Une stratégie managériale newlook pour être plus proche du terrain : la Banque Populaire coupe la poire en quatre !

« Un nouveau schéma décisionnel applicable au sein de la direction de l’Yonne à partir de quatre secteurs géographiques clairement identifiés : voilà le management newlook de la Banque Populaire qui lui permet d’être en phase directe avec ses clients ! ». « Un nouveau schéma décisionnel applicable au sein de la direction de l’Yonne à partir de quatre secteurs géographiques clairement identifiés : voilà le management newlook de la Banque Populaire qui lui permet d’être en phase directe avec ses clients ! ». Crédit Photo : Thierry BRET.

Rapprocher le management le plus possible de la clientèle de proximité. C’est le credo qu’a choisi désormais l’établissement mutualiste régional en optant pour une refonte de son organigramme. Exit le traditionnel directeur adjoint qui prévalait jusqu’alors, place à quatre directions de secteurs respectueuses d’un découpage géographique qui épouse les territoires de l’Yonne.

 

AUXERRE : Les zones d’application du nouveau dispositif managérial sont presque définies au cordeau. Formatées à la dimension géographique de notre territoire. Au nord, il y a le Sénonais. Zone de prédilection de Christophe PIERRON. Plein sud, sur un vaste périmètre comprenant l’Avallonnais et la large périphérie de Chablis, un second secteur. Il incombe à Pierre GENTIL. Le Centre-Yonne, et plus exactement tout ce qui a attrait aux deux villes d’importance que sont Joigny et Migennes échoit à Marylène COMPAROT. Reste Jérôme VERNAGALLO, une figure connue et reconnue qui exerce ses talents sur l’Auxerrois et la Puisaye-Forterre. Le tout constitue la nouvelle configuration décisionnelle de la Banque Populaire dans l’Yonne. A la baguette, un chef d’orchestre. Yann NUNES, évidemment, qui en sa qualité de directeur de l’établissement départemental, donne le tempo de toute l’harmonisation de la stratégie commerciale à déployer.

 

 

Une vision managériale imaginée pour la Bourgogne Franche-Comté…

 

Avec ce seul mot d’ordre, devenu entêtant voire obsessionnel chez les professionnels du milieu bancaire : satisfaire la clientèle. Contenter les épargnants, les consommateurs de crédits à la consommation et immobiliers, celles et ceux qui gèrent au quotidien leurs comptes de dépôts en injectant des liquidités dans l’économie locale, les boursicoteurs et titulaires de titres, sans oublier les spécificités que sont les possesseurs de patrimoine, les dirigeants d’entreprise ou encore les collectivités et les milieux associatifs. Bref, la vie journalière d’une banque dans la plus pure des traditions.

Pour ce faire (et le faire du mieux possible), il faut gagner du temps et proposer une meilleure réactivité à la prise de décision. C’est ce que propose ce schéma innovant applicable depuis peu dans l’Yonne.

Le fil d’Ariane de ce dispositif n’est autre que la proximité managériale au contact du client. A une portée de fusil. Adapté à la maxime coutumière et volontariste : « on le dit, on le fait ! ». Un travail qui s’effectue en totale synergie entre toutes les composantes de ce noyau amiral de la décision. Un gain de temps maîtrisable pour une prise de décision maximale dans l’action. Un système managérial fonctionnant par effet de ricochet dont profitent pleinement les collaborateurs.

Ce choix, au plan tactique, porte l’estampille de la région Bourgogne Franche-Comté. Prouvant la capacité d’innovation de l’ingénierie en charge des ressources humaines du groupe dont le siège est implanté dans la banlieue de Dijon, à Quetigny. Et qui ruisselle dans les huit départements que compte l’établissement bancaire auquel il faut ajouter, telle une place forte imprenable, le Pays de l’Ain.

 

Thierry BRET

 

Articles

Bannière droite accueil