une démarche de prévention pour tous les risques professionnels, adaptée à l’entreprise, consiste à faire un état des lieux précis de ces dangers hypothétiques en les identifiant.

Cela relève du plan d’actions à mettre en phase, en se dotant d’un outil fonctionnel qui limitera les effets pernicieux de ces risques. Quatre leviers essentiels peuvent alors aider à résoudre ces problématiques bien réelles : l’organisation interne de l’entreprise en rationalisant à titre d’exemple les déplacements (navette, visioconférence…), le développement de moyens matériels mis à la disposition des collaborateurs (flotte spécifique), l’adoption de règles de bonne conduite sous la forme d’une charte de déontologie et l’éducation de la performance maîtrisée auprès des salariés.

" Le président de la Fédération départementale de l'Yonne de Groupama Paris Val de Loire, Philippe Renoux, évoquait les objectifs de cette séance pédagogique autour des risques...".

 

L’obligation de dénoncer les infractions est applicable depuis le 01er janvier

Dès l’embauche d’une nouvelle recrue, l’entrepreneur s’appuiera sur l’arsenal juridique existant pour instruire son futur collaborateur sur le chemin sécuritaire qui doit être dorénavant le sien. L’exigence du permis de conduire d’un salarié, la connaissance de ses réelles aptitudes derrière le volant et de son état physique/psychologique avec l’aval de la médecine du travail, faciliteront la rédaction du contrat de travail, un document devant stipuler l’ensemble de clauses réglementant la non-utilisation du portable à bord d’un véhicule…

Quant au règlement intérieur, sa rédaction doit comporter l’usage du dépistage salivaire et des contrôles d’alcoolémie si nécessaire afin de s’opposer aux résultats de tests subis par le salarié. Rappelons que depuis le 01er janvier, les entreprises ne peuvent sursoir à l’obligation de dénonciation des infractions au Code de la route.

La cinquantaine d’entrepreneurs présents à cette intéressante conférence sur ces risques dont ils n’avaient pas forcément évalué l’ampleur et les conséquences découvraient ensuite le mode de fonctionnement du centre d’éducation routière, CENTAURE, un complexe situé en Ile de France et filiale de GROUPAMA, ayant comme objectif de modifier les comportements des conducteurs. La présence d’un simulateur de conduite, décliné sur trois écrans, offrit d’agréables échanges parmi les chefs d’entreprise, qui devaient tester leur conduite face à quelques épreuves et…aux surprises inattendues sur une route virtuelle.


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/25/d688666115/htdocs/presse-evasion-2017-07/templates/ts_news247/html/com_k2/templates/default/tag.php on line 99

Le syndicat des agents généraux d’assurance ne comptera plus qu’une même entité régionale dès le début de l’année prochaine, après le regroupement des structures de Bourgogne et de Franche-Comté. Longue de six années, la mandature du président bourguignon en exercice, Jean-Luc LAROCHE, se terminera en cette circonstance. Il a en effet décliné toute intention de se présenter au poste de responsable de ce nouvel appareil…

 

AUXERRE : Structure fédératrice regroupant les agents généraux d’assurance, AGEA organisera le 19 octobre prochain son ultime assemblée générale d’inspiration régionale en Franche-Comté. Les 260 professionnels de l’assurance se retrouveront pour un ultime rendez-vous sous cette ancienne bannière avant de plus amples retrouvailles dès 2018.

Au 01er janvier, le rapprochement entre les deux syndicats de Bourgogne et de Franche-Comté sera officialisé ; un choix qui devrait permettre dès le mois de mars à l’actuelle responsable franc-comtoise, Caroline DEBOUVRY, de prétendre jouer les premiers rôles en qualité de présidente de ce mouvement si le vote lui est favorable.

Elle ne retrouvera pas, face à elle, l’actuel président de l’AGEA Bourgogne, Jean-Luc LAROCHE. Ce dernier a décidé de ne pas briguer un nouveau mandat lors de ce scrutin.

