Découvrez nos partenaires

logo-festins-de-bourgogne.jpg
logo-puissaye-forterre.png
banque_populaire_bfc.png
logo-edf-site.jpg
logo-cm.jpg
logo-cifa-89-auxerre.png
logo13q-1.jpg
logo-iseal-salon-coiffure-auxerre.jpg

Découvrez nos partenaires

logo-festins-de-bourgogne.jpg
logo-puissaye-forterre.png
logo13q-1.jpg
banque_populaire_bfc.png
logo-edf-site.jpg
logo-cifa-89-auxerre.png
logo-iseal-salon-coiffure-auxerre.jpg
logo-cm.jpg

Jocelyn PIBOULEAU (CPAM) : « 200 personnes sont déjà bénéficiaires de l’accompagnement du retour aux soins… »

« Travailler à l’élaboration de montages financiers qui facilitent l’accompagnement des assurés sociaux ayant renoncé aux soins intègre les priorités de la Caisse primaire de l’assurance maladie. L’organisme, piloté par l’un de ses dirigeants, Jocelyn PIBOULEAU, entend mettre tout en œuvre pour sensibiliser les partenaires de santé à soutenir l’accès aux soins universels… ». « Travailler à l’élaboration de montages financiers qui facilitent l’accompagnement des assurés sociaux ayant renoncé aux soins intègre les priorités de la Caisse primaire de l’assurance maladie. L’organisme, piloté par l’un de ses dirigeants, Jocelyn PIBOULEAU, entend mettre tout en œuvre pour sensibiliser les partenaires de santé à soutenir l’accès aux soins universels… ». Crédit Photo : Thierry BRET.

Initiée au 1er mai 2018, la Plateforme d’intervention départementale pour l’accès aux soins et à la santé (PFIDASS) se révèle déjà très utile pour les assurés sociaux de notre territoire. Près de deux cents d’entre eux intègrent le dispositif d’accompagnement leur permettant de renouer avec les soins thérapeutiques. Trente-et-une personnes ont ainsi pu bénéficier des précieux remèdes médicaux. Des indicateurs très positifs pour le directeur-adjoint de la Caisse primaire de l’assurance maladie, Jocelyn PIBOULEAU…

AUXERRE : « Les points forts de ce processus d’accompagnement que nous avons développé depuis le printemps se résument ainsi, constate le cadre supérieur de la CPAM de l’Yonne, faire bénéficier l’assuré social d’un accord CMUC/ACS ou d’une aide au choix d’un contrat mutuelle adaptée. Car, cette absence d’une prise en charge par une complémentaire de santé représente le premier frein à la réalisation de soins… ».

Ainsi, accueilli par une conseillère pour l’accès aux soins et à la santé, l’assuré se sent écouté et considéré. Un ajout d’humanisation dans une société qui laisse de plus en plus d’individus sur le bord de la touche.

« Le fait de recevoir un accompagnement personnalisé et adapté à chacun, poursuit Jocelyn PIBOULEAU, redonne de la confiance aux assurés. Jusque-là, ces personnes se sentaient perdues dans leurs démarches, voire exclues socialement du fait de la non-réalisation de certains soins. Notre mission est de nous sentir utile en apportant notre aide à certains assurés en difficulté à cause d’une méconnaissance de notre système de santé et des droits auxquels ils ne peuvent prétendre… ».

milieu articles

 126 accompagnements toujours en cours dans l’Yonne…

Ce suivi minutieux assuré par les professionnels de la Caisse primaire de l’assurance maladie, préalablement formés à ces nouvelles missions sociétales, ne peut excéder un délai de 90 jours. Autant dire que les équipes de la CPAM de l’Yonne jouent de réactivité afin de trouver les opportunités adéquates pour résoudre l’ensemble des problèmes.

« L’enjeu est simple, confie le directeur-adjoint de la CPAM de l’Yonne, nous devons ramener ce public qui avait renoncé aux soins vers le parcours des séances de dépistage réservées à certaines pathologies (cancer, asthme, diabète). Sans omettre de les orienter vers l’accès de soins primaires (dents, vision). Les chiffres révélés par l’enquête que la CPAM a initiée dans l’Yonne sont révélateurs de cette carence. 12 % des personnes interrogées affirment se priver de soins chez l’ophtalmologue. 9,5 % ne consultent plus de spécialistes. 9,2 % n’assurent plus d’examens biologiques. 8 % se dispensent des séances de rééducation chez le kinésithérapeute. Depuis septembre, l’introduction de la télémédecine, facilitant les consultations à distance auprès de praticiens spécialisés, se développe dans notre département. C’est l’un des moyens qui nous permettra de résorber à terme cette situation délicate vis-à-vis des personnes éloignées des Maisons de santé… ».

Les étudiants intègrent aussi cette catégorie de personne en disette de soins. Deux mille d’entre eux ont par ailleurs été réintégrés dans le régime général de base. Ils peuvent profiter d’offres de prévention spécifiques avec des programmes liés aux comportements à risque (tabac, alcool, addiction) et soins bucco-dentaires.

 

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Dernière modification le mercredi, 24 octobre 2018 09:47

Laissez un commentaire

Bannière droite accueil