Découvrez nos partenaires

bloc-marque-culture-couleur1.jpg
logo-festins-de-bourgogne.jpg
logo-puissaye-forterre.png
logo-iseal-salon-coiffure-auxerre.jpg
logo-cifa-89-auxerre.png
logo13q-1.jpg
banque_populaire_bfc.png
logo-cm.jpg
logo-edf-site.jpg

Découvrez nos partenaires

bloc-marque-culture-couleur1.jpg
logo-festins-de-bourgogne.jpg
banque_populaire_bfc.png
logo-puissaye-forterre.png
logo13q-1.jpg
logo-edf-site.jpg
logo-cifa-89-auxerre.png
logo-iseal-salon-coiffure-auxerre.jpg
logo-cm.jpg

Qu’est-ce que l’intelligence économique ? L’art d’anticiper son environnement afin d’être pertinent et efficace !

« Sécurité économique, développement stratégique et pouvoir d’influence constituent le socle de l’intelligence économique (IE) une notion largement usitée par les états-majors de l’entreprise moderne. Ingénieur et spécialiste de la gestion des risques, Denis MOUGEOLLE livre dans cette tribune son ressenti sur cette démarche qui repose sur l’anticipation, à travers la captation, l’analyse et le traitement de l’information… ». « Sécurité économique, développement stratégique et pouvoir d’influence constituent le socle de l’intelligence économique (IE) une notion largement usitée par les états-majors de l’entreprise moderne. Ingénieur et spécialiste de la gestion des risques, Denis MOUGEOLLE livre dans cette tribune son ressenti sur cette démarche qui repose sur l’anticipation, à travers la captation, l’analyse et le traitement de l’information… ». Crédit Photos : Thierry BRET et D.R.

Spécialiste de la gestion des risques et efficience industrielle, ingénieur conseil, Denis MOUGEOLLE est également expert en génie climatique et thermique énergie renouvelable. Dans cette tribune, l’auteur s’intéresse à la démarche de l’intelligence économique en entreprise, démarche structurée et légaliste.

TRIBUNE : Prenons l’exemple des difficultés d’un grand groupe français de l’agroalimentaire, liées à une problématique de contamination à la salmonelle. Elles se traduisent inévitablement par des pertes financières, une atteinte à l’image, etc. Pertes assurées ou non. C’est l’effet négatif de l’événement. Cette éventualité, pour la survie de l’entreprise, aurait nécessité en amont une organisation pour éviter le risque, à défaut en réduire les conséquences.  Cependant, pour ses concurrents, l’événement se traduit potentiellement, sans aucun effort commercial supplémentaire, par une croissance du chiffre d’affaires. C’est l’effet positif du risque réalisé.

Toutefois, cette croissance potentielle instantanée n’a rien de magique. Encore faut-il avoir été en veille sur la thématique, avoir anticipé la situation pour être en mesure de faire face, avant les autres compétiteurs, à une augmentation d’activité spontanée à deux chiffres dans des temps très courts.

Et là la démarche d’IE (Intelligence Economique) ne se limite pas à profiter d’une aubaine. Mais bien, à satisfaire ponctuellement cette demande. Peut-être au-delà de ses propres standards, malgré l’urgence, de façon à transformer ce nouveau client d’opportunité en un client récurrent. Il y a dans cet environnement la réactivité, mais aussi l’adaptabilité, l’agilité et la flexibilité de l’organisation qui sont sollicitées. Cela se prépare. Tout comme un pompier ne réfléchit pas aux moyens requis pour intervenir lorsque l’incendie se déclare, ce serait évidemment trop tard.

L’essence de l’IE réside en partie dans ces notions…

Un autre exemple, tout autant d’actualité, et sans entrer trop dans les détails techniques, concerne la réduction, voire l’interdiction, d’utilisation de certains gaz à effet de serre à l’horizon 2020, puis 2030, dans les applications de froid industriel et commercial. Cette démarche est connue sous les appellations internationales de « phase down » et de « phase out ».

Ces obligations, devenues réglementaires, induisent plusieurs effets, dont le changement de nature des risques. Les gaz ayant un impact réduit sur l’évolution du climat (indice GWP en anglais ou PRP en français) sont, pour les installations de faible à moyenne puissance, faiblement, voire facilement inflammables. Ainsi, une bataille normative intense émerge sur la qualification de ceux-ci quant à leur autorisation d’utilisation, et fonction de quantités limites à définir.

De même, l’impact effet de serre présente deux dimensions : une sur les qualités physico-chimiques selon cet indice GWP (en gros 30 % de l’effet), et une sur l’efficacité énergétique dudit gaz traduisant pour un effet frigorifique ou calorifique donné, la consommation énergétique (70 % de la contribution à l’effet de serre du gaz). De façon évidente, selon la maîtrise technique des uns et des autres (constructeurs des équipements et producteurs de ces nouveaux gaz), il est souhaitable d’adopter tel ou tel gaz de substitution plutôt que tel autre. L’enjeu est tel que chaque acteur a intérêt à agir auprès des comités de normalisation pour favoriser une solution plutôt qu’une autre.

Les PME/PMI se plaignent souvent des normes abondantes et contraignantes. Il faut savoir que toute entreprise peut volontairement participer à tel ou tel comité de normalisation, pour éditer une nouvelle norme ou réviser des normes anciennes. Les frais de déplacement et éventuellement de logement peuvent être pris en charge sous conditions. Ce pouvoir d’influence est rarement utilisé par de telles structures (évidemment une considération coût/bénéfice de la démarche peut justifier cette situation). Ceci est le second aspect de cette discipline.

