Un vent d’optimisme modéré souffle enfin sur la filière du bâtiment

« Le président de la Fédération départementale des entrepreneurs du bâtiment de l’Yonne Xavier PAPIN désire une mobilisation totale des pouvoirs publics et privés autour du redémarrage d’une filière professionnelle qui a accusé sérieusement le coup depuis la terrible crise de 2008. Quant à l’emploi, notamment dans l’Yonne, il ne cesse de dégringoler avec une difficulté tangible de pouvoir s’appuyer sur de la main d’œuvre qualifiée… ». « Le président de la Fédération départementale des entrepreneurs du bâtiment de l’Yonne Xavier PAPIN désire une mobilisation totale des pouvoirs publics et privés autour du redémarrage d’une filière professionnelle qui a accusé sérieusement le coup depuis la terrible crise de 2008. Quant à l’emploi, notamment dans l’Yonne, il ne cesse de dégringoler avec une difficulté tangible de pouvoir s’appuyer sur de la main d’œuvre qualifiée… ». Crédit Photo : Thierry BRET

La future réforme de l’apprentissage et la suppression du compte pénibilité constituent deux thèmes d’importance en ce premier trimestre 2018 pour le nouveau président de la Fédération départementale du bâtiment de l’Yonne, Xavier PAPIN. Enregistrant cette actualité sous le sceau de la positivité, le nouvel homme fort du puissant syndicat professionnel n’en reste pas moins dans la vigilance absolue dès qu’il évoque les perspectives économiques réelles de son secteur de prédilection…

AUXERRE : Confortée récemment comme étant la première organisation patronale d’employeurs du bâtiment, la Fédération départementale des entrepreneurs et artisans de ce secteur d’activité demeure plus que jamais déterminée à porter haut la parole de celles et ceux qui se sont investis. Et cet état de fait tombe à point nommé, au moment où il y a une réelle envie de vouloir réformer en profondeur le paysage social de notre pays.

En matière d’orientation et de formation professionnelle, l’apprentissage inclut précisément l’un de ses chantiers essentiels auxquels vont s’atteler ces prochaines semaines les représentants de la gouvernance étatique et les partenaires patronaux et syndicaux. Lors d’une récente intervention proposée devant les membres de l’antenne de l’Yonne, le président de la FFB départementale, Xavier PAPIN a réagi à ce sujet.

Un optimisme mesuré autour de la reprise…

« Le territoire perd de nombreux emplois chaque année et nos entreprises sont en quête perpétuelle de main d’œuvre qualifiée que nous ne trouvons pas. Modifier les règles de l’apprentissage est devenu inéluctable. Nous souhaitons une véritable réactivité sur ce dossier, voire une mutualisation plus forte de tous les décideurs économiques et institutionnels… ».

Le successeur de Delphine GREMY rappela lors de sa prise de parole les enjeux essentiels du nouvel exercice « Il est exact que nous ressentons un vent d’optimisme qui souffle sur le bâtiment…..Le retour à la croissance de la construction de logements neufs atteste ce revirement des plus encourageants. Mais, cela n’est pas le seul et unique élément de cette analyse. Le terme définitif du compte pénibilité sur lequel nous nous insurgions auparavant nous permet d’entrevoir la réalité autrement… ».

Même si, un léger tassement a été observé au terme du dernier trimestre 2017 qui pourrait calmer les ardeurs des plus optimistes des observateurs si la situation devait encore perdurer.

La hausse de la TVA, la suppression du prêt à taux zéro et un marché de la rénovation un peu en deçà des espérances voulues ressurgissent à l’évidence dans les pensées des entrepreneurs du bâtiment. Ceux-ci, à l’instar du président Xavier PAPIN, prônent pour la prudence et un optimisme mesuré quant aux effets de la reprise économique tant annoncée. Même si, paradoxe, l’INSEE table sur une croissance d’1,9 % en 2018.

La baisse continuelle de l’emploi salarié et intérimaire…

« Ce qui m’inquiète le plus, précise Xavier PAPIN, c’est cette diminution constante de l’emploi salarié dans le secteur du bâtiment, notamment dans l’Yonne, y compris dans l’intérim alors que paradoxalement le coût des prix à la construction continue à progresser depuis deux ans, soit de + 2,8 %... ».

La revitalisation des cœurs de ville et la digitalisation optimale du logement seront-ils de vrais atouts de développement, permettant de remettre la machine dans le sens de la fonctionnalité ?

« L’un de ces enjeux principaux pour notre filière sera d’augmenter les prix afin de valoriser les marges tout en conservant les salariés qualifiés qui sont de plus en plus très courtisés par la concurrence car ils sont très rares sur le marché… ».

Résoudre cette équation nécessite une mobilisation implicite des pouvoirs publics et privés dans le cadre de la mise en place d’actions d’accompagnement pour répondre à ce frémissent de croissance.

« Cela aurait le mérite d’amplifier l’actuel phénomène, renchérit Xavier PAPIN, il est également fondamental que tous nos partenaires économiques tiennent leurs engagements sur les prix tout en valorisant nos savoir-faire… ».

Une belle résolution déclinée sous le signe de l’enthousiasme et qui se traduira peut-être à brève échéance par le portage de nouveaux emplois…

Bannière droite accueil
Bannière footer