« Masque 19 » : le code utile à communiquer aux pharmaciens en cas de violences conjugales...

« Le danger à l’extérieur du fait du coronavirus existe mais lorsqu’il y a danger de mort, de viol ou d’agression à l’intérieur du domicile alors les victimes ont le droit de s’enfuir. Grâce au nouveau dispositif, les pharmaciens deviennent des acteurs précieux dans la lutte contre les violences conjugales… ». « Le danger à l’extérieur du fait du coronavirus existe mais lorsqu’il y a danger de mort, de viol ou d’agression à l’intérieur du domicile alors les victimes ont le droit de s’enfuir. Grâce au nouveau dispositif, les pharmaciens deviennent des acteurs précieux dans la lutte contre les violences conjugales… ». Crédit photo : PIXABAY.

Depuis le début de la période de confinement, la hausse de ces faits de société est un fait avéré dans l’Hexagone. Logique : les mesures exceptionnelles pour lutter efficacement contre la pandémie représentent un facteur de risque élevé pour le développement des conflits intrafamiliaux. Un nouveau dispositif vient d’être mis en place avec le concours des pharmaciens. Les services de l’Etat demeurent vigilants et pleinement mobilisés contre ce fléau…

AUXERRE : Christophe CASTANER en avait fait l’objet de l’une de ses interventions régulières avec la presse il y a peu. Le ministre de l’Intérieur tirait alors la sonnette d’alarme sur le risque de développement de conflits familiaux et de violences conjugales suite aux mesures de confinement prises pour enrayer la propagation du coronavirus en France.

Or, les premiers chiffrages connus sur ce sujet traduisent ses craintes. Le nombre de cas a explosé dans l’Hexagone (+ 38 %) en un laps de temps record. L’Yonne n’est pas épargnée par cette recrudescence de violence. Si les services de l’Etat restent très vigilants par rapport au développement de ces nouveaux délits, un nouveau dispositif, original, a été mis en place en partenariat avec les pharmaciens.

Dans l’absolu, les femmes victimes de violences peuvent se signaler avec grande discrétion dans les officines pharmaceutiques sur leur situation. Il leur suffit de prononcer le terme « Masque 19 » auprès du pharmacien pour que celui-ci prévienne les forces de l’ordre.

En parallèle, les services de l’Etat demeurent mobilisés dans le traitement de ces affaires assurés par les juridictions et les forces de l’ordre.

 

Une liste à connaître en cas de besoin…

 

Malgré le confinement, les moyens d’écoute et de recueil de signalements restent opérationnels. En voici le rappel :

- violence femmes info au  3919, numéro d’écoute national, ligne ouverte du lundi au samedi de 9h à 19h.

- la plate-forme de signalement des violences sexuelles et sexistes : http://www.signalement-violences-sexuelles-sexistes.gouv.fr/, disponible 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7. L'accès à ce service est gratuit et sans obligation de déclarer son identité pour garantir l'anonymat.

- Le « 114 » est un numéro qui sert à donner l'alerte par simple SMS pour que les forces de sécurité intérieure interviennent.

Dans l’Yonne, la mobilisation est également maintenue : les points de contacts et d’informations locaux restent joignables afin de protéger et soutenir au mieux les femmes sont victimes de ces actes odieux en cette période. Notons également les références utiles des structures suivantes :

- Hébergement d’urgence : appeler le 115 (continuité du service 7j/7, 24h/24).

- ADAVIRS : Association départementale d'aide aux victimes d'infractions et à la réinsertion sociale.

Permanence téléphonique au 07 49 13 47 11 ou par mail Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

- CIDFF : Centre d'information sur les Droits des Femmes et des Familles

07 86 18 76 62 - 06 77 96 51 82 Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

- Accueil de jour pour les femmes victimes de violences de Sens. Une conseillère en économie sociale et familiale assure le suivi des femmes victimes de violences - CCAS de Sens du lundi au vendredi de 9h à 12h. 03 86 65 06 53 - Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

- Accueil de jour pour les femmes victimes de violences d’Auxerre.

Accueil téléphonique -  CCAS d’Auxerre. 03 86 51 88 00

- Les UTS - Unités Territoriales de Solidarités. Un accueil téléphonique renforcé est mis en place dans ces structures.

La liste des UTS ainsi que leurs coordonnées sont disponibles sur www.yonne.fr

L'hébergement d'urgence des femmes victimes de violences dans l’Yonne existe aussi : ces places d’hébergement sont dédiées aux femmes victimes de violences qui sont réparties dans différents lieux du département.

 

Articles

Bannière droite accueil