Crescent MARAULT sort de son silence : révélations d’un candidat discret mais pas secret sur sa future stratégie…

« Même s’il concède qu’il n’est pas homme à pratiquer l’hyper communication, le candidat du centre droit et de la droite républicaine pour la conquête d’Auxerre Crescent MARAULT n’en est pas moins prolixe lorsqu’il s’agit d’évoquer le plan de bataille construit aux côtés de ses « ambassadeurs » de l’UDI et de LR. « Je veux tracer une nouvelle route pour les Auxerrois pour les vingt ans à venir… ». Un programme faisant la part belle à l’environnement, l’économie et la sécurité… ». « Même s’il concède qu’il n’est pas homme à pratiquer l’hyper communication, le candidat du centre droit et de la droite républicaine pour la conquête d’Auxerre Crescent MARAULT n’en est pas moins prolixe lorsqu’il s’agit d’évoquer le plan de bataille construit aux côtés de ses « ambassadeurs » de l’UDI et de LR. « Je veux tracer une nouvelle route pour les Auxerrois pour les vingt ans à venir… ». Un programme faisant la part belle à l’environnement, l’économie et la sécurité… ». Crédit Photo : Thierry BRET.

Candidat déclaré aux municipales dès le mois de janvier, le porte-étendard du centre droit et des Républicains s’est depuis montré relativement discret, voire un peu en retrait de la sphère publique et médiatique. Un choix stratégique que l’intéressé assume en son âme et conscience. Il avoue de ne pas être un fervent adepte de l’hyper communication à tout crin, ni de la gesticulation inutile. Pour autant, cela ne nuit pas à l’avancement de son projet qu’il peaufine de manière besogneuse avec sa garde rapprochée. Il entend d’ailleurs l’élargir au plus grand nombre pour être fin prêt, deux mois avant l’échéance du scrutin, c’est-à-dire dès le début de la campagne officielle…

AUXERRE : A celles et ceux qui se poseraient la question sur la relative discrétion du candidat aux prochaines municipales, Crescent MARAULT ne répond que par une seule affirmation : « avec mon équipe, nous travaillons ! ».

Chef de file de la liste « Auxerre au Cœur », l’actuel maire de Saint-Georges-sur-Baulche vit cette période pré-élective en vrai sportif qu’il est, comme un parcours d’endurance.

Une course de fond où il serait prématuré de brûler toutes ses cartouches énergétiques en occupant trop tôt le devant de la scène. Sage stratégie qui ne l’a pas occulté néanmoins des débats actuels, puisque son nom circule à qui mieux mieux dans les alcôves du microcosme politique.

Bref, l’art et la manière de se faire oublier des péripéties politiciennes habituelles et des supputations les plus folles afin de se concentrer uniquement sur sa feuille de route : celle qui doit conduire son projet au sommet de l’affiche. Du moins, l’espère-t-il…

Entrepreneur dans la vie civile, l’élu icaunais n’en est pas moins un vrai meneur d’hommes inféodé aux principes du management. Son équipe qui le suit depuis plus d’un semestre collabore étroitement à son projet. « Ce sont de véritables ambassadeurs, lâche-t-il le sourire en coin, c’est-à-dire des personnes inquiètes pour le devenir de leur ville, qui veulent analyser ce qui se passe pour mieux comprendre la réalité avant de se prononcer autour d’un diagnostic et faire essaimer des préconisations… ».

Quant aux thèmes de prédilection sur lesquels ces personnes travaillent, ils sont éclectiques : économie, emploi, innovation, tourisme, mobilité, stationnement, environnement…

A ce propos, Crescent MARAULT ironise sur les élus qui prennent des arrêtés contre les pesticides à 150 mètres des habitations. « C’est parfaitement démagogique et mesquin de leur part, alors qu’il serait plus judicieux de ne pas prendre de telles décisions arbitraires sans aucune concertation et de réfléchir en amont comment améliorer les choses en matière d’environnement… ».

La problématique de l’eau et sa potabilité inquiète le quadragénaire qui fait de ce sujet l’une de ses priorités environnementales.

Constatant un manque « cruel » de créativité et d’innovation sur le vivre ensemble, le porte-voix du centre droit et des Républicains désire s’appuyer sur le tissu associatif qu’il soit sportif et culturel.

 « Il y a là un terreau de concertation à construire, à mutualiser alors que cela n’existe pas à l’heure actuelle. Le vivre ensemble est une valeur que je défends car cela traduit la volonté de pouvoir se parler, s’écouter et construire dans un esprit de citoyenneté… ».

 

 Sécurité et démocratie participative : des thèmes importants…

 

Quant au volet sécuritaire, le principal adversaire de l’édile actuel se dit confiant dans le mode de traitement des incivilités qui ne cessent pourtant de croître.

