Une poudrière prête à exploser : la Terre va-t-elle connaître le syndrome « d’Apocalypse Now » ?

« La multiplication des conflits territoriaux à la surface du globe inquiète les observateurs. Des guerres larvées, nous sommes passés désormais aux guerres ouvertes entre belligérants qui ne se cachent plus et où les grandes puissances sont directement engagées. Un scénario digne d’Apocalypse Now ? ».  « La multiplication des conflits territoriaux à la surface du globe inquiète les observateurs. Des guerres larvées, nous sommes passés désormais aux guerres ouvertes entre belligérants qui ne se cachent plus et où les grandes puissances sont directement engagées. Un scénario digne d’Apocalypse Now ? ». Crédit Photos : D.R./ PIXABAY.

Ça y est ! Le conflit russo-ukrainien risque désormais d’enflammer l’Europe. Une possibilité, que personne hélas, ne peut plus écarter. Le jeu des alliances peut faire dégénérer très vite cette confrontation localisée en Troisième Guerre mondiale. Pour l’instant, la Chine et l’Inde se limitent à des accords économiques. L’embrasement de la planète ne se cantonne pas aux seules batailles du Donbass…

 

TRIBUNE: La Chine a prévenu : personne ne pourra l’empêcher de reprendre Taïwan, qui historiquement, est une province chinoise. Joe BIDEN veut jouer les troubles fêtes. Il a annoncé début juin que les Etats-Unis aideraient les insulaires si leur intégrité territoriale était menacée.

Plus à l’ouest, rien ne va plus entre Téhéran et Tel-Aviv. Israël répète depuis longtemps : « Nous ne permettrons pas à l’Iran de posséder la bombe atomique ». Des menaces de conflit nucléaire sont donc prégnantes. La volonté d’avoir la bombe atomique remonte au temps du shah. Les mollahs n’ont fait que suivre le mouvement. Deux inconnus demeurent, toutefois : Israël reste malgré tout divisé sur une intervention musclée. Quant à l’attitude des Etats-Unis, elle demeure incertaine. Le gouvernement de Joe BIDEN prolonge les positions d’OBAMA, à savoir ne pas permettre aux Israéliens d’intervenir directement et militairement. En contrepartie, ils renforcent l’armement de l’Etat hébreu en missiles anti-missiles.

 

 

Des luttes d’influence entre voisins au Moyen-Orient et en Afrique…

 

Dans la foulée, il est possible que la Turquie et l’Egypte souhaitent, elles aussi, avoir leur propre arsenal nucléaire. De quoi attiser les passions (et surtout les tensions) en y impliquant l’Occident et Israël !

Le Moyen-Orient est confronté, d’une part, à une forme inédite de lutte d’influence entre les puissances régionales – l’Arabie saoudite, l’Iran et la Turquie – et, d’autre part, aux activités des acteurs non étatiques impliqués dans la guerre en Syrie et en Irak. Ce nouveau rapport de force a engendré un dilemme de sécurité. Par ailleurs, les crises et les conflits en Irak, en Syrie et au Yémen ont provoqué une situation chaotique. Le conflit israélo-palestinien reste, quant à lui, une poudrière qui n’est pas prête de se calmer.

 

 

L’Afrique, enfin, est le continent qui a connu, depuis les cinquante dernières années, le nombre le plus important de conflits, avec un bilan que certains estiment à près de dix millions de morts. Il s’agit plus de luttes entre états que de guerres civiles. Les territoires revendiqués par les uns et défendus par les autres sont souvent riches en ressources naturelles. Vient s’ajouter la lutte armée des terroristes islamistes.

 

 

Les Etats-Unis au bord de la guerre civile ?

 

Actuellement, de nombreux spécialistes annoncent une guerre civile aux Etats-Unis d’ici deux à trois ans maximum. L’assaut du Capitole par les Républicains, après la défaite de Donald TRUMP aux élections présidentielles, démontre la violence des rapports entre Démocrates et Républicains.

La possibilité de supprimer le droit à l’avortement pour les états, ajoute de l’huile sur le feu. Les états américains sont prêts : certains vont interdire aux femmes la possibilité d’avorter tandis que d’autres vont instaurer la double peine.

Les femmes qui se feraient avorter dans un autre état se verront punies par la justice dès leur retour chez elles ! La loi fédérale américaine va permettre ainsi la privation d’une liberté fondamentale. Ce n’était pas arrivé depuis 130 ans : encourager la discrimination raciale !

Les Américains risquent de s’affronter sur fond de crise économique et financière, avec un président qui se mêle de tout et donne des leçons de démocratie à qui veut l’entendre au reste du monde.

Faire du vélo lui sied nettement mieux, même si sa dernière sortie lui a causé une entorse !

 

Jean-Paul ALLOU

 

 

 

Articles

Bannière droite accueil