Zélie WILLEM : « Posséder une posture charismatique, c’est surtout miser sur l’avenir... »

« Travailler son charisme dans le cadre professionnel ouvre le champ des possibles pour sublimer de manière positive les relations à l’autre. Pour la spécialiste en management industriel et coach, Zélie WILLEM, l’écoute et une posture naturelle dans un exercice de communication restent des vecteurs primordiaux en matière d’impacts relationnels. Il est grand temps de s’affirmer en ne disant pas systématiquement « oui » à l’autre alors qu’on pense tout à fait l’inverse… ». « Travailler son charisme dans le cadre professionnel ouvre le champ des possibles pour sublimer de manière positive les relations à l’autre. Pour la spécialiste en management industriel et coach, Zélie WILLEM, l’écoute et une posture naturelle dans un exercice de communication restent des vecteurs primordiaux en matière d’impacts relationnels. Il est grand temps de s’affirmer en ne disant pas systématiquement « oui » à l’autre alors qu’on pense tout à fait l’inverse… ». Crédit Photo : Blog 16h44, La Minute du Manager.

Partant du simple postulat qu’entretenir une posture charismatique, c’est anticiper sur l’avenir, une Lilloise, rompue à l’exercice du management dans l’industrie textile et du coaching nous prodigue ses précieux conseils pour rayonner davantage parmi notre environnement professionnel. En nous livrant les clés fondamentales du charisme et en mettant en application ses principes élémentaires, Zélie WILLEM nous propose des outils intéressants pour faire face aux enjeux de ce monde moderne. Un univers qui nous incite à nous diluer, à nous disperser et à avoir de moins en moins d’impact direct dans la société…

CHRONIQUE : Quand vous rencontrez Zélie WILLEM, il suffit de quelques secondes, au premier contact téléphonique ou présentiel, pour sentir qu'une relation s'est créée. Authentique et généreuse, votre projet est au cœur de son attention. Rompue à l’exercice du management dans l'industrie textile, et à différentes fonctions de direction, la jeune femme est surtout une experte reconnue du coaching.

Les cadres dirigeants qu'elle accompagne d’ordinaire ont tendance à aligner leur image avec ce qu'ils sont vraiment et avec leur ambition. Ils gagnent alors en « impact ». Et, par contagion, leur entreprise se reconnecte avec la véritable notion de valeur ajoutée.

Curieuse, créative, positive, Zélie WILLEM est intimement centrée sur la recherche de talents cachés, avec une « bienveillance confrontante » qui vous respecte mais malmène aussi votre problématique. Avec générosité, elle partage son expertise de la posture charismatique, au fil de cet entretien…

Charisme : bien maîtriser la connaisance de ses trois piliers…

Contrairement à des idées reçues, vous affirmez que le charisme se travaille. Expliquez-nous et faites tomber les clichés !

Oui ! Le charisme s'acquiert et se développe, à condition de comprendre comment il se construit. Le  travailler, c’est comme pratiquer une gymnastique régulière. D'ailleurs, il n'est pas réservé aux personnes extraverties. Bien au contraire.

Le charisme n'est pas non plus lié au fait de se retrouver sur le devant de la scène. Autre point essentiel : l'éthique. Sans cela, le charisme conduit à être asservi à un gourou et à la manipulation avec tous ses excès.

Et pouvez-vous nous expliquer comment il se construit ?

Le charisme s’appuie sur trois piliers essentiels. Chacun a tendance à avoir des dispositions, et en fonction de ce qu'il est ou de ce qu'il vit, à développer naturellement l'un de ces trois piliers. Mais tout le monde peut travailler chacun de ces trois piliers.

Quels sont-ils ? 

Le premier pilier est celui de la présence. Présence à soi, dans un premier temps, mais aussi présence à l'autre et présence à l'instant « t ». Le second pilier est celui du pouvoir. Il peut apparaître lors de circonstances difficiles. Quand les chiffres de l'entreprise sont particulièrement tendus, lors de réorganisations, de plans sociaux, de changements de cap.

Ce peut être un « charisme dominant », lié à celui qui prend les décisions nécessaires ou alors un « charisme visionnaire », propre à ces managers, qui,  à force de créativité, de passion et de convictions donnent envie d’être suivis.

Le troisième pilier, c’est la bienveillance. Il est fait d'une capacité à générer de la chaleur humaine. Vous savez, quand la pente est raide, la pression et l'inquiétude ne résolvent rien. Alors que de la compassion et de la compréhension donnent envie de vous suivre.

milieu articles

Comment travailler sa posture charismatique, autour de ces trois piliers ?