« Lorsque j’ai fait acte de candidature pour ce prochain mandat électoral, confie-t-il, je ne pensais pas que les problématiques occasionnées par l’insécurité avaient atteint de tels sommets sur Auxerre. Toutefois, je voudrais rassurer celles et ceux qui en subissent les aléas. Il existe une batterie de solutions, de nouvelles technologies, un modernisme avéré sur le sujet. Je ne déflorerai pas volontairement le contenu de nos priorités mais je sais qu’il faudra faire face à cette forme de légèreté incompréhensible à la limite du laxisme que j’observe au quotidien dans la gouvernance actuelle de ce territoire qui n’ose prendre des actes courageux… ».

Décochant une première flèche en direction du camp d’en face, Crescent MARAULT en sort immédiatement une autre de son fourreau pour aborder un autre item qui lui tient à cœur : celui de la démocratie participative.

« Il y a un réel problème de représentativité au sein de l’Agglomération, observe-t-il, l’avenir de cette institution passe par un renouveau de sa modernité, mâtiné de concertation et de débats…Bref : il nous faut recréer l’agora, chère à la civilisation hellénique… ».

Serait-ce son approche des milieux économiques qui lui intime d’agir en ce sens, toujours est-il le candidat rugbyman souhaite doter l’outil institutionnel d’indicateurs de performance. Histoire de vérifier et contrôler l’efficience des résultats.

« Toutes les grandes organisations entrepreneuriales disposent d’indicateurs de performance, alors pourquoi pas nous ? ».

 

Une liste d’ambassadeurs qui se peaufine de jour en jour…

 

Plus disert sur la composition de sa future liste, Crescent MARAULT avoue que l’équipe n’est pas encore identifiée. « Une chose est sûre, ajoute-t-il, le sens vertueux des relations humaines y prendra un grand intérêt autour de la parité, et de la représentativité faite dans ce projet d’amélioration de la ville. Son management sera souple, agile, dynamique… Ce sera une liste de rassemblement entre des composantes de LR, UDI et du centre droit. En aucun cas de prête-noms qui viendraient y chercher un intérêt personnel. Dans ce cadre-là, les enjeux, c’est la ville… ».

D’une largesse d’esprit qu’il revendique, le candidat, adoubé par l’un des ténors de la droite républicaine dans l’Yonne le député Guillaume LARRIVE, peut discuter lors de ses conciliabules constructifs avec l’homme fort du mouvement écologiste. « Echanger avec Denis ROYCOURT, ce n’est pas un problème… ».

Mais, réaliste, il ponctue sur le sujet tout de go, « pour nous l’environnement ne se vit pas avec un grand E idéologique mais il se pratique dans les faits au quotidien… . Nous voulons être capables de faire rimer écologie à économie… ».

Parmi ses autres priorités, le prétendant à l’hôtel de ville d’Auxerre veut déployer le plus vite possible la nouvelle technologie dans l’Auxerrois.

« C’est extraordinaire, souligne-t-il, le WI Fi ne fonctionne pas dans le centre-ville alors que nous sommes reconnus comme une cité de tourisme d’excellence. Il est nécessaire de parler aussi de l’intelligence artificielle et de ses conséquences imputables sur le business… ».

Créer de l’évènementiel, trouver un projet culturel ayant une approche transversale ou accueillir les investisseurs qui vont fuir le BREXIT en s’installant à Paris pourraient profiter à Auxerre et son agglomération où le coût du foncier est nettement moins onéreux.

« On a refusé d’avoir des liens étroits avec le « Grand Paris », il nous faut pourtant renforcer ces pistes de développement vers la capitale. Je crois aussi à la nécessité de nous rapprocher des parlementaires qui agissent au nom de Etat et de l’Europe, afin de porter vers le débat national des enjeux qui nous portent, c’est cela aussi le corollaire de la notion d’ambassadeurs… ».

Se définissant comme un non-professionnel de la politique, Crescent MARAULT désire partager une vision réaliste du territoire en tant que simple élu.

« Je n’éprouve aucun stress, conclut-il, juste cette volonté qui est mienne de vouloir convaincre les Auxerrois de tracer une nouvelle route pour les deux décennies à venir… ».

D’ailleurs, s’il occupe à l’issue du scrutin le fauteuil de maire de la capitale de l’Yonne, le nouvel édile continuera d’exercer une activité professionnelle. « Ce sera une vraie bouffée d’oxygène qui me ramènera vers la réalité du quotidien et celle de nos concitoyens, et me permettra d’éviter de sombrer dans l’entre soi… ».

 

Bannière droite accueil
Bannière footer