« Les travaux facilitant cette fusion avancent très vite, explique le chef d’entreprise d’Auxerre, ensemble, nous devrions être plus forts pour accompagner les profondes mutations à venir de notre métier… ».

Le président du syndicat de Bourgogne restera néanmoins au contact avec la défense des intérêts de ses confrères. Il devrait rejoindre le nouveau bureau de l’organisme.

Lors de cette rencontre à Cléron (Doubs), le président-adjoint du syndicat national sera de la partie : Laurent BOULANGEAT a prévu de s’exprimer et de présenter les services complémentaires offerts par cet organe institutionnel à ses adhérents. Plus de onze mille agents généraux d’assurance ont validé à ce jour leur bulletin d’adhésion au sein de l’AGEA. Le syndicat professionnel a d’ailleurs enregistré un taux de syndicalisation de 63 % cette année.

En accueillant sur un socle commun, Bourguignons et Franc-Comtois, l’AGEA disposera désormais d’une force de 600 adhérents dès l’année prochaine…


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/25/d688666115/htdocs/presse-evasion-2017-07/templates/ts_news247/html/com_k2/templates/default/tag.php on line 99

Créée en 1997, cette structure associative rassemble aujourd’hui une quarantaine de personnes réparties sur l’ensemble du territoire national. Accompagnées de leurs épouses ou de leurs compagnons, elles ont profité le temps d’un week-end récréatif en terre icaunaise de ces retrouvailles chaleureuses afin de raffermir leurs relations et évoquer l’avenir de leur groupement. Entre convivialité, découvertes touristiques et un peu de nostalgie…

 

AUXERRE : Ils venaient des quatre coins de France. Mais, tous n’auraient voulu manquer sous aucun prétexte ce rendez-vous courtois avec la terre de Bourgogne !

Ces anciens agents généraux d’assurance, ayant exercé leur profession pour le compte de la Compagnie La France, et aujourd’hui retraités, ont eu tout le loisir de s’imprégner des us et coutumes de la culture locale lors de cette rencontre annuelle qui célébrait du même coup leur vingtième anniversaire.

Le programme qui leur avait été concocté durant la visite apparaissait copieux et très représentatif de la mise en valeur du patrimoine de l’Yonne.

La visite de la cathédrale d’Auxerre et une immersion au centre-ville via les rues piétonnes constituaient un premier aperçu de ce contact avec l’environnement commercial de la capitale du département.

Avant que le groupe ne rejoigne le domaine Alain GEOFFROY à Beine et son célèbre Musée de la Vigne et du Tire-Bouchon qui demeure un lieu atypique grâce à sa magnifique collection d’objets accessoires au monde des vignerons.

Mais, il n’y avait pas que les seuls aspects initiatiques à la viticulture qui étaient évoqués lors de ce voyage. Les anciens spécialistes de l’assurance et de la prévoyance effectuaient une singulière plongée dans l’histoire, en parcourant tour à tour le site archéologique d’Escolives Sainte-Camille, d’époque gallo-romaine, les grottes d’Arcy sur Cure de très belle facture où des ossements d’animaux sauvages furent trouvés en très grand nombre parmi les cavernes de ce site emblématique. Quant au village médiéval de Noyers sur Serein, il était apprécié de tous.

Ce rendez-vous en terre de l’Yonne fut un menu des plus qualitatifs aux confluents des arts de vivre et du tourisme qui devait encore s’appliquer à la découverte de Saint-Bris le Vineux, aux séances de dégustation proposées par le Domaine BERSAN et pour conclure une sympathique et appétissante soirée de gala, organisée à leur hôtel.


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/25/d688666115/htdocs/presse-evasion-2017-07/templates/ts_news247/html/com_k2/templates/default/tag.php on line 99

3,10 % bruts versés au titre de l’année 2016. Le chiffre est tombé après quelques semaines d’attente. Il rassure les sociétaires investisseurs et correspond à la rémunération très intéressante que percevront les bénéficiaires des certificats mutualistes, ce nouveau mode de placement lancé au printemps dernier par le spécialiste de l’assurance et de la prévoyance, GROUPAMA.

