Dans le cadre de notre développement, nous recherchons des correspondants rémunérés, contacter Thierry Bret 06.20.31.05.53

Repassage et couture fers de lance d’une réinsertion réussie : AMIDON 89 vise 70 % de sorties positives…

« AMIDON 89 a tenu bon durant l’année si particulière de 2020. Toutefois, l’exercice qui s’en suit reste sous contraintes de la COVID, comme devait l’expliquer son président Guy PARIS. Améliorer le chiffre d’affaires de ce spécialiste de l’insertion demeure sa priorité. A l’instar du replacement des 70 % de salariées ayant fréquenté ses ateliers dans la vie active… ». « AMIDON 89 a tenu bon durant l’année si particulière de 2020. Toutefois, l’exercice qui s’en suit reste sous contraintes de la COVID, comme devait l’expliquer son président Guy PARIS. Améliorer le chiffre d’affaires de ce spécialiste de l’insertion demeure sa priorité. A l’instar du replacement des 70 % de salariées ayant fréquenté ses ateliers dans la vie active… ». Crédit Photos : Thierry BRET.

Le retour à la normalité vers l’emploi. Il ne s’agit que de cela, en résumé, dans la ligne de conduite à laquelle les responsables de la structure associative ne dérogent jamais d’un iota. Même dans les moments les plus délicats, en référence à la crise sanitaire. Celle-ci a contraint l’entité à suspendre toutes ses activités pendant deux mois lors du premier confinement. Une adaptation qui fut l’objet de dynamique pour l’atelier couture, confectionnant des masques de protection contre la COVID-19…

 

AUXERRE: Le sens de l’adaptabilité est une vertu léonine que sait s’appliquer à elle-même l’association AMIDON 89 ! L’épidémie du coronavirus l’aura démontré à maintes reprises au cours de ces derniers mois. Normal, lorsque l’un de ses deux ateliers accueillant des personnes sur le chemin de la réinsertion professionnelle se consacre à la couture !

Opiniâtres, les boussoles éclairantes de cette entité dont ne présente plus le travail accompli depuis tant d’années dans le microcosme icaunais ont cru bon au plus fort moment de la crise sanitaire de rejoindre le projet Contrat de Ville. Un programme qui leur aura permis de poursuivre à travers des ateliers installés dans de grandes salles de deux équipements de quartier de concevoir…des masques en tissu avec le concours altruiste de riveraines. Ce fut une étape fondamentale pour faire faux bond à l’adversité de l’époque et tenir ferme, au niveau du moral.

De cela, de ces états d’âme, de ces instants de doutes et d’atermoiements, de ces espérances aussi, il en aura été question lors de la prise de parole servant de préambule aux travaux de l’assemblée générale par le président Guy PARIS. Devant une assistance plus que restreinte (obligations sanitaires à respecter en limitant la jauge de participation), la session a pu se dérouler dans son antre habituel : l’amphithéâtre du Phare.

Entre résolutions successives (au nombre de douze autant que les travaux d’Hercule/Héraclès pour les puristes helléniques !), et slides comprenant moult camemberts affichant une visibilité immédiate au plan de la statistique, la séance de travail s’est étirée tranquillement avec les interventions de la directrice de la structure, nouvellement nommée en août dernier, Sophie GOIRAND, et le président.

 

 

Une activité couture aux contours d’employabilité satisfaisant…

 

Loin d’un ronron aux accents passablement ennuyeux, la séance aura mis en exergue les particularismes de cette association efficace dans ses réalisations. Dans le détail, au plan comptable, les états financiers arrêtés au 31 décembre 2020 livrent un aperçu positif de la situation. Pour un budget s’élevant à 650 000 euros, le résultat d’exploitation équivaut à 17 766 euros.

Quant au nombre d’adhérents, il se maintient avec 262 personnes qui sollicitent les besoins de la structure selon les trois ateliers opérationnels à Auxerre, Chablis et Saint-Florentin.

Au niveau du nombre de demandeurs d’emploi de longue durée, à forte majorité féminine, ils ont été quarante-trois à bénéficier de cette main tendue par AMIDON 89 pour exercer un travail.