Pour développer cette  présence (présence à soi et présence à l'autre), il nous faut réapprendre à être réellement à ce que nous faisons. Cela signifie écouter attentivement, être centré sur ce que l'autre va dire. Ne pas se perdre dans ses idées. Regarder. Observer.  Respirer. Croyez-moi, l'autre ressent très vite celui qui l'écoute vraiment. Etre là, dans l'instant présent, c'est aussi se dépolluer de toutes nos préoccupations du moment et de tous les stimuli du monde actuel (smartphone, télé, sms..). L'idée aussi, c'est de « faire du rien ». Juste être ensemble....ou avec soi.

Apprendre à ne pas dire « oui » quand vous pensez « non »…

Ce charisme « focalisé » est  un facteur fort de différenciation, car de plus en plus rare. Vous comprenez mieux maintenant la puissance, parfois, de personnes qui s'expriment si peu ?

Une citation de Maya ANGELOU résume parfaitement cette position charismatique : « Les gens oublieront ce que vous avez dit,  ils oublieront ce que vous avez fait mais n’oublieront jamais ce que vous leur avez fait ressentir…».

Développer votre  charisme de pouvoir ou charisme dominant, vous permettra de sortir plus fort de situations difficiles ou tendues. C'est en travaillant sur votre estime de soi, sur votre assertivité que vous le développerez. Apprendre, dans ces  conditions difficiles que tout entrepreneur connaît, à vous faire confiance, à être assertif («ni hérisson, ni paillasson»). Ne pas dire oui quand vous pensez non.

Cela implique bien entendu d'être sûr de ses convictions et d'être en phase avec ce que vous annoncez et défendez. C'est ce qui construit votre autorité. Cela se traduit souvent par votre capacité à prendre des décisions importantes. Cela est essentiel lors des périodes de crise.

Si vous avez de grandes qualités créatives, vous vous orienterez peut-être davantage vers la mise en œuvre de solutions inspirantes, à la Steve JOBS. Des solutions innovantes  conduisent les autres à vous suivre parce qu'elles constituent un cap crédible, un nouveau souffle, porteur de nouvelles perspectives.

Et pour développer votre « charisme bienveillant », celui de la chaleur humaine, votre capacité à gérer la pression vous sera utile. Quand les objectifs sont durs à atteindre, quand le reporting se fait trop lourd, quand la pente est déjà trop raide, inutile d'ajouter la pression à l'inquiétude. Dans ce type de situation,  travaillez votre capacité à redonner confiance, à comprendre avec empathie ou compassion.

Finalement pourquoi s'engager dans un travail long et systématique, dans cette recherche de la posture charismatique ? 

Parce qu'en travaillant votre écoute, votre voix, votre discours, en apprenant à créer des « états mentaux charismatiques », vous avez plus d'impact dans ce que vous faites.

Parce qu'en prenant l'habitude de vous recentrer sur vous (tête, cœur, corps…), vous vivez plus intensément et apprenez à gérer les situations de stress.

Parce que cela vous aide à gérer les périodes d’incertitude, si difficiles à vivre pour le cerveau (« Plutôt mourir ou souffrir que d'attendre… »). Et, à vous projeter dans des situations plus positives.

Et pour conclure, quelle est votre définition du charisme ? 

Je vous donnerai celle-ci : « Une aura indéfinissable qui donne envie de suivre l’autre et de faire partie de ses projets, d’être avec lui, de le compter parmi nos amis… ».

Expérimentez et développez  votre « posture  charismatique »

Voici quelques applications concrètes à tester pour découvrir et travailler votre « posture charismatique »…

  • Attendre trois secondes avant de prendre la parole, en regardant votre interlocuteur dans les yeux.
  • Autorisez-vous des silences.
  • Demandez-vous, dans votre communication à l’autre (collaborateur, fournisseur, client, partenaire…), le pourcentage de temps que vous vous êtes accordé. Et la  place  laissée à l’autre ? Une personne charismatique occupe au maximum un tiers de la place.
  • Demander à votre interlocuteur, en fin de discussion, comment il se sent.
  • Baisser le ton en fin de phrase. Et marquez la pause.
  • Testez une poignée de main qui dure entre trois et cinq secondes en regardant votre interlocuteur dans les yeux.
  • Paraissez ce que vous êtes… Habillez-vous en fonction de qui vous êtes, de qui vous allez rencontrer et de votre objectif.
  • Travaillez sur le non-verbal  (apparence, mimique, voix, code vestimentaire…) qui compte pour 93 % dans votre impact.

Philippe CARPENTIER

Bannière droite accueil
Bannière footer