Rappel vaccinal de la 3ème dose anti-COVID : plus une minute à perdre pour le maintien du passe sanitaire !

« 17 573 Icaunais n’avaient toujours pas reçu au 07 janvier la troisième dose vaccinale synonyme de maintien du passe sanitaire après la date butoir du 15 janvier 2022. Soixante mille doses présentes dans l’Yonne peuvent répondre à cet impérieux besoin. Elles sont administrables dans la vingtaine de centres opérationnels… ». « 17 573 Icaunais n’avaient toujours pas reçu au 07 janvier la troisième dose vaccinale synonyme de maintien du passe sanitaire après la date butoir du 15 janvier 2022. Soixante mille doses présentes dans l’Yonne peuvent répondre à cet impérieux besoin. Elles sont administrables dans la vingtaine de centres opérationnels… ». Crédit Photo : Thierry BRET.

Soixante mille doses de vaccins sont disponibles à l’heure actuelle dans le département de l’Yonne pour transformer l’essai de la vaccination anti-COVID en schéma sanitaire complet. Processus qui garantit le maintien du passe sanitaire au-delà de la date butoir arrêtée par le gouvernement au 15 janvier 2022. Or, à date, 17 573 Icaunais n’ont pas encore pris de rendez-vous pour la troisième injection.

 

AUXERRE : Il ne reste plus que quelques jours à plus de dix-sept mille habitants de l’Yonne pour se faire injecter la troisième dose de vaccin permettant de juguler les effets dévastateurs de la crise épidémique du moment.

En effet, passé le délai inéluctable fixé par le gouvernement au 15 janvier 2022, il sera en principe trop tard si aucune extension ou dérogation émanant du ministère de la Santé n’est possible. Un compte à rebours qui vient de se déclencher et que les Icaunais en attente de la troisième injection se doivent de connaître afin de mieux l’anticiper ?

 

 

D’autant que les personnes ciblées par ce message ont déjà reçu il y a au moins sept mois de cela la seconde dose vaccinale.

En visite au centre de vaccination d’Auxerre, en début de semaine, puis de celui de Sens, ce vendredi 07 janvier, le préfet de l’Yonne Henri PREVOST a bien insisté sur le nombre de doses disponibles sur le département. Soixante mille unités qui, on l’aura compris, couvrent allègrement les besoins quantitatifs de ces retardataires à la piqûre.

 

Thierry BRET

 

Articles

Bannière droite accueil