La 5G fait une timide apparition en France : seules neuf villes sont concernées par son implantation…

« C’est fait ! Depuis le 18 novembre, la France a enfin l’accès à la 5G et à ses possibilités révolutionnaires en termes de réactivité technologique. Mais, pour l’heure, seules neuf métropoles de l’Hexagone bénéficient de l’offre. Il faudra donc encore s’armer de patience pour la recevoir. A l’image de la 4 G ? ». « C’est fait ! Depuis le 18 novembre, la France a enfin l’accès à la 5G et à ses possibilités révolutionnaires en termes de réactivité technologique. Mais, pour l’heure, seules neuf métropoles de l’Hexagone bénéficient de l’offre. Il faudra donc encore s’armer de patience pour la recevoir. A l’image de la 4 G ? ». Crédit Photo : PIXABAY.

Les quatre opérateurs téléphoniques Orange, SFR, Bouygues et Free, lauréats des enchères pour la répartition des fréquences 3,4 - 3,8 GHz (propres à la 5G) disputées en octobre, sont autorisés à compter de ce mercredi 18 novembre à utiliser ces fréquences. L’ARCEP (Autorité de Régulation des Communications Electroniques, des Postes et de la Distribution de la Presse) a tranché. Elle a enfin délivré ces autorisations très attendues...

TRIBUNE : Il faudra encore patienter un peu avant de voir la 5G sur nos téléphones. Les opérateurs attendent tout d'abord le feu vert de l’Agence nationale des fréquences radio, a indiqué notre confrère Europe1. « C’est une question de jours » a confié SFR au média radiophonique.

Orange s'est, de son côté, donné pour objectif de déployer la 5G début décembre.

Mais cette ambition se heurte à une autre contrainte technique pour couvrir l’ensemble du territoire : l'installation des fameuses antennes 5G qui fleurissent en France dans les neuf villes tests retenues. 

L'ARCEP recense 116 antennes à Paris, 95 à Marseille, 89 à Lille, 55 à Nantes, 54 à Montpellier, 24 à Lyon, 22 à Toulouse, 19 à Bordeaux et 5 à Rouen. Le territoire français est encore loin d’être couvert dans sa globalité : nous risquons d’avoir encore les mêmes zones « blanches » que d’ordinaire !

En outre, il existe aussi des contraintes politiques puisque certains élus bloquent encore l’installation des antennes !

 

Des craintes autour de la 5G qui n’ont pas lieu d’être…

 

« La 5G ne doit pas faire peur… » a de son côté plaidé Xavier NIEL, fondateur et patron d'ILIAD, la maison mère de Free, devant la commission des Affaires économiques de l'Assemblée nationale, mardi dernier.

« C'est une formidable opportunité pour construire une société plus sobre, plus efficace, avec une gestion de la ville améliorée. Ce serait dommage en France d'avoir les meilleurs réseaux fixes, avec les offres fibres les plus rapides d'Europe, et d'être le dernier pays européen sur le mobile en refusant le marché de la 5G… devait-il ajouter.

« C'est aussi une image, une perception de la France, au-delà de nos frontières, qui pourrait nous faire perdre une part de notre attractivité, alors que le pays était une destination principale des investisseurs avant la crise de la COVID-19, selon le magnat des télécoms.

Ne pas faire peur, certes, mais les enjeux économiques et financiers priment sur le risque sanitaire encore non évalué !

 

Les tractations sont en cours chez les opérateurs…

 

Mais qui dit 5G, dit téléphone compatible. Quelques marques, dont APPLE avec son iPhone 12 (le premier smartphone 5G entré sur le marché), SAMSUNG et HUAWEI ont lancé des modèles 5G.

Côté forfaits, seuls ORANGE et BOUYGUES Telecom ont pour l'heure communiqué leurs offres commerciales 5G à destination du grand public, Free évoquant un lancement dans les prochaines semaines.

Xavier NIEL a par ailleurs confirmé que des négociations auraient lieu entre ORANGE et FREE pour un accord de partage de réseau 5G, notamment dans des zones relativement peu denses.

Pour la région Bourgogne-Franche-Comté, on nous informe que les zones blanches, donc l’accessibilité à la 5G, auront disparues en 2027 !

Jean-Paul ALLOU

 

Articles

Bannière droite accueil