 

ORLEANS : Lors de l’assemblée générale de la Caisse régionale Paris Val de Loire au printemps, les élus et représentants du groupe ont approuvé le montant de la rémunération des nouveaux certificats mutualistes. Elle ne constituera pas, pour autant, une référence récurrente pour les années à venir. Précisons que ce montant s’apprécie avant prélèvements sociaux et impôts.

L’année dernière, nombreux furent les sociétaires de l’assureur mutualiste à avoir acheté ces titres perpétuels, sans droit de vote, émis par les caisses régionales. Ce sont au total près de 14 millions d’euros de titres qui ont été souscrits pour la seule caisse Paris Val de Loire, comprenant sept départements dont le seul de Bourgogne Franche-Comté, celui de l’Yonne.

Rappelons que la caisse régionale Paris Val de Loire représente 605,5 millions d’euros de chiffre d’affaires global pour 295 980 clients et sociétaires et 407 % de ratio de solvabilité 2.

A l’aide de ce nouveau dispositif d’épargne, l’assureur mutualiste accentue sa prégnance sur le territoire. Parmi les exemples d’engagements qui bénéficieront de cette manne financière supplémentaire : un fonds sur les domaines agro-santé-distribution et industriel, des aides aux PME régionales au niveau de leur infrastructure, l’amorçage de nouveaux projets économiques ainsi que du capital développement à destination des entreprises. Le succès aidant, de nouveaux titres de ces certificats mutualistes si attractifs ont été proposés dès le 01er janvier 2017…


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/25/d688666115/htdocs/presse-evasion-2017-07/templates/ts_news247/html/com_k2/templates/default/tag.php on line 99

 

AUXERRE : Le coût des sinistres imputables aux événements météorologiques de 2016 s’est élevé à 38 millions d’euros sur le seul territoire de l’Yonne (153 millions d’euros sur l’ensemble du groupe régional). Ce chiffre avait été révélé lors des Rencontres départementales déclinées par l’assureur mutualiste sur notre territoire.

Grâce à la pratique de la réassurance, l’établissement a ainsi pu indemniser dans les meilleurs délais les 1 100 dossiers de déclaration de sinistres, soit l’équivalent de cinq années de cotisation. A l’échelle du groupe Paris Val de Loire, ce nombre passe à 5 400 demandes instruites de manière officielle.

Pour autant, cela n’affecte pas les résultats de l’entreprise qui enregistre 17 millions d’euros d’excédents au terme de cette année aux multiples catastrophes naturelles. Alors que 74 % des grandes cultures céréalières sont assurées chez GROUPAMA sur la totalité des 300 000 hectares cultivables dans l’Yonne, les épisodes printaniers de gel sont venus perturber les indicateurs. 390 dossiers, suite à ces dégâts, ont été déposés auprès des agences de l’assureur mutualiste dont 40 concernent les professionnels de la vigne ; le reliquat étant réservé aux grandes cultures.

Une enveloppe d’1,8 million d’euros a été provisionnée pour cette seule activité viticole tandis que la Caisse régionale a déjà bloqué 8 millions d’euros pour couvrir les dégâts du gel sur l’ensemble des quatorze départements, la Touraine ayant été particulièrement frappée par ces nuisances de la météo.

D’année en année, signe des temps et de la mutation amorcée avec les changements climatiques, les enveloppes financières liées aux indemnisations des professionnels du monde agricole progressent de 6 %…

Ce qui ne rassure en rien les responsables régionaux de l’assureur mutualiste français.


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/25/d688666115/htdocs/presse-evasion-2017-07/templates/ts_news247/html/com_k2/templates/default/tag.php on line 99

Articles

Bannière droite accueil