Plus de praticien, plus de soins à Charny : la CCPF sollicite l’aide d’urgence de l’ARS…

« Le vice-président en charge de la santé de la Communauté de communes de Puisaye-Forterre Patrick BUTTNER est monté au créneau auprès de l’ARS pour que ne dure pas trop longtemps le vide occasionné par l’absence de généraliste à Charny… ». « Le vice-président en charge de la santé de la Communauté de communes de Puisaye-Forterre Patrick BUTTNER est monté au créneau auprès de l’ARS pour que ne dure pas trop longtemps le vide occasionné par l’absence de généraliste à Charny… ». Crédit photo : Thierry BRET.

L’interruption des soins sur la commune nouvelle de Charny-Orée-de-Puisaye pose un sérieux problème. Outre les démêlés judiciaires de l’habituel praticien qui a dû cesser séance tenante ses activités médicales, l’exécutif communautaire a pris le taureau par les cornes pour trouver très vite une solution de remplacement adéquate et ce, dans les meilleurs délais, pour combler l’absence de médecin…

CHARNY-OREE-DE-PUISAYE : Les médecins ne sont pas pléthore dans le département de l’Yonne, chacun le sait. Et si ces derniers provoquent l’ire de la justice à la suite de graves problèmes éthiques alors la situation ne peut que se compliquer très vite d’une manière inexorable.

C’est ce qui se déroule sur la commune nouvelle de Charny. Où la cessation des soins prodigués d’ordinaire a été immédiate.

Or, dès que les faits ont été révélés à la Communauté de communes de Puisaye-Forterre, organe institutionnel ayant la compétence exclusive de la santé dans nos territoires, son responsable en charge des affaires sanitaires, le vice-président Patrick BUTTNER ne s’est pas fait prier pour réagir promptement face au contexte pour le moins iconoclaste.

L’élu communautaire a ainsi saisi les services de l’Agence régionale de santé (ARS) afin d’exposer les faits et de trouver une préconisation d’urgence à cette nouvelle source d’inquiétude pour de nombreux patients. Ceux-ci se sont retrouvés gros Jean comme devant, en rebroussant chemin face à la porte close d’un cabinet médical devenu hermétique à la patientèle.

Il faut croire que les arguments du vice-président ont été entendus puisqu’une solution semble se dessiner à brève échéance pour éviter une suspension de soins et de consultations durables.

L’étroite collaboration qui existe depuis maintes années entre l’organe communautaire et l’ARS de Bourgogne porte donc ses fruits. Cette pénurie soudaine de praticien généraliste sur l’une des communes importantes de ce secteur ne devrait être bientôt plus qu’un lointain souvenir…

 

Articles

Bannière droite accueil