Enfin, traditionnellement, la démarche de présentation de cette discipline est axée sur les pertes que peut subir une entreprise, focalisée sur les risques immatériels émergents ou nouveaux risques « à la mode » pour sensibiliser les chefs d’entreprises sur l’importance de la discipline. Notamment, l’assimilation est quasi permanente entre cyberattaque et Intelligence Economique.

Même si cette considération est essentielle à la survie de l’entreprise, et qu’elle peut présenter un intérêt pédagogique, sous l’hypothèse que contrainte et peur égal pédagogie, cette vision reste clairement réductrice. Cependant il s’agit là de la troisième dimension de l’Intelligence Economique.

Pour résumer, la démarche présente trois volets que sont IE Défensive (éviter les atteintes telles que les cyberattaques), IE Offensive (profiter des opportunités) et IE d’Influence, encore appelée lobbying, comme l’exemple ci avant relatif aux gaz à effet de serre.

La démarche vise donc à maitriser les risques immatériels. Quels sont-ils ? Les principaux risques immatériels que l’on peut citer sont par nature :

  • Image
  • Financier et économique
  • Relation clients, relation fournisseurs et plus largement relations avec les parties prenantes
  • Autorisation administrative (d’exploiter dans le cadre ICPE, relative aux obligations ERP, réglementation alimentaire, etc.).
  • Savoir-faire (organisation, procédés, compétences, etc.)
  • Propriété intellectuelle et industrielle (brevet, R&D, marque, logo, …)
  • Système d’information d’entreprise (progiciel de gestion, applicatifs métiers, …).

milieu articles

Appréhender la notion de risque…

Mais de quoi parle-t-on quand on évoque le risque ? Il s’agit d’appréhender le risque au sens ISO 31000 « effet positif ou négatif de l’incertitude sur l’atteinte des objectifs ». Le premier exemple cité au début de cet article reflète bien la double approche du risque, qui est une construction intellectuelle (il n’existe pas d’étalon au LNE permettant de mesurer un risque) et affaire de point de vue. Une vision plus populaire de la question du risque est traduite par l’adage : « le malheur des uns fait le bonheur des autres ».

Les objectifs premiers de la discipline sont

  • Sécurité économique
  • Développement stratégique
  • Pouvoir d’influence

Les trois principales définitions successives de l’IE, au gré des événements en France et à travers le monde, sont les suivantes :

  • « Ensemble des actions coordonnées de recherche, de traitement et de distribution, en vue de son exploitation, de l’information utile aux acteurs économiques » selon le Rapport MARTRE de 1994, acte fondateur de l’IE en France.
  • « Politique publique d’identification des secteurs et des technologies stratégiques, d’organisation de la convergence des intérêts entre la sphère publique et la sphère privée dont le contenu vise la sécurité économique» selon le Rapport CARAYON  de 2003.
  • « Recherche et interprétation systématique de l’information accessibleà tous afin de décrypter les intentions des acteurs et de connaitre leurs capacités » selon Christian HARBULOT, ancien membre de la Commission MARTRE et fondateur de l’Ecole de Guerre Economique en 1997.

Je compléterais, à titre explicatif, ces définitions par « pratiquer l’Intelligence Economique, c’est percevoir de façon anticipative son environnement pertinent pour évoluer en bonne intelligence fonction des contraintes, menaces et opportunités qui y naissent, se développent et disparaissent ».

La plupart des entreprises pratiquent l’IE, bien que cette pratique ne rende pas nécessairement plus intelligent (le vocable officiel est certainement un frein au développement de la discipline en France, le mot Intelligence ayant des acceptions différentes en français et en anglais).

La démarche IE repose en grande partie sur la captation, l’analyse et le traitement de l’information permettant de décider « vite et bien ». Pour être pertinente et efficiente, elle suppose méthode. L’essentiel de cet aspect réside dans la capacité à transformer de l’information en renseignement utile (via la méthode dite du « cycle de l’information »), à capitaliser le résultat au travers d’une démarche de gestion des connaissances (knowledge management). Ces méthodes relèvent d’une approche d’amélioration continue couplant stratégie, risque et ensemble des veilles susceptibles d’être développées comme pièces de ce puzzle.

Pour conclure, je dirais que la démarche d’IE en entreprise est une démarche structurée et légaliste. Elle nécessite de réfléchir comme un escroc si l’on veut appréhender correctement le volet défensif de celle-ci.

Quelques dates repères (non exhaustif) sur l’IE en France…

  • 1967: WILENSKY développe la théorie selon laquelle le recueil, l’interprétation et la valorisation de l’information est indispensable à la poursuite des buts stratégiques.
  • 1986 : Michael PORTER créé le concept à la source de l’IE intitulé « Competitive Intelligence » qui fait suite à ses théories précédentes de « Competitive Stratégy ».
  • 1992 : Création d’une agence gouvernementale ADIT en charge de l’information économique.
  • 1994 : Suite aux déboires Thomson / Airbus, création d’une commission sur l’Intelligence Economique « Rapport MARTRE ».
  • 1997 : Christian HARBULOT crée « l’Ecole de Guerre Economique ».
  • 2003 : Suite nouveaux événements concernant GEMPLUS, nouvelle mission confiée par le Premier Ministre JP RAFFARIN et rapport CARAYON N°1,
  • 2006: mission confiée par le Premier Ministre D De VILLEPIN et rapport CARAYON N°2.
  • 2010: Définition d’un référentiel de formation à l’IE dans l’enseignement supérieur (sensibilisation en License, formation en Master et école d’Ingénieurs et de Management), suite à l’audition de spécialistes de la question, comme le préfet PAUTRAT.

Denis MOUGEOLLE

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire

Bannière droite accueil
Bannière footer