Il dévoilait ses mémoires dans l’Yonne en 2016 : ultime cascade en pirouette d’adieu pour Rémy JULIENNE…

« Entouré de quatre James Bond Girl, signant les dédicaces de son ouvrage « Silence on casse » à Auxerre, préfacé par un autre fou furieux de l’automobile Jean-Louis TRINTIGNANT, le chevronné cascadeur Rémy JULIENNE avait noué des liens d’amitié très forts dans l’Yonne notamment avec Cyril PARMENTIER, à l’époque gérant du web tv, « TELE DIFFUSION »… ». « Entouré de quatre James Bond Girl, signant les dédicaces de son ouvrage « Silence on casse » à Auxerre, préfacé par un autre fou furieux de l’automobile Jean-Louis TRINTIGNANT, le chevronné cascadeur Rémy JULIENNE avait noué des liens d’amitié très forts dans l’Yonne notamment avec Cyril PARMENTIER, à l’époque gérant du web tv, « TELE DIFFUSION »… ». Crédit Photos : Collection Cyril PARMENTIER.

Sa relation avec l’univers de l’automobile synonyme de vitesse et d’émois était viscérale. Saisissante jusqu’à nous en faire exprimer des frissons de plaisir puisqu’il l’aura exprimée dans sa forme la plus aboutie en multipliant les cascades motorisées en tout genre. Des surannés « Fantômas » aux péripéties irrésistibles de « La Grande Vadrouille » sans omettre les références policières à la sauce LAUTNER et VERNEUIL aux côtés des plus grands, Rémy JULIENNE personnifiait l’élégance rare de ce métier de fondu qu’est celui d’un cascadeur de talent…avec six James Bond à la clé !

MONTARGIS (Loiret) : Il a côtoyé le Gotha du septième art en plus de cinquante ans de carrière. Tant hexagonal en ayant des attaches forte en amitié avec les stars de la grande époque (Alain DELON, Jean-Paul BELMONDO, Michel GALABRU…) qu’au niveau planétaire.

Son perfectionnisme, son sens de la minutie pour réaliser ne serait-ce qu’une simple cascade entre deux véhicules se jetant à fond sur l’asphalte d’un cœur de ville à la poursuite l’un de l’autre (des semaines de repérage et de préparation pour une visualisation écourtée sur l’écran cinématographique) l’ont imposé auprès des plus grands réalisateurs. Gagnant la sympathie des comédiens et des actrices.

 

 

Rémy JULIENNE, 90 ans, le bel âge pour un cascadeur professionnel qui se sera sorti indemne de toutes les acrobaties savamment travaillées par ses soins nous a quittés ce vendredi 23 janvier. Emporté par ce stupide coronavirus microscopique qui aura fait plier ce géant du cinéma. Et de l’automobile, car il était accro à tout ce qui possédait le moindre moteur !

Collaborateur de six épisodes de la série culte des James Bond aux côtés de Roger MOORE ou de Sean CONNERY, Rémy se rendait régulièrement dans l’Yonne, lui dont la résidence se situait dans le département limitrophe du Loiret.

 

 

Visites régulières dans l’Yonne en toute amitié…

 

En 2016, il était encore présent sur la splendide scène du théâtre perché de Brienon-sur-Armançon, cher à son édile Jean-Claude CARRA l’ayant revalorisé au niveau de sa logistique opérationnelle, pour rendre un dernier hommage à l’un de ses comparses de toujours, l’inénarrable Michel GALABRU.

Les privilégiés icaunais présents ce soir-là s’en souviendront encore longtemps. Sur scène, Rémy JULIENNE que j’avais eu le plaisir d’interviewer faisait le show sans être cabot et avec souci d’humilité !

Signant autographe sur autographe la dédicace de son bouquin comme une star qu’il était devenu…

L’opération avait été initiée par l’une des figures de la sphère médiatique virtuelle de l’époque, le Florentinois Cyril PARMENTIER, alors gérant du web tv, « TELE DIFFUSION » qui gravitait dans les milieux cinématographiques et artistiques parisiens.

 

 

 

Quelques mois plus tard, favorable à pouvoir exposer les facettes de sa truculente carrière aux jeunes générations, Rémy JULIENNE était revenu à Auxerre lors d’un plateau conférence concocté par nos soins à la rencontre des étudiants des sections BTS du groupe pédagogique Saint-Joseph-la-Salle.

Ce fut deux heures de témoignages à chaud, rushes et vidéos à l’appui, des trucs et astuces démystifiés qui font encore rêver les ados quand ils s’installent devant le grand écran en quête d’un ailleurs évasif. Une récréation inoubliable pour quatre-vingt étudiants et enseignants qui n’en demandaient pas tant !

Tchao l’artiste !

 

Thierry BRET

 

 

Articles

Bannière droite accueil