Epargne : la Banque Populaire Bourgogne-Franche-Comté chantre de l’investissement socialement responsable…

« Le secteur du bâtiment et de la construction est le premier concerné comme bénéficiaire de la manne financière collectée auprès des souscripteurs de la nouvelle obligation verte, « Ambition Durable ». Lancé depuis quelques semaines, ce nouveau produit à l’estampille de la Banque Populaire place les enjeux environnementaux et la transition énergétique parmi ses priorités essentielles… ». « Le secteur du bâtiment et de la construction est le premier concerné comme bénéficiaire de la manne financière collectée auprès des souscripteurs de la nouvelle obligation verte, « Ambition Durable ». Lancé depuis quelques semaines, ce nouveau produit à l’estampille de la Banque Populaire place les enjeux environnementaux et la transition énergétique parmi ses priorités essentielles… ». Crédit Photo : Thierry BRET (Archives).

L’ISR, vous connaissez ? C’est une nouvelle notion qui désigne les différentes approches consistant à intégrer les enjeux environnementaux, sociaux et de gouvernance dans la gestion financière. Une finance novatrice qui se veut développement durable permettant à celles et ceux des particuliers qui y souscrivent d’appréhender leurs placements tout en réduisant les risques environnementaux à long terme. En promouvant « Ambition Durable », la banque mutualiste régionale propose la première des obligations verte…

DIJON (Côte d’Or) : Encourager les principes vertueux inhérents au développement durable par le biais d’actions significatives ne date pas d’hier pour l’établissement bancaire mutualiste. Depuis 1984, cela se traduit au travers des encours de bilan puisque 10,8 milliards d’euros de financement ont déjà été consentis à tout ce qui touche de près ou de loin à la transition énergétique.

Deux faits majeurs corroborent cet engagement citoyen : d’une part, la signature de l’Accord de Paris sur le climat et d’autre part, l’arrêt de tout financement dédié à l’industrie du charbon thermique, à l’exploration et à la production du pétrole et du gaz de schiste.

Aujourd’hui, la banque coopérative pousse le bouchon un peu plus loin. Ciblant à la fois les investisseurs particuliers et les personnes morales qui ont tout intérêt à positionner leur épargne sur des concepts qui intègrent les enjeux environnementaux de demain.

Bref, la Banque Populaire vit à l’heure de la révolution green et développe une stratégie fourmillant de projets qui y répond. A l’instar d’un nouveau produit, lancé en septembre sur le marché obligataire.

 

Une obligation verte destinée à subvenir aux besoins du bâtiment…

 

« Ambition Durable », la bien-nommée en sa qualité d’obligation, illustre le soutien de la structure bancaire à cette transition sociétale devenue inaliénable à la pérennité de l’homme. Sa finalité est d’appuyer le financement durable des territoires.

Dans l’absolu, les fonds récoltés auprès des personnes physiques par cet outil obligataire permettront de subventionner le secteur du bâtiment via la construction et la rénovation d’édifices à empreinte environnementale faible.

Côté rentabilité, la Banque Populaire a opté pour un indice actions « eau et océan » comme moteur de la performance.

 

 

Cet indicateur se compose d’une quarantaine de sociétés européennes qui contribuent à la préservation de l’eau et des océans, deux des enjeux fondamentaux de notre avenir.

En donnant du sens à l’épargne de ses sociétaires, l’établissement incite ainsi les épargnants à investir conformément à leurs valeurs éthiques, tout en valorisant leur placement, et en devenant acteur de la transition énergétique.

 

Une offre qui intègre une longue liste de solutions financières…

 

La création de cette première obligation verte complète la liste déjà importante de solutions de financement en faveur de l’amélioration de la sauvegarde de la planète, déclinables autour de livrets d’épargne spécifiques ou d’une trentaine d’assurance-vie qui couvrent un très large spectre de l’ISR.

Les épargnants voient d’un très bon œil cette initiative originale. 60 % d’entre eux se disent intéressés par ces produits à l’épargne responsable, encore peu développés dans les réseaux bancaires de l’Hexagone.

Via le groupe BPCE, ces produits à l’orientation éthique innovante devraient faire florès à l’avenir dans les deux grands réseaux représentés au sein de cette entité nationale qui comprend 9 millions de sociétaires et est devenue le second acteur bancaire de France : la Banque Populaire et les Caisses d’Epargne.

Thierry BRET

 

Articles

Bannière droite accueil