De l’information à l’intox, des « fake news » aux manipulations : qui croire désormais, aujourd’hui ?

« Fiabilité des informations et manipulations de leur lectorat : on ne sait plus à quels saints se vouer à l’heure actuelle ! Réseaux sociaux  disruptifs, propagande à outrance, intox et rumeurs envahissants fleurissent comme les pissenlits dans le fond d’un jardin ! Complexe en vérité…». « Fiabilité des informations et manipulations de leur lectorat : on ne sait plus à quels saints se vouer à l’heure actuelle ! Réseaux sociaux disruptifs, propagande à outrance, intox et rumeurs envahissants fleurissent comme les pissenlits dans le fond d’un jardin ! Complexe en vérité…». Crédit Photos : D.R./PIXABAY.

La haute technologie interfère de plus en plus dans le paysage de l’information afin d’améliorer et de multiplier les outils de communication. Pour le commun des mortels, les repères de la réalité deviennent de plus en plus flous. L’ère du virtuel nous donne une image tronquée de la vérité. Attention, croire que « virtuel », veut dire que cela n’existe pas serait une profonde erreur. Le virtuel n’est pas perceptible à l’œil nu, mais cela existe bien : c’est encore pire !

 

TRIBUNE : La guerre en Ukraine démontre que le nerf stratégique, c’est l’information des mouvements de l’ennemi : les satellites américains, les drones fournis à l’armée ukrainienne ont permis de donner des indications importantes sur les progressions de l’armée russe.

En plus, les drones sont porteurs de morts par bombes interposées. Volodymyr ZELENSKY, ancien acteur, a su exploiter, via les médias, une stratégie de communication très élaborée aux fins d’obtenir des aides financières, de la fourniture d’armes et au passage, de culpabiliser l’Occident sur des aides qui pourraient se raréfier…

 

 

Ubiquité et bilocation étaient réservées jusque-là aux saints !

 

Nous le voyons aussi avec les discours politiques de nos dirigeants. Ils bénéficient de consultants en communication : positions des mains, attitudes face aux caméras… Manipulations que tout cela ! Même les mots sont choisis : « Big Data » oblige. Le « Big Data », un objet polymorphe dont la définition varie selon les utilisateurs. Il s’agit surtout de stocker un nombre incommensurable de données sur une base numérique. Des mégas-données intégrant les 2,5 trillions d’octets de données quotidiennes que nous produisons.

Nos dirigeants, économiques et politiques, utilisent le « Big Data » aux fins de cibler des populations et de faire des propositions qui collent à des besoins clairement identifiés. La palme de l’intervention technologique dans une campagne revient à Jean-Luc MELENCHON : il fut le premier à utiliser la technique de l’hologramme pour apparaître dans plusieurs lieux en même temps. Jusqu’ici, le don d’ubiquité et la bilocation n’étaient réservés qu’aux saints…

Dans quelle salle l’ami Jean-Luc est-il réel ? Dans quelles autres salles est-il virtuel ? Nous savons que le référendum du « BREXIT » fut manipulé par des données issues du « Big Data ».

 

 

Une prolifération de messages publicitaires envahissants…

 

La publicité développe des concepts de plus en plus politiques par les images fournies : on intègre des personnes de race noire et blanche, des femmes et des homosexuels…

Ici encore, les données numériques permettent de cibler à coup sûr le consommateur final. Personne ne peut dire que la publicité ne l’intéresse pas et qu’elle n’interfère en rien sur ses choix. Dans les années 80, une campagne d’affichage proposait un slogan original dans le métro : dans une station, toutes les affiches proposaient un panneau blanc avec un texte écrit en minuscule et entouré de noir. Il fallait s’approcher pour lire : vous voyez bien que la publicité, ça vous intéresse !

La masse d’infos que nous recevons, et encore plus dans les villes est phénoménal : messages radio, télé, affiches dans les rues, les transports en commun, à l’entrée des zones industrielles… Même si l’évaluation est difficile et contestée, nous sommes passés de 200 messages publicitaires chaque jour, dans les années 80,  à un chiffre compris entre 1 500 et 5 000 aujourd’hui !

 

 

Une avalanche de messages mais qui croire ?

 

Que dire des réseaux sociaux ? On ne compte pas moins de trente réseaux sociaux utilisés chaque jour dans le monde, et encore, on en crée chaque jour ! Dans le top 5 nous recensons : Facebook, You Tube, WhatsApp, Messenger et Instagram. Tik Tok a le vent en poupe et se classe en septième position.

A partir de ses réseaux non contrôlés pour beaucoup, nous avons assisté au développement des « fake news ». En conséquence, plus de fiabilité des informations qui sont données et manipulations évidentes ! Que croire et qui croire ?

L’information devient un concept disruptif qui confère aux décideurs la possibilité de tout manipuler : l’orientation d’un vote et des électeurs, les données sur un produit, l’action d’acheter…

Les émissions de télévisions donnent la place à des journalistes de plus en plus politisés. On l’aura constaté lors de la dernière présidentielle. Souvenons-nous de l’interview truquée de Fidel CASTRO par Patrick POIVRE d’ARVOR : le journaliste était au téléphone alors qu’il faisait croire qu’il était à Cuba !

Ou de France 2, qui voici quelques années, montrait un reportage sur les matchs disputés à Roland- Garros. Où on ne présentait que des images des cours de tennis niçois ! Les publicités que nous voyons en bordures de terrains lors des rencontres internationales sont virtuelles et spécifiques à chaque pays… et en 1981 le logo de France 2 intégrant l’image virtuelle de François MITTERRAND… 

Qui croire ? Que croire ? Pire encore, le message subliminal ! Les grandes surfaces distillent, par voix sonore, des messages du genre : « je suis honnête, donc je ne vole pas ». La technique consiste à intégrer sur un fond musical des messages intraduisibles à l’oreille. Tout le monde se défend de ce genre de manipulation car c’est interdit par la loi ! Et « croix de bois, croix de fer », ils jurent tous qu’il est hors de question d’orienter les clients vers tel ou tel produit !

 

 

La manipulation de l’information, un exercice pratiqué en permanence ?

 

Tous les grands dirigeants de ce monde ont manipulé l’information ! A commencer par Jules CESAR. La « Guerre des Gaules » n’est qu’une suite de rapports écrits par un général qui rêvait de devenir empereur ! En conséquence, Gergovie n’est qu’un glorieux repli stratégique… De toute façon, selon Astérix, Alésia, on ne connaît pas !

La véritable connaissance se fait par l’expérience et par une transmission fondée sur l’expérimentation : la révolution médiatique nous appauvrit en nous laissant l’illusion de la vie.

Lors de l’un de ses discours, Albert EINSTEIN avait déclaré « qu’entre la bombe atomique, la bombe de l’explosion démographique du tiers monde et la bombe de l’explosion de l’information, la pire des trois sera celle de l’information… ».

Bref, histoire de nous rassuré, il avait conclu : « je ne sais pas avec quoi nous ferons la troisième Guerre mondiale, mais la quatrième, nous la ferons avec des cailloux et des bâtons… ».

 

Jean-Paul ALLOU

 

Articles

Bannière droite accueil