Les locataires, grands bénéficiaires de la convention de sécurité signée entre l’Etat et le bailleur social DOMANYS

« Favoriser les échanges et les rencontres entre les services de police, ceux de la gendarmerie et DOMANYS, tout en y intégrant les polices municipales, est l’un des atouts de cette convention de sécurité. Celle-ci a été dépoussiérée et paraphée par le préfet de l’Yonne, Patrice LATRON, et le président du Département, Patrick GENDRAUD, président de DOMANYS en présence de la directrice générale de DOMANYS, Karine LASCOLS, Thomas BOUDAULT, directeur de la sécurité publique et le colonel de gendarmerie, Rénald BOISMOREAU… ». « Favoriser les échanges et les rencontres entre les services de police, ceux de la gendarmerie et DOMANYS, tout en y intégrant les polices municipales, est l’un des atouts de cette convention de sécurité. Celle-ci a été dépoussiérée et paraphée par le préfet de l’Yonne, Patrice LATRON, et le président du Département, Patrick GENDRAUD, président de DOMANYS en présence de la directrice générale de DOMANYS, Karine LASCOLS, Thomas BOUDAULT, directeur de la sécurité publique et le colonel de gendarmerie, Rénald BOISMOREAU… ». Crédit Photos : Thierry BRET.

La précédente convention de sécurité établie avec les forces de l’ordre et le bailleur social datait de 2012. Un delta temporel qui était devenu trop important pour qu’il soit encore applicable aujourd’hui. Obsolète, le document supposait un réel dépoussiérage de la part de ses instigateurs. D’autant que bien des aspects, tant réglementaires qu’opérationnels sur l’organisation des échanges entre les différents partenaires, ont subi de profondes modifications depuis la mouture originelle de ce traité visant à rassurer les locataires…

AUXERRE : La signature de cette convention de partenariat entre les services de la préfecture, les forces de l’ordre et le bailleur social n’avait pas en apparence le goût de la nouveauté. Une impression qui fut très vite corroborée par le président du Conseil départemental, Patrick GENDRAUD, lui-même. Il devait le préciser dès les premiers mots de sa prise de parole.

« C’est plutôt un renouvellement de convention que nous entérinons aujourd’hui avec le préfet de l’Yonne et les représentants des forces de l’ordre… ».

L’acte 1 avait eu lieu, il est vrai, en 2012. Depuis, le texte initial n’était plus au goût du jour. Logique, bien des aspects réglementaires et fonctionnels sur les échanges entre les différents partenaires se sont modifiés au fil du temps. D’où l’indispensable nécessité de procéder à cet acte 2.

Qu’importe la forme, cependant, puisque le fonds (la raison d’être de ce nouveau paraphe) demeurait le même. C’est-à-dire l’amélioration de la qualité de vie des locataires du bailleur social parmi les habitations et immeubles gérés par ses soins.

Optimiser les coopérations entre tous les signataires…

Siégeant aux côtés du représentant de l’exécutif de l’Yonne à la tribune, le préfet Patrice LATRON évoqua les principes essentiels de cette convention.

« Nous considérons que les bailleurs sociaux agissent au quotidien en qualité d’acteur majeur de la sécurité. Leur présence dans les quartiers est tangible. Leur rôle est primordial pour préserver la cohésion sociale… ».

Alors que l’Etat injecte aujourd’hui des milliards d’euros pour assurer la déconstruction des vieux ensembles immobiliers érigés dans les années 70, la préfecture, elle, veille au grain. Pour garantir et optimiser les notions sécuritaires au plus près des logements sociaux, parfois sources de problématiques.

« C’est pourquoi, renchérit Patrice LATRON, je suis heureux de signer cette convention de sécurité qui prévoit aussi en parallèle une concertation en termes de construction et d’amélioration de ces logements avec les acteurs dédiés. Car, pour ma part, il n’y a aucun doute : la sécurité conditionne le bien-être des habitants… ».

Au-delà de ces considérations, les objectifs poursuivis par cette coopération permettront de faciliter l’accès au patrimoine immobilier du bailleur aux forces de l’ordre. Dans le cadre de la police du quotidien, qui a pris forme depuis plusieurs mois avec le développement de la participation citoyenne. Et Patrice LATRON de rappeler, à propos de ce sujet, que le département de l’Yonne se classait le premier de l’Hexagone pour sa densité.

Avant qu’il n’en appelle à l’ensemble des bailleurs sociaux de souscrire cette convention, gratuite, pouvant améliorer la sécurité des locataires.

Ce plan d’actions qui contient ce volet spécifique des partenariats s’est aussi converti en 2016 par la désignation d’un chef de projet, devenu un référent dans le domaine de la sûreté, Christian CHALONS, responsable de territoires.  

Les autres signataires de cette convention ont pu également s’exprimer lors de cette cérémonie protocolaire.

Directrice générale de DOMANYS, Karine LASCOLS a précisé se sentir plus forte grâce à ce type de partenariat. Tandis que le directeur départemental de sécurité publique, Thomas BOUDAULT, se montra satisfait de cette opportunité.

« Avec ce dispositif, nous instaurons un climat de sécurité où les zones de non-droit ne sont pas autorisées… ».

Le dernier commentaire émana du colonel Rénald BOISMOREAU, commandant du groupement de la Gendarmerie nationale. Ce dernier constata que l’incivilité connaissait une nette régression depuis que les échanges se formalisaient sur le terrain avec le référent de sûreté.

 

Articles

Bannière droite accueil