Professionnaliser la structure : un enjeu nécessaire pour le nouveau président de l’AFD BFC Frédéric COLLADANT…

 « Ne s’inscrivant pas dans la continuité politique de ses prédécesseurs, le nouvel homme fort de l’Association française des diabétiques de Bourgogne Franche-Comté, Frédéric COLLADANT, veut rompre avec l’existant pour répondre aux nouveaux enjeux liés à la progression de cette pandémie qui concerne plus de 4 millions de nos concitoyens dans notre pays. La tenue des prochains Etats Généraux du diabète à Dijon le 01er juin devrait lui permettre de faire entendre sa voix à travers ses orientations stratégiques… ». « Ne s’inscrivant pas dans la continuité politique de ses prédécesseurs, le nouvel homme fort de l’Association française des diabétiques de Bourgogne Franche-Comté, Frédéric COLLADANT, veut rompre avec l’existant pour répondre aux nouveaux enjeux liés à la progression de cette pandémie qui concerne plus de 4 millions de nos concitoyens dans notre pays. La tenue des prochains Etats Généraux du diabète à Dijon le 01er juin devrait lui permettre de faire entendre sa voix à travers ses orientations stratégiques… ». Crédit Photo : Thierry BRET.

Ancien directeur des affaires publiques au sein du groupe SANOFI ayant exercé en Bourgogne Franche-Comté, Frédéric COLLADANT poursuit à l’âge de 52 ans son riche cheminement personnel et intellectuel parmi le milieu associatif régional. Depuis le 11 avril, cet homme fervent adepte de la dynamique par l’action a accédé à la présidence de l’Association Française des Diabétiques (AFD), qui est réunie pour la première fois sous la même forme identitaire géographique, celle de Bourgogne Franche-Comté…

DIJON : Forte de ses mille quatre cents adhérents, répartis à l’échelle des huit zones sectorielles de la région Bourgogne Franche-Comté, l’Association française des diabétiques possède un effectif déjà conséquent en nombre d’adhésions. Mais, martèle avec insistance son nouveau responsable régional, Frédéric COLLADANT, élu à l’unanimité par le conseil d’administration qui officiait à Dijon le 14 avril dernier, « ce n’est pas suffisant ! ».

Surtout quand on prend connaissance des statistiques légitimes qui répertorient le volume de personnes suivies par cette lourde et sournoise pathologie sur notre territoire, soit plus de 150 000 victimes de ce fléau, propagé à 90 % sous la forme de diabète de type II. C’est-à-dire la variante de cette maladie qui n’est pas héréditaire et imputable aux excès de sucre dans notre alimentation quotidienne.

Une candidature unique à la succession de Robert YVRAY…

Démissionnaire de son mandat de responsable bourguignon, la cheville ouvrière de cet assemblage associatif, équitablement opérationnel sur les quatre départements de la région, ne laissait pas d’autres alternatives à Frédéric COLLADANT que de relever le défi. Posant sa candidature à ce scrutin important puisqu’il unifiait pour la première fois la destinée de la Franche-Comté à celle de sa cousine limitrophe de Bourgogne, l’ex-cadre dirigeant du groupe SANOFI n’éprouva aucune difficulté à faire entendre sa voix. Même s’il dût mener campagne, présentant au collège administratif un programme établi sur un axe d’intervention triennale.

Pragmatique, Frédéric COLLADANT, sentant le vent du futur challenge électoraliste venir, avait bénéficié d’un cycle pédagogique dispensé par l’appareil formatif de la structure nationale pour parfaire ses connaissances sur le système de santé en France. Il en profita, en parallèle, pour actualiser son savoir sur les récentes évolutions liées à la pathologie du diabète. Fourbi de ses armes pédagogiques, le scrutin ne fut qu’une simple formalité à vivre quelques semaines plus tard.

Une velléité de jouer un rôle parmi les instances fédérales…

L’une des premières décisions prises le jour du vote par le nouveau président sera la modification de la ligne statutaire de l’association. La tenue d’une assemblée générale extraordinaire donnera l’opportunité au nouveau responsable de l’exécutif de transformer la gouvernance de la structure, façonnée à l’échelle des contours de la grande région, devenant ainsi Bourgogne Franche-Comté. Soucieux de structurer l’outil en renforçant sa crédibilité et sa légitimité, auprès notamment des professionnels de santé, des partenaires institutionnels et administratifs, Frédéric COLLADANT veut professionnaliser le support afin de défendre de manière optimale et pertinente les intérêts de ces centaines de personnes en souffrance physique et morale. Un mot sera lâché à l’issue de ce rendez-vous : la professionnalisation de l’entité structurelle.

Profitant de l’élection, survenue de façon concomitante de Philippe RACLET, à la tête de l’Association française des diabétiques de Côte d’Or, le nouvel étendard de la cause diabétique en Bourgogne Franche-Comté a constitué un bureau fait de compétences et d’engagements pour le seconder pour son mandat de trois ans.

A l’écoute des évolutions nationales, Frédéric COLLADANT a également posé sa candidature afin d’intégrer le conseil d’administration fédéral de France.

Bannière droite accueil