La COVID-19 n’est pas en odeur de sainteté : les finances des cultes plongent dans le rouge…

 « Les cultes des trois grandes religions monothéistes restent très inquiets quant à leurs possibilités financières après la sévère crise vécue à cause de cette épidémie. Les dons, principales sources de revenus, se sont raréfiés, faute de célébrations… ». « Les cultes des trois grandes religions monothéistes restent très inquiets quant à leurs possibilités financières après la sévère crise vécue à cause de cette épidémie. Les dons, principales sources de revenus, se sont raréfiés, faute de célébrations… ». Crédit photos : Jörg PETER/PIXABAY.

Les grandes religions ne vivent financièrement que grâce aux dons de ses fidèles. Catholiques, protestants, musulmans et juifs ont subi l’impact du confinement durant trois mois. Au cours de cette période, les offices religieux furent suspendus et les dons se sont raréfiés. Le manque à gagner enregistré par la seule Eglise catholique est estimé à 50 millions d’euros. Ses grandes célébrations ont été annulées en cascade… 

TRIBUNE: Malgré l’organisation d’un pèlerinage virtuel, cette année, le site religieux des Pyrénées a enregistré une perte d’exploitation de 8 millions d’euros… Tous les diocèses de France et de Navarre ont souffert, celui de l’Yonne particulièrement. La réputation d’anticléricalisme suit depuis longtemps ce département avec pourtant trente-et-une paroisses, une centaine de prêtres et 140 religieux à son actif.

Pour l’anecdote, Me DEFOIS, ancien archevêque de Sens-Auxerre en visite à Escolives-Sainte-Camille, venu bénir une icône, a déclaré en aparté : « jadis quand on souhaitait envoyer un prêtre en pénitence ou le punir, on le nommait dans l’Yonne ! ».

On imagine aisément la scène : non Monseigneur, pitié ! Plutôt nous envoyer en Chine ou chez les coupeurs de têtes que dans l’Yonne !

 

L’éclectisme est de mise parmi les religions

 

Première religion de France, le catholicisme recense 12 000 paroisses pour 40 à 45 000 églises et chapelles, 15 000 prêtres et 40 millions de français qui disent être catholique.

Les protestants, avec 2,8 millions d’adeptes, comptent 4 000 temples et 1 600 pasteurs. Pour terminer avec les Chrétiens, nous recensons 500 000 orthodoxes (Grecs et Russes) pour 19 églises, 17 évêques et 330 prêtres !

La présence des Orthodoxes dans l’Yonne est marquée par une église à Vézelay, deux diocèses et un monastère de femmes à Bussy-en-Othe. N’oublions pas les églises d’Orient venues en France : les églises Coptes, Byzantines, Syriaques, Chaldéennes, Maronites et surtout Arméniennes catholiques et Arméniennes apostoliques (20 000 fidèles).

Une particularité très française est à signaler : en Corse, le village de Cargèse exhibe sur une même place : l’église catholique et l’église grecque-hellène. Les deux rites sont célébrés par le même prêtre, un archimandrite !

 

Les dons sont devenus de la denrée rare durant la crise sanitaire

 

En France, il faut distinguer les biens religieux d’avant 1905 et ceux acquis depuis. A l’initiative d’Aristide Briand, la fameuse loi promulguée cette année-là instaure la séparation des églises et de l’Etat.

L’adoption de la laïcité est l’acte fondateur de la sécularisation de l’Etat français. Avant 1905, tous les bâtiments étaient sa propriété, donc à sa charge. Pour les biens acquis après 1905, tout revient à la charge de l’Eglise.

Les dons servent aujourd’hui à financer le fonctionnement des sites (chauffage, entretien, téléphone…), la nourriture des prêtres et des religieux. Mais, il y a aussi le poste le plus important : les cotisations sociales.

Les cinq millions de Musulmans furent, quant à eux, très sollicités pour des dons en ligne durant la crise. Les fêtes importantes comme l’Aïd et le Ramadan ne furent pas pratiquées comme à l’ordinaire.

Toutefois, l’Arabie Saoudite a maintenu le pèlerinage à la Mecque, l’un des cinq piliers de l’islam. La tradition veut que le Ramadan soit l’occasion de dons particuliers destinés aux plus pauvres et aux plus déshérités.

 

 

Dans certaines régions, comme en PACA, les dons servirent à financer des repas au personnel médical des hôpitaux, voire aux membres de SOS Médecins.

Comme dans toutes les religions, les actions et activités sont surtout menées par des bénévoles. L’annulation de grands rassemblements a fait défaut aux 2 500 mosquées animées par 1 800 imams ce qui concerne les dons. Dans l’Yonne, pour mémoire, on recense 16 mosquées.

Les 500 synagogues rassemblent près de 500 000 juifs. La fermeture des synagogues durant le confinement n’a presque pas eu d’impact sur les dons. Durant les offices, les pratiquants ne font pas de dons en espèces sonnantes et trébuchantes. Ils ne peuvent toucher l’argent durant les offices : ils effectuent des promesses de dons.

 

Il reste la prière pour améliorer les fins de mois…

 

Le patrimoine de l’Eglise catholique appartient dans sa majorité à l’Etat. Il est à sa charge quant aux travaux de réparations. Cette situation contraint parfois les communes à céder des églises à des personnes privées.

Notons au passage que Notre-Dame-de-Paris appartient à l’Etat. C’est à lui seul d’assurer le paiement des travaux de restauration après le grave incendie de 2019 !

La rémunération des prêtres est d’environ 950 euros par mois : c’est une charge importante financée par les dons. Si depuis 1905, les représentants des églises vivent du bon cœur de leurs ouailles ainsi que des apports de leur hiérarchie, les prêtres des confessions catholiques, protestantes et juives en Alsace et en Moselle sont plus à l’abri du besoin : ils restent toujours salariés de l’Etat.

La cause en est le maintien du Concordat de 1801. Prêtres, rabbins et pasteurs touchent 1 200 euros nets par mois et 2 200 euros en fin de carrière. On parle  de rémunérer les imams car les musulmans sont de plus en plus nombreux.

La religion musulmane n’était pas reconnue en 1801. Les cultes restent très inquiets car les perspectives économiques risquent d’appauvrir les pratiquants et de diminuer fortement les dons !

Pour les fidèles des trois religions monothéistes, les miracles sont racontés dans les textes sacrés : alors, il restera toujours la prière pour améliorer les fins de mois difficiles…

 

Jean-Paul ALLOU

 

Articles

Bannière droite accueil