Découvrez nos partenaires

logo-festins-de-bourgogne.jpg
logo-puissaye-forterre.png
logo-edf-site.jpg
logo-cifa-89-auxerre.png
logo13q-1.jpg
logo-iseal-salon-coiffure-auxerre.jpg

Découvrez nos partenaires

logo-festins-de-bourgogne.jpg
logo-puissaye-forterre.png
logo13q-1.jpg
logo-edf-site.jpg
logo-cifa-89-auxerre.png
logo-iseal-salon-coiffure-auxerre.jpg

La santé doit s’incarner de manière locale selon Pierre PRIBLE (ARS)

« L’Agence régionale de Santé confirme sa volonté de s’impliquer aux cotés des communautés de communes dans le cadre du renforcement d’un maillage médical nécessaire pour endiguer les inégalités sociétales. Pierre PRIBLE, directeur de l’ARS Bourgogne Franche-Comté, n’a pas caché sa satisfaction après la signature du quatrième contrat local de santé dans le Sénonais… ». « L’Agence régionale de Santé confirme sa volonté de s’impliquer aux cotés des communautés de communes dans le cadre du renforcement d’un maillage médical nécessaire pour endiguer les inégalités sociétales. Pierre PRIBLE, directeur de l’ARS Bourgogne Franche-Comté, n’a pas caché sa satisfaction après la signature du quatrième contrat local de santé dans le Sénonais… ». Crédit Photo : Thierry BRET.

Présent à Sens lors de la signature du quatrième Contrat local de santé (CLS), le directeur de l’Agence régionale de santé de Bourgogne Franche-Comté a profité de son déplacement pour saluer l’initiative de la Communauté d’agglomération du Grand Sénonais d’avoir adopté à son tour ce nouveau schéma stratégique favorable au développement de nouvelles dynamiques en matière de soins sur le territoire septentrional de l’Yonne.

SENS : Après la Puisaye-Forterre, l’Avallonnais et le Tonnerrois, le Sénonais a rejoint il y a peu le cercle encore restreint des contrées territoriales de l’Yonne ayant validé le contrat local de santé. Avant de se déplacer à Morteau, dans le Haut Doubs, pour y entériner un schéma similaire, le directeur de l’Agence régionale de santé Pierre PRIBLE a pu apporter quelques explicatifs sur sa vision des choses.

« Nous devons développer une politique de santé efficiente en la maillant au plus près des territoires grâce à ces contrats locaux de santé, devait-il préciser, notre rôle est de définir aux côtés des partenaires territoriaux les priorités pratiques et concrètes de notre plan. En instituant une véritable dynamique… ».

Dans le cas présent, celui vécu par le Sénonais, quatre mois de concertation et de travail auront été nécessaires avant de finaliser l’accord définitif. Il fallait par le biais de ce schéma directeur travailler les réels enjeux que chacun est en droit d’attendre d’une politique de santé cohérente.

milieu articles

Développer la création de postes d’assistants médicaux…

Parmi ces enjeux, le directeur de l’Agence régionale de Bourgogne Franche-Comté relèvera celui de la démographie médicale et son important corollaire, via le manque de praticiens.

« Je ne veux pas croire aujourd’hui qu’il n’y ait que des médecins contraints et forcés qui viendraient s’installer dans les zones de désertification médicale. La mobilisation des atouts des territoires représente un pari que nous devons porter. Dans l’intérêt de ces territoires, à proprement parlé… ».

Evoquant la mise en place de nouveaux outils puisque telle est la volonté de l’Etat pour trouver du temps médical supplémentaire, Pierre PRIBLE devait rappeler dans son intervention la nécessité de s’appuyer sur les autres professionnels de santé, à l’instar des pharmaciens et des infirmiers.

« On doit trouver le moyen d’offrir à nos concitoyens des consultations médicales sans rendez-vous dans les cas d’une urgence ressentie. De même, le développement de postes d’assistants médicaux devient une priorité absolue. Le gouvernement souhaite financer un assistant médical pour trois praticiens. Ce qui permettrait à ces derniers de leur libérer du temps de consultation auprès d’une nouvelle patientèle… ».

Derrière ces préconisations, il s’agit de réduire les inégalités d’accès aux soins qui persistent selon les secteurs géographiques.

Quant à la prévention, elle représente un virage indispensable à prendre afin de pouvoir aider les plus jeunes face à des pathologies addictives. Et Pierre PRIBLE de se réjouir, en guise de conclusion, que d’autres communautés de communes souhaiteront rejoindre elles-aussi cette dynamique à l’avenir en bénéficiant de la forte implication de l’Agence régionale de Santé.

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire

Bannière droite accueil