Salariées, ces femmes, jeunes ou moins jeunes, bénéficiaires des minima sociaux, habitantes dans les quartiers prioritaires de la ville, ont su apporter leur savoir-faire au cours de cette année si spécifique de 2020. Tant à l’atelier repassage qu’à celui proposant des travaux de couture.

La moitié d’entre elles a pu se diriger par la suite vers un emploi stable ou à défaut une formation. Un résultat plus mitigé que l’année précédente pour Guy PARIS qui, compte tenu du contexte de la pandémie, demeure tout à fait honorable en l’état.

Si l’activité couture peine encore à trouver ses marques, notamment dans sa rentabilité financière, elle offre pourtant la possibilité aux salariées en insertion d’acquérir de nouvelles compétences. Un levier vers l’emploi supplémentaire que nul ne doit ignorer. Des partenariats ont pu ainsi se développer avec Au Bonheur des Chutes ou LOCAVOR.

Un accent particulier a été mis sur le développement de la communication en cette année 2020, synonyme de trente années d’existence. Présence accrue sur les réseaux sociaux et relookage du site Internet offrent une vitrine satisfaisante des réalisations de la structure.

 

 

 

L’intervention de mécènes pour aider au renouvellement du matériel…

 

 

Prolixe dans ses explications, Guy PARIS n’a pas manqué d’aborder le devenir de ce porte-flambeau de la tolérance et de l’insertion efficiente que représente AMIDON 89.

Débuté en 2017, le retour à l’équilibre de l’association entre fonctionnement organisationnel et financier optimum pourrait nécessiter une période de trois ans supplémentaires. Cette projection ne pourra prendre sa source effective uniquement par le prisme de la diversification des activités.

Avec ce constat qui en dit long sur les fondements mêmes de la structure : « L’activité repassage auprès de clients particuliers demeure utile, observe l’ancien premier adjoint de la Ville d’Auxerre, mais cela est désormais moins nécessaire pour de nombreux foyers… ».

Se diversifier est indispensable. Offrir de nouveaux services à la clientèle mais aussi s’adapter aux besoins de celle-ci demeurent des pistes concrètes à travailler à l’avenir pour subsister de manière honorable.

Les responsables y réfléchissent avec une expérimentation mise en place à Chablis depuis la fin mai. Une nouvelle responsable d’atelier a été nommée. Elle n’est pas la seule puisqu’un chargé de mission de développement commercial l’a rejoint.

D’ici peu, le recrutement de quatre à cinq salariés en insertion étofferaient ainsi l’effectif. Une démarche analogue aurait lieu ensuite à Auxerre et à Saint-Florentin. In fine, l’objectif est la conquête d’une centaine de nouveaux clients de plus en douze mois. Pour atteindre un chiffre d’affaires en prestations équivalent à 120 000 euros par an.

Reste le rôle des mécènes. Il est fondamental pour la bonne santé de la structure en quête d’une enveloppe annuelle de 70 000 euros pour assurer le remplacement de ses tables à repasser. Certains agissent en ce sens : c’est le cas de la FAPE EDF, AG2R La Mondiale, du Conseil régional de Bourgogne Franche-Comté.

Récemment, la responsable  de l’Association départementale de Prévoyance Santé (ADPS) Andrée DEBERT remettait une précieuse obole de trois mille euros devant être utilisée à l’achat d’une nouvelle table. Une autre entité, l’AACUC, offre généreusement 50 000 euros pour contribuer au projet de développement.

On le voit, la marge de manœuvre est étroite pour AMIDON 89 qui doit jouer à la fois sur une politique d’économies et une politique d’investissement pour améliorer le chiffre d’affaires.

Un casse-tête chinois à renouveler chaque année pour ne pas oublier que la priorité essentielle de cette structure spécialiste de l’insertion vise toujours le chiffre de 70 % de sorties positives pour les personnes qui fréquentent ses ateliers…

 

Thierry BRET

 

 

 

Articles

Bannière droite accueil