Auxerre intègre le club des villes qui promeuvent les vertus de la laïcité : un clin d’œil malicieux à Paul BERT…

« La Ville d’Auxerre rejoint le club des villes régionales adhérentes aux principes vertueux de la promotion et de la défense de la laïcité. Aux côtés du président national de l’Observatoire de la laïcité, Jean-Louis BIANCO, et de Bassir AMIRI, responsable régional, le maire Guy FEREZ appose sa signature au bas du document… ». « La Ville d’Auxerre rejoint le club des villes régionales adhérentes aux principes vertueux de la promotion et de la défense de la laïcité. Aux côtés du président national de l’Observatoire de la laïcité, Jean-Louis BIANCO, et de Bassir AMIRI, responsable régional, le maire Guy FEREZ appose sa signature au bas du document… ». Crédit photos : Thierry BRET.

Les municipalités de Besançon et Dijon furent les premières à accomplir ce geste fort, et ô combien symbolique, de signer cette convention bipartite. Logique, en vérité, car le siège de l’Observatoire régional de la laïcité a été installé à l’automne 2016 dans l’ancienne capitale des ducs de Bourgogne. Ce mercredi, Auxerre a donc rejoint à son tour ce club encore très hermétique des villes de Bourgogne Franche-Comté à promouvoir les valeurs et principes de la laïcité…Une démarche qui est encouragée par Jean-Louis BIANCO, président de l’Observatoire national de la laïcité, sous la bienveillance du gouvernement.

AUXERRE: En ces périodes troubles de notre existence, brasser les cartes de la citoyenneté en y saupoudrant par-dessus une bonne dose de laïcité et de civisme ne peut que faire du bien à l’âme humaine qui en a fortement besoin.

Choisir la date anniversaire, cinq ans après, de l’odieux attentat dont ont été victimes les journalistes et dessinateurs de presse de « Charlie Hebdo » pour célébrer cet engagement n’aura pas laissé la part belle au hasard. Le souvenir est éternel ; la résilience demeure inéluctable…

Alors, assister à une cérémonie emplie de solennité dans le salon d’honneur de l’hôtel de ville, en présence de la quasi-totalité du conseil municipal, n’avait absolument rien d’incongru. Rappelons-le, la laïcité est un principe fondamental de notre société que nous devons défendre bec et ongle, quel que soit le prix que nous devons en payer.

La laïcité, c’est le socle de notre pays. Elle doit se vivre et se respirer au quotidien. Et pour cela, la Ville d’Auxerre a choisi de la sublimer de manière officielle en décidant de rejoindre le programme d’actions décliné par l’Observatoire national, présidé depuis 2013 par l’ancienne figure socialiste de l’ère MITTERRAND, son ancien secrétaire d’état rattaché à l’Elysée, Jean-Louis BIANCO.

 

 

 

Un programme articulé autour de la sensibilisation citoyenne…

 

Aujourd’hui, nombreuses sont les régions de l’Hexagone qui ont décidé de créer des émulations régionales de cet observatoire. C’est le cas de la Bourgogne Franche-Comté. Un organisme qui est mené de main de maître par un universitaire de Besançon, Bassir AMIRI, présent lors de cette cérémonie.

La finalité de la structure se veut simple, en vérité. Mener des opérations de sensibilisation et de prévention autour de la notion du vivre ensemble, de l’écoute de l’autre, du respect de la parité ; bref, de l’amélioration de cette qualité de vie qui nous fait parfois tant défaut au niveau des relations humaines.

 

 

 

C’est donc in fine tout naturellement que l’édile d’Auxerre et président de l’Agglomération de l’Auxerrois, Guy FEREZ, devait apposer avec sérénité sa griffe au bas du document intercalé dans le parapheur officiel.

Ses voisins de table, Jean-Louis BIANCO et Bassir AMIRI, en firent de même. Entérinant ainsi la règle d’or de cet humaniste à tout crin pour lequel nous nous battons chaque jour au nom de l’altruisme et de la liberté universelle à partager vers le plus grand nombre d’entre nous !

 

 

Bannière droite accueil